SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Lun Jan 22, 2018 11:58 pm

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : Dim Juin 25, 2017 10:59 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
10 Juin 2033 ; Pétrole


Les différents Doyens des Archipels-Unis se réunissent, comme d'habitude, une fois par semaine pour déblatérer des différents projets de lois et pour mettre en place la Constitution du pays d'ici la fin de l'année. Cependant, ce conseil n'a rien d'habituel ; car il va en effet traiter de la réouverture de la production pétrolière à travers le pays, une première depuis l'Accident Noir qui datait de 1985. La 48ème année d'hommage avait été réalisée il y a seulement quelques jours, et certains Doyens trouvait alors scandaleux rien le fait que de poser cette question. Une autre branche en revanche défendait ce projet férocement, et espérait de tout cœur que l'exploitation reprenne.
Cette question pétrolière peut sembler anodine, mais elle à marquée radicalement un peuple. Tout d'abord lorsqu'il fût exploité, car représentait l'espoir pour un pays assez arriéré de trouver la croissance et de s'ouvrir sur le monde. Même si cet espoir n'a pas duré, il a en effet permis de moderniser une partie du pays. Malheureusement, pour l'exploitation pétrolière, l'Accident Noir semblait avoir marqué son salut. Chose d'autant plus destructrice que de nombreux emplois ont alors étés perdus et que les réserves sont encore quasiment pleines ; arguments avancés par les pro-pétroliers.
Alors que l'opinion semblait tournait largement vers le "contre", l'éveil de Toah Azo'ha a réveillé pour une grande partie nordiste du pays ce glorieux passé, qui semble avoir fait d'avantage d'effet que le message environnemental défendu par des îles plus au sud. Autant dire que le bras de fer risque d'être périlleux.


Image

Conseil des Doyens, Sana, 10 Juin 2033

*Image*


Takolo Tubu arriva le premier, afin de faire un petit tour de nage comme à son habitude. Il pensa durant sa brasse au sommet pétrolier où il avait été présent, à l'espoir que représente la réouverture pétrolière à Zomb dans un contexte particulièrement difficile, et à ces salopards de Malaké qui depuis toujours considéraient que l'île de Zombu n'était qu'un trou à rat. Pour toutes ces raisons, il accéléra son rythme de nage et se convint qu'il suivra toute position que son mentor et Doyen Toah Azo'ha prendra. Seul lui, selon Takolo, avait la possibilité de réellement gouverner et de refonder l'Empire Azo'ha.
Il ressortit alors de l'eau, prit la serviette qu'il avait posé sur le fin sable et partît en direction du salon extérieur où leurs différentes réunions se tenaient. Il croisa alors le regard de Lyra O'ma'zhu et de Noa Malaké, qui étaient elles arrivées entre temps. Les yeux bouillonnant de haine et de mépris, il se devait cependant de respecter, au moins dans un premier temps, la politesse et leurs grades.

Takolo : "Doyennes, bonjour. J'espère que vous avez fait bonne route. Prenez place, la discussion risque d'être longue et âpre."

Lyra, la Doyenne de Explona, n'eût cependant pas du tout ce même élan de courtoisie. Tout son dégoût pour le Doyen Tubu s'écoula et s'exprima au travers de cette phrase qu'elle lança comme un pic sur une tortue sans carapace.

Lyra : "Nous n'avons que faire d'ordres, surtout venant d'un paria majordome."

Takolo était sur le point de faire exploser sa rage, mais s'assît pour éviter tout acte malvenu qui pourrait mener au refus absolu de la question pétrolière. Particulièrement concentré sur sa tâche, il essaye de ne pas crier ni de libérer sa colère comme il en avait bien trop souvent l'habitude. Il se montra alors impassible et profondément déterminé.

*Image*Image*


Les deux Doyennes étaient des amies d'enfance. Elles avaient connues leur initiation à l'Océan ensemble, se considéraient comme des sœurs et luttaient ensemble pour la cause écologique et nationale. Pour elles, et depuis leur tendre enfance, les Archipels devaient être unis et seuls face au défi du grand Océan, et ainsi respecter le plus profondément son environnement et sa propreté.
La question pétrolière était alors une tare, une ignominie brutale et dangereuse, qui devait avant tout être combattue. Ayant causé selon elles la perte du pays, l'exploitation pétrolière n'était qu'un vague fantasme de nordistes ayant vu par leur avarice la tentation pétrolière les détruire et les anéantir. Elle détestaient alors par dessus tout, et particulièrement chez le Doyen Takolo, ce manque de discernement et l'absence de prise de conscience de la par des îles les plus au nord du pays, les plus touchées par l'Accident Noir. C'est alors presque main dans la main, que les deux Doyennes prirent place en face du Doyen de Zombu, prêtes à livrer combat.

*Image*Image*Image*Image*


Quatre des neufs Doyens arrivèrent alors par la suite, discutant ensemble et sur un air étrangement relativement décontracté. On pouvait même voir quelques rires et quelques sourires sur les visages, ces Doyens étant alors moins extrêmes que leurs confrères. Taee Tero, le Doyen de l’Économie, était particulièrement serein et tenait dans ses bras un dossier particulièrement épais sur les possibles effets bénéfiques du pétrole sur l'économie. Plus que les idéaux, seul le profit et la bonne santé économique du pays comptait pour lui ; et à ce jeu là, seul le Doyen Azo'ha avait su se montrer convaincant et raisonné. Ali Makaba et Vimia Tokosé, Doyens les plus anciens du conseil, étaient à peine plus inquiets que Tero. Sans être aussi extrêmes et radicaux que Noa et Lyra, les deux Doyens du Istimaku et de la Moisaïca penchaient pour une position anti-pétrolière générale du pays. Si des conditions lourdes et contraignantes étaient en revanche posées lors de ce conseil, il serait envisageable pour tous deux de modifier leur position. Il arrivèrent cependant assez peu préparés, confiant dans le refus de la loi.
Seul le Doyen du Pétrole Uzn'i Té paraissait dans le groupe à peine plus stressé et mal à l'aise. Peu habitué aux grands rôles et aux grandes déclarations, et en temps normal largement en recul sur les décisions du Conseil, le Doyen appréhendait alors énormément cette réunion qui allait le mettre au centre des débats et de l'attention. Seul les blagues assez culottées de Taee le décontractait, pendant que les différents Doyens prenaient place autour de la table.

*Image*Image*


Alors que les petites discussions et nouvelles commençait à s'échanger autour de la table, dans une ambiance qui devenait de manière croissante de plus en plus tendue, arrivèrent en léger retard les Doyens Azo'ha et Vapala. A leur arrivée, le silence s'imposa comme par ensorcellement autour de la table. Les différents Doyens étaient particulièrement surpris de voir un Toah Az'oha en costume dytolien bavarder et rigoler avec le Doyen Erne Vapala, qui avait pourtant l'habitude de se placer en neutralité face aux deux co-présidents du Conseil. Ils s'installèrent alors, sans se préoccuper du poids lourd des différents regards en leur direction, le premier en bout de table et le second en son plein milieu. Le Doyen Azo'ha à peine installé ouvrit alors les hostilités, devant le regard noir et transperçant de la Doyenne Malaké, en garde et prête à en dévorer ses ennemis.

Toah : "Chers amis, chers Doyens, bonjour. J'espère, comme à l'habitude, que l'Océan vous guide dans vos voyages et dans vos pérégrinations, et que son bon sort protège et assure la bonne tenue de ce conseil. Vous n'êtes, de plus, pas sans savoir que le thème du jour concerne la question pétrolière, et en ce sens la relance de son exploitation. Je laisse alors la parole au Doyen de l'Industrie et du Pétrole pour présenter son dossier, conjointement avec le Doyen de l'Economie."

Les différents opposants à ce projet, placés sur un certain bord de la table, commencèrent à lancer des soupirs d'exaspération devant l'attitude de Toah. Ces derniers étaient dépités et effrayés de voir que le Doyen Azo'ha considérait réellement le pétrole comme un cadeau de l'Océan, alors que l'unanimité de l'Accident Noir restait pour une très large majorité du pays. La Doyenne O'ma'zhu se surpris alors elle-même de lancer un regard froid et insipide au Doyen Té, qui n'était alors déjà pas dans son assiette. C'est de manière hésitante que ce dernier présenta son projet.

Uzn'i : "Le projet ... que je porte ici ... concerne le retour progressif à une exploitation pétrolière à travers le pays. L'objectif est alors la génération accrue et supplémentaire de profits, une souveraineté accrue sur le plan international ainsi que la création d'entreprises et d'emplois. Selon les estimations du Doyen Tero ... cette entreprise qui coûterait aux alentours de ... 12 milliards sur quatre ans permettrait une forte baisse du chômage ainsi qu'une augmentation supplémentaire de 25% du P.I.B initial sur deux ans et une multiplication par deux de celui-ci sur 5 ans. La création d' ... exploitations off-shores ou terrestres seraient confiés à ... d'anciennes entreprises locales ayant certes perdu leur productivité mais disposant du savoir faire ... et de confiance de notre part dans le secteur. Cette réouverture pétrolière serait .... dans un premier temps ... limitée à seulement certains archipels. Il s'agirait des Archipels Alani, Makta, Takar, et de ... Mata."

En entendant ces derniers mots, la Doyenne Malaké se leva brutalement et renversa par la même occasion sur la table et sur le dossier le verre de Batozé qui se tenait devant elle. A la limite du cri et de la démence, elle essaye d'exprimer son opposition et son mécontentement le plus total.

Noa : "PAUVRES FOUS ! Comment pouvez vous oser me faire un tel affront ?! Vous désirez quoi, la guerre ? la violence ? la destruction total absolue et radicale de la biodiversité telle que nous la connaissons aujourd'hui ?! Allez rejoindre les Abysses, elle vous présenteront un sort plus favorable que moi. N'espérez dans aucun cas que cette loi passe."

Les émotions étaient alors très diverses sur les visages des Doyens. Uzn'i Té était complètement effrayé devant la détermination de la Doyenne Malaké soutenue derrière elle par Lyra O'ma'zhu. Le Doyen Takolu dégageait lui un large sourire moqueur, tandis que les autres Doyens essayaient tant bien que mal de garder une attitude la plus neutre possible, pour éviter que le conseil ne tourne au pugilat. Le Doyen de Zombu, brisa alors le silence qui s'était installé à la suite de la déclaration furieuse de Noa, pour quelque chose de plus léger et de plus provocateur.

Takolo : "Si vous êtes si sûres de l'échec de cette proposition de loi, alors nous n'avons qu'à passer aux votes. Qu'en pensez-vous ?"

Sans attendre une réponse virulente de son opposante Malaké, le Doyen Azo'ha prît alors la décision de présider ce vote, faisant suite à la demande de l'un des différents Doyens.

Toah : "Nous passons donc au vote, engageant personnellement ma responsabilité dans la bonne tenue de ce dernier et préservant peu importe la mienne l'opinion des différents Doyens autour de cette table, choisis et élus par l'Océan. Par un tour de table et en commençant par moi-même, nous allons procéder au vote. Je suis POUR."

Ali : "Je suis, pour ma part, CONTRE."

Uzn'i : "Je suis POUR ... enfin je crois hein."

Vimia : "CONTRE."

Taee : "Pour les différentes conséquences économiques positives possibles, j'engage un POUR."

Lyra : "Un CONTRE naturel."

Takolo : "Un POUR évident."

Noa : "Ce sera pour ma part un CONTRE, en exprimant ma plus entière méfiance face à ce projet de loi."

Jusqu'à ici, les différents votes étaient relativement cohérent avec le différent positionnement politique des différents Doyens. Même si le Doyen Vapala était alors connu pour ne se placer dans aucun camp bien défini et de suivre sa propre pensée coûte que coûte, tout semblait indiqué qu'il choisirait le "contre". A plusieurs reprises, il s'était prononcé contre le pétrole et avait même soutenu dans plusieurs de leurs manifestations pro-écologiques les O'ma'zhu. Cependant, alors qu'un silence de mort s'installa dans la pièce en attente de son vote, le Doyen Vapala devenait de plus en plus pâle ; et retenait ses mots et presque ses sanglots devant ce qu'il allait dire.

Erne : "POUR."

Noa Malaké se leva alors en bousculant tout sur son passage, en prenant le plus rapidement ses affaires dans le but de fuir la décision qui venait d'être prise. Lyra, dans le flou, suivit alors Noa en essayant de la rattraper avant qu'elle ne disparaisse de son horizon. Tous les autres Doyens, y compris Takolo et Uzn'i, restaient bouche bée et dans l'incompréhension face au vote du Doyen Vapala, qui baissait la tête dans un dépit total pour ne pas défier le regard glacial des différents Doyens. Tous, sauf le co-président du Conseil Toah Azo'ha, qui souriait jusqu'au bout de ses fines lèvres.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Août 21, 2017 9:49 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
02 Décembre 2033 ; "Normalisation"


Contacté ces derniers jours, le Conseil des Doyens a reçu le double projet de création "d'Organisation Non Gouvernementale" de la République de Mari.
La première organisation (OMN) vise la "normalisation" et "la mise en place" de normes et de réglementations au niveau international. On peut alors y voir la volonté de mettre en place des "commissions de standardisation" ou des "commissions ingénieries".
Autant dire que cette première organisation ne passe vraiment pas pour les esprits istopagos, et que l'opinion semble faire consensus atour de la table des Doyens. Beaucoup y voient certes l'utilité, mais considèrent les risques bien trop important pour se lancer dans un tel projet où les Archipels Unis apparaîtraient comme un point faible.
La seconde organisation vise la protection de la propriété intellectuelle (OMPI). La mise en place de brevets, d'appellations protégées ou encore la protection des marques appellent en revanche à une certaine discussion pour les Doyens. Si les plus conservateurs d'entre eux (le clan Azo'ha) se montre réticent à une adhésion à la dite organisation, la partie beaucoup plus ouverte sur le changement (le clan Malaké) envisage quant à elle une adhésion partielle voir totale au projet.




Image


Conseil des Doyens, Sana, 02 Décembre 2033



*Image*Image*Image*Image*Image*Image*Image*Image*


Le Conseil des Doyens était déjà quasiment complet. Les différents se saluaient étrangement de manière assez paisible, et discutaient en attente de Noa Malaké. On pouvait alors entendre parler de Batozé, d'orgies ou bien encore de la réouverture pétrolière qui se passait assez tranquillement (hormis les rares stocks de platine qui s'épuisait à une vitesse folle). Il semblait tout de même avoir deux camps autour de la fameuse table ; car l'on pouvait constater que le "clan Azo'ha" se situait sur sa droite, avec la présence de Takolo Tubu, de Taee Tero, de Uzn'i Té et bien évidemment de Toah Azo'ha. C'est tout naturellement que l'on pouvait voir de l'autre côté de la table Ali Makaba et Vimia Tokosé ainsi que Lyra O'ma'zhu et Erne Vapala ; d'avantage proche du "clan Malaké". Beaucoup savait déjà de quoi serait composé l'exposé du dit Conseil, et se doutait bien de son issue. Il était clair qu'imposer des normes, même peu contraignantes, était contre l'esprit même de la nation istopaga. S'il aurait fallu faire comme les autres, alors le pays serait catholique et esclave des britons ; tel le pensait alors le Doyen Takolo Tubu. Ainsi, même si le pays respectera la plupart des normes internationales par mesure de conformité envers ses touristes, l'idée était de se laisser le choix pour ne pas être piégé dans une organisation trop grande pour les Archipels Unis.

Image


La Doyenne Noa Malaké, co-présidente du Conseil des Doyens, arrivait quant à elle légèrement après ces différents confrères. Cette dernière était assez préoccupée depuis quelques temps : la question pétrolière semblait ne plus en être une, elle ne tenait absolument plus le Conseil des Doyens et par dessus tout elle n'avait plus aucune nouvelle de son doux Charles Bonisseur, son bel homme venu de Mari. Sur ce dernier point, la Doyenne était particulièrement inquiète et espérait ne pas être une simple aventure, car il était clair pour elle qu'il n'en était pas une. En provenance directe de sa ville de Mata, elle avait pris pour voyager jusqu'à Sana son "Embrasseur de Dauphins", splendide voilier appartenant à la famille Malaké. Noa adorait monter et naviguer sur les flots avec ce splendide appareil, et elle réalisa quelques détours comme à son habitude pour profiter au plus possible de la traversée. Arrivée, elle débarqua sur la large plage du Conseil avec l'aide de son ancre et s'attacha solidement de plusieurs nœuds à l'un des plots de fer installé sur le rivage. C'est alors avec le poids de l'insouciance et avec une grâce certaine que la Doyenne rejoins la table, les pieds nus sur le sable chaud et en portant sur ses épaules une fine et rose chemisette qui s'étendait jusqu'à ses genoux. A cette occasion, elle prit rapidement la présidence du Conseil et commença par en venir rapidement au fait :

Noa : "Bonjour à tous. Bienvenue au Conseil des Doyens ; en espérant que son autorité soit forte jusqu'à ce que le Peuple divague ou que l'Océan nous submerge."

Tous : "Jusqu'à ce que le Peuple divague ou que l'Océan nous submerge."

Noa : "Nous avons reçu il y a quelques jours de la part de la République de Mari un projet d'organisation non gouvernementale concernant la mise en place de ..."

Takolo : "CONTRE"

La Doyenne soupira, comme par refus de donner raison à l'un de ses pires ennemis politiques. Cependant sur la question, elle était elle même contre et se doutait bien qu'il en était de même pour les autres Doyens :

Noa : "Bon, soit. Il y a t-il quelqu'un ici qui serait en faveur de la dite proposition d'organisation non gouvernementale concernant la normalisation internationale ?"

Les Doyens se regardèrent tous et semblait renvoyer à la Présidente du Conseil un même message négatif d'un mouvement de la tête et d'un visage peu approbateur. Tous, sauf le Doyen Taee Tero qui sentait fort le Batozé de son voisin Erne Vapala et qui se montra bien plus hésitant avant de donner sa réponse :

Taee : "POUR. Je suis POUR moi ahah."

Noa lança un soupir encore plus désespéré et les autres Doyens fixèrent Taee Tero comme pour indiquer clairement qu'une telle décision était simplement inutile et inappropriée. La Président du Conseil ne pris alors son avis en compte et continua le dit Conseil pour ne pas s'éterniser sur un tel comportement.

Noa : "La proposition est donc refusée à l'unanimité par le Conseil des Doyens, jusqu'à ce que le Peuple divague ou que l'Océan les submergent. Passons maintenant à la seconde proposition d'organisation non gouvernementale de la République de Mari, concernant la propriété intellectuelle ... ."

L'avis semblait cependant ici beaucoup moins unanime, et les discussions et les arguments fusèrent, se lançaient et se démontèrent au fil des mots et des phrases que les différents Doyens des Archipels Unis prononçaient. Certains se bataillaient pour accepter certaines modalités et refuser d'autres, certains ne voulaient de rien et les derniers voulaient profiter de l’entièreté de la dite organisation. Ces Doyens arrivèrent malgré tout à un certain consensus, qui surprit la Présidente du Conseil :

Noa : "Nous avons donc 6 CONTRE et 3 POUR ; les "pour" sont émis par les Doyens Makaba, Tokosé et Tubu. Cependant, la proposition est refusée à la majorité par le Conseil des Doyens jusqu'à ce que le Peuple divague ou que l'Océan nous submerge. Le Conseil peut lever l'ancre."

A ces derniers mots, les différents Doyens repartirent chacun dans leur direction ; certains ensemble pour engager la discussion ou pour partir se restaurer dans les environs. L'ambiance était plutôt cordiale malgré les divergences politiques, et une partie du Conseil avait même prévu d'aller voir l'équipe nationale de rugby, les "Orques de Néchinésie", qui était prévu le soir.

Noa Malaké elle, se sentait plus que jamais seule ; au niveau politique certes, mais surtout intimement. Et ce mal la rongeait, ce mal qui s'appelait "solitude".


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Août 28, 2017 1:16 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
22 Décembre 2033 ; "Le doux agneau"


Je vous conseille vivement de lire ce RP, conséquent certes mais sur lequel j'y ai mis du temps et de l'importance. Pour ceux qui, malgré cela, ne voudrait pas se taper tout le RP pourtant essentiel dans la compréhension future des Archipels-Unis : je vous laisse un court résumé.

[+] Dommage
En gros : Toah Azo'ha, Co-Président Du Conseil des Archipels Unis, va être exclu du pouvoir par le Doyen Erne Vapala.


Rendez-vous avait été donné à l'occasion du triathlon N'a Ilta à Bornaj, au sud des Îles Jumelles. L'effervescence était réelle et beaucoup des citoyens du pays avait pour l'occasion levé les voiles afin de se rendre sur le lieu du spectacle sportif. Des supporters venus de toute nation, de toute couleur se préparaient à assister à l'effort sportif ultime, réclamant endurance et polyvalence. Certaines télévisions avait également fait le déplacement pour cette course de haut prestige qui faisait pour beaucoup la fierté des istopagos à travers le monde. C'est en ce sens que le Doyen local, Erne Vapala, avait invité le Co-Président du Conseil et Doyen des Îles Takar Toah Azo'ha. Les deux hommes profitaient de leur poste privilégié pour observer le spectacle à l'arrivée, en assistant à un certain nombre d'animations et à l'arrivée des premiers coureurs. Pour passer le temps long, les deux Doyens buvait allègrement du Batozé et discutait des quelques rumeurs et affaires qui traversait les Archipels Unis. Cela jusqu'à l'arrivé et la victoire de Akata Morine, où tout deux se levèrent pour applaudir le champion local. Une fois le podium et les protocoles effectué pour le circuit masculin, les deux hommes reprirent leurs places ; tandis que le Doyen Erne Vapala voulait en passer aux choses sérieuses.

Le temps était clair, la mer calme et tout semblait être le cadre à une journée parfaite pour tout ceux qui assistaient au triathlon. Seulement, il faut bien souvent se méfier des apparences, certains l'apprendront à leur dépend.


Image


Loge privée du Triathlon N'a Ilta ; Bornaj ; 22 Décembre 2033

*Image*Image*


Les deux Doyens parmi les plus influents étaient réunis, comme par de très rares occasions. En effet, on pouvait avoir souvent l'impression que l'un évitait l'autre ; et ce au sein même du Conseil des Doyens. Lorsque les problèmes n'étaient pas importants et ne nécessitaient pas l'entièreté du Conseil, on pouvait observer l'absence de l'un puis de l'autre ; sans qu'aucun des deux ne soient présents ou absents au même moment.
Ils appréciaient cependant tous les deux l'instant. Le premier, Co-Président du Conseil et Doyen des Îles Takar Toah Azo'ha, profitait de ce Batozé si exquis qu'il adorait temps. Son sentiment de supériorité sur le Doyen à sa gauche était visible ; considérant que ce dernier n'était pour lui que sa garantie de majorité. L'événement marquait pour lui sa victoire et considérait l'invitation comme une soumission et une gloire totale acquise auprès des autres Doyens. A son âge certain, il appréciait ce goût de réussite et cette sensation d'avoir enfin réussi à atteindre le sommet de la Nation ; après tant d'années à trimer pour essayer de revenir du néant total de sa famille d'après "Grande Guerre" et d'après "Accident Noir". Ces deux événements marquants pour les Archipels Unis avaient enfoncée sa famille, pourtant la plus fameuse de tout le pays, et ce retour approchait l'inespéré pour le Doyen.
Le second Doyen, des Îles Jumelles Erne Vapala, appréciait également ce moment, voir plus. Habitant local et natif de Baee, il se sentait chez lui ; et cela plus que jamais. Il était enfin temps pour lui de montrer ses cartes, et de commencer le Prestige.

Erne : "Comment trouvez vous les coureurs ? Vous offrent-ils un excellent scénario ?"

Toah : "Un excellent même. Je me retrouve ravi d'admirer tel spectacle."

Le Doyen local esquissa alors un rire moqueur, souriant devant une telle ironie. Devant les yeux interrogateurs du Doyen Azo'ha, il repris alors son calme et changea le ton de sa voix pour quelque chose de très grave, lui à la voix normalement si enjouée.

Erne : "Et dire que vous n'avez rien vu ... . Je vous ai peut être surestimé, Doyen Azo'ha. En tout cas, il est sûr que vous, vous m'avez sous-estimé ... ."

Le Co-Président du Conseil arborait alors un air de plus en plus incompréhensif. Rigolant avec les yeux qui cherchaient des réponses, il était surpris par un tel discours de ce Doyen qu'il avait toujours considéré comme un pion et un sous-fifre. Il repris son verre et pris un peu de recul, pour essayer de voir si ce n'était pas son imagination qui lui jouait des tours ; mais tout semblait porter à croire que le Doyen en face de lui, disait la vérité.

Erne : J'ai l'unanimité Toah. L'unanimité pour t'exclure du Conseil des Doyens.

Alors que ces mots résonnaient comme un électrochoc pour le Co-Président du Conseil, qui disposait jusqu'à lors de la majorité, le Doyen Erne Vapala jubilait intérieurement d'un tel plaisir. Le premier était perdu dans une incompréhension certaine et se demandait comment cela était possible. Cela voudrait dire que même certains de ses plus loyaux alliés l'avait trahi ? Au nom de quoi et de qui ? Le cerveau bouillonnant, il manqua d'en renverser son verre à moitié vide et essayait de faire transparaître du moins possible sa déconvenue. En vain. Le regard vide vers le sol, le corps raide et figé, le Co-Président du Conseil tant à son aise en temps habituel était en train de subir un blizzard glacial comme peu ont connus : et ce en plein sur l’équateur.

Erne : "Je vais au moins te faire le plaisir de t'expliquer comment cela a t'il pût être possible. Cela te permettra de comprendre ta défaite et de savourer encore un peu plus ma victoire."

Le Doyen des Îles Jumelles reprit sa respiration et une gorgée de son eau fraîche ; préférant garder les idées au clair pour savourer son plus grand instant de gloire politique. Pendant ce temps, le Doyen des Îles Takar regardait bouche fermé et regard lointain les coureurs arrivant au bout d'eux mêmes.

Erne : Cela ne fût pas facile, et nécessita un travail de très longue haleine ; comme pour ces triathlètes en somme. Enfin, comme tu peut l'imaginer, cela fût plus aisé pour certains que pour d'autres. Ali Makaba et Vimia Tokosé, proches de mes convictions et que j'ai aidé sur le projet de l'éducation, m'ont directement apporté leurs soutiens. C'est même eux qui m'ont conseillé de faire ce que j'ai réalisé. Taee Tero m'a également assez facilement suivi ; ne s'intéressant qu'au business et assez proche de mon pragmatisme, il a accepté de me suivre à condition que je poursuives de mettre en avant son projet de "baie des pirates". Cela n'a pas plût à Vimia et Ali, mais ils ont finis par acceptés car l'enjeu était trop bien trop grand pour eux. Surprenant mais agréable nouvelle, Lyra O'ma'zhu à également accepté de me suivre. Loin de m'apprécier réellement, sa haine envers vous l'a poussée dans ce choix. Pour les autres, cela fût beaucoup plus difficile. Si l'on compte bien, 5 Doyens étaient de base dans mon camp ; il me manquait plus qu'à essayer de convaincre ...

Toah : "Té, Tubu et ... Malaké ?"

Erne : "Vous tombez juste ... et comme vous allez le voir, cela fût réellement un travail de longue haleine. Laissez moi vous expliquer ..."

[+] Pour mieux comprendre ...
Image


* * * * *


Une promesse en acier


Image


Travaux de la raffinerie ; Île de Makta ; Npaté; 9 Novembre 2033

*Image*Image*


Le Doyen Erne Vapala se rendait sur les terres du Doyen Uzn'i Té, également responsable de l'Industrie et de Pétrole. En réalité, les deux sujets n'en faisait qu'un, car l'écrasante voir la totalité des industries concernait la seule industrie pétrolière. Le reste, le Doyen Erne Vapala allait lui divulguer.
Ce dernier avait prit son bateau et s'était amarré à Makta, en essayant d'être le plus discret possible et de se fondre dans la masse. Il avait pris un véhicule, et s'était rendu directement sur les lieux des travaux de la future raffinerie de pétrole, où se trouvait déjà Uzn'i Té. Même si cela ne faisait que quelques mois que la décision était officielle de la part du Conseil des Doyens, le chantier avait déjà bien avancé et on espérait que le tout soit réaménagé et utilisable dès début Décembre.
Sur les lieux, le Doyen Vapala sorta et se dirigea vers Uzn'i. Assez bon collègues de travail, ils se serrèrent dans les bars avec une tape dans les dos.

Uzn'i : "Mon vieil ami ! Cela fais plaisir de te voir, et ce pour admirer une autre partie de la réalité des Archipels Unis ! Toi le branché tourisme et Batozé ! "

Le Doyen en visite en rigola, mais laissa transparaître un léger brin de reproche face à son confrère qui se montrait assez impoli selon lui :

Erne : "Oui, pour moi aussi Monsieur le pétroleux. J'aimerais te parler en privé, cela serait-il possible ?"

Uzn'i : "Oui, oui ; bien sûr. Une cabine de chantier nous attend par là, nous y serions au calme. Mais tu sais, tu n'es pas obligé de faire toutes ces manières avec moi !"

Le Doyen normalement intimidé, se trouvait à l'aise dans son élément et avec un qu'il considérait comme son ami. Bien qu'il compris comment et pourquoi ce dernier était si respecté et était devenu Doyen, Erne Vapala se trouva assez vite impatient et empressa le pas en direction de la cabine. Lui, il ne l'aimait pas tant ; il était loin de dégager un certain charisme et il détestait ça plus que tout : cette banalité morbide. S'installant, les Doyen se firent face et le Doyen Vapala rentra directement dans le vif du sujet :

Erne : "Je veux utiliser l'article 18 de notre future Constitution pour exclure Toah du Conseil."

Le Doyen Té en rigola franchement, croyant à une blague hilarante de son confrère, et lui proposa un café bien chaud devant l'heure matinale.

Erne : "Je ne déconne pas, et j'ai même trouvé le moyen pour t'acheter. Ta voix et ton silence"

Le Doyen Té en perdit alors son sourire, et prit un regard inquiet et interrogateur. Tout d'abord, il savait qu'il n'allait pas le suivre dans son aventure ; mais pire, il savait comment lui faire changer d'avis. Le Doyen Té fît alors un geste de bras et poussa un geugnement d'incompréhension, comme pour chercher à quoi jouait le Doyen Vapala.

Erne : "Je sais que nos stocks d'acier sont quasiment voir totalement achevés, et qu'il sera difficile en l'état des choses de terminer la construction de la raffinerie. J'ai de l'acier à te proposer, en qualité suffisante et à bon prix. Très bon prix."

Uzn'i se rassit alors au fond de sa chaise et glissa sa main dans sa fine barbe, comme s'il venait de comprendre le prix que lui proposait le Doyen Vapala. Il fallait dire qu'il avait frappé juste. Il était fidèle à Toah Azo'ha à sa majorité, mais il avait peur. Il vivait dans cette peur de décevoir. Ces hommes comptaient sur lui, et la pénurie d'acier qui s'annonçait était réellement problématique ; lui qui voulait tant relancer l'industrie et ses hommes qui ont longtemps connus le chômage. Comme pour l'inciter dans sa démarche, le Doyen Té fît un geste avec son autre main qui l'invitait à poursuivre son raisonnement.

Erne : "Un conflit s'annonce entre l'Atzum et le Tötternland, j'en suis quasiment persuadé selon mes sources. Tu sais comme moi, que le Tötternland est un pays produisant pas mal d'acier. Je propose donc qu'on attende la fin du conflit, quand le pays töttern sera en difficulté, pour lui demande d'acheter son acier. N'ayant plus un besoin si important dans la dite ressource et ayant besoin d'argent pour se reconstruire, il sera alors facile pour nous de négocier un prix très avantageux."

Uzn'i : "Et comment sais-tu tout cela ? Et, quoi de plus que ce que peut me proposer Toah ?"

Erne : "Un contact et un ami très proche de là-bas à qui je vends du Batozé. Il est particulièrement anti-militariste et adore notre pays. En échange de son réseau d'adresse et de son expertise, je lui ai promis de lui offrir un refuge durant le conflit et d'en faire profiter au maximum la population. C'est l'une des seules possibilité et chance dont tu disposes sur le domaine ; tu sais comme moi que le Doyen Azo'ha veut commercer avec le Karmalistan, mais vu le prix et leur situation diplomatique, je crois que cela serait du suicide. L'Organisation de Coopération de Choenglung ne voudrait plus de nous après un tel marché, surtout maintenant avec l'Eashatri dans nos rangs. Réfléchis-y."

Et le Doyen Vapala salua poliment son confrère, avant de repartir en direction de sa voiture.

Le Doyen Té était en pleine ébullition et en larmes. Il savait qu'il trahissait son père spirituel, le Doyen Azo'ha, celui qui l'avait conseillé et aidé. Il était également celui qu'il lui avait permis de relancer l'industrie pétrolière, et attribué une place important au sein du conseil. Il ne pouvait, malgré certains différents, le trahir de la sorte. Quel en serait son honneur de Doyen et sa légitimité alors qu'il trahissait celui à qui il devait tout ? Celui qui était son Océan.
Mais il pensa à ses proches, à sa femme, et à sa fille de l'Océan, Lizaa, qui était heureuse de voir papa s'occupait des autres gens de la région. Plus que cela, c'était une famille entière qui comptait sur lui ; une famille qui longtemps avait attendu ce renouveau inespéré de leur activité, de leurs vies, de leurs passés.. Blessé par le destin, abattu par le chagrin ; le Doyen Té s'avoua vaincu.

Au Conseil suivant, le Doyen Té croisa le regard du Doyen Vapala. Le premier fît un signe au second ; le geste approbatif mais le regard larmoyant.

* * * * *


Les yeux de sa mère


Image


Bidonville de Sarouee ; Île de Zombu ; Zomb; 21 Novembre 2033

*Image*Image*


Le Doyen Vapala se savait en terre hostile. En plein milieu des bidonvilles de Zomb, le Doyen se sentit mal à l'aise. Les gens le regardait, le fixait, lui qui était le reflet de tout ce qu'ils haïssaient. Il était la richesse, le pouvoir, le luxe et la réussite en une seule personne. Tout le monde le connaissait et respectait son passage malgré tout. Cela aurait été différent, bien différent s'il n'avait pas été Doyen des Archipels Unis. Il serait déjà à terre, les poches vides à payer de son sort ; face à ceux qui avait à peine de quoi survivre. Quoi qu'il en soit, il ne se détourna pas de son chemin et se rendit à la maison de réception du Doyen Tubu.

Ce dernier revenait de sa nage habituelle, comme un moyen pour fuir ce lieu qu'il adorait comme il maudissait. Ce lieu était sa vie, son histoire ; mais aussi sa future mort et son désespoir. De plus, il devait recevoir ce pitre d'Erne Vapala ; et il avait accepté, bien qu'il n'en eût pas l'envie et qu'il n'en connaissait pas la raison. C'est torse nu comme à son habitude et une serviette sur les épaules que le Doyen Tubu rentra dans sa demeure, et invita le Doyen Vapala qui se trouvait sur le chemin à rentrer dans le bureau de fortune.

Takolo : "Assis-toi. J'espère que c'est important. Comme tu peux le voir, ni moi ni mon peuple n'avons du temps à perdre avec de telle personne."

Erne : "On a visité et fouillé l'appartement de Toah Azo'ha. A Movopolis."

Takolo : "TU AS QUOI ? PAUVRE FOU ?! ÇA TE FAIS PLAISIR D’ÊTRE UN DANGEREUX TARÉ COMME TON NEVEU ?! "

Pris dans une colère féroce, comme à son habitude finalement, les veines sur son visage se gonflèrent de sang et d'un coup de bras violent il fît renverser l'ensemble des rares livres qui se tenait sur l'étagère et brisa le reste qui se tenait sur son passage. Il finit également par renverser l'étagère, et la vitre en verre du meuble se brisa. Il voulait appeler le Doyen Azo'ha pour le prévenir de l'aveu terrible du Doyen Vapala, mais se rappela tout à coup que le dit téléphone était installé sur l'étagère qu'il venait de démolir littéralement. Reprenant son souffle, le Doyen enragé essaya de demander des explications avec le peu de lucidité qui lui restait.

Takolo : "Comment ?! Pourquoi ?! Dans quel but ?!"

Erne : "Comme tu le sais, ton Doyen adoré a acheté sa place de Baron à Movopolis ; très cher il faut le dire. Il y a même acheté un petit pied à terre, assez charmant il faut dire. Il a même rencontré, le Prince Zénon II ; j'avais des à priori sur sa personnalité, mais il est bien mieux que ce que les rumeurs peuvent laisser penser ... ."

Le Doyen Tubu, grogna alors de colère et gonfla son buste comme réponse aux provocations que lui faisait le Doyen Vapala ; en jouant avec lui et en parlant avec cet humour déplacé. Le Doyen Vapala comprit le message et ne chercha pas à continuer.

Erne : "Comme tu le sais, la rencontre entre Toah et Zénon s'est assez mal passée. Toah proposait un marché, qui visait à me détruire. A cause, ou grâce, à cet échec cuisant, le Prince prit contact avec moi. Il avait un plan pour essayer de couler Azo'ha. Pendant qu'il l'invita à prendre un toast comme "acte de réconciliation", il nous autorisa à faire la fouille de son appartement movopolitain, endroit bien plus sûr que les Archipels Unis pour cacher des choses compromettantes. En théorie. J'ai alors, avec une équipe de professionnel engagé pour l'occasion, commencé les fouilles. La chasse fût fructueuse : certaines vidéos du Doyen en pleine orgie, des images prouvant sa participation à du trafic de drogue, des fiches d'impôts trafiquées ... mais en réalité rien qui n'était réellement surprenant et qui pouvait marquer les esprits. Et puis je suis tombé sur ceci, et là, malgré le peu d'affection que je te portes, j'ai décidé à partir de là d'arrêter les recherches et de tout remettre en place. Jettes-y un œil, s'il te plaît."

C'est l'attention portée par le Doyen Vapala qui l'intrigua, lui qui ne lui envoyait généralement que mépris et distance. Il s'approcha alors de la table, et sa rassît à sa place. Il commença à ouvrir le dossier et ne comprît pas du premier coup ce qu'il renfermait, comme sur l'effet du choc. Le Doyen Vapala se chargea alors d'expliquer en précision le contenu.

Erne : "Il y a quatorze années de cela, tu étais parmi les favoris pour accéder au titre de Doyen. Et tu as été élu. Le Doyen Azo'ha a vu le potentiel en toi, pour que tu puisses devenir son bras droit. Tu avais un poste plus qu'important, tu avais encore plus qu'aujourd'hui le sens du devoir et tu étais jeune, insouciant et facilement manipulable. Tout faisait de toi le parfait second de son navire. Tout, sauf une chose. Ta mère tenait en effet une grande influence sur toi, car elle était ta plus proche conseillère. Elle ne voulait pas que tu t'allies avec le Doyen Azo'ha, qu'elle jugeait dangereux et particulièrement cruel ; elle savait qu'il serait capable de faire renier à son fils ses propres convictions et son propre peuple, par son sens du devoir. Bien mal lui en prît, elle n'est pas morte de maladie comme il te la fait croire."

Un lourd silence s'installa, et le Doyen Tubu resta muet devant une telle révélation. Une partie de lui, de ce qu'il était, de son monde était en train de s’effondrer.

Erne : "Je n'ai pas pu m'empêcher .... j'ai vu les photos dans le dossier et ... tu as les yeux de ta mère."

Se retenant de pleurer, abasourdi, les bras croisés sur ses jambes, Takolo fixa le sol et se trouva sol de le fixait. Il ne comprenait plus qu'il y était, ce qu'il faisait, et à quoi rimait ses actes. Lui, qui avait été pourtant désigné pour sa volonté et sa fougue, s'était écrasé devant un homme qui avait fait rayer sa mère. Il murmura alors au Doyen Vapala de partir ; ce qu'il fît, le regard triste devant un tel spectacle, en lui laissant le dossier.
Les jours qui suivirent furent triste pour le Doyen Tubu. Habituellement, enthousiaste, il se laisse régner par une certaine tristesse et lassitude menée par sa haine et son vengeance. Garder son sang-froid devant celui qui haïssait maintenant le plus au monde était d'une difficulté et d'une tristesse inouïe. Il laissa passait les jours, et attendait le bon moment pour sortir de son trou et enfin régler son compte à celui qui l'avait détruit lorsqu'il était enfin devenu quelqu'un.

Il n'oublia pas, et savait ce qu'il était bon de faire. Il avait les yeux de sa mère.

* * * * *


Un homme


Image


Rivages de Trée ; Archipel du Mata ; 13 Décembre 2033

*Image*Image*


Souriant et remis de ses émotions, le Doyen Vapala débarquait dans l'Archipel du Mata ; région qu'il affectionnait particulièrement. Le paysage lui rappelait en tout cas ses Îles Jumelles, et la douceur qui se dégageait du port et des petites maisons perchés raviva la joie de vivre habituelle du Doyen Vapala qui était à cet instant certain qu'il était né dans le plus beau pays du monde. Il en perdit presque son sens des priorités et se surpris à se balader quelques instants sur les rivages de cette agréable cité de quelques sept milles âmes qui vivaient du commerce, de la pêche et de l'agriculture. Il se souvient même que c'est ici que l'on péchait et récupérait parmi les plus beaux coquillages et invertébrés du pays. Un lieu charmant.

Il en aurait oublié le véritable sens de sa visite si la Doyenne Noa Malaké n'avait pas eu la même idée et attirance en ce jour de douce écume. Marchant sur les rivages avec sa robe bleu foncée, la Doyenne profitait du splendide spectacle en laissant sa main glisser sur le rebord qui séparait le chemin en fins cailloux qu'ils parcouraient à la plage de sel et de sable blanc. Tournant son regard vers la suite du chemin, elle surprit alors le Doyen Vapala qui effectuait le même rituel qu'elle. Bien que leurs relations n'étaient pas rayonnantes, elles étaient du moins cordiales et respectueuses. Elle accéléra alors son allure et la jeune demoiselle de 25 ans arrivée à son niveau lui tapota l'épaule comme pour attirer son attention. Ce dernier se retourna, le regard pensif puis esquissa un sourire lorsqu'il comprit :

Erne : "Oh, Noa ! Heureux de te voir ! Toi aussi tu profites du spectacle ?"

Noa : "Il faut croire oui. Je crois que je ne m'en lasserais jamais."

Les deux s'échangèrent des sourires amicaux, cherchant à comprendre et savoir ce qu'il devait se passer par la suite. Noa, à la mémoire plus vive et réactive, rappela alors les faits :

Noa : "Si tu es ici Erne, c'est parce que tu voulais me dire quelque chose d'important. C'est ça ?"

Erne : "Euuuh ... OUI, MAIS OUI ! C'est exact ! Mais où avais-je la tête ? Viens, suivons le rivage. Cela nous servira de décor, plutôt que de rester enfermé dans un bureau."

Les deux commencèrent alors leur marche, et le Doyen Vapala en même temps que d'admirer le paysage surveilla les alentours. Heureusement, à une heure si matinale dans un si petit village, rien ne semblait pouvoir les déranger.

Erne : "Alors voilà, Noa. Comme le prévoit l'article 28 de notre constitution, je souhaite exclure Toah Azo'ha du Conseil des Doyens."

Noa : "Euuh ... Quoi ? Oui, oui .... Enfin, NON ! Pourquoi ferais-je ça ?"

Interloquée par la réponse, le Doyen Vapala s'arrêta net dans sa course et regarda plein d'incompréhension la jeune Doyenne.

Erne : "Mais vous ne haïssez pas cet homme ? Vous ne trouvez pas qu'il est manipulateur, arrogant, belliqueux ? N'avez vous pas des raisons de le détester, alors qu'il vous à fait passer sous votre nez une loi qui va permettre d'exploiter du pétrole ici ? Vous n'avez pas comme moi et mon neveu ?"

Noa : "Si, bien sûr que si. Je suis même l'une des seules qui puisse se permettre de dire que je le hais encore plus que vous. Mais vous, savez, ce n'est pas pour rien qu'il a été élu. Au nord du pays et surtout sur les Îles Takar, il a l'approbation du Peuple. Je dois agir selon les convictions de ma région mais aussi de mon pays. Si le peuple souhaite Toah Azo'ha, alors je ne peux m'y opposer."

Erne Vapala, marqué par ce sens du devoir et cette triste mélancolie du destin, essaya, tant bien que mal, de trouver d'autres arguments pour faire peser la balance en son côté. Il reprit son chemin et par ses gestes de mains essaya d'exposer le plus clairement possible la situation.

Erne : Et si je vous dis que vous êtes la dernière à convaincre ? Que je suis prêt à rendre obligatoire l'utilisation de "Archipels Unis" ?

Noa : "Alors je serais celle qui dira "Non". Alors je serais celle qui utilisera le terme de "Vanuaha" contre son gré. Je n'agis pas pour moi. J'agis pour le Peuple. Et le peuple réclame Toah Azo'ha."

Erne : "Le pensez-vous vraiment ? Vous savez aussi bien que moi que le Peuple ne sait pas ce qu'il veut, et que c'est dans ce but qu'il élit des représentants, des Doyens. Si le Peuple veut aller mieux et de l'avant, alors vous savez aussi bien que moi que la solution est d'exclure ce monstre du Conseil. C'est en tout cas ce que me conseillait Charles ... ."

Noa : "Charles ? MON Charles ? Euuuh ... je veux dire le Président du Conseil de Mari, Charles Bonisseur ?"

Voyant enfin une faiblesse au raisonnement de la jeune et douce Doyenne, le pragmatique Erne Vapala profita de la brèche pour jouer sur les sentiments de la rêveuse :

Erne : "Oui, et il m'a beaucoup parlé de vous, vous savez ? Il ne voulait pas vous joindre, car il savait que le contexte était compliqué. Mais je peux vous assurer qu'il m'a confié comme mission de mener une politique plus intelligente dans les Archipels Unis. Quelqu'un de très bien, je le reconnais. Et pour moi, cette politique plus intelligente passe par l'exclusion du Doyen Azo'ha."

La Doyenne était plus intelligente qu'il n'y paraissait, et elle se méfiait de tout stratagème menée par le pragmatique Vapala. Elle ne devait pas oublier son but et son devoir, et elle voyait déjà dans les rues de Vanatolulu les manifestations et les cris de colère de la population révol....

Erne : "Il m'a aussi dit qu'il voudrait vous revoir, après la résolution du problème. Seulement vous."

En voyant l'invitation faite et signé de la propre main de son Charles, tendue par le Doyen Vapala, la Doyenne ne pût résister. Si elle avait son soutien à lui, de Mari, et de tous les autres Archipels ; alors les Îles Takar devront se conformer, peu importe le prix. Elle remercia alors le Doyen Vapala qu'elle raccompagna par le rivage avec discussions et légèretés ; puis le salua en attendant avec hâte le prochain Conseil des Doyens. Le 31 Décembre 2033.

Elle se fît la réflexion coupable que se faisait beaucoup de femmes. Elle avait préféré un homme au devoir.

* * * * *


Image


Loge privée du Triathlon N'a Ilta ; Bornaj ; 22 Décembre 2033

*Image*Image*


Bouche bée, la respiration forte, le regard paniqué. Devant tant de fautes, de détails loupés, de véracité, le Doyen était abattu. Tout s'enchaînait trop vite : les révélations, les accusations, et tout ce qu'il n'avait pas pu entendre ni comprendre dans sa colère triste. Lui qui se prenait pour le Président était l'exclu. Lui qui se prenait pour un immortel venait d'être poignardé dans le dos. Lui qui avait reconstruit pièces par pièces une famille brisée et qui se prenait pour l'architecte était devenu le démolisseur.
Celui qui se prenait pour un berger n'était alors plus qu'un doux agneau.

Alors que la candidate eashe Vidya Malini arrivait sous les honneurs sur la ligne d'arrivée, le Doyen Azo'ha désespéré prît la fuite sans se donner la peine de dire quoi que ce soit au Doyen Vapala. Marchant de travers, abattu, sous le choc : il peina à rejoindre son véhicule situé pourtant au pied de la loge privée et prit le volant comme il pu sans but ni raison. Le temps s'était légèrement couvert et une brume avait remplacé le grand soleil bleu matinal. Sa conduite était maladroite, dangereuse et dramatique. Sous la colère et la tristesse, il se prît une glissière de sécurité et après plusieurs tonneaux s'échoua sur la plage qu'il longeait depuis un certain temps. Fou de rage et saignant à cause des éclats de verre, il cria sur la plage vide sa défaite et sortit non sans peine du véhicule qui venait de prendre feu. Par réflexe, il se jeta à la mer en se roulant et en lâchant les ultimes forces qu'il n'avait pas encore utilisé dans sa folie.

Image


Comme une image, l'Océan venait de le submerger.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO