SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Ven Fév 24, 2017 12:34 pm

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
Message Publié : Mar Déc 13, 2016 6:52 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7676
Transport de marchandises par voie de mer
Société ASCOLI Internazionale

Image
Un super porte-conteneurs ASCOLI


Quoi ?

ASCOLI Internazionale ou ASCOLI est une société de transport de marchandises par voie de mer, possédant ses navires et proposant l'affrêtement au voyage (le transport de marchandises) ou l’affrètement à temps (location de navires "armés" et équipés).

Historique

Fondée en 1684 par un médecin, le Baron Giovanni Ascoli di Nazaretto, la compagnie est spécialisée dans le transport d'émigrés à destination des colonies riodéennes du Nouveau-Monde. Suite à une faillite à la fin des années 1760, la compagnie est temporairement rachetée par la monarchie avant de revenir à ses propriétaires initiaux neuf ans après. Elle se spécialise dès lors dans le transport de marchandises, en particulier les bois exotiques.
Les choix d'orientation lui font perdre beaucoup d'opportunités dans la première moitié du XIXème siècle, alors que ses concurrents raflent le marché du transport de personnes vers l'Olgarie. La compagnie dytolienne n'a d'autres choix que de lier son destin à celui de l'exploration et de la conquête commerciale de l'Algarbe.

Elle s'implante considérablement et durablement en Nazalie, alors République marchande indépendante, puis tout autour du Bras de mer algarbien. Elle assure un nombre croissant d'échanges commerciaux et accumule un argent important grâce au transport de matières premières exotiques puis de nourriture (ébène, soies, or, pierres précieuses, puis phosphates, soie, arachide). En 1889, son volume au sortir de la Dytolie (exportations) est pour la première fois supérieur à celui à l'entrée (importations dytoliennes).
La compagnie, pourtant implantée sur plusieurs continents et ayant parfois acquis des concessions portuaires auprès d’États ou de Comptoirs étrangers, est nationalisée brutalement en 1928. Elle devient une compagnie d’État et ses activités se restreignent essentiellement au Bassin céruléen.

La compagnie, à titre de dommages de guerre, devient britonnienne en 1950. Une part importante de ses navires était déjà utilisée par l'armée britonnienne depuis 1948. Ce n'est qu'en 1959, avec les Accords Weston-Pronti, qu'elle est rétrocédée avec une partie de son ancien tonnage, à une branche descendante des anciens propriétaires. L’État du Montalvo devient un actionnaire conséquent.
Mais au début des années 1960, parmi les navires qu'elle récupère, la compagnie accuse une vétusté importante. La période de croissance et les aides britonniennes au Montalvo lui permettent d'acquérir de nouveaux navires. Elle participe activement à l'amélioration, au développement et à la croissance des chantiers navals de Suresisca, qui disposent bientôt d'une exclusivité de fourniture.

En 1974, l’État vend ses parts à la compagnie qui en répartit de nombreuses auprès de multiples petits actionnaires. La Società Algarbeana per Legni e Carici devient ASCOLI Internazionale.
Alors que le reste du secteur saisit le tournant du fret de personnes avec l'émergence du croisiérisme, ASCOLI Int. continue de se spécialiser dans les marchandises. Elle s'adapte aux normes internationales qui régulent désormais le transport, au passage au container, aux conventions sur le secours en mer et la pollution qui s'établissent dans les années 1980 et 1990. Profitant des produits de Suresisca, elle modernise constamment sa flotte et l'équipe de moteurs puissants, lui permettant de transporter davantage.

Concurrencée toujours davantage par l'avion, ASCOLI connait un ralentissement de son activité dans les années 2020, avant de profiter de la crise et de ses conséquences sur le prix du kérosène pour l'aviation. Elle perd de l'argent du fait du ralentissement de l'activité et des déplacements de marchandises, mais gagne en part du marché.
ASCOLI connait un regain d'activité entre 2029 et 2031, jusqu'à la fermeture de la voie d'Ashurdabad qui immobilise une partie de sa flotte dans la Mer janubienne et la pousse à des surcoûts et des pertes de recettes du fait du contournement par le Cap de Janubie afin d’honorer plusieurs contrats. Elle aurait perdu près de 6 milliards en surcoûts et manque à gagner*.

*RONCAZ Noella, Veloce e Acqua, storia delle corporazione dei grandi navi commerciali, 145p, 2031, CORSO.

Polémiques

Les relations entre la compagnie et le pouvoir, notamment sur les avantages fiscaux et le statut dont elle continue de bénéficier sur le territoire de la Ligue, lui ont valu de nombreux procès menés dans différents États par des compagnies concurrentes et par certains pouvoirs publics. Le manque de législation internationale sur la question de la concurrence l'ont aidé à en sortir indemne.
En plus d'une situation fiscale efficace dans la Ligue de Montalvo, ASCOLI est pointée du doigt à l'intérieur pour des affaires de corruption : soupçonnée d'avoir financé illégalement plusieurs campagnes politiques pour la mairie de grandes villes, certains de ses dirigeants font régulièrement l'objet de mises en examen. La proximité de certains hommes politique avec la firme et ses dirigeants est régulièrement admise par l'opinion publique.
En 2026, la famille d'un pirate d'Ashurdabad porte plainte au Montalvo et en Ashurdabad contre ASCOLI Int., accusant un membre de l'équipage d'avoir fait usage d'une arme létale à l'encontre de l'agresseur. Dans l'affaire en question, la firme a été innocentée, le jury ayant eu en main des preuves d'une manipulation par les services secrets britonniens.

Situation fiscale et commerciale

En tant qu'ancienne compagnie semi-publique et/ou chaperonnée par l’État, ASCOLI Int. :
-Ne paie pas de droits de passages ou de stationnement dans la plupart des ports montalvéens utilisés, alors que les emplacements ne lui appartiennent plus.
-Dispose illégalement d'exonérations de taxe sur le carburant qu'elle achète aux terminaux des raffineries de Suresisca, en Arovaquie. Une Loi soumise au vote en 2014, prévoyant l'exonération légale des taxes sur le carburant afin d'aider la firme, a été rejetée par le Sénat d'Arovaquie.
-Serait privilégiée pour l'obtention de contrats de fret, sur des dossiers où ses concurrents l'accusent de ne pas être mieux-valant.
-Armerait illégalement certains navires afin de protéger la marchandise, notamment sur les lignes soumises au risque de la piraterie. L'entrée avec des hommes armées dans les eaux territoriales et sur le territoire d'un pays constitue le plus souvent une violation du droit local, mais certains États ferment les yeux dans le souci aussi de la protection des marchandises.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO