SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Lun Mai 01, 2017 8:33 am

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 57 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Lun Oct 31, 2016 7:30 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Économie agraire Agrumes : production, consommation et exportation

Citer :
Total des plantations : 4 920 890 hectares

Part des plantations :
20% Olives : 984 178 hectares
20% Vignes : 984 178 hectares
20% Amandes : 984 178 hectares
20% Agrumes : 984 178 hectares
20% Fruits et légumes : 984 178 hectares


Agrumes

Surfaces en arbres à agrumes : 984 178 hectares

Sur la base très moyenne de 25 tonnes à l'hectare (en partant du principe que les vergers sont minoritairement bien irrigués et enfumés), les surfaces en agrumes (citrons et oranges essentiellement, mais aussi divers croisements) produisent toutes variétés confondues :

Production d'agrumes : 24 604 450 000 kg

Sous formes de jus, l'équivalent en agrumes consommé par les Montalvéens est de 600kg/an/personne. Sous formes de produits dérivés autres, confits et pâtisseries, il est de 90kg/an/personne. Sous formes de fruits, il est de 90kg/an/personnes.
En tout, la consommation d'agrumes est de 780kg/an/personne au Montalvo, soient 10 140 000 tonnes.
Il demeure, disponible à l'exportation, 14 464 450 tonnes d'agrumes par an.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Sam Nov 05, 2016 11:18 am 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Économie agraire Principaux fruits et légumes : production, consommation, exportation

Citer :
Total des plantations : 4 920 890 hectares

Part des plantations :
20% Olives : 984 178 hectares
20% Vignes : 984 178 hectares
20% Amandes : 984 178 hectares
20% Agrumes : 984 178 hectares
20% Fruits et légumes : 984 178 hectares


Fruits et légumes

Surfaces en hectares

Choux : 90 000
Navets : 90 000
Tomates : 90 000
Poireaux : 90 000
Carottes : 90 000
Patates : 90 000
Ananas : 90 000
Bananes : 90 000
Fraises : 90 000
Abricots : 90 000
Autres : 84 178

Rendements kg/ha
Choux : 25 000 kg/ha
Navets : 20 000 kg/ha
Tomates : 50 000 kg/ha
Poireaux : 20 000 kg/ha
Carottes : 30 000 kg/ha
Patates : 20 000 kg/ha
Ananas : 15 000 kg/ha (chair)
Bananes : 20 000 kg/ha
Fraises : 30 000 kg/ha
Abricots : 12 000 kg/ha
Autres : 20 000 kg/ha

Productions kg
Choux : 2 250 000 000
Navets : 1 800 000 000
Tomates : 4 500 000 000
Poireaux : 1 800 000 000
Carottes : 2 700 000 000
Patates : 1 800 000 000
Ananas : 1 350 000 000
Bananes : 1 800 000 000
Fraises : 2 700 000 000
Abricots : 1 080 000 000
Autres : 1 800 000 000

Le Montalvo produit approximativement 23 580 000 000 kg de fruits et légumes par an.
Le Montalvéen consomme environ 1,2 kg de fruits et légumes (hors agrumes et légumineuses) par jour en comprenant ceux contenus dans les jus de fruits et sauces, soient une consommation annuelle nationale de 5 694 000 000 kg.
Il demeure un excédent disponible à l'exportation de 17 886 000 tonnes de fruits et légumes (hors agrumes et légumineuses).

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Sam Nov 05, 2016 8:22 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Économie agraire Public/privé : surfaces agricoles par exploitation

Nombre de foyers agricoles : 0,7 millions

Total des terres agricoles

Total des terres emblavées : 5 362 701 hectares
Total des prairies grasses : 3 844 248 hectares
Total des landes/pinèdes pauvres : 7 189 657 hectares
Total des plantations : 4 920 860 hectares
Total des bois et forêts : 7 604 581 hectares

----

Total des terres agricoles publiques

Total des terres emblavées : 62 701 hectares
Total des prairies grasses : 244 248 hectares
Total des landes/pinèdes pauvres : 5 189 657 hectares
Total des plantations : 860 hectares
Total des bois et forêts : 4 604 581 hectares

----

Total des terres agricoles privées

Total des terres emblavées : 5 000 000 hectares
Total des prairies grasses : 3 000 000 hectares
Total des landes/pinèdes pauvres : 2 000 000 hectares
Total des plantations : 4 920 000 hectares
Total des bois et forêts : 3 000 000 hectares



Un agriculteur montalvéen (ou un foyer d'agriculteurs) possède en moyenne 25,57 hectares, dont :

Terres emblavées : 7,14 hectares
Prairies grasses : 4,28 hectares
Landes/pinèdes pauvres : 2,85 hectares
Plantations : 7,02 hectares
Bois et forêts : 4,28 hectares


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Sam Nov 12, 2016 2:37 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Histoire Expansion historique de la cité de Cartagina


Image


Grandes périodes approximative :

-12 000_-500 : période préhistorique

-500_-200 : période punique (Les celtes berbères indigènes rencontrent les phéniciens grecs sémitisés venus d'Orient)

-200_300 : période latine (les latins dytoliens soumettent et acculturent/inculturent les locaux)

300_700 : période sauvage (les locaux gagnent indépendance par rapport à la Dytolie, mais conservent culture latine christianisée ; ils subissent les assauts et conquêtes militaires éphémères des Grecs impériaux, des scandinaves, des berbères occidentaux...)

700_1200 : période islamique (conquête arabo-islamique venue d'Orient. Les arabes se fondent dans une population locale qui suit pour partie leurs mœurs. Maintien et refondation permanente de minorités chrétiennes (dont marchands) plus ou moins liées à la Dytolie).

1200_1800 : période chrétienne (les Croisés prennent la ville et en chassent petit à petit les musulmans. Forte immigration latine. Gouvernance par les marchands chrétiens. Extension du pouvoir chrétien vers toute la Nazalie. Assimilation et métissage des populations).

1800_1880 : période indépendante (Cartagina est la capitale d'une nation nazalienne arrivée à maturité, de culture chrétienne, de langue italienne, de race unique née des siècles d'histoire. Poursuite de l'immigration dytolienne).

1880_1950 : période italo-fasciste (la géopolitique régionale pousse la Nazalie et Cartagina à s'affilier à la métropole italophone dytolienne, perd son indépendance provinciale. Vagues d'immigration d’État.).

1950_2031 : période montalvéenne (Cartagina est capitale de la Nazalie, et de deux autres provinces italophones du Bassin, liées à elle sous la forme d'une Ligue sauvegardant les foyers de culture et de populations italophones en dehors de la Dytolie occidentale).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Ven Déc 09, 2016 7:28 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Démographie Pyramide des âges - 2030

Image


Les phénomènes démographiques observables à partir de la pyramide des âges (de la population nationale montalvéenne, donc sans compter les résidents étrangers), sont les suivants :

-Les personnes de plus de 90 ans ont connu la guerre en tant qu'enfants et adolescents, conduits parfois à une autonomie dangereuse par les aléas du conflit (1945-1950), ont souffert des combats et bombardements sans bénéficier de la protection surtout réservée aux plus jeunes enfants.
-Les personnes entre 85 et 90 ans sont les représentants de la politique nataliste du régime fasciste, ils étaient assez jeunes lors du conflit pour avoir profité d'un certain nombre de mesures de protection et de l'attention des belligérants.
-Les personnes enrôlées durant la guerre n'ont pas été assez à la maison pour procréer : c'est pourquoi les personnes nées durant le conflit sont en plus petit nombre que les classes les entourant.
-Entre 1950 et 1960, s'opère un "baby-boom" que certains démographes rapprochent directement d'une reprise de l'activité procréatrice antebellum, tandis que nombre d'aides financières natalistes disparaissent alors se maintient un temps la tradition de peuplement.
-Entre 1960 et la fin des années 1990, les familles montalvéennes voient leur niveau de vie augmenter fortement, mais conservent pour la plupart une tradition familiale et domestique encourageant à la procréation. D'année en année, pourtant, le nombre d'enfants diminue et ce en dépit de la reprise de l'immigration en provenance de Dytolie du sud. Les personnes n'étant pas nées durant la guerre sont partiellement responsables de ce manque de naissances.
-S'opère entre la fin des années 1990 et le début des années 2000, une révolution culturelle frappant surtout la jeunesse. Le niveau de vie est plus haut que jamais, les jeunes profitent d'une société et d'un millénaire nouveau, l'individualisation des esprits et des mœurs accompagne les nouvelles formes de croissance (tourisme, numérique, etc...) et conduit à une chute sans précédent de la natalité. "La morte della famiglia" est le nom qu'ont donné les démographes et sociologues montalvéens à ce phénomène survenu il y a une trentaine d'années.
-On constate depuis 15 ans une relative stabilisation des classes d'âges. Davantage d'enfants sont nés entre 2020 et 2025, qu'entre 2015 et 2020, mais le phénomène reste très léger.


Image


Il y a 200 000 femmes de plus que d'hommes au Montalvo.
Le taux de fécondité est autour de 0,7 enfants par femme. Le taux de natalité est de 5/1000, l'un des plus faibles du monde.
Avec 70 000 bébés par an et 5 000 naturalisations, les naturalisations ne représentent que 6,6% des nouveaux montalvéens chaque année.
La structure des classes d'âges démontre un problème gigantesque de financement des retraites, mais le plus gros de la crise sera passé d'ici 20 ans alors que les personnes accédant à la retraite aujourd'hui ne représentent que 4/5ème de celles y étant entré il y a vingt ans.
On estime le nombre de décès de Montalvéens résidant au Montalvo à 140 000 par an. La population montalvéenne diminue encore chaque année. La population du Montalvo ne peut rester stable que grâce aux résidents étrangers, à l'immigration. Les naturalisations ne concernent qu'entre 8 et 10% des étrangers s'installant au Montalvo chaque année.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Mer Déc 14, 2016 3:00 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Fiscalité Un système de facto protectionniste

Situation générale montalvéenne :

La législation montalvéenne est l'héritière conjointe de périodes d'occupation, et de périodes politiques dont les échos sont aujourd'hui anachroniques. La Ligue, se voulant ouverte sur le monde et palliant à son manque de matières premières et de technologies par l'adhésion à un libéralisme mondial qui la fascine, mais qui lui fait peur et qu'elle tente de fuir parfois par réflexe de survie, maintient de facto un système protectionniste.
Ceux qui l'accusent y voient une réminiscence du passé corporatiste et nationaliste. Ceux qui l'excusent décrivent le paysage mondial, composé essentiellement de pays protégeant sans vergogne leur marché intérieur.
Mais "protéger, c'est exclure", théorise l'économiste contemporain Ettore Azulè, et exclure c'est privé ses consommateurs de nombreux biens au point de menacer l'ordre politique intérieur des États.

Tout comme le reste de la politique montalvéenne, la fiscalité de la Ligue devra être revue et corrigée afin de continuer à maintenir un taux de redistribution important, prévenir d'une crise majeure des retraites, défendre ses cols blancs, ses cols bleus et ses agriculteurs, ramener à elle l'économie parallèle qui pèse sur le pays, si tant est que tout cela ne soit pas contradictoire sans choix tranchés et abandons. Un pays paralysé par la peur de changer, autant que par son système fédéral in-réformable ?

Afin de faire des choix, d'engager une révolution fiscale ou tout simplement de sauver les économies des petits actionnaires et les salaires des travailleurs et classes moyennes, encore faudra-t'il mieux connaître le pays, aujourd'hui moqué sur la scène internationale pour son immobilisme diplomatique ; comme tétanisé par un pouvoir venant d'abord des élites économiques. Mais même elles souffriraient du maintien d'une fiscalité incohérente et d'un protectionnisme n'étant plus adapté à l'Après-Crise. C'est la raison d'un mouvement statistique encouragé par les pouvoirs publics.

Conséquences du système de taxation :

Lien : post299071.html#p299071

Grossièrement, le Montalvo sur-taxe à l'importation les biens que son agriculture est en mesure de produire. Cette vision des choses s'étend à d'autres branches d'activité : la pêche, l'industrie du charbon de chauffage, l'extraction de sables de construction, la marine marchande et plaisancière ou encore le domaine de la construction, le luxe, les instruments bureautiques et la navigation internet... La Ligue veut par-là protéger ces secteurs.
En complément, elle assure de faibles taux de douanes aux autres marchandises, quand celles-ci ne sont pas jugées comme représentant un danger et sont par-là sur-taxées (comme le tabac).

En terme de droits à l'export, ponctions prélevées sur une transaction au sortir du pays, le Montalvo n'a mis à contribution que sa grande industrie navale (paquebots, cargos, etc...). Un taux de 0,08% sur les transactions gigantesques peut représenter plusieurs millions, allant dans les caisses de l’État, lorsqu'un étranger achète aux chantiers navals de Suresisca.

Certains produits sont taxés lors d'une transaction marchande intérieure ; cela s'accompagne le plus souvent d'un statut particulier pour la marchandise, dont la demande est peu conditionnée à des variations de prix. On parle de taxe particulière à la vente, et elle touche : les huiles alimentaires (hors olive), le sucre (canne ou betterave ou autre), le tabac, l'alcool à plus de 18°, les carburants, le charbon, les grands navires, l'ensemble du secteur des constructions, certains produits bureautiques et électroniques, les produits du luxe (la mode). La genèse de ces taxes particulières est variable : volonté de lutter contre un danger sanitaire (alcool ou tabac), de défendre l'environnement (charbon), d'avoir une rentrée fixe sur des produits qui encore une fois ne verraient pas leur demande changer au vu de la dépendance dont ils font l'objet (un peu tous). La taxe particulière à la vente, quand elle se pare de vertu sanitaire, est pointée du doigt pour son hypocrisie alors qu'elle rapporte bien à l’État qui dépend donc partiellement de comportements parfois nocifs.

Enfin, en vertu de la Loi du 4 octobre 1975, toutes les transactions marchandes sont soumises à une Taxe (TTM, équivalent de la taxe sur la valeur ajoutée de certains pays), à hauteur de 3% censée à l'origine aider à financer les retraites. Si le système de retraite montalvéen devait dépendre aujourd'hui de la seule TTM, elle aurait dû être réévaluer à maintes reprises et atteindrait des niveaux astronomiques.

-----

Exemples :

Quand le kilo de farine arrive à la frontière à la valeur d'1$,
dont 0,03 centimes de frais de transport depuis le Tlaloclitlal, demandés par l'acheteur(ou le vendeur) qui a dû payer l’affréteur,
le droit de douane lui rajoute 15 ct,
le boutiquier devra le vendre 1,18$ pour ne pas perdre d'argent, 1,50$ pour obtenir une marge,
dont 6 ct reviendront à l’État du fait de la TTM.

Dans le même temps,
l'abondance de la production céréalière montalvéenne couplée au défaut de demande extérieure,
garantit des prix bas à l'intérieur et n'ayant pas à accumuler les frais de transport et les droits de douane.

Une voiture produite au Bykova arrivant à la frontière comportera dans son prix les frais de transport (en + du coût de production et des 5% de droit à l'export au sortir du Bykova...),
mais ne coûtera pas de droits de douane à son importateur. En coûtant 1000$ à son entrée sur le territoire,
elle sera vendue 1030$ du fait de la TTM, auprès du consommateur.

-----

Caractère adaptatif du système :

Là où la Ligue de Montalvo demeure jusqu'alors libérale, c'est dans un système douanier basé sur le type de produits importés, et non leur provenance ; la faible politisation de l'économie commerciale, jusqu'à présent, garantit aux concurrents internationaux d'être en compétition sur la seule variable des frais de transport, et de la réputation (qui déterminera la consommation, la demande) donc de la qualité et du prix usine qu'eux-mêmes fixent.
On peut imaginer qu'un État se comportant particulièrement mal, ou entrant dans une spirale de guerre économique avec la Ligue, provoquerait l'instauration d'une grille tarifaire spéciale - venant sanctionner une attitude militaire, intérieure, diplomatique intolérable. Mais encore faudrait-il que ces adaptations ou sanctions économiques aient une incidence, à savoir qu'elles interviennent sur de véritables échanges pré-existant.

Il existe, dans la politique douanière actuelle, des motifs de griefs pour certains pays étrangers. Les droits réclamés sur le poisson nordique, à 50%, ruine les espoirs des revendeurs scandinaves ou britonniens de pouvoir pénétrer le marché montalvéen. Les droits réclamés sur le chocolat, à 9%, crée une concurrence que d'aucuns jugeraient déloyale entre le Tlaloclitlal et le Montalvo, quand le premier est principal fournisseur de cacao du second, mais se voit pénalisé pour les exportations de chocolat à destination de la Ligue - qui veut privilégier ses propres chocolateries.
"C'est pourquoi la diplomatie n'est pas une promenade de principe, organisée par des dirigeants béats et adulés pour aller tutoyer l'aristocratie d'à côté et revenir avec un cadeau de mariage, mais un outil dont disposent les gouvernements pour régler pacifiquement des questions domestiques ayant trait à la vie réelle des citoyens, ou des sujets, des entreprises" dit Azulè.

Par ailleurs, certaines taxes mises en place par le Montalvo peuvent nuire aux secteurs qu'il veut protéger par ailleurs ; par exemple, le droit de douane à l'export des grands navires est un argument militant en faveur de ceux privilégiant le Skogurjördin et son futur chantier de Hunangbera, plutôt que le Montalvo et le chantier de Suresisca. En imaginant que le coût du travail est le même, que la qualité est la même, que le coût de construction est le même et donc le prix le même, alors les 0,08% que paye l'acquéreur au Montalvo sont une pénalité pour lui si jamais le Skogurjördin n'a pas de taxe équivalente au sortir de ses chantiers.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Jeu Déc 22, 2016 10:50 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Travail Actifs, inactifs...


Image


L'insuffisance du taux d'emploi des femmes, la force de l'économie parallèle, l'importance du nombre des retraités font de la Ligue de Montalvo un pays où un quart de la population supporte, par son travail, les trois quarts restants. Un constat qui ne saurait éviter une nuance : chômeurs, retraités, enfants, mais aussi femmes au foyer ou actifs à temps partiels, ne sont pas sans rapports marginaux ou essentiels avec l'économie informelle, tandis que l'activité non déclarée pourvoie à un certain nombre de besoins auprès de nombreux citoyens.

Davantage qu'un constat d'échec pour l'unité de la société, cette situation de profond déséquilibre est une menace pour la pérennité fiscale du pays, tandis qu'à peine 24,73% de la population doit supporter les charges importantes qui permettent le fonctionnement de l’État et surtout financent sa généreuse politique d'investissement public des onze dernières années...

Tandis que tous les observateurs semblent acter une baisse régulière de la dépense publique dans les années à venir, la menace de contrats non renouvelés parmi les fonctionnaires, et de chômage technique dans la Construction si active la dernière décennie pour aménager les réseaux de transports contemporains de la Ligue, ne sont pas pour rassurer sur une baisse effective du chômage. Le seul avenir possible pour les Provinces de la Ligue, semble être celui d'une diminution de l'emploi public à compenser par un essor inévitable du salariat d'entreprise, dont étranger.

Qu'il soit public ou privé, l'emploi doit regagner du terrain si l'on veut espérer une croissance équilibrée et participant à un cercle vertueux de création de richesses ; seule façon aussi de limiter l'austérité dans le public (redistribution & investissements). Cela peut passer par une remise au travail de certains retraités, par l'ouverture du marché de l'emploi à des personnes plus jeunes, par la diminution du nombre de femmes au foyer (un statut qui est loin de traduire une activité maternelle intense, dans un pays si vieillissant).

[+] Détail
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Jeu Déc 29, 2016 2:55 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Travail Emploi sectoriel (2030)


Image



Si le Secteur tertiaire est dominant dans les Provinces de la Ligue de Montalvo, il n'est pas hégémonique et n’employait en 2030 que 105 000 personnes de plus sur le secteur secondaire, et que 306 000 de plus que le secteur primaire.

Par ailleurs, il existe au sein de ces grands secteurs, des secteurs plus petits qui constituent de véritables viviers pourvoyeurs d'emplois et malgré leurs difficultés, demeurent eux largement en avance en terme de concentration d'emplois.
En premier lieu, il convient de citer l'Industrie de production manufacturière (ensemble des grandes industries fabricant des biens matériels hors construction) et ses 926 635 emplois, soient 28,83% des emplois montalvéens.
Vient ensuite l'Agriculture, et ses 768 000 emplois soient jusqu'à peu autour de 24% des actifs (en plus de nombreuses femmes considérées comme au foyer, et d'enfants non déclarés).
Les commerces, les garages et l'hôtellerie concentrent 14,6% de l'emploi, à parts similaires entre le commerce et l'hôtellerie-restauration. Citons ensuite les transports et l'entrepôt, développés, avec 6,16% de l'emploi, puis enfin seulement les Administrations publiques avec 4,76% des emplois.

En conclusion, la Ligue de Montalvo est un pays d'industries de consommation, de commerçants-transporteurs, d'agriculteurs et d'accueil de touristes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Ven Déc 30, 2016 10:13 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Politique Calendrier électoral 2032-2040


Février 2032 : Sénatoriales (Arovaquie)
Septembre 2032 : Présidentielles (Arovaquie)
Décembre 2032 : Municipales (Alilée)

Mars 2033 : Sénatoriales (Nazalie)
Juin 2033 : Régionales (Arovaquie)
Septembre 2033 : Présidentielles (Nazalie)
Décembre 2033 : Municipales (Arovaquie)

Février 2034 : Sénatoriales (Alilée)
Juin 2034 : Régionales (Nazalie)
Septembre 2034 : Présidentielles (Alilée)
Décembre 2034 : Municipales (Nazalie)

Février 2035 : Présidentielles générales (internes au Conseil de la Ligue)
Juin 2035 : Régionales (Nazalie)

Février 2037 : Sénatoriales (Arovaquie)
Septembre 2037 : Présidentielles (Arovaquie)
Décembre 2037 : Municipales (Alilée)

Mars 2038 : Sénatoriales (Nazalie)
Juin 2038 : Régionales (Arovaquie)
Septembre 2038 : Présidentielles (Nazalie)
Décembre 2038 : Municipales (Arovaquie)

Février 2039 : Sénatoriales (Alilée)
Juin 2039 : Régionales (Nazalie)
Septembre 2039 : Présidentielles (Alilée)
Décembre 2039 : Municipales (Nazalie)

Février 2040 : Présidentielles générales (internes au Conseil de la Ligue)
Juin 2040 : Régionales (Nazalie)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Ven Déc 30, 2016 11:59 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Économie Répartition des revenus (2030)


Image



La classe populaire, soit 50% des adultes montalvéens, doit se débrouiller avec un très bas revenu mensuel, à hauteur de 231 lires ($). Grâce à l'implantation de l'agro-alimentaire et de la grande distribution, les produits de première nécessité sont disponibles à bas prix ; résultat d'une politique non sans conséquences sur la situation des foyers agricoles.
Justement, l'auto-consommation d'un certain nombre de produits issus des potagers ou petits élevages des campagnes, pallie à la faiblesse du revenu numéraire officiel calculé à partir du PIB qui, par ailleurs, ne prend pas en compte l'économie informelle (liée pour partie aux Mafias).

La classe moyenne, soit 40% des adultes montalvéens, dispose déjà d'un revenu mensuel plus important mais qui demeure faible, à hauteur de 421 lires ($). La faiblesse des prix des produits de première nécessité, dans un pays relativement agricole, lui permet également une certaine survie.

La classe moyenne-aisée, soit 9% des adultes montalvéens, dispose d'un revenu mensuel d'importance à hauteur de 1323 lires ($). Ce dernier lui permet de consommer de façon importante à l'intérieur du pays, mais aussi à l'extérieur à l'occasion de vacances à bas budgets dans des pays au coût de la vie de moindre importance.

La classe très aisée, soit 1% de la population, dispose moyennement d'un revenu mensuel de 2910 lires ($), bien que très hétérogène. Pour mieux l'appréhender, il faut considérer la classe aisée d'un côté, et la classe des super-riches de l'autre. La première dispose d'un revenu très confortable par rapport au niveau de vie montalvéen, la seconde appartient à une super-classe internationale ou fait partie des grandes familles de l'industrie et du commerce de la Ligue.

Disponibilité aisée des biens alimentaires de base, importance de la propriété privée et faiblesse des taxes, sont des facteurs contre-balançant la pauvreté numéraire de la plupart des Montalvéens. Une famille populaire possède bien souvent son bâti, dispose des réseaux d'auto-consommation de la campagne ou de la très bonne implantation des infrastructures de grande consommation.
La faiblesse relative du pouvoir d'achat des Montalvéens (qui n'est sans doute pas une exception régionale ni mondiale !), l'éloigne de la possibilité de consommer des produits venus de pays où les taxations lourdes augmentent les coûts de production et donc le prix de vente final. Il semble que pour le moment, cela favorise le repli de la consommation sur la Ligue, et donc assure à ses producteurs une certaine stabilité.


Le biais de cette forme d'étude réside dans la classification par individu, qui fait fi des réalités familiales ; elles viennent encore corriger un tableau d'apparence morose, plus fin dans le réel. Particulièrement dans un pays où seul 25% de la population est active, le revenu n'éclaire pas seulement le sort de l'individu mais celui des autres membres de la famille. Par exemple, les femmes au foyer sans revenus ou les jeunes adultes étudiants et chômeurs sont comptés parmi la classe populaire, bien qu'ils profitent selon toute vraisemblance d'un niveau de vie dû au revenu de leurs proches. Néanmoins, les prestations sociales sont comptées comme revenus, bien que faibles dans la Ligue.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Sam Déc 31, 2016 12:59 am 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Économie Répartition du capital (2030)
*est considéré ici comme capital, tout argent mis de côté et disponible. Le patrimoine matériel, dont les biens fonciers et immobiliers, n'est pas pris en compte, de même que les titres et actions.


Image



Les contrastes entre catégories de ressources sont plus fortes en ce qui concerne le capital disponible, qu'en ce qui concerne le revenu.
Grossièrement, plus un individu adulte montalvéen gagne, plus il est susceptible d'avoir proportionnellement davantage d'argent de côté.
Plus on touche d'argent au Montalvo, plus on met de côté. Par exemple, les 10% les plus riches Montalvéens concentrent 34,29% du revenu total, mais 72,50% du capital total.

Il faut faire ici les mêmes remarques de biais, que par rapport au tableau des revenus, concernant le rôle de la famille des solidarités, qui nuancent la situation de l'individu pris isolément.

Le capital disponible des Montalvéens est donc estimé autour de 50 milliards, soit 83,3% de la valeur du PIB.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Sam Déc 31, 2016 11:52 am 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Économie Logement en 2030

Image


Il existe 6 700 000 logements au sein de la Ligue, pour 12 995 390 habitants ; soit un taux de logement de 0,52/habitant (ou 0,58/habitant adulte), soit 1,9 personnes par logement.


Parmi ces 6,7 millions de logements, on compte 3 200 000 logements collectifs (appartement au sein d'un bâti partagé), et 3 500 000 logements individuels (maison isolée ou mitoyenne d'autres).


Logement collectif :
La moyenne du logement collectif est de 5 étages (hors-caves).
La surface moyenne très approximative par appartement est de 80m².*
64% des logements en collectif sont des locations (2 048 000 appartements).
36% des logements en collectif sont des propriétés habitées ou non-louées (1 152 000 appartements).

Le loyer moyen est de 400 lires, soient 4L/m² (4$/m²).


Logement individuel :
La moyenne du logement individuel est de 1,9 étages (hors-caves).
La surface moyenne très approximative par logement individuel est de 90m².*
15% des logements individuels sont des locations (525 000 maisons).
85% des logements individuels sont des propriétés habitées ou non-louées (2 975 000 maisons).


La part des logements, tous confondus, sans sanitaires ou vétustes est de 8,9% (593 300 logements).
*La surface moyenne d'un logement dans la Ligue est de 85,26 m².
Beaucoup de familles sans capital disponible, en difficultés de revenus, possèdent néanmoins leur habitat avec un bien immobilier familial, ancien, qu'ils habitent dans la ville.
La valeur moyenne d'un logement dans la Ligue est de 116 636 lires ($), cette du m² habitable est de 975 lires ($).


--------

Observations :
Le faible niveau de revenus dans le pays tire les prix de location à la baisse. La difficulté d'accès à l'habitat décent et permanent est atténuée par une situation intérieure où les propriétés sont majoritaires (4,1 millions/6,7).
Les biens fonciers locatifs ont tendance à être concentrés dans les mains de personnes pouvant se permettre, du fait de l'étendue de leur offre et de l'absence de taxes, de maintenir des loyers bas.
La situation de la société montalvéenne, tendant à davantage de monoparentalité et d'individus seuls, offre chiffre d'habitant/logement relativement bas. Il existe néanmoins de grandes disparités entre les riches et les pauvres sur ce point.
Le taux de résidences secondaires, pas connu, est estimé assez bas et ne concernant que la partie haute de la population (Les 1% ?).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Dim Jan 01, 2017 12:21 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Économie Immobilier en 2030

Grande enquête sur le parc immobilier montalvéen en 2030

L'enquête menée par l'Administration sur la situation de l'immobilier et du logement en 2030 nous éclaire sur les différents grands ensembles de logements, de façon plus précise que les observations d'ordre général faites communément. M²/logement, valeur/logement, valeur/m², nb de logements et m², parts du parc immobilier, valeur du parc, habitants et densité, parts du collectif et l'individuel par rapport à la location et la propriété, sont autant d'indices nous permettant de saisir des tendances que la presse n'hésitera pas rapporter.

Pour compléter ces chiffres, des informations sur la propriété immobilière par classe de situation économique seront communiquées par le Ministerio della coordinazione economica prochainement.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Dim Jan 01, 2017 8:12 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Économie Le patrimoine montalvéen en 2030

Image


En 2030, le patrimoine des Montalvéens atteignait 1 587 milliards (et des poussières de centaines de millions), soit près de 26 fois et demi le PIB pour cette même année.
À l'échelle de tous les citoyens, l'immobilier (49,23%) représente près de la moitié de ce patrimoine, suivi du foncier industriel/commercial/entrepreneurial (23,50%) qui dépasse de 6 points le foncier agricole (16,37%). Venaient ensuite les biens meubles et objets d'art (7,69%) et le capital disponible en épargne (3,20%).
Ce sont les grandes données prises en compte dans cette étude, qui ne s'est pas intéressée aux titres financiers - considérant tantôt leur grande fluctuation, et les passifs existants (dettes, etc) chez certains citoyens.

Plutôt qu'un document financier, elle se veut un outil de perception du réel montalvéen, avec les grandes disparités de situations qu'elle montre entre les portions hautes de la société, et les plus pauvres. Par ailleurs, le patrimoine de l’État n'a pas été pris en compte, bien que la force publique puisse posséder un certain nombre d'actifs dans le foncier, disposer de capitaux propres, de biens meubles et immeubles. Pour une question de clarification, les biens ont été tantôt éludés lorsque peu significatifs, tantôt intégré au patrimoine des 0,001% les plus riches, tantôt répartis lors propriétés légalement collectives, sans que les chiffres n'en soient véritablement transformés (Les Provinces ne sont pas de grandes propriétaires).

Un Montalvéen possédait donc cette année là 137 169 lires ($) de patrimoine, dont la moitié dans l'immobilier. Ce Montalvéen n'existe pas, car les disparités sont très fortes dans cette société.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Activités diverses
Message Publié : Mar Jan 03, 2017 10:57 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7886
Démographie Les chiffres fin 2031

Image


Les variations de la population citoyenne sont facilement compréhensible avec en tête la structure de la pyramide des âges pour la Ligue de Montalvo.
Il entre dans une classe d'âge moins de monde qu'il n'en sort, par l'accroissement naturel. Mais le phénomène tend à s'atténuer grâce au maintien des naissances depuis quelques années.

Malgré son taux de chômage important, la Ligue a dû accepter le maintien de 305 178 travailleurs étrangers sur son territoire en 2031, soit une hausse de 50%. Cette immigration de travail correspond pour le moment à un besoin de main d’œuvre moins facilement comblé avec les citoyens, malgré une égalité théorique de salaires et droits entre nationaux et étrangers, et à un besoin de soutenir la consommation.

Les nouveaux comportements conjugaux de la jeunesse autant que les habitudes de reproduction des immigrés (Dytoliens orientaux, Amarantins, nord-Algarbiens, Dytoliens occidentaux) semblent se conjuguer pour favoriser le maintien des naissances. Le vieillissement des papy-boomers provoque un boom de la population des nonagénaires, notamment masculins, système de santé aidant.

En prenant en compte les étrangers résidents, le taux d'accroissement démographique de la Ligue demeure négatif en 2031, avec -0,73%. La bonne dynamique de croissance et le fort PIB/hab par rapport à la région semblent épargner la Ligue de tout mouvement d'émigration (hrp : j'ai oublié l'émigration :X).


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 57 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO