SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Lun Mars 27, 2017 12:53 pm

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 66 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Mar Nov 08, 2016 9:36 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Mai 02, 2013 3:24 pm
Message(s) : 870
Localisation : Suisse
Image


"OPERATION NEW HOPE" JOINT COMMAND STAFF
19 juillet 2031

La principauté d'Ashurdabad est en proie à un conflit fraternel entre les terroristes et guérilléros de l'État Populaire de Libération des Shuktènes et l'armée princière professionnelle d'Ashurdabad. Alors que la capitale est tombée aux mains des révolutionnaires et que le conflit s'embourbe quelque peu, les États-Fédérés d'Olgarie mettent sur place une coopération militaire internationale à plus ou moins grande échelle. Cet état-major général coalisé regroupe ainsi pour le moment les seuls États-Fédérés d'Olgarie et la principauté d'Ashurdabad, mais plusieurs pays ont été invités à rejoindre cette coalition : le Royaume du Sengaï, l'Empire du Skogurjördin, la Ligue Amarantine et le Royaume d'Orlanie. Ces différents pays avait tous des ressortissants présents notamment à Shahiriville, désormais sous contrôle des révolutionnaires et craignaient pour leur sécurité, malgré la libération de certains otages directement par les terroristes ou grâce à des opérations des forces sengaïaises ou ashurdabiennes. La mission de cette coalition était claire : Libérer les otages étrangers et reprendre le contrôle de la ligne stratégique du commerce Occident-Orient puis la sécuriser.





Image


Classification : Secret

Citer :
Ordre de mobilisation du Département de la Défense


Se mettent en ordre de bataille et en partance pour Payton (Ashurdabad) :

62nd Rgt of Cavalry
Commandant : Colonel George Campbell
    1 750 hommes (dont 1 440 hommes au combat)
    48 blindés de transport
    30 véhicules de soutien (génie, reconnaissance, médical)
    3 chars de combat principaux
    48 chars légers
    20 hélicoptères d'attaque
    8 mortiers de 120 mm

    1st Anti-Aircraft Artilllery Battery
      30 hommes
      10 canons anti-aériens

1st Fleet
Commandant : Amiral Henry C. Carvill
    FSS Alester Lewson (porte-avions)
      8 avions multirôles (modernes)
      12 avions multirôles (obsolètes)
    150 navires de transport



Image


Classification : Top Secret

Citer :
Ordre d'opération spéciale


Départ pour Payton prévu le 20.07.2031 à 4h30 :

Task Force 4
Commandant : Sergent C. L.
    25 agents militaires spéciaux


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Nov 11, 2016 11:40 am 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Mars 17, 2009 10:45 pm
Message(s) : 3803
Le Port de Payton est pour l'instant tenu par les forces loyalistes de l'Armée Princière. Le personnel occidental n'y sera pas en danger. Il existe une menace d'attaque de la ville par le sud, mais les agents spéciaux olgariens assurent que si la coalition prend place dans la ville alors cette attaque pourrait être prévenue, anticipée et contenue.
Il n'existe pas de risque d'attaque par la mer, du fait de la configuration géopolitique.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Nov 12, 2016 3:17 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Juin 25, 2011 3:34 pm
Message(s) : 1687
Image

Image

Les armées du Sengaï sont en route


Tôt dans la matinée, le prince-héritier du Royaume, Chamaban, se rendit à la frontière Ouest du Sengaï avec son fils aîné, âgé de 17 ans. Les deux hommes rejoignirent la Première Armée. En effet, lorsque le Royaume s’engage dans un conflit armé, il est de tradition depuis la fondation de la dynastie Muang-Baï que les armées formées pour l’occasion abandonnent leurs étiquettes traditionnelles et se rassemblent sous un nouveau nom, un nouvel emblème (toujours couronné), et un nouveau général, souvent nommé par le pouvoir royal. En l’occurrence, c’est la Première Armée, avec pour emblème le loup couronné, avec comme général le futur roi du Sengaï, Chamaban. Connu pour sa poigne de fer, très populaire auprès de l’armée, il prend la tête de l’Armée et prend la route vers l’Ashurdabad.

Pourquoi se mettre en route contre le coup d’état qui a lieu dans ce pays finalement assez peu éloigné ? Les députés pro-guerre ont avancé six arguments pour convaincre le vote de crédits militaires :
-32% des habitants de l’Ashurdabad sont des Tibétains-Ouïghours ; le Sengaï est composé à plus de 80% de Tibétains et quelques 1% d’Ouïghours, ce qui est suffisant pour convaincre les Tibétains de prendre les armes. Du moins, certains.
-7% des habitants de l’Ashurdabad sont des expatriés Sengaïais et Hans, vivant là depuis longtemps pour certains, le Sengaï a envers eux un devoir de protection.
-Il y a à l’heure actuelle des ressortissants sengaïais en Ashurdabad, certains pris en otage, certains en fuite, il faut les secourir.
-Rejoindre une coalition de plusieurs nations pour défendre un gouvernement souverain permettra de créer des liens avec les nations en question.
-Pays éminemment stratégique, avoir un point d’ancrage avec l’Ashurdabad peut permettre à l’avenir d’obtenir de juteux contrats commerciaux.
-L’armée manque d’expérience et doit pouvoir se dérouiller en agissant sur des terrains extérieurs.

Imparables, les arguments ont été acceptés et applaudi par les députés de la majorité et une petite majorité de ceux du Renouveau Tibétain. De manière générale, une intervention sur un front d’une aussi grande importance rend l’opinion publique non pas impatiente mais curieuse, désireuse de voir son armée s’engager. Le Rama, peut-être content de voir l’armée comme un ciment pour son peuple tant divisé, a rencontré tous les officiers les uns après les autres afin de leur souhaiter les meilleures chances possibles. Les enjeux sont donc extrêmement importants pour le Sengaï, tant sur le plan intérieur qu’extérieur.


Citer :
PREMIERE ARMEE


10 000 militaires
1000 véhicules de transport
300 chars d’assaut
50 pièces d’artillerie
30 hélicoptères d’assaut

1 croiseur et 2 frégates dans les eaux les plus proches

1 porte-aéronef à la frontière de la ZEE sengaïaise, avec 3 avions prêts à décoller

Le Prince Chamaban est personnellement escorté par un squad de la Sengaï Taïmu (50 hommes)


PLAN – A l’heure actuelle :

La Première Armée se met en route par voie terrestre. Les nations traversées par l’Armée ont bien évidemment reçus des messages demandant la permission de traverser leur territoire, sous escorte s’il le faut, pour montrer la bonne foi du Sengaï. D’autant plus qu’une guerre civile à leurs frontières n’est pas un avantage pour eux : ainsi, afin de réduire cette menace, ils ont juste à laisser passer une armée qui plus est rapide, car motorisée. Cette étape ne pose pas énormément de soucis.
Dans la mer, un croiseur et deux frégates se positionnent dans les eaux internationales les plus proches du Sud de l’Ashurdabad, négociant avec les flottes des nations frontalières. On pose le projet d’une route de ravitaillement entre la côte et le Sud du pays en guerre civile, protégée par la flotte sengaïaise. Non loin de là, le porte-aéronef sengaïais s’avance avec 3 avions multirôles, prêts à décoller pour apporter un soutien aérien si nécessaire. Tous ces navires disposent de ressources, notamment de l’essence, qui pourra être transporté à la Première Armée par une liaison hélicoptère, en attendant la voie routière.

La Première Armée envoie des éclaireurs vers l’Ashurdabad pour voir si la route est libre. L’objectif premier est le suivant : s’installer dans la ville de Kashkong, a priori encore protégée par l’armée loyaliste. Déployer les pièces d’artillerie et organiser un camp régulier. Par la suite, prendre contact avec les armées du Nord, conduites notamment par l’Olgarie, pour prendre en tenaille les troupes rebelles. Cependant, des troupes spéciales sont envoyées bien avant l’arrivée de l’Armée pour aider à la libération des otages ou des ressortissants pris au piège, comme convenus avec les puissances étrangères. Ceux-ci seront rapatriés vers Kashkong, puis prendront la route vers le Sengaï.
Le second objectif est le suivant : prendre très rapidement contact avec les généraux loyalistes et le gouvernement en place. Si ce dernier est en difficulté, proposer de l’accueillir à Kashkong pour le protéger. Le prince Chamaban lui-même se chargera des contacts avec ceux-ci.

_________________
« Les rationalistes fuient le mystère pour se précipiter dans l'incohérence » - Bossuet
« Moi l'Eternel, J'ai fait toutes choses, seul J'ai déployé les cieux, seul J'ai étendu la terre. Je fais reculer les sages et je tourne leur science en folie » - Esaïe 44:24-25
« Dieu finit en parasite dans les âmes où domine l'éthique » - Nicolas Gomez Davila


Soli deo gloria


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Nov 13, 2016 12:54 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 04, 2015 6:44 pm
Message(s) : 344
Les sociétés militaires privées yanleiennes dans le conflit


Contexte et objectifs

Le pays de Yanlei qui ne possède plus d'armée nationale ne peut plus rejoindre officiellement de coalition internationale. Cependant, cela ne veut pas dire qu'aucun militaire yanleien ne participe à l'opération puisqu'un accord a été trouvé entre le Sengaï et la megacorporation Baobiao, qui regroupe diverses entreprises privées de sécurité et de renseignement. Ces sociétés militaires privées interviennent à la demande des différentes sociétés d'assurance dont les clients sont actuellement retenus en otage en Ashurdabad, mais aussi de certaines entreprises dont le commerce est perturbé par le conflit. Les troupes déployées par Baobiao accompagnent pour le moment celle du Sengaï et collaborent avec elles.

En tant qu'entreprise privée, les seuls objectifs des yanleiens engagés sont la libération des otages yanleiens et la défense des intérêts d'entreprises commerciales qui financent la campagne.

Citer :
Forces engagées :

4 000 soldats
30 hélicoptères d'assaut


Actions diplomatiques et de renseignement

Le groupe Baobiao forme une cellule de négociateurs qui auront en charge de contacter les différents groupes en présence :

1/ Prise de contact avec les rebelles Shuktènes concernant la libération des otages yanleiens encore détenus. On explique que le yanlei est étranger à l'histoire coloniale du pays et que la rébellion ne peut que s'attirer un ennemi supplémentaire puisqu'aucune rançon ne sera payée. La détention des yanleiens n'a donc aucune légitimité ni aucun avantage. Les négociateurs cherchent quand même à connaître les revendications des preneurs d'otage pour voir s'ils peuvent en satisfaire certaines.

2/ Prise de contact avec les rebelles Taktounes. « Les ennemis de nos ennemis sont nos amis » : puisqu'ils luttent contre les rebelles shuktènes, on leur propose de les aider avec par exemple l'envoi de formateurs pour professionnaliser leurs soldats et leur donner un avantage au combat. On leur demande en retour de se concentrer sur la sécurisation des rives du lac Shahiri.

3/ Prise de contact avec le gouvernement et l'armée princière pour signaler de la présence de paramilitaires yanleiens au côté de l'armée du Sengaï. Le groupe Baobiao propose ses services au gouvernement local (payants bien sûr) en matière de formation, protection de sites, escortes des convois commerciaux étrangers, appui aérien, logistique.

4/ Des hommes du renseignement essayent de recruter des informateurs parmi les civils afin d'obtenir des informations sur les rebelles shuktènes (leur position mais aussi sur leur famille) et la localisation des otages. Les informateurs seront naturellement rémunérés. Si on peut prendre contact directement avec des rebelles, on peut leur proposer protection et exfiltration s'ils désertent en livrant des informations et/ou des otages (pour les convaincre on met en avant la force de la coalition et la faiblesse de la rébellion... ils vont mourir, on leur propose de survivre). Baobiao peut même les engager et les former, la paye des militaires privés étant suffisante pour qu'ils entretiennent leurs familles.

Actions de terrain

1/ Sécuriser la voie intermaritime rapide afin de permettre au commerce mondial de reprendre. Pour cela, des unités de soutien logistique appuient la Première Armée du Sengaï dans son installation à Kashkong qui sert ensuite de base arrière à des unités de reconnaissance qui vont s'aventurer sur la portion de route qui mène à Shahiri. L'objectif n'est pas d'engager le combat mais de déminer et repérer les groupes ennemis qui seront ensuite éliminés par les hélicoptères d'assaut qui est probablement l'arme la plus efficace pour lutter contre des rebelles sous-équipés. Dans le cas de rassemblement de troupes ennemis importants, la localisation est transmise à l'armée du Sengaï qui dispose d'avion de chasse et de véhicules blindés.

2/ Selon les informations recueillies par les services de renseignement, des unités commandos sont envoyées derrières les lignes ennemies pour procéder à la libération d'otages yanleiens après évaluation des risques. Si nécessaire, les unités spéciales collaborent avec celles du Sengaï pour mener une opération conjointe.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Nov 13, 2016 2:18 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Mai 02, 2013 3:24 pm
Message(s) : 870
Localisation : Suisse
Image


OPERATION ROYAL PALACE
7 août 2031

Participants : Royaume du Sengaï, Royaume d'Orlanie, États-Fédérés d'Olgarie
Résumé des forces :
95 membres des forces spéciales sengaïaises
80 membres des forces spéciales orlanes
25 membres de la FIA

Phase 1 : Organisation
Dans un premier temps, la FIA s'occupera de demander au Prince l'autorisation de d'installer une base temporaire sur la rive nord du lac, dans la zone contrôlée par son régime. La FIA et les forces spéciales sengaïaises et orlanes y stationnerons environ 200 d'hommes, dont 25 agents de la FIA et une vingtaine, issus des forces spéciales sengaïaises et orlanes, seront destinés à libérer les otages, ainsi que plusieurs hélicoptères de transport (assez pour transporter tout les otages), et cinq hélicoptères d'attaque. Nous demanderons au Prince les plans du Royal Meckenburg Hotel, ainsi que ceux de Shahiriville. De plus, un avion de reconnaissance et un avion de soutien au sol seront déployés dans l'un des aérodromes encore sous contrôle du Prince.

Phase 2 : Observation
Pendant un jour, l'avion de reconnaissance survolerait la Shahiriville, le but étant d'agir au plus vite, afin de d'évaluer le matériel dont disposent les rebelles.

Phase 3 : Opération
L'opération proprement dite se déroulera ensuite la nuit, à partir de 3h30. Le commando d'intervention (composé donc de 25 hommes, 10 sengaïais. 10 orlans et 5 olgariens) feront environ les trois quarts du trajet entre la base et Shahiriville sur le lac, à bord de multiples canots gonflables à moteur (deux trois devraient être suffisants). Une fois parvenus au plus près possible de la ville, mais assez loin pour être certains de ne pas être repérés, les soldats continueront leur chemin à la nage, à l'aide de combinaison de plongée. Afin de ne pas alourdir leur paquetage, ils n'emporteront que le strict nécessaire : Un pistolet mitrailleur avec silencieux chacun, à l'exception de quatre fusils de précision transportés en pièces détachées, ainsi que des lunettes de vision nocturne, des grenades flash et lacrymogènes, ainsi que des feux de bengale.

Une fois la berge atteinte, les soldats se débarrasseront de leur équipement de plongée et assembleront et équiperont leur matériel. Ils prendront ensuite la route de l'hôtel à pied, suivant un itinéraire prévu à l'avance afin d'être aussi discrets que possibles, ainsi qu'à l'aide des informations fournies en temps réel par l'équipage de l'avion de reconnaissance, équipé de caméras nocturnes.

Une fois l'hôtel atteint, le commando éliminera aussi discrètement que possible les ennemis gardant le bâtiment (toujours grâce aux informations fournies par l'avion de reconnaissance), puis nettoieront l'intérieur à l'aide de leurs grenades flash et lacrymogènes (aidés par les plans fournis par le Prince). Une fois les otages localisés, le commando les guidera jusqu'au toit du bâtiment afin que ceux-ci soient extraits par les hélicoptères de transport qui seraient partis en avance, attendant le feu vert de l'équipage de l'avion de reconnaissance pour une arrivée parfaitement coordonnée avec le nettoyage de l'hôtel par le commando. Les hélicoptères (guidés par les feux de bengale allumés sur le toit) commenceraient par déposer du matériel à l'intention des soldats du commando, à savoir des armes lourdes et des protections supplémentaires, afin de défendre le bâtiment face à d'éventuels renforts ennemis, le temps que les civils soient extraits par les hélicoptères de transport. Les soldats seraient aidés dans leur tâche par les hélicoptères de combat, qui se chargeraient de neutraliser les renforts ennemis, ainsi que par l'avion de soutien au sol, qui attaqueront en premier lieu les batteries de DCA ennemies repérées au préalable par l'avion de reconnaissance. Une fois tous les otages évacués, le commando fuira à son tour à bord des hélicoptères de transport, toujours couverts par les hélicoptères de combat et l'avion de transport.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Nov 13, 2016 2:54 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Mai 02, 2013 3:24 pm
Message(s) : 870
Localisation : Suisse
Image

OPERATION NEW HOPE
7 août 2031

Pendant que le 62nd Rgt of Cavalry prend quartier dans la banlieue de Payton, toujours à l'affut d'une possible attaque surprise des shuktènes et attendant l'arrivée des renforts skogurjördinois, orlans, vonalyans et amarantins, le porte-avions FSS Alester Lewson stoppe sa course dans la baie de Payton, à la manière d'un fort flottant capable de contrôler les arrivées vers l'Ashurdabad. En attendant d'avoir une force de frappe terrestre conséquente, les missions de reconnaissance se multiplient afin d'avoir la meilleure connaissance de l'armement adverse et du terrain.

Opérations sur le terrain
Image

  • Les flèches noires représentent les principales directions d'envoi d'avions et d'hélicoptères pour la reconnaissance. Ils recherchent : possibles batteries d'artillerie, possibles batteries DCA, possibles camps d'entraînement ou de stationnement, possible spécificité du terrain qui pourrait compromettre l'avancée de l'armée dans un futur proche.

Opérations diplomatiques
  • Les EFO contactent le Prince afin de connaître l'avancement des combats à l'intérieur des terres, connaître l'état de l'armée princière, soutirer des informations sur l'équipement utilisé par les shuktènes, mais aussi afin d'organiser une possible retraite vers Payton en cas de tentative d'encerclement. Les EFO proposent aussi l'envoi d'instructeurs militaires d'infanterie (ayant une infanterie moderne, nous devrions pouvoir les aider de façon conséquente) dans les lignes arrières afin de former les futures premières lignes.

  • En collaboration avec les agents de la FIA au bord du lac Shahiri, les EFO tentent de contacter les insurgés taktounes, afin de connaître leurs volontés et les possibilités d'entraide.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Nov 13, 2016 7:27 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Août 31, 2013 11:05 am
Message(s) : 869
Citer :
Communication officielle de la République Minarchiste et Catallarchique de Libertalia,

Public


Au regard des récents évènements se déroulant en Principauté d'Ashurdabad , la République de Libertalia

- Condamne fermement les actions de l'entité se faisant appeler "Etat Populaire de Libération des Shuktènes "
- Gèle les avoirs, fonds, biens et valeurs appartenant aux personnes physiques et morales affiliées à la susdite entité qui sont hébergés dans les banques et établissements de crédits libertaliens.
- Déclare offrir les bons offices de son gouvernement pour fournir aux parties en conflit un terrain neutre pour accueillir des négociations destinées à parvenir à une résolution pacifique des différends.
- 5 000 jeunes volontaires, 35 tonnes de médicaments et matériels de survie fournies par la Fondation pour la Réflexion Catallarchique seront envoyés pour assurer du soutien humanitaire.

_________________
République Minarchiste et Catallarchique de Libertalia

"Le viol est inacceptable, le meurtre est inacceptable. Mais la constitution d'un cartel est une menace pour l'ordre social!" Annette von Keroptika

"Ne connaît-on pas les effets du monopole ? S’il décourage ceux qu’il écarte, ne sait-on pas qu’il rend inhabiles ceux qu’il favorise ? Ne sait-on pas que tout ouvrage dont on éloigne la libre concurrence sera fait plus chèrement et plus mal ?" Abbé Sieyès


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Nov 13, 2016 8:23 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Août 02, 2015 6:58 am
Message(s) : 2124
Localisation : Royaume de Maok, F8
Image

Le Vonalya rejoint l'opération New Hope :


Bien qu'ayant été retardée par la nécessité d'obtenir la confirmation du Skogurjördin, d'abord, puis par la distance à parcourir, la force de soutient envoyée par le Vonalya était finalement arrivé à Payton. Dirigée par le Général Arward Griffe-d'Ours de Drifavard, la force de soutient a pour but d'appuyer les armées de la coalition et d'oeuvrer avant tout pour la libération des otages internationaux, à commencer par ceux du Skogurjördin, que les vonalyans venaient appuyer en priorité, ainsi que ceux de l'Amarantie, l'autre allié du Vonalya concerné par cette vaste prise d'otages transnationale.

Citer :
Force de soutient du Vonalya en Ashurdabad :


-1000 soldats
-30 blindés de transports
-80 pièces d'artilleries modernes
-5 unités anti-aériennes mobiles modernes
-5 chars de combat modernes
-20 hélicoptères de combat modernes
-10 avions multirôles modernes


Dès son arrivée, le Général de Drifavard prit contact avec les commandants des autres forces internationales présentes en Ashurdabad, et particulièrement avec le commandement de l'état major coalisé. Témoignant de la volonté renouvelée du Vonalya d'apporter son aide pour la sauvegarde des otages innocents et le retour de l'ordre légitime en Ashurdabad, il se tint prêt à déployer ses forces en fonctions des besoins de ses alliés, notamment olgariens, pour l'heure les principaux impliqués à l'est.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Nov 19, 2016 10:50 am 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Mars 17, 2009 10:45 pm
Message(s) : 3803
À noter (27 août) :

-Le Sengaï a confortablement installé ses quartiers à Kashkong. La défense et la reconnaissance autour de la ville concluent à une incapacité pour les rebelles de mettre en danger le contingent.
-L'opération Royal Palace des forces spéciales coalisées s'est soldée par un échec, tandis que les otages auraient étés évacués dans l'arrière pays possédé par les rebelles, et qu'un agent d'intervention olgarien a été grièvement blessé alors que son groupe regagnait la mer intérieure.
-Les missions aériennes de reconnaissance menées par les FSO autour des poches rebelles de l'Ouest conclue à de faibles ressources pour les Shuktènes, sinon du matériel obsolète venu de l'armée princière et mal réparti. D'importantes cibles ont pu être localisées comme étant des entrepôts de munitions, de carburants, de vivres et d'écoles d'entrainement.
-L'armée princière perd du terrain autour du Lac et dans la partie sud du corridor qu'elle défend. Elle a accepté les instructeurs étrangers mais le travail de formation prendra du temps.
-L'aide aux Taktounes est acceptée par leurs représentants, dont l'objectif affiché est à une organisation autonome dans la Principauté une fois la révolte terroriste réprimée.

Pertes indicatives militaires depuis juin :
750 ashurdabadais
600 insurgés shuktènes
40 insurgés taktounes

42 milliards de dollars : c'est le coût exceptionnel que doivent supporter les entreprises mondiales, producteurs et transporteurs, pour la fermeture du passage inter-maritime d'Ashurdabad. La conséquence directe de cette crise sera le manque de confiance envers cette route, et la hausse des coûts du transport par le cap de Janubie accentuée par le fait d'une demande croissante.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Nov 20, 2016 2:46 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Mai 02, 2013 3:24 pm
Message(s) : 870
Localisation : Suisse
Image

OPERATION NEW HOPE
28 août 2031

En l'attente de coordination claire entre les bélligérants, les EFO prennent la main et lancent les hostilités officielles entre la coalition et les rebelles.

Opérations sur le terrain
  • L'aviation militaire et les hélicoptères d'attaque attaquent, bombardent et mitraillent une semaine durant les entrepôts et camps d'entraînement shuktènes. Le but est de détruire un maximum les capacités d'approvisionnement des rebelles avant l'offensive terrestre.

Opérations diplomatiques
  • Les EFO tentent de raisonner les insurgés taktounes afin de les rallier à l'armée princière, en leur promettant une place importante dans l'organisation de l'Ashurdabad post-guerre.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Déc 01, 2016 10:35 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Mars 17, 2009 10:45 pm
Message(s) : 3803
À noter (3 octobre) :

-Kashkong demeure contrôlée par les forces loyalistes grâce au Sengaï qui occupe militairement la ville et en défend les alentours. Les autorités de Kashkong tendent à s'émanciper du pouvoir d'Ashurdabad, mais les officiers locaux demeurent fidèles à la ligne princière.
-Les bombardements menés par les EFOs ont permis à l'armée princière de gagner du terrain mais la libération des voies jusqu'à Shahiri et Kashkong demeure lointaine.

Pertes indicatives militaires depuis juin :
2 350 ashurdabadais
1 600 insurgés shuktènes
340 insurgés taktounes

122 milliards de dollars : c'est le coût exceptionnel que doivent supporter les entreprises mondiales, producteurs et transporteurs, pour la fermeture du passage inter-maritime d'Ashurdabad. La conséquence directe de cette crise sera le manque de confiance envers cette route, et la hausse des coûts du transport par le cap de Janubie accentuée par le fait d'une demande croissante.

Image

Opinions publiques :
- EFO : les altermondialistes et anti-capitalistes utilisent le cas de l'Ashurdabad pour faire la critique du colonialisme, avec qui leur Etat collabore selon eux. La majorité de la population soutient l'intervention.
- Sengaï : La polémique naît sur l'action trop mesurée, selon certains, de l'action du Sengaï contre les forces rebelles jusqu'à présent. Les nationalistes réclament du gouvernement qu'il accélère le mouvement et garantisse la souveraineté de l'Ashurdabad contre l'intervention occidentale menaçante.
- Vonalya : Des chefs religieux et intellectuels se sont joints à une partie des populations pour critiquer cette intervention, faite au nom du commerce international et du lucre, si loin du pays.
- Yanlei : La gauche se sert du cas d'Ashurdabad pour émettre une critique sur la privatisation des forces militaires, et les potentielles dérives du privé à l'égard des intérêts particuliers, comme ceux des assurances.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Déc 03, 2016 8:47 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Juin 25, 2011 3:34 pm
Message(s) : 1687
Image

Image

Le dragon contre le bélier


Rappel des effectifs

Citer :
PREMIERE ARMEE


10 000 militaires
1000 véhicules de transport
300 chars d’assaut
50 pièces d’artillerie
30 hélicoptères d’assaut

1 croiseur et 2 frégates dans les eaux les plus proches

1 porte-aéronef à la frontière de la ZEE sengaïaise, avec 3 avions prêts à décoller

Le Prince Chamaban est personnellement escorté par un squad de la Sengaï Taïmu (50 hommes)


PLAN

Le prince Chamaban, général de la Première Armée, déclenché les plans concoctés durant les dernières semaines. Les premiers assauts ont été donnés, les premiers affrontements ont eu lieu, les situations évoluent des deux –trois ?- côtés, des acteurs entrent en jeu et des rapports de force se dressent. En terme de puissance brute, il ne fait aucun doute que l’armée sengaïaise surpasse toutes les autres. Maintenant que tout est en place, Chamaban choisit d’axer sa stratégie sur plusieurs points.
Tout d’abord, maintien de relations amicales avec les nations alentours, celles au travers desquelles on est passé avec l’armée, ainsi que les nations côtières. Tout a été réalisé en bon ordre et selon une discipline de fer. Après avoir donné une bonne impression à ces nations, il fallait « continuer les investissements ».
Ensuite, une volonté d’équilibrer à sa sauce les rapports de force, par la technique du « c’est moi qui ai la plus grosse ». L’opinion publique, chauffée à blanc depuis des semaines, attend des réponses violentes et des actes puissants. C’est ce qu’on peut lui offrir maintenant.
Autre axe, plus secret celui-ci : les autres armées occidentales sont au Nord et marchent vers le Sud, prenant ainsi en tenaille les Shuktènes. La Première Armée sengaïaise a choisi de ne pas pressurer les Shuktènes dans ce sens. On a d’autres idées.


1/ Envoi de représentants militaires discuter en terrain neutre pour discuter avec les insurgés taktounes. (cf boîte MP du MJ-Coordinateur pour plus de détails quant aux discussions).

2/ Kashkong est une base forte qu’on ne peut pas se permettre de perdre. L’armée Sengaïaise demande aux forces loyalistes princières le maximum d’informations possibles sur la région alentour, ainsi qu’une concentration de ses forces militaires hors de Kashkong. La région alentour est fortifiée : installation de mines, de chemins piégés, de barrages routiers, patrouilles terrestres et aériennes régulières, repérage thermique des humains (avec tirs à vue), contrôle des populations (par l’armée princière d’Ashurdabad, bien sûr) etc.

3/ Installation d’une base forte temporaire au Sud du lac, dans la zone contrôlée par les forces sengaïaises et princières. Les deux tiers des hélicoptères sengaïais y sont envoyés ainsi que des pièces d’artillerie de longueurs de tirs variées.

3/ a – Une fois la base installée, les artilleries bombardent les zones « à risques » (forêts, bâtiments abandonnés, entrepôts etc.) sur la rive Ouest du lac, entre la zone sengaïaise et Shahiri. Le but est de préparer une attaque sur la ville (voir plus loin).
3/ b - De même, les vingt hélicoptères d’assaut présents sur la base raident Shahiri. Ils passent au-dessus du lac pour éviter les tirs de RPG : des rebelles n’ont certainement pas de DCA moderne. Les actions héroïques sont pour l’instant interdites. Si les rebelles ripostent violemment et dévoilent donc un arsenal puissant, alors les attaques d’hélicoptères auront pour objectif de les contenir dans leurs trous et de repérer les nids de tirs.

4/ En ce qui concerne la petite poche Shuktène entre la zone sengaïaise et les Taktounes, on ne fait rien. On la contient, fortifie la frontière, la surveille régulièrement et tente de repérer les activités ennemies, au cas où. Des éclaireurs discrets et déguisés sont envoyés pour se renseigner, sous couverture. Pour ce type de mission, on prend des officiers de l’armée princière, pour des questions de communication et de crédibilité.

5/ La marche de l’armée à proprement parler peut débuter. Les tirs d’artilleries et les attaques d’hélicoptères (voir point 3) ont tracé un corridor le long du lac, jusqu’à Shahiri. L’armée sengaïaise passe à l’offensive et emprunte ce couloir, avec le prince Chamaban à la tête de l’armée. Des photos et des vidéos sont tournées et largement diffusées, notamment au Sengaï, afin que l’opinion publique constate l’avancée de son Prince et de ses fils. Une fois arrivée à Shahiri, l’armée prend position autour de la ville et en empêche toute sortie, tandis que les hélicoptères surveillent les mers, qu’aucun renfort n’arrive ou qu’aucune force ne sorte. Les pièces d’artilleries bombardent les nids de tirs repérés par les hélicoptères. Les civils sont invités à se barricader chez eux et des primes de délation sont offertes pour des informations sérieuses. L’infanterie sengaïaise et loyaliste ashurdabienne prend alors la ville quartier par quartier.
Les alentours du corridor et de Shahiri sont eux aussi sécurisés ; la création de zone tampons avec l’aide de l’armée princière, qui maîtrise le terrain, est la clé de la maîtrise du terrain.

_________________
« Les rationalistes fuient le mystère pour se précipiter dans l'incohérence » - Bossuet
« Moi l'Eternel, J'ai fait toutes choses, seul J'ai déployé les cieux, seul J'ai étendu la terre. Je fais reculer les sages et je tourne leur science en folie » - Esaïe 44:24-25
« Dieu finit en parasite dans les âmes où domine l'éthique » - Nicolas Gomez Davila


Soli deo gloria


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Déc 04, 2016 11:37 am 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Mai 02, 2013 3:24 pm
Message(s) : 870
Localisation : Suisse
Image

OPERATION NEW HOPE
6 octobre 2031

Citer :
Forces en présence

EFO
1 750 hommes (dont 1 440 hommes au combat)
48 blindés de transport
30 véhicules de soutien (génie, reconnaissance, médical)
3 chars de combat principaux
48 chars légers
20 hélicoptères d'attaque
8 mortiers de 120 mm

30 hommes
10 canons anti-aériens

FSS Alester Lewson (porte-avions)
    8 avions multirôles (modernes)
    12 avions multirôles (obsolètes)

Vonalya
1 000 soldats
30 blindés de transports
80 pièces d'artilleries modernes
5 unités anti-aériennes mobiles modernes
5 chars de combat modernes
20 hélicoptères de combat modernes
10 avions multirôles modernes


Opérations sur le terrain
  • Les bombardements continuent à l'encontre des zones shuktènes proches (principalement vers le sud de Payton donc), mais aussi vers la poche princière, afin de permettre de relier les forces princières dans la poche et celles à l'extérieur.
  • La formation des soldats princiers est accélérée afin de permettre au prince d'avoir plus rapidement des soldats assez performants pour combattre avec ces techniques de combat olgariennes et de repousser l'ennemi.
  • Une attaque est préparée pendant quatre jours par les forces olgariennes et vonalyanes (les autres restent en réserve à Payton) pendant que le Sengaï lance la sienne au sud, ce qui permettra de dégarnir le front de notre côté.
  • L'attaque est lancée. Les forces vonalyanes et olgariennes, bien que laissant les batteries anti-aériennes à Payton, se dirigent vers le sud et vers la capitale pour soutenir directement l'armée princière.7
    Image
  • La ligne noire représente la ligne sur laquelle seront disposées nos forces. La ligne jaune pâle représentent la ligne de front objectif positive pour TOUTES les forces (Coalition + Ashurdabad compris).
  • Le but est d'apporter le soutien de nos soldats et la qualité de nos équipements à l'armée princière déjà en place au sud, mais aussi d'enfoncer les terroristes shuktènes dans les terres, en direction de Shahiri.
  • Pour les combats, l'artillerie et l'aviation joueront le rôle des préparateurs de terrain, grâce aux avions de reconnaissance et de bombardement, l'artillerie pourra indentifier ses cibles avant l'assaut des forces coalisées et princières.

Opérations diplomatiques
  • Le contact est repris avec le Sengaï, afin de se concerter pour parvenir à faire une jonction des forces sengaïaises et olgariennes entre Shahiri et la frontière sud, mais aussi pour se mettre d'accord pour faire un maximum de prisonniers et l'installation de prison militaire temporaire.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Déc 04, 2016 5:14 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 04, 2015 6:44 pm
Message(s) : 344
Les sociétés militaires privées yanleiennes dans le conflit


Situation

Les effectifs des sociétés militaires privées se trouvent au sud dans la zone où évolue la première armée du Sengaï. Ici, la situation est claire : c'est le Sengaï qui a la plus grosse et qui mène la danse. Puisque les objectifs de libérer les otages et de sécuriser la route inter-maritime convergent toujours avec les objectifs sengaïais, les paramilitaires yanleiens laissent l'initiative à leurs homologues et proposent seulement leur soutien aux forces armées du Sengaï.

Citer :
Rappel des forces engagées :

4 000 soldats
30 hélicoptères d'assaut


Actions diplomatiques et de renseignement

1/ Bien que les rebelles shuktènes ne donnent aucune réponse, les négociateurs yanleiens restent les seuls à tenter de contacter leurs leaders afin de discuter la libération des otages civils. Si des prisonniers sont fait durant l'avancée des troupes, on peut leur proposer un échange.

2/ Les sociétés privées du renseignement cherchent à obtenir des informations sur les lieux de détention des otages, sur les leaders de la rébellion et sur les hommes qui la composent, mais aussi sur leurs familles. Pour cela, elles recrutent des civils locaux qui parlent la langue et qui passent inaperçus, et qui seront rémunérés pour leurs informations. On cherche à faire du renseignement de proximité.

Actions de terrain

1/ De petites unités de reconnaissance précèdent le gros des troupes de la première armée sengaïaise dans leur avancée vers Shahiri. L'objectif est de dégager un chemin sûr sans risque d'embuscade et sans engin explosif dissimulé. Bien que les paramilitaires yanleiens disposent d'un équipement moderne qui pourrait leur permettre d'éliminer une menace, la mission est de faire du repérage. Sauf pour se défendre, les éclaireurs n'engagent pas le combat mais transmettent les coordonnées des troupes ennemies. En première intention aux hélicoptères d'attaque privés qui sont redoutables pour des rebelles mal équipés, ou en seconde intention si la menace l'exige aux sengaïais qui pourront intervenir avec leurs blindés, leur artillerie ou leur aviation.

2/ Selon les informations recueillies par les services de renseignement, des unités commandos sont envoyées derrières les lignes ennemies pour procéder à la libération d'otages yanleiens après évaluation des risques. Si nécessaire, les unités spéciales collaborent avec celles du Sengaï pour mener une opération conjointe.

3/ Des conseillers tactiques aident à la formation des rebelles taktounes et à la mise au point de leurs opérations.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Déc 05, 2016 4:34 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
13 octobre 2031 :

Regrouper les armées et les mettre en ordre de marche pris du temps à l'Empire du Skogurjördin. Nombre d'entre eux avaient été envoyés en missions dans divers endroits du globe, et il avait fallu rapatrier les navires afin de permettre l'acheminement des troupes scandinaves jusqu'à la principauté. Comme convenu un peu plus de deux mois auparavant, une partie des forces Impériales arrivèrent dans la Principauté d'Ashurdabad afin d'épauler les troupes de la coalition menée par les E.F.O.
Hartmod af Veiðiættin fut finalement désigné comme commandant en chef des troupes engagées dans la principauté, et fut celui qui se présenta au commandement des E.F.O. Il avait pour mission de servir de relais entre les officiers olgariens et les troupes skogurjördinoises, et, si nécessaire, de prendre lui même le contrôle des opérations pour le compte de l'Empire.
L'objectif à court terme de l'Empire était clair : la libération de ses ressortissants.


Forces engagées :
  • 2500 soldats
  • 7500 soldats (obsolète)
  • 50 chars d'assaut
  • 150 chars d'assaut (obsolète)
  • 25 pièces d'artillerie
  • 150 pièces d'artillerie (obsolète)

La stratégie skogurjördinoise était toutefois claire : faire le plus de prisonniers possibles parmi les combattants rebelles, et ne commettre aucune exécution afin d'avoir une monnaie d'échange contre les otages.
Chaque prisonnier devait avoir les jambes brisées, pour chaque otage skogurjördinois exécuté, l'on devait mutiler trois prisonniers afin de les handicaper définitivement avant de les renvoyer dans les lignes ennemies.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 66 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO