SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Ven Jan 19, 2018 1:16 am

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 33 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : N'apretsa [Presse]
Message Publié : Jeu Mars 30, 2017 8:51 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
6 avril 2032

Image


Extrait du "N'aquosta" [Le Quotidien], journal assez sérieux et populaire considéré comme la référence nationale, traitant de "l'accident diplomatique" avec la Sankakkei Corporation. Le journal est considéré comme neutre et central vis à vis des questions politiques, avec dans la grande majorité des cas un soin pour l'objectivité.


COLON


Image


Effroyable. Alors que la proposition de rencontre entre la Sankakkei Corporation et le Vanuaha devait marquer le début d'une nouvelle histoire et l'existence d'un réel contrepoids néchinésien face à l'équilibre mondial, la rencontre du 5 avril 2032 restera comme l'un des plus grands échecs diplomatiques de l'Histoire.

Les deux hommes étaient relativement d'accord sur les questions d'investissement et économiques, avec notamment la création de paquebots de luxe et responsable vis à vis de l'environnement à la fois en interne et entre les deux pays ; la division se fît sur les questions humanitaires vis à vis de l'île de Zombu. Si l'île est en effet en grave crise, avec un chômage très élevée, une grande précarité et une forte insécurité face aux catastrophes d'origines naturelles ; la trop forte volonté du représentant Ken Miajima de s'imposer comme leader humanitaire pour en réalité tirer profit à fortement déplu au très radical Takolo Tubu.

De plus, si les investissements directs comme la construction d'hôtels ou d'une marina vont dans le sens des deux pays, la proposition de laisser la protection et l'armement militaire de l'archipel à la Sankakkei Corporation et de lui permettre une sorte de protectorat de Zombu relève alors presque de l'insulte. Quant l'on sait que l'archipel est en faveur d'une défense consciente et citoyenne, assez efficace mais en contrepartie fortement pénalisante vis à vis du regard de chacun, et d'une pacification mondiale ; la proposition de Ken Miajima semble même aller dans le sens de la provocation.

Si la réponse du Doyen Takolo peut sembler sévère : "VOUS CROYEZ QUE NOUS ALLONS DEVENIR VOTRE COLONIE ? VOS ESCLAVES ?! NOUS PRÉFÉRONS NOTRE MISÈRE A LA VÔTRE !" , elle est alors presque légitime face à la dégradation nationale commise par Ken Miajima. L'opinion publique fait ainsi consensus et bloc malgré la situation précaire de l'île de Zombu et ce que représente ce refus, et malgré la position très souvent contestée de Takolo. Les relations entre les deux pays semblent aujourd'hui impossibles et une haine viscérale s'installe envers la Corporation de par la désormais concurrence régionale, le profond mépris vis à vis de leur position sur le clonage et la modification génétique, et enfin cet épisode pris comme une gifle pour une grande partie de la population.

A l'avenir, il semblerait même, au vu de l'opinion et en dépit d'une réponse du Conseil sur le sujet ; une sanction internationale de la part de l'archipel envers la Corporation. Il pourrait alors s'agir d'une interdiction nationale de produit de la Sankakkei, de prise de position et d'appui sur des traités qui se montrent en défaveur de la Corporation ou pire, condamner publiquement la Corporation et demander le soutien mondial pour sanctionner gravement la Sankakkei.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Dim Avr 09, 2017 8:26 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
7 octobre 2032

Image


Extrait du "Radaga" [Rougeâtre], journal très engagé et très patriote, en faveur de la souveraineté nationale et d'un Etat très fort. Le journal traite ici des accords avec la Soverovie, considérés, notamment l'installation d'une base militaire, comme anti-istopagos. Alors que sa publication habituelle est presque confidentielle, cette édition bat tout les autres journaux, notamment le N'Aquaosta, et est vendue pendant plus de trois jours.


DANS L'OMBRE DU BELLIQUEUX SOVEROV


Image


Inacceptables. Les accords réalisés entre la Soverovie et notre très glorieux pays le sont. L'installation d'une base militaire au nord de l'île de Zombu remet en cause des années et des décennies de combat pour la légitimité de notre terre que nous sommes aujourd'hui prêt à vendre au premier gouvernement belliqueux. Sans remettre toute la responsabilité sur Maozu Papé, il est quand même l'investigateur de cette soumission diplomatique et culturelle envers ce grand pays du nord qui se voit doter d'envies de puissance et de suprématie nationale. Cependant, le problème vient d'au delà, avec des Doyens et certains de leurs proches en faveur d'une ouverture illogique et incontrôlé envers l'international. Seule la Doyenne de Maïa semble avoir compris l'importance de rechercher une stabilité intérieure avant de s'exporter tel des marchandises à l'international, malgré ces envies indépendantistes.

Nous devons rompre ces traités, et agir en faveur de notre indépendance nationale. Notre grande ouverture diplomatique et internationale n'a pas résolu les problèmes majeurs de notre pays : l'économie, ne profitant qu'à un archipel et laissant les autres dans la soumission, la négation et la pauvreté misérable ; et l'écologie, qui ne semble pas être sur le chemin de la résolution avec la participation de nos très glorieux représentants au prochain sommet pétrolier. La solution ne viendra pas de l'extérieur mais seulement de notre possibilité à nous unir dans ces moments où encore une fois, notre pays et notre vision du monde sont en péril. Seul un renversement de ce système anti-démocratique et anti-istopagos peut nous remettre sur un chemin que nous n'avons sûrement plus emprunté depuis l'Accident noir, le chemin du courage et de la dignité.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Jeu Avr 13, 2017 7:30 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
1 novembre 2032

Image


Extrait du N'aquoasta datant du 1er novembre 2032. L'extrait traite d'un accident ayant eu lieu sur l'archipel de Maïa. En effet, la Doyenne de l'île et grande protectrice environnementale, Noa Malaké, est portée disparue. Avec l'exil de Maozu, les deux doyens qui assuraient la défense environnementale sont en dehors du jeu : seul Takolo et Toah, plutôt défenseur d'une exploitation du pétrole restent.

ENVIRONNEMENT PORTE DISPARU

Image


Cela fait plus d'une semaine que la doyenne de l'archipel de Maïa, Noa Malaké, est portée disparue. Elle a été aperçue la dernière fois à Nar'o'ma'ku,, ville connue pourtant comme étant son fief, où les indépendantistes mayens sont les plus forts et les plus actifs. Cette situation bouleverse le pays qui était encore sous le coup de la base militaire soverov et de l'exil forcé de l'un de ses doyens. Alors que la situation semblait être compliqué pour le gouvernement, l'information de la disparition vient comme calmer les esprits révolutionnaires et laisse les Doyens du Zombu et du Vanuaha seuls au pouvoir. Si rien ne semble perdu quant à la possible survie de Noa malgré la grande tristesse ressentie notamment au sud des archipels-unis, il semble que les hommages ou les grands recueillements ne soit pas d'actualité. La population est comme paralysée, ne sachant pas comment réagir.

Cette nouvelle, voulue ou non par les Doyens, ouvre largement la voie sur la possible "ré-pétrolisation" du pays. Alors que Takolo Tubu est connu pour être un fervent défenseur du pétrole pensant qu'il s'agisse du seul salut possible pour les istopagos, Toah Azo'ha plus modéré semble également en faveur dans la limite où ni le reste de l'environnement ni la sécurité des citoyens n'est en jeu. Les seuls deux grands opposants à ce projet, les Doyens du Maïa et du Hipolulu, ne semble aujourd'hui pas en mesure d'agir pour empêcher ce retournement historique, divisant totalement la population. Si tous admettent la Vague réparatrice et l'intervention du dieu Océan, certains y voient une punition divine quand d'autres penchent d'avantage pour la thèse du renouveau nécessaire du pays ; sans admettre de lien entre l'Accident noir et la Vague réparatrice.

Cette nouvelle peut faire froid dans le dos quand l'on sait que le pays participera au premier sommet pétrolier, avec peut-être la possibilité de s'intégrer directement au marché mondial et d'être soutenu par les autres pays producteurs.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Lun Avr 17, 2017 9:24 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
20 Novembre 2032

Image


Extrait du N'aquoasta du 20 Novembre 2032. Avec les récentes interventions à travers le monde et la volonté de se développer encore plus, le Vanuaha semble en ce sens vouloir trouver des partenaires régionaux proches et fiables pour continuer dans cette lignée

UNE PROMESSE D'AVENIR NOMMÉE CHOENGLUNG


Image


Alors que le pays se développe de plus en plus à l'international et laisse présager un avenir très radieux sur le plan économique, grâce notamment au sommet pétrolier ; deux domaines laissent encore à désirer pour notre pays des trois étoiles de vert. Premièrement, un manque de représentation et de prise de décisions certains dans des dossiers majeurs de la géopolitique mondiale, alors que d'autres pays concurrents comme la Sankakkei sont eux bien présents. Le problème est également intérieur, avec certes une baisse des manifestations et des protestations certaine depuis début Novembre, mais un climat tendu difficilement gérable au vu de la défense intérieure du pays pouvant exploser à tout moment.

Pour pallier à ces deux problèmes, de sécurité et de représentativité, des rumeurs annoncent que le Doyen du Vanuaha, Toah Azo'ha, a pour projet d'intégrer l'Organisation de Coopération de Choenglung (OCC) et serait en négociation pour intégrer l'entente régionale, dans un premier temps au moins en tant que pays observateur. Sans être indirectement confirmée, la rumeur n'a pas été démentie et certaines pistes peuvent présager de son exactitude. Néanmoins, elle montre la volonté pour le Vanuaha de s'imposer durablement et avec force dans une géopolitique complexe, où elle ne jouera sûrement pas la place de leader du monde mais pourra du moins influencer à son échelle les décisions internationales. L'un des seules questions se posant vraiment vis à vis de l'OCC est diplomatique, le Vanuaha n'ayant jamais commercé avec le Sengaï, le Kaiyuan, l'Uhmali et le Lianwa ; pays membres de l'organisation.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Sam Avr 22, 2017 4:37 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
06 Décembre 2032


Image


Extrait du Z'Polia du 06 Décembre 2032, essayant de mettre au clair la situation politique actuelle du pays et la position du Doyen du Vanuaha, Toah Azo'ha. Bien que confidentiel dans les Archipels Unis, le journal est très apprécié des spécialistes internationaux par son regard très critique et son expertise dans le domaine politique.

LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND


Image

Affiche de Toah Azo'ha telle que vu sur l'île de Makta, sous-titrée "N'a Sueno" [Le Sauveur]


Contre toute-attente, le pays semble prendre un certain virage sur la politique qu'il mène depuis plus de 47 ans, soit depuis l'Accident Noir. Alors que jusqu'alors le système des Doyens semblaient être un moyen efficace de contrer les différents pouvoirs, avec l'opposition traditionnelle du Maïa et du Hipolulu au Vanuaha et au Zombu, un "concours de circonstances" semble avoir changer la donne. La politique environnementale et anti-pétrolière, défendue par tout un pays mais notamment au Maïa, semble de moins en moins préoccuper la globalité de la population. Cette dernière semble absorber par les propos du Doyen Toah Azo'ha, qui se montre "pour une exploitation pétrolière, mais intelligente et respectueuse au maximum de l'environnement". Il semble cependant que ce ne soit que des paroles ayant pour but de satisfaire tout le monde, ou plutôt pour ne contrarier personne. Le fait est d'autant plus marquant que son "bras droit" le plus fidèle, le Doyen Takolo Tubu, s'est montré extrêmement engagé lors des discussions au cours du sommet concernant une entente pétrolière.
Ce changement s'explique par la disparition de la Doyenne Noa Malaké, que l'on suspecte avoir fuit après les récents événements malgré le manque de nouvelles à son égard ; et l'exil forcé de Maozu Papé après des décisions prises avec la Soverovie contestés de manière violente et virulente. L'absence de l'opposition, forte par son poids économique et culturel, laisse alors la place à Toah Azo'ha pour mener la politique qu'il souhaite et être le seul véritable maître du pays. Ce dernier durcit alors le ton sur les thèmes économiques et diplomatiques, pour s'imposer maintenant à l'international.
Les Archipels Unis semblent alors prendre une tournure pour le moins autoritaire, avec le pouvoir concentré autour de la seule personne de Toah Azo'ha. Le Doyen semble même à commencer à travailler son image et un culte autour de sa personnalité. Il joue alors avec le "glorieux passé" du Vanuaha, où il se présente non pas seulement comme le descendant qu'il est de Taku Azo'ha, grand conquérant et architecte de "l'Envol" du pays, mais comme son héritier pur et simple aussi bien dans le rayonnement culturel que dans les envies de grandeurs. L'utilisation de la lignée comme justification et légitimation du pouvoir des Archipels-Unis prend en effet racine durant la période de Taku, les Azo'ha n'ayant plus quitté le pouvoir et leur autorité sur les Îles Takar depuis cette époque.

Cela explique pourquoi Toah Azo'ha est vu actuellement presque comme l'égal d'un Dieu dans l'Archipel du Vanuaha. Il est considéré comme "Le Bon", "Le Sauveur" ou bien encore comme "Fils de Conquêtes". Les habitants du nord du pays le voient alors comme l'espoir pour les Archipels-Unis de renouer avec leur grandeur passée et de réunifier le pays sous une même bannière, comme l'avait fait son ancêtre Taku. De plus, en se positionnant en faveur du dossier pétrolier, il redonne l'espoir pour toute une partie de la population du nord du pays, qui travaillait auparavant dans l'extraction pétrolière. Il se place par la même occasion en contradiction avec les archipels du Maïa et du Hipolulu, qui sont accusés "de lutter contre la grandeur du pays" et "de coopération avec la Sankakkei".
A l'inverse, en Hipolulu, le Doyen est vu comme "une Brute", un "Rugueux". Si la plupart des habitants de cet archipel ne se montre pas totalement en opposition avec la politique qu'il mène, considérant qu'il s'agit d'une bonne chose pour l'économie et l'activité touristique ; ils considèrent ses méthodes comme violentes et brusques, voir anti-démocratique. Leur opposition n'est pas violente et va même plutôt en direction d'une coopération, disant que "s'ils n'approuvent la manière, ils approuvent le résultat". Pour cette région qui fonctionne notamment grâce à la bonne image du pays à l'international, se révolter et brusquer le Doyen serait catastrophique, renforçant l'autorité de Toah et son ambition pétrolière ; le Tourisme ayant sûrement été torpillé.
Seul l'Archipel de Maïa semble alors réellement s'opposer au caractère autoritaire du Doyen. "Le Truand", "Le Criminel" ou bien encore "Le Tueur" est combattu au Maïa. On peut voir des affiches s'opposant à lui et à ses décisions, des défenseurs du non-pétrolier qui appellent à la manifestation ou certains groupes qui essayent de résister dans une région où le Doyen à finalement assez peu d'autorité. Cependant, l'absence de réel chef de la région empêche toute opposition constructive et réussie, cette dernière n'arrivant absolument pas pour le moment à se mettre d'accord et à lutter contre le Doyen qui semble prendre de l'ampleur sur la région de jours en jours. La question est alors de se demander comment de temps cette situation durera.

Par ces circonstances, Toah Azo'ha, Doyen du Vanuaha et maintenant de tout le pays, semble devenir l'unique figure du pouvoir aux Archipels-Unis. Si aucune opposition et révolte n'est faite contre le dirigeant, il est fort probable que "Le Bon, la Brute et le Truand" contrôle le pays encore pendant de longues années.



NB : A la suite de cette Une, le journal ne fût pas interdit ni censuré ; le Doyen ne voulant pas rajouter de l'huile sur le feu et préoccuper la communauté internationale. Cependant, les journalistes du "Z'Polia" furent "gentiment obligés" de trouver refuge à l'extrême-sud des Archipels-Unis, dans la ville de Istiry situé dans les Îles de Istimaku elles-mêmes dans l'Archipel du Maïa.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Jeu Avr 27, 2017 8:59 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
21 Décembre 2032

Image


Extrait du N'Aquaosta du 21 Décembre 2032. Cette édition traite d'une attaque pirate d'Inuits au nord de l'Archipel, sur les Îles de Zombu et de Makta. Il essaie ici de tirer au clair cette situation assez imprévue.

À EN PERDRE LE NORD

Image


Mais que s'est t-il passé dans la tête des Inuits ? Alors que l'incompréhension et le désarroi semble gagner le pays entier, il convient de revenir sur les récents événements qui se sont produits sur les Îles de Zombu et de Makta.

Le 18 Décembre 2032 à 06h47, au beau matin, de nombreux bateaux pirates se sont dirigés sur les côtes des deux îles précédemment citées. La "Ng'uerila", le rassemblement des hommes en âge de se battre, est alors mobilisée part le cor d'alerte et se préparèrent au combat. Alors armés de leurs lances et de vieux fusils, qu'ils prirent dans le centre des villes et villages (car le port d'armes hors de ce temps est interdit), ils se dirigèrent sur la côte et menèrent un valeureux combat. En effet, sans la volonté de flatter les Hommes, on dénombre seulement une dizaine de morts et à peine plus de blessé côté istopagos, pour plus d'une centaine de morts et autant de prisonniers pour l'envahisseur. Il est important de rappeler la force impressionnante de guérilla des troupes istopagos, qui n'est pas à contredire dans l'Histoire ; contrairement à leur force de combat à l'étranger.

Les envahisseurs pirates, nombreux, étaient en réalité des Inuits, à la stupéfaction des Istopagos. Si il est habituel que certaines tribus voisines ou pirates néchinéssiens viennent à quelques occasions attaquer les Archipels Unis, cette invasion est totalement surprenante. De plus l'attaque était, semble t-il, à l'origine prévue sur le sud du pays, pour que les Inuits se retrouvent finalement sur les îles les plus au nord des Archipels. Certains inuits, perdus, ont même été retrouvés aux abords du volcan Manatolu. Les survivants ont alors été fait prisonniers et sont entendus par les autorités du pays, pour ensuite être jugés ; semblant être dirigés vers de lourds travaux d'intérêts généraux.

Si un travail d'investigation est fait par l'administration et la justice du pays, pour l'instant aucune piste ne permet de comprendre cette attaque inhabituelle. Certains Istopagos, sur le ton du rire, disent alors que les Inuits ont perdu le Nord, de manière à se moquer de leur attaque. Cependant, l'affaire est prise au sérieux car pourrait cacher quelque chose de bien plus grave et important, qui pourrait se préparer contre le Vanuaha. Si la crainte n'est pas tant militaire, par l'incroyable force d'auto-défense des Istopagos, connaissants les moindres recoins de leur sol, elle est davantage économique et touristique ; une éventuelle invasion ou guerre pourrait plomber le tourisme et les investissements étrangers : à l'inverse de la politique prônée par Toah Azo'ha.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Sam Avr 29, 2017 12:22 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
27 Décembre 2032

Image


Extrait du N'aquaosta du 27 Décembre 2032. L'article met en avant la mise en place des accords technologiques et de construction entre le Vanuaha et le Caskar. D'un côté la construction d'un aéroport et l'installation du ICS à Mak, de l'autre le transfert de technologies notamment renouvelables.

CAP CASKAR

Image


Nous y sommes. Les engagements pris lors de la rencontre entre le Vanuaha et le Caskar le 25 octobre 2032, sûrement la rencontre la plus réussie de toute pour les Archipels-Unis, commencent enfin à prendre forme.

C'est ainsi que de nombreux techniciens spécialisés dans le domaine des énergies renouvelables sont partis en direction du Caskar, dans le but d'installer et d'enseigner la technologie aux spécialistes étrangers. On estime à une ou deux années la durée pour que le transfert de technologie soit total, c'est à dire que le Caskar ne dépende plus du Vanuaha sur ces points là. Il peut cependant dès à présent utiliser ces technologies, par la présence d'ingéniers istopagos. Il en va de même pour la construction du navire de croisière. Les premiers plans commencent à être élaboré et tout semble se passer selon l'agenda prévu lors de la fameuse rencontre. Le bateau sera alors mis en eau en 2036 pour les estimations les plus optimistes, en 2038 pour les plus pessimistes. Ces accords historiques représentent une aubaine folle pour le Vanuaha, qui permet à ces travailleurs de se faire employer à l'international et le dote d'avantages non négligeables sur deux constructions.

La première pierre du complexe aéro-satellitaire de Mak à ainsi été posée, là ou se tiendra l'ensemble des infrastructures construites par le Caskar et là où se tient d'ores et déjà l'ambassade caskar. Le but est d'ainsi d'ouvrir encore plus le pays pour lui ouvrir une grande porte vers l'international, à la fois du point de vue humain en augmentant les capacités d'échanges aéroportés et du point de vue de l'information avec l'installation d'un immense ensemble satellitaire. L'engament économique important du pays dans ces projets, qu'il espère largement profitables, devrait se voir récompenser aux alentours de 2034, date où a été fixé la livraison des ces deux infrastructures.

Reste à savoir ce que tout cela va amener dans le futur, avec néanmoins une confiance générale dans ces échanges placé pour l'instant sous les meilleurs auspices.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Lun Mai 01, 2017 10:14 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
04 Janvier 2033

Image

CARICATURES


Image

Les tensions au Mjalnar vues du Vanuaha, par Ern'a Tabu

Image

Le preux chevalier Toah Azo'ha allant quérir soutien auprès des dragons du Wenleï au vu de ses résultats économiques qu'il a jugé extraordinaires, par Tibu Makolato


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Mer Mai 10, 2017 2:36 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
31 janvier 2033

Image


NOA MALAKÉ DE RETOUR, PACIFICATION


Image


Alors que le régime politique semblait être prit d'une vague totalitaire, le retour de Noa Malaké après plusieurs mois de cavales (N'Aramé [La marée]) il y a quelque jours de cela redonne un espoir en la pérennité du système des Doyens.

Cela faisait depuis le 23 octobre 2032. Noa Malaké disparaissait des écrans radars. L'explication vient du contexte particulièrement complexe de cette période, avec l'exil de Maozu Papé et les préoccupations pétrolières de Toah Azo'ha. Considérant alors que l'unique solution est la résistance clandestine, elle fonde son mouvement quelques jours plus tard dans le plus grand secret et essaie de mobiliser les habitants de Istiny des Îles du Istimaku pour mener une rébellion. Cependant, la jeune femme fût rapidement désavouée par les habitants, hormis quelques grands fidèles à la tribu Malaké. Les citoyens n'ont en effet pas pensée bonne une rébellion si hâtive, et sans une certaine préparation armée (en sachant que Toah aurait sûrement eût l'aide soverove et caskar). N'ayant alors plus les moyens de mener une quelconque résistance, elle décide de continuer sa cavale notamment à cause de la prise autoritaire du Doyen Azo'ha. Tout soulèvement armé était alors totalement condamné à l'échec, se retrouvant dans une impasse.
Si Noa Malaké est ressortie récemment de sa cache, c'est notamment par le relatif laxisme actuel affiché par le Doyen, grâce aux discussions sur Choenglung et aux résultats économiques. Elle de plus, enfin appuyée par sa population du Maïa, qui se met comme garante de sa personne et qui ne se reconnaît que pa sa seule autorité. Par cette opportunité et par l'urgence de la question écologique, elle décide alors de partir rencontrer personnellement Toah Azo'ha afin d'avoir des discussions sur l'avenir politique et écologique du pays.

Toah Azo'ha, le Doyen du Vanuaha, était de plus dans une position qui devenait délicate ; ce qui semble à première vue en contradiction avec son laxisme actuel. En réalité, les citoyens istopagos ont finit par se rendre compte que le tourisme, qui représente plus de la moitié de l'économie, pouvait être remis en cause par une posture trop autoritaire de leur dirigeant. En jouant sur cette menace, le Doyen à donc été contraint à adoucir son autorité et son culte.
Evidemment, s'il ne disposait pas de larges fidèles au nord du pays et d'une économie sereine, il n'aurait pu accepter une telle détente de sa politique. Il est a noté en revanche qu'il n'avait pas prévu le retour en force de Noa Malaké, qui a apporté d'un même temps plusieurs discussions sur la table. Il se voit alors contraint de devoir collaborer avec la jeune Doyenne, de peur de provoquer une guerre interne et par conséquent de nuire aux relations internationales qu'il essaie de nouer et bien évidemment au tourisme. Plusieurs accords ont donc été signés entre les deux Doyens, les plus influents des Archipels.

Le premier de ces accords est la limitation de la prolifération pétrolière dans les Archipels Unis, où seuls les Îles les plus aux nord du pays seront susceptibles d'en abriter l'exploitation ; épargnant de ce fait les nappes à proximité de Bouru et de Mata. En échange, rien ne pourra remettre en cause l'activité pétrolière dans le pays avant 2040 à moins d'une catastrophe pétrolière.
Le second de ces accords est la tenue de désignations de Doyens pour 6 des 9 régions de l'Île. Noa Malaké restera la doyenne de l'Archipel du Mata à Maïa, Takolo Tubu le doyen de Zombu et Toah Azo'ha le doyen des Îles Takar. Pour les 6 autres places, les habitants seront réunis et désigneront les nouveaux Doyens. Noa et Toah auront cependant une place spéciale étant donné leur poids politique et démographique, devenant les seuls à pouvoir s'occuper des questions internationales.
Enfin, la position face à la Soverovie sera renégociée et discutée. Si les accords de paix et d'amitié ne semblent pas remis en cause, c'est d'avantage la question de cette fameuse base militaire qui pose question. Alors que son installation ne semble pouvoir être remise en cause, il se peut que Noa Malaké cherche à faire payer un peu plus cher à la Soverovie ce qui est considérée ici comme une atteinte directe à la souveraineté nationale.

Si le retour en force de Noa Malaké et le laxisme de Toah Azo'ha peuvent sembler surprenant, il sera cependant essentiel de voir si cette tendance continue. Tout peut en effet basculer d'un instant, notamment lorsque que l'on connait la personnalité du "Le Bon, la Brute et le Truand". Derrière la "démocratisation" du pays par l'arrivée de 6 nouveaux doyens, la réelle question politique se mènera sûrement en réalité entre les deux têtes d'affiches qui se livreront à un bras de fer rugueux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Lun Juin 12, 2017 9:10 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
06 Mai 2033

Image


Le N'a Claséa est un pur magazine hebdomadaire people à potins, ne racontant que des rumeurs vides dans le but d'écouler le maximum de stock. Généralement, cette presse est lue sur la plage puis assez vite recyclée en papier. Cet extrait du 06 Mai 2033 était condamné au même sort. A moins que ... ?

SCOOP : NOS DOYENS A GENOUX ET LA BOUCHE OUVERTE


Image


On se demanderait presque si quelqu'un est là pour diriger le pays ! Nos Doyens enchaînent de boire et déboires, pendant que la crème solaire Narté©, la crème solaire au pH neutre adapté à tous les peaux, devient une denrée de plus en plus rare au Vanuaha. On va aujourd'hui essayer de tout vous raconter, parce que même si le sable est chaud chaud chaud pendant votre lecture, nos scoops exclusifs sont aujourd'hui brûlants !

Alors qu'il voulait une candidature confidentielle, N'a Claséa© à réussi à dégoter cette info croustillante. Le Co-Président du Conseil Toah Azo'ha s'est agenouillé et à porter allégeance au beau Prince Zénon II, avant de lui embrasser sa chevalière ! Sans blague ! Bon, ok, le Prince de Movopolis est carrément charmant, et connu pour être un grand dépensier, peut-être pour vous mesdames ? Mais là, un Doyen, le Co-président du Conseil, qui se déplace en Amarantie pour dépenser sa richesse familiale et pour acheter de l'hypocrisie, non merci ! Et puis après, le Doyen Azo'ha, vieux qu'il est, se la ramène en mode "coucou les amis je veux défendre les intérêts du Vanuaha à travers le monde". Et bah non merci, parce que c'est pas en se mettant à genoux devant le magnifique Prince Zénon que tu va défendre la politique internationale et économique du pays ! Il serait bon de se demander ce que en pense les Dragons à coté de chez nous, peut-être aussi qu'ils veulent une soumission de notre Doyen. Et avec du cuir et du latex mesdames, vous penserez à lui la prochaine fois je le sais.

Mais le pire mesdames et mesdemoiselles, ce que l'autre Co-président du Conseil Noa Malaké n'est pas en reste ! Si l'info sur Toah était facilement trouvable, le dossier que nos meilleurs journalistes ont soulevé est tout simplement un trésor de l'Océan au beau milieu de la Néchinésie. Selon une source exclusive à N'a Claséa© pour un scoop que vous ne verrez nul part ailleurs, la Doyenne Noa Malaké aurait rencontré le soyeux Charles Bonisseur à Vanatolulu. A ce que l'on sait, la rencontre ne se serait pas limitée à de la simple diplomatie. Alors que le Conseil n'était au courant de rien, la jeune Doyenne de 24 ans aurait invité cet homme mature dans le bureau de Toah Azo'ha. Profitant de coup en douce, la Doyenne en aurait profité pour chauffer sévèrement le Président du Conseil de Mari avant de l'embrasser de manière très voluptueuse. On ignore la suite de l'histoire, mais on l'imagine bien bien torride. Alors que Toah se contentait d'embrasser la main étrangère, Noa bat tous les records et copule sûrement avec le voisin de Mari ! On craint de plus en plus que le pays se fasse baiser, au vu du comportement tendancieux de nos représentants !

L'affaire est à suivre et les nouveaux plans C de nos représentants pourraient être rapidement sollicités. Selon l'agenda officiel du Conseil, Noa se déplace en effet dans un peu moins de 3 mois à Mari et Toah dans quelques jours à Movopolis. On vous tient aux news, pendant que nos dirigeants ne tiennent pendant ce temps pas le pays. D'ici là, portez vous bien ; bisous bisous.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Mer Juin 14, 2017 1:10 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
12 Mai 2033

Image


Extrait du 12 Mai 2033 du journal de référence "Z'Polia", ayant gagné en reconnaissance et en poids dans l'opinion nationale et internationale depuis sa récente couverture des événements du Doyen Azo'ha. Dans cette édition, le sujet principal est la multiplication des crises que subit depuis peu ou depuis plus longtemps le pays.

CRISES

Image


Les Archipels-Unis sont en "Crises". Ces dernières sont multiples, polymorphes, se croisent ou n'ont absolument rien à voir. Leur point commun en tout cas concerne leur chronologie : si elles n'ont pas toutes la même origine ni les mêmes raisons, toutes ont frappées notre pays violemment et ce particulièrement depuis un certain temps cependant assez récent.

La première, qui n'est pas forcément la plus virulente, est économique. Le Conseil des Doyens, qui avait planifié un budget extrêmement précis selon le principe d'équivalence, sera sûrement contraint à l'emprunt ; dans l'optique de mener sa récente politique pétrolière. Alors qu'une enveloppe d'un peu moins de 3 milliards étaient convenues, le budget de l'exploitation nouvelle pourrait bien s'alourdir ou être fortement retardé ; car le budget du projet a été fortement sous-estimé. Le Conseil a cependant indiqué dans un communiqué vide de sens qu'il ne s'agissait que d'une "priorité secondaire".
L'économie frappe aussi l'Île de Zombu, extrêmement pauvre et précaire. La situation semble s'aggraver et une possible famine pourrait se déclarer selon les observatoires de la consommation des Archipels-Unis. Le Doyen de Zombu, Takolo Tubu, estime cependant qu'il s'agit d'une "fausse menace" et que "la situation au Zombu est en réalité plus proche du Paradis océanique que de l'Enfer décrit par certaines 'entités médiatiques' ".

En plus de se cacher derrière de fausses déclarations, le Conseil qui essaie de se montrer uni est en réalité en pleine ébullition et des tensions vives commencent à apparaître. Le Doyen Toah Azo'ha fait ainsi tout pour bloquer l'existence des paradis fiscaux en forçant sa loi sur "la moralisation citoyenne", tandis que la Doyenne Noa Malaké insiste pour que "aucun conflits d'intérêts, notamment Dytolien, n'influe sur la politique du pays". Ces lois et coups portés viennent en réalité des récents scandales que connaissent depuis peu les deux Co-Président du Conseil, ayant provoqué de fortes contestations ou au contraires des manifestations en leur soutien. Dans ce échiquier politique, le Doyen Vapala qui ne s'est pour l'instant placé dans un aucun camp, cherche à profiter de la situation pour réunifier autour de sa position central et devenir le leader du Conseil.

La crise est enfin diplomatique. La Soverovie et la Sankakkei posent toujours question, les pays de Choenglung s'interroge de plus en plus sur la stabilité du pays tandis que la République de Mari semble avoir du mal à digérer les propos tenus à son égard suite à la rencontre diplomatique et à ses révélations. De plus, chacun des "grands Doyens" cherche à saborder les intérêts de l'autre, rendant impossible une certain coexistence et menant à un non-sens diplomatique qui inquiète de plus en plus la population. Pour couronner le tout, la situation du Caskar, principal investisseur et principal client des Archipels-Unis, pose débat. Le pays est en pleine guerre civile, et suscite l'inquiétude des investisseurs malgré "la confiance" que le Caskar a renouvelé à ces principaux clients dans le but de rassurer leurs investissements. Fait difficile à prendre pour acquis pour le Conseil des Doyens.

Malgré ces multiples crises, l'urbanisation de la Capitale n'a jamais été aussi active et le tourisme se montre de plus en plus florissant. Ces "points positifs" proviennent en partie de la confiance que commençait à accorder la communauté internationale aux Archipels-Unis, pays vu comme neutre et particulièrement serein. Jusqu'à quand ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Ven Août 04, 2017 12:41 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
8 Octobre 2033

Image


LES ENNEMIS DE MES ENNEMIS SONT MES AMIS


Image


N'en déplaise à certains, qui jugeront l'oeuvre de Dhaoru Batistini très étrange et tirée par les cheveux, le drapeau réalisé par l'artiste de Alani est plus qu'équivoque : on aime le Wildhorn au Vanuaha, et notamment parce qu'il est en première ligne face à une opposition britone.

En effet, le sentiment anti-briton [N'a Kana Brito ; L'égoût briton] n'a cessé d'augmenter depuis les derniers mois et les raison semblent nombreuses. Il faut tout d'abord rappeler le passé historique, particulièrement grisant entre les deux pays : les Archipels-Unis résistant par miracle au colon briton, puis évidemment la Grande Guerre du XXème Siècle. L'Empire Britonnique à également le don d'intervenir dans ses anciens comptoirs et anciennes colonies : chose qui agace plus que tout les Doyens. On peut noter en particulier le mariage entre la Princesse Lei Hai et le Comte Georges Sinclair ; vu comme une tentative d'intrusion britonnique dans le pouvoir Uhmalien (malgré l'apparente passion des deux amoureux). Cela est bien sûr, rappelée par certains, que la partie marquante ; le pays essayant de préserver ses comptoirs coûte que coûte au Wenlei. Pour couronner le tout, la dirigeante Margaret Spencer se donne des airs de monarque, avec une attitude dure et belliqueuse très mal vue au Vanuaha. La répression des manifestations et la crise qu'a traversé la Britonnie appuie alors les propos et les opinions de millions d'istopagos. Menaçant sur le plan diplomatique et économique, la Britonnie est devenu au Vanuaha le pays à abattre (selon les derniers sondages), et ce même devant la Sankakkei (qui tenait presque historiquement la position depuis presque deux ans). L'autorisation du clonage, de la recherche génétique et des organismes génétiquement modifiés, ainsi qu'un darwinisme obligatoire, n'y sont pas étranger.

Sans le vouloir et sans aucune autre raison apparente, le Wildhorn est alors devenu le troisième pays préféré des istopagos (derrière le Caskar et Mari, selon le même sondage que mentionné ci-dessus). Les soutiens à Kate Nightingale et William Partridge se multiplient tandis que les jeunes arborent de plus en plus des croix wildhornaises comme signe d'émancipation ("Wild and free" sur les tee-shirts). De plus, contrairement à la Britonnie, le clonage et les O.G.M sont interdits ; tel les mœurs istopagos le recommanderait. Tout le folklore de Torchwood est alors devenu une source d'inspiration pour des istopagos en recherche de repères dans une diplomatie mondiale actuellement placé dans un "shaker" à l'issue incertaine.

Quoi qu'il en soit, le Conseil des Doyens se réjouit intérieurement de cette haine du britonnique et de l'affection nouvelle portée au Wildhorn. Les crises de Mai sont maintenant lointaines, avec la fin du conflit au Caskar et la mise en place à rythme modéré de l'exploitation pétrolière, ainsi que la réforme de l'éducation encourageante et attendue par de nombreux istopagos. Pour poursuivre le mouvement, il est dit que Erne Vapala le Doyen des îles Jumelles serait en train de préparer une rencontre avec le Wildhorn au vu de la portance populaire du phénomène. Et ce, alors que des groupes extrémistes pro-Azo'ha et anti-briton commencent à émerger sérieusement ... .


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Ven Août 04, 2017 12:45 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
12 Octobre 2032

Image

Le N'a Claséa, presse à potins et à scandale, répond à cet article de "The Saviour" à la suite de l'incident à l'office des affaires étrangères britonnique du "Cocktail Batozé". Ici, la presse istopaga se donne un malin plaisir à détruire son confrère briton ; qui avait dans son article essayé de détruire le Vanuaha et notamment le N'aquoasta.

LE PETIT SOLDAT DE ROUGE QUI SE CROIT GRAND


Image


Qu'est-ce qu'il est mignon, ce périodique britonnique d'un sérieux rare et d'une qualité de presse si implacable qu'il se permet de critiquer directement l'un des plus grandes presse de Néchinésie. Qu'est-ce qu'il est con aussi, et en réalité si grossier et affligeant que même un journal "décontracté" comme le nôtre paraît comme une référence à ses côtés.

On pourrait d'abord donner l'argument qu'il est britonnique, mais cela serait faire des généralités et des amalgames. Tenez par exemple, les anciennes colonies britonniques : elles sont joyeuses et indépendantes à l'image du Wildhorn ; c'est peut-être pour ça que les britons sont aujourd'hui si insupportables (non ils l'ont toujours été). Cependant par dessus le lot, ces derniers se permettent de donner leur opinion si essentielle sur l'acte que "quelques dégénérés istopagos" auraient commis. Bien que l'on ne cautionne pas ces actes, posez vous les bonnes questions : pourquoi êtes-vous si méprisables bordel de roi ?! C'est vrai, qu'on on remarque la grandeur du journal et ses propos, on aurait presque envie de ne vraiment pas la rater cette étincelle. Peut-être que pour eux, et à l'image de leur office des affaires étrangères, le silence radio aurait été bien plus que nécessaire.

La race inférieure de mongoliens des îles qui vît sous les cocotiers a plusieurs messages à faire passer aux grands britons : 1) On vous emmerde 2) Votre esclavage et votre colonialisme n'est jamais parvenu au Vanuaha et ce n'est pas prêt d'arriver 3) Méfiez des cocotiers, quand ça tombe sur vous ça fait généralement mal à la tête. La preuve : une simple lettre de chez nous à pu sans la moindre crainte atteindre son but, sans que personne n'en ouvre le contenu ; si ce n'est pas une preuve d'incompétence alors je ne sais pas ce que ça peut être. Celui qui devrait prendre en note ces concepts serait sûrement en premier lieu le "Porte-Parole officiel du Britonnia Folk Party", qui je cite, à déclaré :

Citer :
Cette poussée de rage fumeuse chez les mongoliens des îles n'était probablement que provisoire et retombera aussi vite qu'elle est montée lorsque nous aurons tiré sur la laisse économique.


Nous ne ferons pas plus de commentaires sur ces mots, qui transmettent à merveille le message de ce porte-parole : même un torchon trempant des jours dans du Batozé aura toujours meilleure allure que vous. Si après ça, notre haine est irrationnelle, alors le Wildhorn est toujours votre plus fidèle allié. Par pitié, chers britons, avant de dire que notre pays est une toilette turque, constatez que le votre est juste un trou creusé dans le sol entre deux villes où les égouts débordent. Car sur ce point et contrairement à vous, nous avons au moins une certaine sophistication.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Jeu Août 10, 2017 5:15 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
31 Octobre 2033

Image


DANS L'OMBRE DE MARI

Image


Au centre de l'Organisation du Libre-échange et du Commerce, au cœur de la plupart des arrangements diplomatiques actuels et à la place politique et économique croissante, la République de Mari est la puissance montante de la Néchinésie qui est en train de se faire une place sérieuse sur l'échiquier mondial. Ceci, tandis que le Vanuaha semble stagner voir reculer sur le plan diplomatique.

C'est un fait, le Vahuana n'y arrive plus. Alors que le pays semblait être le pays dominant sur le continent, la République de Mari est en train de surpasser son "grand-frère". Le petit rocher francophone, pourtant ami des Archipels-Unis, le met dans l'ombre ; et ce dans tous les domaines. Le petit ilot surpasse même son homologue dans la défense de la paix, avec la mise en place d'un traité de non-prolifération des armes de destruction massive. Par ces faits, la République qui s'est pourtant ré-ouverte sur le monde depuis peu écrase les Archipels-Unis, en ayant même des meilleurs relations que lui avec les pays de l'Organisation de Coopération de Choenglung (le Lianwa et le Sengaï pour les nommer). Tout semble au beau fixe à Anaa, Capitale de la République de Mari. Comme pour montrer au contraire que tout est gris dans les Archipels-Unis.

Il ne faut alors pas se fier aux propos du N'aquaosta, qui voyait la montée du sentiment Wildhorn et de la haine britone comme des symboles d'un retour de crise. Il n'en est rien. Pour preuve, le ministère des affaires étrangères du Wildhorn n'a donné aucune réponse à la demande de rencontre envoyée par le Doyen Vapala. De plus, le Vanuaha est toujours un pays observateur de l'Organisation de Coopération de Choenglung, alors que l'Eashtri est au contraire du "pays des milles îles" rentrée directement en tant que membre complet dans la dite organisation. On peut par dessus rajouter trois autres faits marquants synonymes de problèmes majeurs dans la gouvernance du pays : le Lianwa, pays membre de l'OCC et disposant d'une place majeure voir primaire dans la gouvernance mondiale n'a toujours pas accepté de rentrer en contact direct avec le Vanuaha ; le double jeu istopago entre Caskar et Soverovie pose problème et en posera encore plus à l'avenir ; certains Doyens dont Azo'ha et Malaké montrent par leurs attitudes ou leurs activités externes une défaillance certaine du Conseil actuel, et ce malgré le succès de la réforme scolaire réalisée par les Doyens "pragmatiques".

Bien qu'il soit encore trop tôt pour parler de défaillance, le Vanuaha est en tout cas en posture défavorable. Les mois à venir seront décisifs, alors que le pays organise le triathlon de "N'a Ilta" et espère capitaliser dessus pour se relancer au niveau international, et même national.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Mar Août 15, 2017 11:55 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
16 Novembre 2033

Image


Extrait du "Radaga" [Rougeâtre], journal très engagé et très patriote, en faveur de la souveraineté nationale et d'un Etat très fort. Le journal traite ici d'un aspect spécifique abordée lors d'une interview de la Doyenne Noa Malaké. Il faut souligner la proximité idéologique entre la Doyenne et le journal, qui bien que indépendants l'un de l'autre, se retrouvent souvent à défendre les mêmes intérêts.

MALAKÉ EN GUERRE CONTRE UNE VULGARISATION DANGEREUSE


Image


Le problème soulevé par la Doyenne Noa Malaké dans une interview qu'elle nous a récemment accordée peut sembler à première vue dérisoire voir même affligeant vu les différents tracas que le pays subi depuis ces derniers temps. Cependant, il pourrait s'agir d'une grande partie du problème.

"Quand les citoyens étrangers raccourcissent "Archipels-Unis du Vanuaha, du Maïa et du Hipolulu" en "Vanuaha" : ont-ils conscience de la portée de cette vulgarisation ? Définitivement, non."

Le problème remonte en réalité à la période de domination Azo'ha sur la majeure partie du sud de la Néchinésie. Alors que le Vanuaha ne concerne que leurs archipels "d'origines", ces derniers ont voulu généralisé le nom à l'ensemble de leurs îles conquises pour s'imposer culturellement. Le terme "Vanuaha" faisait donc référence à une zone géographique précise, mais également indirectement aux territoires qui étaient soumis à son influence car à la famille Azo'ha. La Doyenne de l'Archipel du Mata précise à ce sujet : "l'évocation isolé de "Vanuaha" ressasse donc le souvenir difficile pour certains citoyens de la domination et de l'impérialisme Azo'ha."

Ce raccourci est alors utilisé et encouragé par les différents défenseurs du clan Azo'ha et de la domination du Vanuaha sur les autres archipels. Il s'agit pour eux d'un nouveau moyen d'affirmer leur supériorité sur les deux autres grandes parties du pays. Tel était pourtant l'intérêt du nom "d'Archipels Unis du Vanuaha, du Maïa et du Hipolulu" fixé à la suite de la "Grande Guerre" et de la défaite des fascistes istopagos : mettre sur un pied d'égalité et réconcilier les différents archipels meurtri par la défaite militaire lourde.

La Doyenne souhaite alors "changer le raccourci de "Vanuaha" en "Archipels-Unis", pour éviter d'alimenter la propagande et l'expansionniste de ce vil monstre de Toah Azo'ha" et en ce sens "imposer une lourde amende pour ceux qui ne respecteraient la règle." La demande semble irréaliste, surtout qu'il faut rappeler qu'elle doit passer par le Conseil des Doyens pour être approuvé et par la suite appliqué. On doute alors qu'une telle loi puisse passer, mais sa seule évocation reste un signal fort pour les différents citoyens du monde qui utilisaient jusqu'alors un tel raccourci sans en connaître le réel sens.

L'enjeu est réel, même s'il s'agit surtout d'un débat politique intense et d'un bras de fer qui n'a cessé depuis l'avènement de Noa Malaké et de Toah Azo'ha aux sommets du pays. Le sujet de discorde est également un révélateur important : la division n'a jamais été aussi forte entre le nord du pays, le Vanuaha, et le sud, le Maïa.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 33 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO