SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Mer Mars 29, 2017 9:15 pm

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Articles de presse et médias
Message Publié : Mar Août 23, 2016 6:13 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 4:46 pm
Message(s) : 534
Localisation : Abrigs
Image

8 décembre 2030
Le bout du tunnel ?


2031 pourrait être l'année de la reprise après la crise des dernières années.
En effet, bien que l'activité ait encore diminué dans nos îles cette année, plombée par la chute continue du commerce maritime, il semble que 2031 puisse voir la fin de cette descente aux enfers. Si les analystes restent mesurés, la relative stabilité que le monde retrouve progressivement devrait permettre une reprise de l'activité économique à l'échelle international.

Cette crise qui n'aura épargné personne, nul régime, nul modèle économique, aura changer le monde de manière définitive, mais ne devrait pas compromettre le projet abrigeois. Basé sur l'autonomie alimentaire et énergétique et sur le réinvestissement de la rente pétrolière dans des infrastructures de commerce international, ce dernier devrait rapidement retrouver son plein potentiel, à moins que cette crise ne soit l'occasion de réinventer le modèle économique de nos territoires autonomes. Il fut en effet conçu à la fin du XXème siècle, et plus de 30 ans après, la question de sa pertinence est légitime, d'autant que celui-ci n'aura pas permis de protéger les Abrigeois et Abrigeoises de cette crise, et qui bien au contraire les y avait bien plus exposé que d'autres.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 21, 2016 7:46 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 4:46 pm
Message(s) : 534
Localisation : Abrigs
Info-sport

Image

31 Août 2031
Les équipes abrigeoises toutes voiles dehors au championnat du monde à Valborg (Thorval)


Engagés dans toutes les catégories, les marins abrigeois emmenés par le champion Murillo ont fait honneur à leur réputation puisqu’ils ramènent 6 médailles et ont fait résonner l’hymne abrigeois par deux fois sur les côtés du Thorval. La satisfaction principale de César Pinto, Directeur technique national, s’est avant tout porté sur les résultats féminins puisque la doublette Posada – Velez gagne l’épreuve de skiff femmes en double, récompensant le travail effectué depuis 2 ans sur la filière professionnelle féminine de ce sport national. Du côté des hommes, le véliplanchiste fortalezzain Murillo réalise une performance et s’adjuge logiquement la première place.

Les résultats abrigeois :
1er Celedonio Murillo (Planche Hommes)
3ème Orígenes Pérez (Dériveur lourd en solitaire, hommes)
3èmes Juanelan Salazar et Lutgarda Saldana (Catamaran en double, mixte)
3ème Calíope Venegas (planche femme)
2èmes Rosina Cerda et Saidi Olmos (Dériveur en double, femmes)
1ères Valeska Posada et Cleofás Velez (Skiff en double, femmes)


Tous les résultats


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 28, 2016 1:22 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 4:46 pm
Message(s) : 534
Localisation : Abrigs
REPORTAGE

Image

ENERGS, l’histoire d’une renaissance


Alors que la société semi-publique ENERGS vient d’annoncer la reprise de l’exploitation gazière au large de l’archipel, retour sur l’histoire de cette société et de sa renaissance sous sa forme actuelle.

L’exploitation des hydrocarbures aux Abrigs remonte au début du XXème siècle, avec le forage du premier puit sur l’île Extramatorre en 1919 par la société d’exploitations des sables abrigeois (SESA). La production restera relativement confidentielle et réservée au marché national. En effet, les gérants de la SESA sous-estiment la capacité du gisement car celui-ci s’étend vers le large, le puit ne pompant que la bordure la poche. C’est en 1976 que GazOil, entreprise internationale s’intéressant à la prospection et l’exploitation dans le domaine des hydrocarbures, convainc les autorités abrigeoises de l’existence de poches de pétrole sous les eaux territoriales et de lui en confier l’exploitation. La concession est accordée pour une durée de 50 ans, avec pour conditions l’obligation de passer par la place de marché abrigeoise pour revendre le pétrole, l’emploi et la formation d’une main d’œuvre locale, une rente annuelle ainsi que la construction de puits sur terre et de deux plateformes marines. Alors que GazOil est intégrée dans un système complexe de holdings internationales participant au système hégémonique, en 1995 la filiale installe son centre des opérations régional à Porto Nuevo suite à la découverte de gisement de gaz au sud de l’archipel dans les eaux internationales. L’accord sur l’exploitation du pétrole dans les eaux territoriales ne s’appliquant pas dans ce cas, les autorités conviennent de ne pas taxer du tout les revenus issus de l’exploitation gazière avec en contrepartie, l’obligation toujours de passer par le marché de Porto Nuevo pour vendre ce gaz et d’employer et former une main d’œuvre locale.

L’affaire des comptes falsifiés

En 2009, un changement dans les normes comptables nationales révèle des incohérences qui convainquent la justice d’enquêter sur les chiffres transmis aux autorités fiscales quant à l’exploitation du pétrole. Les conclusions de l’enquête démontrent une entente entre le secrétaire chargé de l’exploitation des hydrocarbures à l’agence national de développement économique et la direction locale de GazOil. En 2011, GazOil et les personnes de l’administration impliquées dans l’affaire sont condamnées de manière ferme, la concession est révoquée. Des discussions démarrent alors entre la holding et le pouvoir abrigeois qui menace de tout simplement nationaliser tous les avoirs physiques et immatériels de la filiale locale de GazOil. Un accord est trouvé en 2013, ENERGS une joint-venture semi-publique entre GazOil et l’Etat exploitera les ressources pétrolifères. A travers cette dernière GazOil est forcée de démarrer un programme de transfert de technologie, et d’investir le montant de l’amende dans la modernisation des infrastructures. De l’autre côté, GazOil seule exploitera le gaz, mais subit une réduction de son abattement fiscal.

Chute et renaissance de l’exploitation gazière

La crise grossissant chaque semaine, GazOil et le système dont la filiale fait partie n’y échappent guère. Les troubles un peu partout sur le globe sont à double peine pour ce complexe industriel, affaiblissant les échanges commerciaux internationaux d’une part et donc la demande en hydrocarbures, et de l’autre concentrant toutes les énergies sur les éléments clés. Malheureusement pour GazOil, elle fit partie des sacrifiés de ce moment de l’Histoire récente. N’ayant ni la trésorerie pour maintenir ses plateformes, ni les clients pour en acheter la production, l’entreprise arrête d’abord ses projets d’expansion puis ferme petit à petit ses plateformes, pour finalement se cantonner à un bureau de négoce à Porto Nuevo en 2021. Mais depuis 10 jours maintenant nous avons appris que l’entreprise renait de ses cendres, cette fois-ci dans l’escarcelle d’ENERGS, champion national de l’exploitation des hydrocarbures aux Abrigs. Fruit d’un accord entre les anciens propriétaires de la filiale du système hégémonique et les nouveaux responsable de l’entreprise semi-publique, le plan « Phoenix des mers » prévoit la réouverture de deux plateformes gazières (GS03 et GS02) sur l’année 2032 pour fournir la place de marché internationale de Porto Nuevo de cette énergie dont la demande remonte, signe d’une reprise progressive de l’activité commerciale et industrielle mondiale. Le plan prévoit aussi, naturellement dans l’archipel, un rabattement fiscal permettant à ENERGS d’être compétitifs mais aussi de générer des économies en vue d’investir dans les énergies renouvelables, rappelant ainsi que le S de ENERGS indique un pluralisme de l’énergie résolument tourné vers l’avenir.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Déc 09, 2016 5:02 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 4:46 pm
Message(s) : 534
Localisation : Abrigs
Image

28 octobre 2031
Un paradis fiscal ?


Souvent désigné comme un paradis fiscal, l’archipel vient de dévoiler son plan fiscal pour l’année à venir. Si aucune surprise n’est à signaler, c’est l’occasion de se pencher sur ce système qui se distingue par sa libéralité.

Particulièrement libéral sur le plan fiscal, l’administration abrigeoise a fait le choix il y a des dizaines d’années de ne pas appliquer de fiscalité au travail, dans le but la favoriser la compétitivité des activités internationales et de stimuler la consommation des Abrigeois. Cela a aussi pour avantage une simplification administrative majeure.
Ces avantages fiscaux majeurs sont en revanche contrebalancés par des contraintes comme la limitation des salaires à 30 fois le plus petit salaire temps plein de l’entreprise. D’autres obligations comme la couverture santé existent pour les grandes et moyennes entreprises.

Enfin, les services portuaires et les services financiers sous soumis à des règles différentes, comme par exemple l’absence de taxes sur les opérations dans le port international.

Evaluée à 15% (soit 3 913 €$ / habitant), la part du PIB prélevée par l’Etat est récupérée au travers de la TVA, de l’impôt sur les bénéfices nets (pour les professions libérales, et les entrepreneurs/artisans, des accords de branches fixent un taux d’imposition sur le chiffre d’affaire), de la taxe d’habitation (indexée sur le nombre et l’âge des personnes du foyer et du nombre de m²) et bien entendu par la rente pétrolière.

Pour finir, des réflexions sur une taxation des activités et biens polluants sont en cours de réflexion pour financer la politique environnementale de l’Etat. Enfin, un visa touristique payant serait une piste de financement des investissements dans le tourisme prévus dans les 3 prochaines années.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 13, 2017 2:38 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 4:46 pm
Message(s) : 534
Localisation : Abrigs
Image

10 février 2032
Les entreprises ont le moral au beau fixe


La note maximale de l’indice de confiance des entreprises de la FIDES a été attribuée à l’archipel. Un communiqué du Cabinet gouvernemental se satisfait de cette annonce « en ligne avec l’ambition affichée du chef de l’Etat ». Cette même ambition, exposée lors de l’interview de nouvelle année, qui avait fait beaucoup parlé au sein des élites abrigeoises par son côté presque démagogique, mais aussi par la lucidité de la vision des Abrigs sur la scène internationale. Le maître mot étant la stabilité, ce que veulent entreprises, partenaires internationaux et la population évidemment.

Extraits choisis de l'interview de Riccardo Baxa, Président de l'archipel
Citer :
Image
[....]
Beaucoup de nations ont profité du renouveau économique et diplomatique pour nouer, et renouer, des relations avec d’autres puissances politiques et économiques. Vous souhaitez que les Abrigs deviennent à nouveau le point de passage qu’elles étaient, mais nulle rencontre majeure n’a été effectuée, n’est pas contradictoire ?
Vous savez, pour que des relations entre deux Etats soient une réussite, il faut que les deux nations aient à y gagner, le plus également possible. Sinon, le déséquilibre engendré se répercute forcément par un ascendant d’une nation sur l’autre. Aujourd’hui, les Abrigs se remettent à peine de la crise, et nous devons faire face à de nouveaux défis pour assurer nos bases, nous assurer que les relations que nous pourrons nouer profiteront à la population. Le moment venu nous accélérerons, avec une véritable offre pour nos partenaires potentiels.

Ne pensez-vous pas que le retard pris sera préjudiciable pour l’image de l’archipel aux yeux du monde entier, et que chaque jour passé sans intervenir sur la scène international diminue la capacité d’influence du pays ?
Si, très certainement. Mais au risque de vous choquer, influencer le monde entier n’est absolument pas mon ambition, ni celle du Cabinet. Ce n’est pas pour cela que nous avons été élus. Notre engagement est de relever l’économie du pays. De ramasser les morceaux épars de l’hégémonie laissés aux Abrigs, de les réagencer, et d’assurer l’avenir du modèle sociétal abrigeois. Influencer le monde, sa destinée, par la diplomatie, la politique ou même le commerce, n’est pas notre objectif, ni un moyen que nous emploierons.

Y compris sur la question des énergies ?
Oui, tout à fait. Nous bénéficions de ressources naturelles et disposons des actifs pour les exploiter. Et puis il y a ce qu’on décide d’en faire. Certains chercheraient à en jouer pour justement influencer le monde, pour obtenir une position dominante sur le système commercial. Pas nous.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?
C’est assez simple et pratico-pratique. Nous sommes les Abrigs, un archipel de plus d’un million d’âmes. Nous sommes un petit. Nous sommes solides, dense, authentique et fort, mais nous sommes tout petit. Et il est une grande force que de savoir qui l’on est, quelles sont nos forces, et quelles sont nos failles. Notre force est d’être une interface, d’être un partenaire fiable, de faire se rencontrer d’autres forces qui se profiteront mutuellement et qui nous profiterons. La grandeur ne se trouvera pas en toisant le monde entier et les Abrigs trouveront leur place dans le système mondial sans avoir à en être un centre, mais plutôt un élément clé dans un ensemble complexe. Les hydrocarbures et le commerce international sont des atouts dont nous disposons pour créer ces conditions favorables et profitables. C’est un peu notre matière première. Et notre objectif principal est la construction et le maintien du bien être des Abrigeois, tout en garantissant leur liberté, leur souveraineté, leur autonomie et leur sécurité.
C’est d’ailleurs pour cela que le pays doit se réformer et se réforme actuellement. Nous tirons les enseignements de la crise, et du système passé. Nous avons pris conscience de nos dépendances à certains éléments exogènes, nous sommes en train de changer cela, rétablir un équilibre qui assure la stabilité de l’archipel.

Quelles sont justement ces réformes ?
Plus que des réformes, il s’agit de se tourner vers de nouveaux horizons. La science doit nous y aider. L’étude des milieux aquatiques dont nous sommes extrêmement proches, mais aussi de l’espace pourquoi pas… Nous devons profiter de nos ressources maintenant pour bâtir les fondations sur laquelle la société abrigeoise de demain et après-demain pourra s’élever. De même, la culture et les loisirs sont des secteurs fort peu développés dans l’archipel, et représentent certainement des opportunités de développement économiques à l’interne et aussi à direction de l’international.
[....]

Une ambition économique et politique qu’Olga Cristobaldo, fondatrice du mouvement écologique Tortugaccion, très influent aux Abrigs, espère en ligne avec les engagements et les enseignements passés sur la question de la protection de l’environnement face aux revendications économiques.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Jan 29, 2017 12:54 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 4:46 pm
Message(s) : 534
Localisation : Abrigs
Image

24 mars 2032
La libre circulation d’ici 2040 ?



Une rumeur issue des milieux d’affaires de Porto Nuevo indique la volonté du gouvernement de mettre progressivement fin aux limites de circulations qui existent dans l’archipel. Si les Abrigs sont reconnues pour leur libéralisme fiscal et administratif, il faut rappeler que le territoire ne pratique pas la libre circulation en son sein.
Dans les années 1960, alors que le commerce international décolle, et que la modernité arrive dans les principales villes abrigeoises, le gouvernement décide de séparer les territoires abrigeois et d’en limiter de manière sélective le déplacement des personnes de l’une à l’autre (hors séjours courts). La justification avancée alors est que de par la surexpostition à la modernité de l’île Ponte D’Ouro grâce au port international, l’attrait de celle-ci pourrait provoquer un exode vers celle-ci qui déséquilibrerait entièrement l’archipel. Le système Dita, du nom du ministre en charge des affaires internes de l’époque, fait beaucoup parlé de lui dans la population, mais reçoit l’appui de l’ensemble des autorités locales. Ce système est le seul qui en plus d’avoir largement survécu aux différents changements administratifs et politiques, a de plus été enrichis pour des raisons environnementales, économiques et culturelles.

Actuellement, la situation est telle que, une entreprise internationale ne peut s’implanter librement que dans la zone occidentale de Ponte D’Ouro à l’ouest de la capitale Viladomar, et qui inclut le port international ; et dans la zone économique internationale de Pontevila. Le précédent gouvernement avait validé ce système en indiquant que cette politique se justifiait par la non-saturation de ces espaces, et surtout par la capacité donnée de ce fait à l’Etat de concentrer les moyens sur ces pôles économiques majeurs, et permettait un accueil optimal des investissements étrangers.
En complément à cela, une entreprise étrangère peut toujours s’implanter sur le reste du territoire abrigeois, mais dans le cadre d’un accompagnement par les autorités économiques du pays pour s’assurer notamment que l’implantation ne vienne pas déséquilibrer défavorablement l’économie locale, ni ne détruise trop lourdement l’environnement.


Les résultats de cette politique sont largement positifs pour l’ensemble des classe politique et économique abrigeoises. Néanmoins, celle-ci semble se heurter à la volonté des autres îles de l’archipel de continuer à se développer. L’investissement des entreprises étrangères pourraient dans ce cadre être un vrai boost, sans compter que cela serait en ligne avec la volonté du gouvernement de développer le tourisme. Autant d’arguments qui donnent du corps à cette rumeur.
Le cabinet gouvernemental a quant à lui qualifié ces propos de « rumeur compréhensible » mais a démenti le fait qu’un projet dans ce sens soit actuellement en cours.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO