SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Sam Jan 20, 2018 8:24 am

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Informations (médias du pays)
Message Publié : Ven Déc 30, 2016 6:57 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
LES JOURNAUX POLITIQUES

Shakhan'anjar ("le larynx / la Voix du Shakhan") : hebdomadaire royaliste, exprime l'opinion du roi et de ses partisans

Suqqur ("l'Aigle") : hebdomadaire patriote et libéral-conservateur, assez proche du JISh mais moins religieux (très populaire dans la région du Dar, littoral Sud), autorisé et très influent

Seh-rang Beyragh ("la Bannière tricolore") : hebdomadaire républicain -et nationaliste- tenu par le Jumurhiat, autorisé, principale opposition, très influent

Parcham ("l'Etendard") : hebdomadaire communiste / social-réformateur tenu par le PRIK et quelques éléments modérés du PRDK, autorisé et influent mais surveillé

____________________________________________

Marqaz-Wenloyat ("la région du Marquaz-Wenlei") : hebdomadaire islamiste-fondamentaliste tenu par "l'Emirat" d'Ibn al-Khatab (Nord-Ouest), officiellement interdit mais influent
Khalq ("le Peuple") : hebdomadaire communiste marxiste-léniniste tenu par le PRDK-ML et l'aile gauche du PRDK (Nord-Est), officiellement interdit mais influent dans sa zone
Enokh'ovoz ("la Voix d'Henoch") : mensuel local siro-qarlouk (turco-mongol) tenu par une secte théocratique et communiste-fanatique (cité de Turgaï), interdit et insignifiant

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Jan 12, 2017 6:26 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Suqqur

LES TROIS PANDÉMIES TOTALITAIRES : LE BACILLE BRUN, LE VIRUS NOIR ET LE SYMBIOTE ROUGE

Image

Dans notre monde, il existe trois maladies infectieuses et mortelles. L'une est provoquée par un intrus bactérien, un être vivant pathogène étranger à notre organisme, qui le détruit par la diffusion d'un poison qu'elle sécrète. La deuxième est provoquée par un "agent dormant", qui doit se greffer sur son hôte pour s'éveiller, et survivre : il absorbe l'énergie de sa proie pour la détruire de l'intérieur via sa démultiplication exponentielle. La troisième n'est pas à proprement parler "biologique", mais humaine : elle résulte d'une symbiose spirituelle entre la victime et une sorte "d'esprit" malfaisant qui la corrompt, un spectre qui prend possession du corps et subverti l'âme pour le détourner de sa nature profonde.

La première maladie est la discrimination raciale ou la guerre coloniale, dont son responsable les régimes racistes, États nationalistes ou impérialistes. Des entités étrangères qui agressent et oppriment "autrui".
La deuxième maladie est la violence et l'intolérance, dont son responsable le fanatisme religieux qui se greffe sur une noble croyance pour la pervertir, avant de l'utiliser à des fins inhumaines et irrationnelles.
La troisième maladie, c'est tout simplement le communisme. En effet, si l'islamisme fanatique et le nationalisme pur ne sont qu’étiologiques, le communisme est à la fois cause et méfaits, il est à la fois etiopathologique et symptomatique. Profondément contre-nature, il détient en lui, génétiquement (si j'ose rester dans un registre biomédical), la source du Mal. Et il en est également les tragiques conséquences.
Le nationalisme part d'un bon principe : la soif de liberté et d'identité d'un peuple. Tout comme l'islamisme : servir Dieu et faire découvrir l'unique Vérité au monde entier. Le communisme est mauvais dès l'origine : détruire la démocratie politique et détruire l'individu, soit, en clair : faire disparaître la liberté et l'Humanité.
Mais n'oublions pas que ces trois maladies sont toutes dangereuses pour notre avenir, surtout au Karmalistan, et qu'il faut les combattre avec acharnement. Certains États l'ont prouvé dans la guerre de l'Ashurdabad : le fascisme n'est pas mort. Au Karmalistan, dans notre société encore très conservatrice, l'islamisme radical reste très présent, il continue de persécuter les femmes et les minorités religieuses. Heureusement, notre souverain lutte contre ces phénomènes de "conservation-radicale", mais beaucoup lui reproche (peut-être à juste titre) de ne pas en faire assez, sous pression du Conseil des mollahs, encore pétri de conservatisme malgré le départ de quelques "ultras", frustrés par les dernières réformes. Enfin, toujours dans notre pays, le communisme (qui s'est développé tel un cancer depuis maintenant près d'un demi-siècle) demeure vivace : des villes entières sont sous leur contrôle au Nord-Est, et bien que misérable et isolée, cette région relaie ses métastases sur tous les centres urbains du grand "Nod" (l'intérieur des terres, y compris la capitale, Karagol), via les grèves et autres manifestations de travailleurs embrigadés et endoctrinés par une lutte des classes aussi absurde que nocive pour notre développement social et économique. Il est impossible d'imaginer ce que serait notre pays sous leur domination, tant le collectivisme est contraire à la nature humaine... beaucoup d'entre-nous préféreraient encore un régime religieux très conservateur plutôt que cette utopie ontologiquement sanguinaire et misanthrope, et je partage leur avis, étant donné la liberté qu’accordent en général les clercs pour l'entreprise et le commerce, lesquels laisseraient alors au moins à l'individu servir librement ses intérêts propres et bien compris au profit de tous.

Contre ces trois maladies, le bacille brun (menace fasciste étrangère), le virus noir (le fanatisme religieux) et le symbiote rouge (le communisme), le Karmalistan doit rester sur ses gardes. Nous devons veiller pour que les réformes libérales soient menées jusqu'au bout, dans le respect de nos traditions musulmanes, certes, mais aussi et surtout dans la droite ligne de la démocratie et de la libre-entreprise, moteur de notre essor économique, indispensable à l'émancipation de chacun de nos concitoyens.

Abdur Ashraf

________________________________________________________________________________________________________________________________

Shakhan'anjar

LE KARMALISTAN S'OUVRE AU MONDE ! [en bref]

_ Projets de rencontre avec les EFO, l'ELO, le Sultanat (Etats Fédérés d'Olgarie, Etat Libre d'Occident, Alfranie...)
_ Programme de libéralisation économique en cours, en continuité avec notre pays-frère, l'Alfranie, et de son regretté Sultan Sidi Karim
_ la paix de retour dans le pays, mais reste fragile : lutte contre les islamistes dans certains villages éloignés... plutôt que la seule répression (quoique nécessaire contre les fanatismes), c'est l'ouverture diplomatique et l'essor économique qui favorisera à terme, la paix sociale !

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Jan 18, 2017 12:56 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Publicité

LES CONSEILS "INDICES PENSABLES" DE L'AGENCE ABKADI, AVEC SHAUL KHAIRAJUL !

Image

Citer :
Mes chers clients ! Voici le p'tit conseil-business de la semaine !

Si un jour -par malheur-, vous vous retrouvez nez-à-nez avec des terroristes, armés jusqu'aux dents, prêts à vous tuer...

...eh bien...

...méfiez-vous.
C'est un conseil d'ami que je vous donne.

C'étaient les pt'its conseils indices pensables de l'Agence Bancaire Karmalie d'Assurance et de Développement des Investissements de Shaul Khairajul !

Publicité

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Fév 01, 2017 1:18 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Shakhan'anjar

L'hymne du Karmalistan en passe d'être supprimé

C'est sous la pression d'un député au Majlis, membre du PDLK (Parti Démocrate Libéral du Karmalistan), qu'une proposition a été formulé contre l'actuel hymne du pays. La raison ? Il nuirait au business et à l'ouverture du pays à la modernité.
Très particulier en effet, la "Voix d'Henoch" est un chant de guerre mythique, qui, bien que remixé depuis, aurait été chanté pour la première fois il y a des millénaires par Henoch en personne, le méconnu fils de Caïn (Qābyl) qui a donné son nom à la première cité de l'Histoire construite au-delà de l'Eden, dans la terre de Nod lieu où son père fut banni par Dieu. C'est ici selon la légende que naquit la civilisation karmale, ou plutôt "proto-karmalique". Faisant l'éloge du scorpion, animal symbolique, et du sceau nodien, la "marque de Caïn", inscrite physiquement sur son père et ses semblables pour signifier leur déchéance et repentance (mais aussi leur protection de Dieu), ce chant de guerre appelle à l'indépendance et à la résurrection de l'Humanité hors de l'Eden, au renouvèlement ainsi qu'à la destruction -violente- de tout ce qui pourrait venir du monde ancien : faire table rase du passé, oublier l'Eden paradisiaque pour les privilégiés comme Abel (Hābyl) et construire un monde nouveau, un "autre paradis", pour les pécheurs, les excommuniés et les opprimés.
Faisant l'objet d'une vaste controverse au sein de la communauté islamique (jusqu'à la Shura des mollahs !), cette légende est soit appréhendée avec confiance et optimisme comme un signe de la Miséricorde divine, soit condamnée comme un rejet "trop humain" de Dieu par les érudits musulmans.
Plutôt original (disons plutôt "peu commun"), ce genre d'hymne a été dénoncé à plusieurs reprises de "paganisme" par les islamistes et musulmans conservateurs, tandis que les classés aisées se joignent à ces critiques afin de le remplacer par un hymne plus apaisé, donnant une image plus ouverte et accueillante du pays, cela afin d'instaurer un climat plus favorable au commerce et aux investissements étrangers.
Au Majlis (parlement), seuls quelques députés du PRIK (Parti révolutionnaire institutionnel karmali : laïcité, républicanisme social-démocrate) et du Jumhuriyat ("République", laïcité, républicanisme, nationalisme) ont contesté cette demande de suppression de cet "hymne démodé". Mais en dernière instance, c'est le roi qui tranchera.

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Juin 26, 2017 5:23 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Parcham

Image

Vers la construction d'un mur pour séparer le Karmalistan en deux

Au Nord, le "Nod", victime de la misère et du chaos de la guerre civile. Au Sud, le "Dar", zone de paix bénéficiant d'une certaine prospérité économique.
Après la suppression de l'hymne national, voilà que les mauvais conseillers du roi, des businessmen de la côte aux généraux rajans, jugent bon d'édifier un mur pour séparer notre glorieuse nation en deux.
Soucieux de préserver l'image du Darestan [Dar], d'y accumuler toujours plus de richesses venues du commerce extérieur, d'y faire affluer les touristes et les investissements, le Shakhanat sacrifie son peuple et son unité, en abandonnant à leur sort les populations désemparées du Nord, afin de mieux s'occuper de ceux qui ont déjà tout. A l'exclusion bien-sûr des bidonvilles du Sud, dont-ils espèrent chasser à terme leurs occupants... vers le Nord en guerre.

Considèrent-ils le Nord et le centre du pays, y compris la capitale Karagol, comme des zones perdues ? Certes, les grèves ouvrières et les manifestations pacifiques de cette dernière ont suscité la peur, mais ne fallait-il pas écouter la gronde populaire et accéder à leurs revendications légitimes sur le plan social, plutôt que d'écraser la contestation au risque d'empirer les phénomènes de radicalisation ?

Le devoir de tout karmali, issu du peuple et attaché au développement d'un autre royalisme, plus social et humain, est de s'opposer à la construction de ce nouveau "mur de la honte", lequel exacerbera inévitablement les discriminations et injustices entre les peuples de notre pays déjà meurtri.

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Juin 26, 2017 11:47 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Suqqur

Vers la construction d'une barrière protectrice contre les barbares islamo-communistes

Certes, il serait abusif de considérer le Dar comme une région en danger. Les forces armées royales nous protègent effectivement bien au-delà de notre région, et la majeure partie des wilayat du nord demeurent sous notre juridiction.
Néanmoins, l'afflux de réfugiés est à craindre en raison de la guerre, alors qu'il serait justement question de bloquer toute éventuelle pénétration communiste ou islamiste au cœur de notre puissance économique.

Que les sentimentalistes veuillent ou non considérer les faits, notre pays est bel et bien divisé en deux. Et l'avenir du Nord dépendra du dynamisme du Sud. Il en est ainsi selon la réalité économique. C'est pourquoi il faut absolument séparer ces deux entités foncièrement opposées, non-pas politiquement, mais sur un plan purement sécuritaire, afin de préserver le développement économique de l'une, et résoudre méthodiquement, par étapes, chacune des crises de l'autre.

Certains parlent même de la constitution d'une nouvelle entité politique "autonome" au sein du Karmalistan, pour représenter les intérêts du Sud. C'est à notre avis, une excellente idée, largement bénéfique à long terme, s'il on considère la nécessité de faire progresser les libertés politiques et économiques dans cette région clé du commerce mondial.

===> le tracé du mur en construction

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Juin 28, 2017 12:36 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Suqqur

Image

Développement de nos ports et de notre flotte marchande

L'avenir de notre royaume, c'est la mer. Plus de la moitié du revenu national produit chaque année est concentré sur les trois violyati du Dahār : Dahārpur, Mirpur et Hyperābād. Cette région côtière peuplée de 20 millions d'habitants (15 millions de Rajans, 4 millions d'immigrés/réfugiés tojiks, qarlouks ou syirs, 1 million d'étrangers), représente pourtant moins du quart de la population totale. Autrement dit, un habitant du littoral (près de 1 000 $ par hab.) bénéficie d'une valeur productive égale à près de quatre habitants de l'intérieur des terres (moins de 250 $ par tête...). A noter que la moyenne nationale est de seulement 412 $. Ce qui fait du Karmalistan l'un des pays les plus pauvres du Monde... Si le Dahar proclamait son indépendance, il bondirait de 10 places dans le classement. Certes, sans parvenir au niveau des grands pays développés, en raison de la vague de réfugiés misérables et des bidonvilles qui infestent encore les grandes cités en pleine effervescence.

Ce constat est sans appel : le Karmalistan doit s'ouvrir au monde, il doit s'appuyer sur son commerce extérieur pour à la fois exporter ses richesses naturelles et importer les services, technologies et savoirs-faire dont-il a besoin. C'est de son littoral que proviendra le salut du reste du territoire. C'est d'ici que devra se répandre la "contagion de la paix", et en finir avec la guerre civile qui meurtrie le nord depuis trop d'années.

C'est pourquoi le gouvernement vient de lancer des appels d'offre à destination d'entreprises nationales ou étrangères, dans le but de développer la capacité portuaire des deux grands ports de commerce du pays, à savoir Daharpur et Mirpur. Parallèlement, trois programmes de recherche ont été lancé pour appuyer ce projet. Ceux-ci consisteront d'abord à améliorer nos porte-conteneurs et nos méthaniers (le Karmalistan possède d'importants gisements de gaz naturel, bien qu'il soit nécessaire de le liquéfier une fois extrait). Enfin, pour assurer une éventuelle protection rapprochée, efficace et adaptée, il convient de développer des frégates, navires de guerre rapides, plus utiles à notre stratégie (notamment la lutte anti-piraterie) que les croiseurs ou les sous-marins.
Autre élément indispensable au développement économique, la conception des centrales thermiques fonctionnant au pétrole nous permettra de diversifier nos sources d'approvisionnement. Enfin, les services de télécommunications feront également partie des priorités, bien qu'un soutien extérieur sera indispensable pour progresser dans ce domaine.
Mais c'est le rôle de la diplomatie, et donc du gouvernement. Un processus de démilitarisation progressive, sur le plan purement quantitatif (au profit de la qualité), sera tout autant essentiel pour soulager notre dynamisme économique. Dans l'espoir que le roi tende l'oreille vers ses plus sages conseillers afin de mener à bien ces réformes.

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Juil 03, 2017 8:07 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Juillet 2033
Shakhan'anjar

Image - Image

VERS UNE ALLIANCE BILATÉRALE AVEC LA BRITONNIE

Notre roi Ismaïl V a récemment engagé un processus de rapprochement avec le Royaume-Uni de Britonnie, et plus particulièrement en réalité, avec le Commonwealth. En effet une rencontre politique personnelle fut organisée entre les deux souverains, le Shakhan du Karmalistan avec le roi d'Albion et aux multiples autres titres, Clarkson III, régnant sur l'ensemble de l'union du Commonwealth.
Pour rappel, le Commonwealth se divise en deux premières catégories : l'empire Britonnique et l'Algarbe du Sud, l'île australe du continent éponyme. Le premier se subdivise à son tour entre la Britonnie, centre névralgique de l'empire (dont le cœur se trouve dans la province d'Albion), le territoire arctique de Nunakya et le comptoir de Yanaon en Uhmali (dits "territoires d'outre-mer").
Ce qu'on n'oubliera pas d'ajouter, c'est qu'en plus de cette association d’États sous la suzeraineté du roi d'Albion, s'est constituée l'Union Panocéanique (UPO), regroupant sous la forme d'une sorte d'alliance confédérée, en plus du Commonwealth lui-même, le petit État de Grand-Bradan, les deux archipels austraux de la République de Vryheid ainsi que la multitude d'îles de la Republic of Wildhorn éparpillées entre le sud de la Dorimarie et le nord-ouest de la Dytolie. Mais quelle est son but, quelle est son identité politique ?
L'article 3 de la constitution de l'UPO précise l'orientation idéologique libérale-démocrate capitaliste :
Citer :
La liberté doit être économique , politique et sociale . Elle donne aux individualités les moyens d'atteindre la satisfaction et l'accomplissement personnel de soi , et consolide la responsabilité individuelle de chaque homme et femme . En étant un individu responsable , l'on permet à la société d'exister sans heurts et une société pacifique est l'idéal de la responsabilité collective .

Mais là où cet empire porte bien son nom, c'est quand il dispose effectivement d'un gigantesque potentiel de projection, fondé sur la mer et selon un axe méridien, allant de l'Arctique à l'Antarctique (Sud de l'Algarbe et de la Dorimarie), en passant par l'espace nord-ouest de la Dytolie. Le comptoir en Uhmalie lui donne même une présence en extrême Orient.
Selon les prédictions les plus sérieuses, pour l'année 2033, le Commonwealth grimperait au top-5 des nations les plus riches en valeur absolue (avec autour de 90 milliards $ de PIB). Puissance reconnue mais critiquée, elle a de quoi se défendre grâce à son armée, l'une des plus modernes (mais pas la plus forte, pour l'instant), à son parc satellitaire et son stock de missiles balistiques, respectivement deuxième et premier au monde.
En terme de poids économique, l'UPO ajoute plus de 70 milliards $ supplémentaires, ce qui, avec la croissance respective de chaque membre, permettra de gonfler la somme cumulée de tous les PIB jusqu'à 200 milliards en 2033. Ce qui fera de la confédération, et de très loin, la première puissance économique mondiale.
Son seul vrai point faible : son poids démographique. La population n'excède pas les 22 millions pour le Commonwealth, soit à peine... 32 millions pour l'UPO tout-entier ! Le seul Dahar (provinces côtières karmalis), élargi aux autres petits viloyati rajans du Sud, est ainsi plus peuplé que l'ensemble du Commonwealth.
Mais cet état de fait traduit l'extrême disparité de richesse entre cet "empire" et le Shakhanat... et complémentarité implique convergence.

Si ce rapprochement était contesté par les républicains sociaux-démocrates du PRIK (Parti révolutionnaire institutionnel karmali), il fut approuvé par tous les autres, y compris par les islamistes conservateurs, rassemblées pour l'écrasante majorité, derrière leur roi. Dans le contexte de la "partition" du pays, et de l'hégémonie politique du Dahar (par ailleurs la zone la plus développée et pacifique du Karmalistan), les idées économiquement libérales et moralement conservatrices défendues par le Commonwealth et l'Union Panocéanique, sous le leadership de la charismatique première ministre Margaret Spencer, sont très appréciées, tant par les royalistes que par libéraux-démocrates et les principaux chefs religieux, "progressistes" comme "conservateurs".
Certains contempteurs du traité y dénoncent cependant une manière sournoise ou larvée de contrebalancer la menace que représenterait, sur long terme, notre grand voisin (et futur rival ?) janubien, l'Eashatri. En plus des accords économiques importants qui viennent d'être conclus avec l'ancienne grande puissance coloniale qui a dominé la Janubie pendant plus d'un siècle (Raj en Eashatri), ont été signé des traités de collaboration technique, et même militaire, avec la mise en place d'une facilité navale pour le mouillage des navires de la flotte britonnique sur le Dar, au port militaire de Kandrach. Une aubaine pour les Britons, qui pourront donc surveiller à nouveau cet isthme stratégique. Cette analyse a cependant été contredite par le rapprochement engagé à l'initiative cette fois-ci du chef du gouvernement, Ahmadzaï Khan, à destination de l'Empire d'Eashatri, également sous influence islamique mais majoritairement hindoue.
De plus, c'est moins sous la pression des "Karmalis septentrionaux" (lesquels abhorrent massivement les Britons, considérés comme des néocolonialistes "arrogants, cupides et dégénérés") que par respect pour le voisin eashe, que le roi a refusé d'aller jusqu'à établir une base militaire étrangère (en l'occurrence ici, britonnique) permanente à Kandrach. On se souvient aussi des vives critiques exprimées par les Karmalis (notamment septentrionaux, médias tojiks ou qarlouks de Karagol) contre les interventions occidentales en Ashurdabad. Tout ceci empêchera probablement toute adhésion à l'Union Panocéanique, mais par ce traité et cette amitié nouée directement avec le roi Clarkson III, le roi Ismaïl V fait coup triple :
_ un rééquilibrage bénéfique des rapports de force régionaux, en se rapprochant à la fois des Britons et de l'Eashatri
_ une accélération du développement technique et économique du Karmalistan, à travers son ouverture diplomatique
_ une victoire politique incontestable de la royauté en politique intérieure, soit une défaite infligée aux républicains tojiks (on l'a vu, bien plus circonspects à l'égard du Commonwealth), décrédibilisés en paraissant désormais pour des isolationnistes rétrogrades.
De plus, c'est aussi un acte qui confirme la "daharisation" du Karmalistan, le pivot politique se déplaçant de plus en plus de la capitale historique Karagol à la capitale économique Daharpur, "du Nord barbare au Sud civilisé" comme diraient nos collègues de Suqqur.
Enfin, l'amitié forgée avec Clarkson III permet à Ismaïl V d'accroître son prestige tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Un prestige royal et donc national, dont avait bien besoin le peuple karmali, afin de retrouver confiance en soi !

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Juil 09, 2017 1:04 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
24 Juillet 2033
Shakhan'anjar

Image
L'ULDP : l'Université Libre de Daharpur, inaugurée lors de la visite du ministre des affaires étrangères de l'empire d'Eashatri

Actualité en bref :

===> I- Inauguration d'un vaste complexe universitaire, institution privée laïque et mixte, à Daharpur : d'architecture traditionnelle néojanubienne, elle accueillera pas moins de 80 000 étudiants, et servira à favoriser l'interconnexion avec les autres peuples du Monde. Indépendante de toute censure de la part de la Shura des Mollahs, elle sera également ouverte à tous les professeurs reconnus, nationaux ou étrangers, de qu'elles confessions fussent-ils (hors extrémistes, notamment communistes et salafistes, bien-évidemment). Elle sera subdivisée en six grandes facultés :
_ arts (beaux-arts, études culturelles -spécialité janubienne-, littéraires, cinématographiques...),
_ sciences sociales (anthropologie, histoire, géographie, sociologie),
_ commerce et management (finance, commerce international, microéconomie, administration d'entreprise...)
_ droit (études des lois, de la Justice, criminologie...)
_ sciences (statistiques, mathématiques, biologie, géologie, climatologie, physiques, chimie, neurologie, informatique, biotechnologie, nanotechnologie...)
_ ingénierie et techniques (pour techniciens et ingénieurs, dans la mécanique, la sidérurgie, l’électricité, l’électronique, la construction civile, l'entretien...)

===> II- Par respect pour la bienséance diplomatique autant que pour son homologue et ami, le roi d'Albion, le Shakhan a choisi de rester silencieux et a refusé catégoriquement de commenter la crise diplomatique qui a éclaté entre l'empire britonnique et la Janubie depuis les dernières paroles très directes de la première ministre Spencer quant à ses objectifs idéologiques, géopolitiques et géoéconomiques.
Le chef du gouvernement a néanmoins pris la peine de préciser que ces paroles de Mme Spencer furent "sans doute maladroites", avant d'ajouter que le Karmalistan "souhaitait de tout cœur une réconciliation entre le Commonwealth et les pays janubiens au moyen pourquoi pas d'un dialogue mutuel constructif arbitré par le Mahajanubia, véritable pont culturel et stratégique entre ces deux honorables mondes."

===> III- Vers une laïcisation du pouvoir : des débats agitent le Majlis sur la question de la levée de la "Qonuni mullono", la loi interdisant à tout non-musulman d'intégrer le gouvernement ou les instances judiciaires régionales. Le chef du gouvernement soutient vigoureusement cette proposition faite par le parti républicain et laïc Jumhuriyat (35% de la députation), et il semblerait que cette levée soit votée à une courte majorité d'ici les prochains jours.

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Juil 25, 2017 5:08 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Suqqur
[HRP : je rappelle que ce journal est d'idéologie libérale, anti-islamiste et anticommuniste.]

Autoritarisme, Totalitarisme : quelle différence ?

[la réalité]
Image
Une allégorie de la Terreur en système totalitaire à travers un simple portrait photographique...

[la fiction]
Image
...ou une propagande sur la "Femme Nouvelle", jeune et belle pour idéaliser la société à venir, mais aux vêtements sobres et communs pour démontrer à la fois son humilité comme individu altruiste, sa "dignité" comme soldate à l'égal de l'homme, et enfin sa "pureté" révolutionnaire, n'ayant d'autres desseins que de servir le peuple. Finalement une autre allégorie du totalitarisme...

Avec la vulgarisation -médiatique ou orale-, avec l'usage -volontaire ou inconscient- de simplismes, selon que l'on soit un peu idiot ou opportuniste, beaucoup de gens confondent les deux termes et utilisent le second pour dénoncer le premier. Or, force est de constater que les deux régimes n'ont pas grand chose à voir l'un avec l'autre. Il n'est même pas vraiment question de "degrés de liberté" des citoyens, ou de "niveau de violence" du régime... mais plutôt de la nature même de cet État et de cette société. Cela au point de marquer une véritable différence civilisationnelle, une fracture de fond, puisqu'il en va du comportement même des citoyens, de leur instinct, de leur intimité et de leur philosophie profonde. Ce qui va jusqu'à faire dire à certains politologues que l'autoritarisme est un système politique plus proche de la démocratie libérale... qu'il ne l'est du totalitarisme !

Certes, les deux sont absolument condamnables. Mais d'un point de vue purement technique, voire historique, on ne pourra pas leur donner tort, tant ce dernier est dangereux, criminel et potentiellement apocalyptique. Là où, au contraire, l'autoritarisme éclairé peut amener progressivement la population à prendre conscience de son aspiration à liberté grâce à la hausse de son niveau de vie. Jusqu'au rétablissement du "moins pire des systèmes", pour un État de droit, un "régime" davantage humain et pondéré.

Les différences entre les deux régimes, en clair :

1
_ un régime autoritaire réagit. Il réprime les manifestations lorsqu'elles éclatent. Il ne peut intervenir efficacement qu'en aval des évènements.
_ un régime totalitaire révolutionne. Il court-circuite les troubles en amont, pour rendre toute contestation inenvisageable.

2
_ un régime autoritaire utilise la peur pour dissuader et décourager l'opposition (mais celle-ci demeure). Ses méthodes brutales sont parfois maladroites et donc ridiculisées. Ses cibles : les opposants politiques et certaines catégories de personnes selon divers critères.
_ un régime totalitaire orchestre la terreur afin de pétrifier et détruire toute opposition éventuelle, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Ses méthodes suscitent une épouvante qui paralyse l'observateur. Ses cibles : tous.

3
_ un régime autoritaire est toujours capitaliste, souvent libéral bien qu'il puisse employer une économie mixte. Son système social est profondément inégalitaire, c'est l'opulence qui côtoie la misère.
_ un régime totalitaire peut être soit une forme avancée de socialisme (d'idéologie communiste), soit une forme de "capitalisme" d’État intégral. Son système social est... étrangement "égalitaire" et uniforme.

4
_ un régime autoritaire maintient une élite au pouvoir, conservatrice et attachée à ses privilèges.
_ un régime totalitaire détruit sa propre "élite", puis la renouvelle périodiquement via d'incessantes purges, jusqu'à la faire disparaître définitivement.

5
_ un régime autoritaire est un despotisme militaire ou policier, qui dicte ce qu'il ne faut pas faire et se fiche du reste. Le citoyen peut mener une vie débridée, du moment qu'il ne remet pas en cause la sécurité du pouvoir et de ses élites. Elle peut être une forme de propriété privée dont jouirait un souverain particulièrement tyrannique "selon son bon plaisir".
_ un régime totalitaire est une idéocratie de parti unique, qui dicte ce qu'il faut faire en changeant les cœurs. Le citoyen est absorbé "corps-et-âme" par le système, vie privée comprise, au point qu'il en devient son partisan le plus zélé. L'éventuel "guide suprême" est un bourreau de travail qui sacrifie ses intérêts personnels et sa propre famille au nom de son fanatisme idéologique.

6
_ un régime autoritaire défend un ordre moral, dit "réactionnaire", souvent religieux, toujours cyclique (primat de la Nature) et tribalisant (nationalisme). Bien qu'il puisse prendre également la forme d'un empire ayant pour but la domination du monde.
_ un régime totalitaire érige une vertu révolutionnaire, souvent "laïque", toujours linéaire (primat du Progrès) et universaliste (mondialisme). Bien qu'il puisse également tirer parti d'un nationalisme à titre provisoire.

7
_ un régime autoritaire veut préserver la nature humaine, la défendre contre les évolutions de la modernité.
_ un régime totalitaire cherche à transformer la nature humaine en bouleversant le mode de production, afin de forger un "Homme Nouveau" (voire un transhumain / post-humain).

Aujourd'hui, il semble qu'aucun État n'a (encore) adopté ce modèle. D'ailleurs, si l'on suit ces sept critères, le fascisme au sens strict de type céruléo-dytolique ne fut qu'un autoritarisme parmi d'autres (même s'il partageait en effet les deux critères du point 7, le distinguant alors nettement des régimes traditionalistes).
Néanmoins, certains accusent la Bykova d'être un pays totalitaire de par son mode de production socialiste. Mais il manquerait quelques critères valables, comme l'absence d'une Terreur digne de ce nom, ou d'un véritable Parti-État.

Quoiqu'il en soit, l'Histoire a montré qu'un régime totalitaire est infiniment plus meurtrier encore qu'un régime autoritaire. Tout simplement parce qu'il est plus efficace, plus ambitieux, plus séduisant, et surtout plus logique avec lui-même. C'est la raison pour laquelle il ne faudra pas hésiter à rejoindre les régimes autoritaires, dans leur lutte contre toute éventuelle émergence de pays communistes, intrinsèquement totalitaires, et de ce fait, représentants une menace inédite pour l'Humanité entière.

Image
Le symbole utilisé par les sites internet de la droite autoritaire. Un homme et aristocrate dandy, représentant à la fois le patriarcat, la féodalité et les privilèges. Les codes stricts ("ordre moral") de son apparence vestimentaire dissimulent très mal son égoïsme cultivé, son attitude arrogante et son mode de vie libertin assumé.
Mais... c'est en cela finalement qu'on peut considérer la liberté individuelle comme existante sous l'autoritarisme ou la féodalité, là où elle disparaît dans la "masse" et la "totalité" du côté des régimes communistes totalitaires.

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Août 08, 2017 8:11 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Octobre 2033
Suqqur

La mode dytolico-céruléenne entre au Dahar !

Image - Image
Les étudiants de la nouvelle section "mode et design" de l'immense Université Libre de Daharpur.

L'Université Libre de Daharpur (dit ULDP) a ouvert ses portes il y a maintenant quelques mois. Pourtant, la plus grande et riche école du pays prouve son dynamisme en ouvrant, au sein de la faculté des arts, un nouveau département destiné à l'apprentissage du stylisme et de la "mode" en général, pris dans son sens britonnique ("fashion"), qu'elle soit vestimentaire ou propre au design des objets utilitaires ou décoratifs. Lequel nous permettra à terme, promettent les patrons d'entreprises du Dahar, de stimuler la demande intérieure au moyen d'une production de biens de qualité sur le modèle du management des start-up dytolico-céruléennes.
Dans le même esprit, grâce au nouveau partenariat signé entre notre souverain Ismaïl V et le roi d'Albion Clarkson III, les échanges d'étudiants et de professeurs ont pu être mis en œuvre à grande échelle avec les pays riches. Aussi tel un effet domino, par les relais intérieurs et extérieurs, tous (ré-)apprennent désormais la langue britonnique.
Nous rappelons que l'époque de la colonisation britonnique représenta un âge d'or pour Daharpur. C'est là qu'on se permettra de différencier cette ville de la Janubie continentale : dans cette dernière, la présence dytolienne fut souvent mal-perçue et génératrice de frustrations nationalistes, souvent légitimes d'ailleurs. A Daharpur, l'autonomie accordée à la cité portuaire est la résultante d'une méthode de gestion coloniale largement adoucie et tolérante, sans doute du fait de la conjonction entre les intérêts commerciaux liés à l'Isthme du Dar et la guerre coloniale qui faisait rage sur les contreforts Sud de la Chaîne du Kormal entre colons britonniques et nationalistes tojiks et syiro-qarluks.
Ceci expliquant le succès de la culture britonnique dans la région du Dahar, sans pour autant bien-sûr que celle-ci fasse de l'ombre à l'attrait culturel janubien. Une situation qui contraste avec le reste du pays, bien plus fermé et victime de la grande pauvreté, d'où les taux de fécondité et de moralité trop élevés qui y règnent.

Quoiqu'il en soit, cette section de la faculté des arts semble avoir attiré un nombre considérable de demandes d'intégration, venue de toutes les circonscriptions du Dahar (essentiellement des Rajans aisés ou de la classe moyenne -inexistante partout ailleurs dans le pays-). Davantage que prévu en cette rentrée universitaire, au point qu'on projette d'étendre ses attributions au domaine du marketing, malgré les éventuels différends qui peuvent exister entre les deux départements. La perception empathique et intuitive de "l'utilisateur" promue par les designers rejoindra nécessairement les appétits du "consommateur" suscités par les publicitaires. Tout simplement parce qu'en mariant bien-être et profit, beauté et chic, société et industrie, bref, en conjuguant cette complémentarité intrinsèque entre les mœurs et un commerce moralisé, le Karmalistan ouvrira ses portes au monde libre, et fera son entrée progressive dans la civilisation, celle du pain (prospérité économique), de la paix (gagée sur les échanges) et de la liberté (tolérance culturelle).
Ce succès démontre une évolution des mentalités chez les jeunes, qui on l'espère, ouvrira la voie à la multiplication des centres d'intérêt culturels partout ailleurs dans le pays.

HRP : rassurez-vous, je vais très bien. Quoique... bon d'accord, je reconnais avoir bu une petite gorgée de Ricard.
Mais j'ai pour preuve de ma sobriété, la souffrance que m'aura fait subir l'écriture d'un tel message.
TERIENK... euh, LINDEMANN, AU SECOURS !

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Août 18, 2017 8:06 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
24 novembre 2033
Shakhan'anjar

DERRIÈRE LA CRISE DIPLOMATIQUE, UNE GUERRE ÉVITÉE DE JUSTESSE AVEC L'EASHATRI ?

La rencontre historique du trimestre dernier, entre le ministre eashe des affaires étrangères Mavi Oroshe et le chef du gouvernement karmali Ahmadzaï Khan, fut un incontestable succès : relations économiques renforcées par un commerce de nombreuses matières premières, une coopération technique approfondie (dont un accord récent sur les télécom signés par les sociétés privées concernées), ainsi que des échanges culturels intenses, de la cinématographie aux voyages scolaires/estudiantins et aux pièces de musée. A défaut d'être juridique, voilà une véritable "alliance de facto", dirons certains analystes.
Pourtant, tout bascula lorsqu'un extrémiste de gauche eashe révéla le sujet abordé lors d'une réunion à huit clos entre l'etat-major de l'armée eashe et certains membres du gouvernement, dont le premier ministre lui-même, Sadiq Operkh : à savoir l'éventualité d'envahir le Sud du Karmalistan ! On appris peu après que la souveraineté territoriale de notre pays fut d'ailleurs violée par des troupes eashes conduites par des généraux-faucons.
Heureusement, la crise se résolvait avec la déchéance des généraux coupables d'avoir commis cet acte de guerre envers notre pays, des excuses officielles du ministre des affaire étrangère eashe, et un message clarifiant un peu plus la situation de la part du premier ministre.

Si la confiance entre nos deux pays a pu être écornée, la crise en Ashurdabad et les réseaux islamistes de l'Emirat agissant de part-et-d'autres de la frontière relativise quelque peu "l'acte de guerre". Il est tout à fait avéré que des groupes islamistes agissent en ce moment même autour de Kormalnagar, à quelques dizaines de kilomètres au-delà de la rive gauche du Tshygysh Daria, lesquels entretiennent des relations avec les groupes séparatistes shuktènes, de l'autre côté du Dar.
D'où, finalement, la création de ce "GDI", "General Development for Isthmus" (parfois renommé : "General Dahari Initiative"), doté de forces privées spécialement conçues pour agir sans tenir compte des limites frontalières entre nos deux pays, en parfait accord et coordination avec nos deux gouvernements et faciliter ainsi la lutte anti-terroriste.

En ces heures de crise internationale, surtout en Dytolie, avec les massacres de chrétiens en Lykke, avec l'intervention avortée britonne en Nouvelle-Occilée (province séparatiste de l'empire de Posnanie), avec le blocus soverovo-wildhornais contre la Britonnie, avec l'invasion de l'Atzum par le Tötternland, il convient donc de montrer l'exemple, en démontrant qu'une crise peut être résolue pacifiquement grâce à une sagesse mutuelle (relativisation karmale, destitution des responsables eashes)
A ce titre d'ailleurs, un qarluk de Karagol, la capitale, osa même affirmer devant les caméras :
Citer :
Peut-être que finalement, les véritables "pays sous-développés", aux régimes politiques violents et orgueilleux, ne se trouvent pas au Sud, chez les misérables "barbares" musulmans du Karmalistan ou islamo-hindous du surpeuplé Eashatri, mais plutôt au Nord, chez les riches "civilisés" chrétiens de la Dytolie !

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Août 26, 2017 7:10 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
18 décembre 2033
Shakhan'anjar

La campagne militaire contre les islamo-communistes, imminente !

Le Shakhan, en sa qualité de commandant en chef des armées, a enfin annoncé l'achèvement des plans de combat pour :
_ au sud-est, déloger les islamistes de Kormalnagar et de Khanawar, deux villes contrôlées par l'Amarat ("Émirat Islamique" d'Ali Mohammed Ibn al-Khattab), avec la participation conjointe et l'aide indirecte des forces eashes en Ashurdabad
_ au nord-est, déloger les communistes PRDK-ML de Kyzyl Adyr et les leurs alliés syirs (Syirkhanat) de Tchinggis.

A vrai dire les opérations ont déjà commencé... et de nouvelles unités spécialement dédiées à celles-ci ont été formé dans le sens de la réforme militaire globale (baisse générale massive des effectifs avec la démobilisation de 450 000 soldats, mutation du gros des troupes en forces paramilitaires -900 000- et formation d'une armée régulière conventionnelle de 150 000 hommes). Ces nouvelles unités seront en fait constituées et commandées par des SMP, sociétés militaires privées, cela afin de réduire les coûts pour le budget du Shakhanat. Ces SMP interagiront et coordonneront leurs efforts via le General Development for Ishtmus, récente organisation privée karmalie engagée dans le codéveloppement de la région Dar-Ashurdabad avec l'Eashatri. Selon certains experts, cette organisation de coordination des SMP gérée conjointement par des officiers de haut rang et des hommes d'affaire rajan deviendrait à terme le socle de la constitution de l'entité politique du Dahar, en voie d'autonomisation.

_______________________________________________________

Un sondage de faits divers... mais révélateur de la perception culturelle du Karmalistan

Un sondage d'opinions a été réalisé au Karmalistan, en deux temps, pour questionner les karmali de leurs goûts en matière de femmes... dans le cadre de l'organisation du concours de miss univers. Le Dahar (Sud) d'une part, le Centre et le Nord d'autre part.
Première distinction : les Karmali du Nord sont encore nombreux à refuser ce genre de concours par principe, révélateur d'un premier fossé culturel ou plutôt cultuel... l'islam fondamentaliste (notamment chez les Tojiks pour l'hanafisme, et les Qarluks pour l'école de Naqshband) y étant pour beaucoup.
Seconde distinction : le tiraillement entre Janubie et... Ventélie.
La candidate présentée par l'Horbarash écrase toutes ses concurrentes dans le Dahar, où les Rajans sont effectivement de "race" janubienne. Sa popularité est telle qu'elle serait devenue une icône chez certains jeunes ! Peut-être autant que sa beauté, sa cause engagée dans la défense du patrimoine culturel janubien, ainsi que sa position importante en tant qu'héritière d'une importante dynastie (deuxième fille du Radja de Bengakaar) y sont pour beaucoup dans ce phénomène populaire, l'ayant rendu célèbre dans tout le pays. On notera également la présence de trois candidates "asiato-océaniques" (Ventélie et Néchinésie) qui se démarquent elles aussi de toutes les autres.
Néanmoins, au Nord du Karmalistan, c'est la candidate kaiyuanaise qui sort grande vainqueur, et donc mathématiquement, c'est elle qui l'emporte à l'échelle de tout le Karmalistan ! Mais... outre sa "race" (asiate comme les Syirs et de nombreux qarluks), c'est probablement sa simplicité (elle semble joyeuse et peu superficielle) qui la rend appréciée de tous en "terre de Nod", y compris des peuples les plus traditionalistes. On remarquera qu'elle fait la quasi-unanimité chez les peuples Syirs, de "race jaune", attachés à la simplicité et au bonheur en dehors du superflu, dans les petites choses de la vie. Beaucoup de ceux qui ont refusé de participer au sondage par principe auraient très vraisemblablement voté pour elle s'ils avaient choisi de répondre.
Petite anecdote, à plusieurs reprises des karmali du Nord irrespectueux ont osé répondre : "je choisis la jeune femme présentée par le Kaiyuan ! ...parce que toutes les autres... enfin... comment dire... vous voyez quoi..."
Toutefois, même au Nord la janubiophilie semble percer quelque peu : la candidate horbarienne figure en second, assez loin devant toutes les autres. De leur côté, les deux ressortissantes des îles (Néchinésie), demeurent elles aussi relativement appréciées sur tout le territoire.

Dernière remarque : la curieuse absence des candidates de race blanche au sens large (slaves et arabes compris).

Dahar :
1) Urmila de Bengakaar (candidate hobararienne) : 62%
2) Meng Wu (candidate kaiyuanaise) : 12%
3) Minami Nayumi (candidate cipanguaise) : 10%
4) Hinaere Tupapu (candidate marite) : 6%
5) Toutes les autres : 6%
6) Refus de répondre au sondage par conviction politique ou religieuse : 4%

Centre et Nord du Karmalistan :
1) Refus de répondre au sondage par conviction politique ou religieuse : 37%
2) Meng Wu (candidate kaiyuanaise) : 33%
3) Urmila de Bengakaar (candidate hobararienne) : 14%
4) Minami Nayumi (candidate cipanguaise) : 5%
5) Hinaere Tupapu (candidate marite) : 5%
6) Toutes les autres : 6%

Image - Image
Les deux candidates choisis par les Karmali : la candidate janubienne d'Horbarash (très populaire de fait, surtout au Sud), et la candidate ventélienne du Kaiyuan (méconnue, mais grande gagnante du sondage, surtout au Nord).

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Sep 06, 2017 7:00 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
HRP : MàJ, changement important formulaire du Gazar-Khün.
Seh-rang Beyragh
15 janvier 2034

Classement des puissances militaires dans le Monde (fin-2033)

Ce classement des puissances militaires tel que calculé par le journal Seh-rang Beyragh considère :
_ que ces points de puissances dépendent pour l'essentiel du coût d'entretien lui-même
_ que malgré cela, le coût de l'entretien annuel des armées est loin d'être le seul facteur qui détermine la puissance de celles-ci : il faut également prendre en compte la somme dépensée lors de l'achat d'origine (coût de production ou d'importation), mais aussi la valeur militaire nette, c'est-à-dire les trois facteurs indépendants du coût d'entretien :
1- équilibre numérique, c'est-à-dire disposer d'une armée avec, par exemple, suffisamment de capacités pour l'appui aérien ou le soutien d'artillerie par rapport à ses forces blindées (facteur non-comptabilisé ici pour des raisons pratiques),
2- complémentarité sectorielle, à savoir l'impératif besoin d'une mécanisation et d'une motorisation adaptées pour la mobilité et la protection de l'infanterie (facteur comptabilisé : il réduit légèrement entre-autres, la valeur de l'infanterie par rapport à son coût d'entretien prohibitif*)
3- et surtout le niveau technologique qui, lorsqu'il est avancé, peut augmenter considérablement le rapport "qualité/prix", ou plutôt "efficacité militaire réelle / coût d'entretien annuel".
_ qu'à ce propos, si les salaires des soldats peuvent variés d'un pays à l'autre malgré un niveau technologique similaire, tous les pays auront été arbitrairement placé sur un pieds d'égalité (au détriment des armées qui se contentent de faibles rémunérations pour leurs hommes, ce qui pénalisera les pays pauvres ou autoritaires)
_ qu'il ne tient pas compte du niveau de l'entrainement des armées (au détriment des pays riches ou militaristes)
_ qu'il ne tient pas compte des armes stratégiques, spatiales ou nucléaires (exceptés les missiles balistiques à charges conventionnelles, et les éventuels SNLE qui peuvent être modifiés en sous-marins nucléaires d'attaque type "lanceurs de missiles de croisière" -ou SSGN-, dont les ogives sont largement conventionnelles)
4- la valeur d'une unité dépend également de la crédibilité de la menace qu'elle est sensée contrer. Étant donné le faible nombre d'avions actifs dans le Monde (au point que certains porte-avions en sont dépourvus !), la valeur de la DCA moderne (et ses limites techniques qui ne vont pas au-delà du Patriot/S-300) est légèrement réduite par rapport aux systèmes ultra-modernes [HRP : qui ont pu exister dans la V3]
[+ note HRP : points de puissance réadaptés au nouveau système militaire ariosien, via un nouveau modèle de formulaire, et de nouveaux coefficients. Toutefois, la valeur du matériel obsolète, malgré son coût d'entretien prohibitif et malgré par conséquent son caractère "pas si obsolète que cela", a été tout de même sévèrement sous-évalué par rapport au matériel moderne, allant de 2,5 fois à 5 voire 6 fois inférieur selon le type d'unité, écarts inspirés du réalisme). Le porte-avions moderne a été probablement sur-évalué, de telle façon qu'on peut reconnaître une double-comptabilisation des avions embarqués (!).]

Image

Diagramme PPM 2033

_______________________________________________

Les "deux+quatre" (grandes puissances militaires : plus du double de la moyenne mondiale) :
_ Karmalistan, Sovérovie (près du triple de la moyenne mondiale)
_ Breizhmor, Peos, Aminavie, Gazar-Khün

Les principales forces terrestres :
_ Karmalistan (68), Sovérovie (59) (respectivement 4,3 et 3,7 fois la moyenne mondiale)*
* Le Breizhmor au troisième rang (41) ne vaut que 2,6 fois la moyenne mondiale.

Les principales forces aériennes :
_ Gazar-Khün (25) (suprématie -aucun rival sérieux- avec 6 fois la moyenne mondiale ou 15% des escadrons disponibles dans le monde)

Les principales flottes :
_ Peos (19), Aminavie (19), Breizhmor (17), Caskar (14) (de 2,3 à 3,1 fois la moyenne mondiale)
________________________________________________

Courts commentaires :

Le Karmalistan ne doit son avantage numérique qu'à son artillerie surdimensionnée et à son infanterie mécanisée, suffisante pour rendre la première opérationnelle. Malgré leur obsolescence, les innombrables canons tractés, mortiers lourds ou mobiles, obusiers automoteurs et lance-roquettes multiples du Karmalistan, assistés d'une infanterie massive, d'une mécanisation correcte et d'une bonne connaissance du terrain, sans oublier les bataillons anti-aériens, octroient à ce pays une redoutable défense intérieure, de nature insurrectionnelle ou via une riposte de contre-invasion. Toutefois, l'ancienneté du matériel, le cruel manque d'aéronefs et de navires, empêchent ce pays d'être une menace (offensive) sérieuse pour quiconque se trouverait au-delà des mers ou n'ayant pas de frontière terrestre immédiate. Son point faible majeur : son PIB qui reste en berne depuis 3 ans.
Concrètement, la puissance de la Sovérovie ne repose que sur sa seule infanterie : à savoir 620 000 soldats modernes (70% de ses PPM), lesquels représentent à eux-seuls près de 2% de la population totale, soit probablement environ 7% de la population masculine en âge de combattre. Une armée gigantesque, sur-équipée, qui fait de ce pays la potentielle première puissance militaire mondiale, à condition de recevoir les équipements nécessaires à sa mécanisation blindée et à sa couverture aérienne. Des trous qu'elle peut toutefois combler via un système multilatéral de complémentarité militaire (alliance de la LIBO). Le pays dispose également d'une flotte de guerre tout à fait respectable.
Le Breizhmor et l'Aminavie sont probablement les deux puissances militaires les plus équilibrées. Des forces terrestres modernes et pléthoriques pour la première, obsolètes mais plus nombreuses encore pour la seconde, des forces aériennes dont l'indiscutable insuffisance est nettement moins grave que celle des autres puissances du Monde, et des flottes de guerre redoutables (sous-marine surtout pour l'Aminavie).
Le Peos, comme tous les autres pays du monde (hors Gazar-Khün), n'a pas de forces aériennes dignes de ce nom. Sa mécanisation blindée est également insuffisante. Sa puissance extraordinaire repose donc quasi-exclusivement sur deux facteurs : son infanterie... et surtout sa flotte de guerre, la première du Monde. Potentiellement, et en surface, ses navires dominent toutes les mers du Globe.
Le Gazar-Khün, maîtrise les airs. Avec 650 avions de combat et près de mille hélicoptères d'attaque, il n'a pas de rival sérieux en matière d'aéronefs. Mieux : ses forces sont relativement proportionnées, puisque son armée de terre reste nettement au-delà de la moyenne mondiale, et sa marine, plus que conséquente. Cependant, si, certes, le seuil critique maximal supporté par la population ou le PIB n'a pas lieu d'être en raison de la distinction nette entre PPM et coûts d'entretien annuels et réserves humaines disponibles, notons toutefois qu'à titre symbolique, en terme de PPM, ce pays est de très loin le plus militarisé du Monde (bien devant le Breizhmor, le Peos et l'Aminavie, deuxième, troisième et quatrième du classement en rapport PPM / (valeur proportionnelle PPM-PIB) + (valeur proportionnelle PPM-Pop)).

HRP : Tableur mixant population, PIB et PPM déjà achevé, second post à venir -avec commentaires- très prochainement.

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Sep 07, 2017 4:41 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Mai 14, 2008 5:30 pm
Message(s) : 5682
Localisation : Corea (V1), Tehran (V2), Rostovie (V3), Karmalistan (V4), Rovostranie (V5)
Seh-rang Beyragh
19 janvier 2034

Image

Un classement des puissances dans un monde horizontal équilibré ?

Beaucoup d'analystes pensent qu'il est encore trop tôt pour se prononcer dans la mesure comparative et la catégorisation des nations en terme de puissance, au constat du décollage récent de la croissance mondiale à la suite du [long hiver politique]. Mais nous pouvons commencer une esquisse de classement qui aura pour base la "puissance potentielle", donc à venir, de chaque nation.
Par définition, au sens large, la puissance est la faculté acquise par un agent d'influer "volontairement" la décision d'un autre agent, de telle façon que ce dernier n'aurait pas réagit de la sorte sans la "décision", la présence ou l'activité initiale du premier agent. En clair, c'est la capacité à changer son environnement (sans forcément le réaliser, il suffit de le pouvoir : ce qu'on appelle la dissuasion).
Le calcul de la "puissance" d'une nation se mesure difficilement. Il existe deux types de puissance, et plusieurs facteurs déterminants.
Le hard-power, à savoir la coercition, mesure la masse démographique (population), la force militaire (armée), la richesse produite (économie) et le niveau du savoir-faire (technologie).
Le soft-power, à savoir la persuasion, mesure l'influence diplomatique, culturelle, religieuse ou idéologique.
La combinaison des deux est parfois qualifiée de "smart-power", à savoir l'intelligence, que l'on nommera plutôt le machiavélisme, une façon d'exercer et d'accroître son pouvoir avec ruse et clairvoyance, en employant tous les moyens à disposition, dosés selon le contexte et les besoins qui en découlent.

Nous avons plusieurs grades pour catégoriser la puissance des nations :
_ petite puissance : facultés spécialisées mais incomplètes, rayonnement régional (ou mondial si spécialisation), innombrables rivaux.
_ la puissance moyenne : capacité sérieuse d'autodéfense, rayonnement surtout régional, innombrables rivaux.
_ la grande puissance : domination régionale avec faculté de rayonnement mondial, nombreux rivaux.
[HRP ex. V3 : Kaiyuan rumyesque, Fiémance ariosienne, Kirep vlidujo-alexeien, Aquanox/Tarnosia amaskien, Shawiricie finerpapienne et Khaldidan /// début de la V3 : Lochlann, Quantar, Numancia...]
_ la superpuissance : domination "hémisphérique" avec rayonnement mondial, suprématie (parfois partagée) dans la plupart des secteurs stratégiques, très peu voire pas de rivaux sérieux (pas plus de deux).
[HRP ex. V3 : Rostovie vladienne et Pelabssa johélien jusqu'en 2019 ou jusqu'à sa destruction finale en 2021-22, Raksasa simanien et Rostovie libérée depuis mars 2023]
_ l'hyperpuissance : hégémonie mondiale, suprématie dans presque tous les domaines, aucun rival sérieux existant.
[HRP ex. V3 : Rostovie du Rovostran (URKR de Terienkov / Main Noire) de 2019 à mars 2023]

Citer :
Rappelons les sept+un facteurs nécessaires pour obtenir les statuts de superpuissance et d'hyperpuissance :
1_ dominer l'économie mondiale par son PIB et sa monnaie
2_ être à l'avant-garde du progrès technique
3_ posséder de loin la première force armée conventionnelle du monde
4_ entretenir une influence diplomatique mondiale avec un réseau d'alliances fidèles et des dédoublements de frontières
5_ disposer d'une capacité de projection mondiale via une flotte de guerre inégalée et un réseau de bases ou facilités militaires à l'étranger
6_ répandre sa culture et son idéologie à travers le monde au point de devenir un rêve/modèle (ou cauchemar !?) pour tous les peuples
7_ détenir un arsenal nucléaire (ou d'ADM) suffisant pour qu'en dépende l'équilibre de la Terreur
8_ plus le "point Joker" -mais si cher et sacrificiel qu'il est optionnel-, à savoir l'édification d'un système de défense stratégique complet et opérationnel

Certains facteurs peuvent être maîtrisés "de façon certaine et absolue" (A), d'autres "partiellement" (B).
Exemple par quelques points :
_ la maîtrise absolue du facteur 1(A) implique le statut de n°1 mondial en terme de PIB avec une avance "légère" d'au moins 20% (1/5e) sur le second. (Le PIB doit être supérieur au double de la moyenne mondiale).
_ la maîtrise absolue du facteur 3(A) demande non-seulement le statut de n°1 mondial en terme de puissance militaire, mais exige une avance considérable de plus de 33% (un tiers) cela afin de se donner une sûreté face au souci de comptabilisation -particulièrement complexe- de la puissance d'une armée. (La puissance militaire doit être supérieure au double de la moyenne mondiale).
_ la maîtrise partielle du facteur 1(B) implique la présence au peloton de tête du classement économique (les données de celui-ci devant représenter plus du double de la moyenne mondiale).
_ la maîtrise partielle du facteur 3(B) implique la présence au peloton de tête du classement militaire (les données de celui-ci devant représenter plus du double de la moyenne mondiale).

Pour prétendre au statut d'hyperpuissance, il est indispensable de maîtriser certainement et absolument (A) au moins 5 de ces facteurs (hors 8ème).
Aujourd'hui en 2033-2034, aucun pays du Monde n'entre dans cette catégorie, puisque même aucun d'entre-eux ne maîtrise absolument (A) ne serait-ce qu'un seul de ces facteurs. Ce "grade" n'est donc pour l'instant que pure chimère, même pour les alliances internationales.

[La seule NJ qui parvînt à atteindre ce stade dans toute l'Histoire de Simpolitique, est l'URKR de Terienkov (Rostovie de la Main Noire), avec 5+1(A) facteurs maîtrisés de façon certaine et absolue, et 1(B) "partiel" supplémentaire, sans rival sérieux durant plus de quatre ans, de 2019 à mars 2023 (déc.2012 à jan.2014 irl).
===> facteurs maîtrisés 1(A), 2(A), 3(A), 5(A) et 7(A). Avec en bonus le point optionnel 8(A). Et partiellement enfin, le facteur 6(B).
Effondrée en mars 2023, la Rostovie a ensuite considérablement rétrogradé, mais aucune autre nation n'a pu prendre le relais.


Pour prétendre au statut de superpuissance, il est indispensable de maîtriser certainement et absolument (A) au moins 3 de ces facteurs, dont impérativement, soit le facteur 1, soit le facteur 3 ou 7.
Bien-entendu là encore, absolument aucun pays ne peut s'en revendiquer sérieusement. Les écarts de puissances militaires et surtout de PIB, mais aussi de savoir-faire technique (à la fois trop incomplets et égalitairement répartis), sont encore bien trop resserrés pour qu'un n°1 ou même un petit groupe puisse se détacher véritablement du reste. L'éventuelle maîtrise des points 1, 2 et 3, ne peut donc être que partielle (B).

[HRP : La V3 s'est donc achevée avec la suprématie du Raksasa, qui fut la première superpuissance mondiale, avec la maîtrise absolue de 3(A) facteurs, auxquels s'ajoutaient 2(B) autres partiels.
===> facteurs maîtrisés 1(A), 2(A) et 4(A). Et partiellement enfin, les facteurs 3(B) et 5(B).
La Rostovie affaiblie en resta avec les facteurs 2(A) et 7(A), +8(A) en option. Et partiellement le facteur 3(B). Elle était alors la "seconde superpuissance".]


L'on peut néanmoins, au niveau des alliances internationales, éventuellement se permettre de spéculer sur les prochaines années à venir. Si elle prolonge sa progression avec constance, persévérance et fidélité, seule LIBO pourrait prétendre un jour au statut de "superpuissance". Outre le fameux facteur 1(B) qu'il devrait remporter haut la main à titre partiel d'ici deux ans à peine, le Vonalya semble à lui seul bien parti pour atteindre le point 4 (bien que sa maîtrise absolue soit contestable, étant donné la nature incertaine des traités bilatéraux tous-azimuts...), tandis que la Sovérovie, en plus du facteur 1(B) obtenu également d'ici quelques années selon les prédictions, les facteurs 3(B) et 5(B) sont également bien convoités. (Cela malgré le fait que sa marine soit encore largement surclassée par la tétrarchie thalassocratique citée dans le premier chapitre -post précédent-... quoique la complémentarité militaire de la LIBO anticipe ce "trou" via la puissante flotte du Breizhmor). Certes, individuellement, toutes ces nations sont à des années lumières du rang concerné. Mais l'alliance elle-même, pourrait espérer l'atteindre à condition qu'elle reste fermement soudée. En regard de l'absence de nature militaire de l'OCC, de l'écroulement diplomatique de l'UPO et du nain militaire qu'est la Ligue céruléenne, la vigueur diplomatique et économique du Vonalya, l'ambition géopolitique, technique et la puissance militaire de la Sovérovie, la flotte du Breizhmor et l'espace géographique du Ragvarld (monopole mondial du cuivre), peuvent donner une conjonction de puissance relativement complémentaire. Sa seule faiblesse est sa démographie : le Kaiyuan (de facto au sommet de l'OCC en poids politique et économique) est à lui seul aussi peuplé que l'ensemble de cette organisation nordique.

La démographie qui a son importance (majeure) dans le calcul de la puissance brute d'un pays, pour la simple raison que les autres facteurs sont trop également répartis à l'échelle de la planète. C'est à ce titre d'ailleurs qu'il convient de proposer un classement, détaillé, plus adapté et plus précis, de la mesure de puissance brute.
Celle-ci reposera sur trois facteurs généraux simples :
_ le PIB (pour les ressources financières disponibles au budget d’État et donc des armées, ainsi que la capacité de production)
_ la population (pour les forces mobilisables et la force vive de la nation)
_ la puissance militaire (la véritable puissance brute active en l'état d'un État, déjà estimée et expliquée précédemment).

La complication provenait d'abord et avant-tout de la coordination de ces trois facteurs, que l'on doit joindre sans sur-estimer ou sous-estimer l'un par rapport aux deux autres.
Théoriquement, un PPM (unité de mesure de la puissance militaire) équivaut en valeur approximative à un milliard $. Ce qui donne presque plus de valeur aux armées qu'à l'économie ! Cet état de fait démontre l'extrême disproportion entre un PIB mondial extrêmement faible d'un côté, et de l'autre une puissance militaire particulièrement lourde ainsi qu'une population moyenne relativement nombreuse.
Puisque les PIB sont faibles et davantage égalitaires (le Montalvo, au plus gros PIB du Monde, ne pèse qu'1,9 fois la moyenne mondiale), à l'inverse de populations et PPM aux écarts plus larges (l'Eashatri compte 3,3 fois plus d'habitants que la moyenne ; l'armée karmale vaut trois fois la moyenne mondiale de PPM), il ne peut y avoir qu'un rapport à l'avantage des deux derniers compteurs.

Fondé sur le modèle des PPM, on rejette néanmoins le modèle du milliard $ pour un PIB qui doit également financer l'entretien du matériel. Partant du principe qu'aucun pays n'a intérêt à dépasser le quart de son PIB en dépenses militaires, et si le point PIB est noté "PE", on considérera :

1 PE = 0,25(PIB) / 500 000 000

Quant à la population, on estimera à 20% le taux moyen de mobilisation générale par pays (même s'il doit différer). La valeur PPM se fiera donc à celle du soldat archaïque (aisément mobilisable, quoique moins entraîné que ceux qui le sont déjà) pour mesurer l'importance démographique. Si le point Population est noté "PD"*, on considérera :
* oui oui, comme le symbole chimique du Palladium.
1 PD = 0,2(Population totale) / 100 000

On en déduira donc, si point de puissance brute est noté PCT :

PCT = PE+PD+PPM

Ainsi, 1 PPM = 0,5 milliard $ de production de valeur économique annuelle [au lieu du "milliard" technique] = 100 000 hommes mobilisables (archaïques).

Image

Commentaires :
On distingue sept géants démographiques : l'Eashatri, le Kaiyuan, l'ELA, le Kodomo, le Sengaï, l'Horbarash et le Karmalistan. Ce sont les seuls à dépasser le double de la moyenne mondiale. Excepté le Kaiyuan, leurs PIB sont en-deça de la moyenne mondiale. Trois d'entre-eux sont des puissances militaires.
On distingue six grands (plutôt que "géants") économiques : le Montalvo, le Lianwa, l'Amarantie, le Deseret, le Vonalya et le Commonwealth. Ces PIB vont d'1,5 à 1,9 fois la moyenne mondiale. Tous des nains militaires aux populations inférieures à la moyenne, et bien que l'Amarantie s'en approche, sa population est relativement âgée et peu féconde.
On distingue six géants militaires : le Karmalistan, la Sovérovie, le Breizhmor, le Peos, l'Aminavie et le Gazar-Khün, dépassant le double de la moyenne mondiale. Ce sont toutefois des nains démographiques (sauf le Karmalistan) aux PIB médiocres (sauf la Sovérovie). D'ailleurs, seuls ces deux derniers (Karmalistan et Sovérovie) sont des puissances militaires dites "solides" grâce à des armées terrestres inégalées.

Cependant, ces catégories (en gras dans le tableau) dissimulent des puissances qui frôlent le peloton de tête des PPM : il s'agit des géants démographiques suivants : ELA, Kaiyuan et Sengaï. Rappelons que l'importance du facteur démographique n'est que temporaire, puisqu'elle s'explique par l'extraordinaire faiblesse et le nivellement relatif des PIB mondiaux en date de 2033-2034 (la croissance économique est généralement dix fois plus rapide que la croissance démographique).
On comprend donc mieux le classement final : le Kaiyuan est la première puissance brute potentielle mondiale, avec 298 PCT (points de coercition totaux -hardpower-). Doté d'un PIB en plein essor, d'une démographie galopante déjà immense, d'une armée de terre puissante, ce pays, acteur diplomatique de premier plan, à la tête de l'OCC, sans omettre son attractivité culturelle, est sans conteste le grand vainqueur de ce classement puisque s'ajoutera même une véritable maîtrise du soft-power.
Suivent derrière l'Eashatri (grâce à sa démographie essentiellement, mais ajoutons un développement économique prodigieux que les PCT ne prennent pas en compte), l'ELA et le Sengaï (géants démographiques aux capacités militaires sérieuses, le premier peut même prétendre au leadership continental), et enfin le Karmalistan (géant militaire et démographique, néanmoins "coincé" entre trois autres grandes puissances).
Exceptée l'ELA, on constate ainsi un véritable axe régional Kaiyuan-Sengaï-Karmalistan-Eashatri, auquel on pourrait presque rajouter l'Horbarash et le Kodomo, deux autres territoires très peuplés, quoique nains militaires.

Quoiqu'il en soit, avec le développement économique et d'éventuelles courses aux armements, l'avenir relativisera le poids démographique et permettra à des nations comme la Sovérovie de progresser à une vitesse prodigieuse dans ce genre de comptabilisation. En attendant l’émergence de supergrands...

_________________
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO