SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Jeu Déc 14, 2017 8:28 pm

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Journaux
Message Publié : Jeu Août 25, 2016 10:03 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6211
Empire luciférien : quand folie rime avec autarcie

Image

Le Caaxaan a écrit :

Le gouvernement du prétendu empire luciférien a annoncé par voie de décret sa volonté de vivre dans une totale autarcie, fermant la porte à tous et croyant pouvoir prospérer en se barricadant. Alors que la plus part des pays ne témoignent que peu d'intérêt pour un pays dirigé par une secte satanique, la question se pose de savoir combien de temps cet état défiant orgueilleusement Dieu pourra résister au temps et aux hommes.


La bêtise des toubabs est une denrée si abondante qu'il semble presque urgent de pouvoir en trouver un usage comme carburant. Le monde serait une place bien splendide si toutes les sottises prononcées par un roitelet blanc pourraient servir à chauffer le foyer des plus humbles. Hélas, la science n'a pas encore réussi cette prouesse. Entre temps, le monde devra supporter sans bénéfice les déclarations de quelques empereurs en mal d'attention comme les souverains de l'Empire luciférien.

Dans un décret se voulant impérial, l'Empire luciférien proclame de ne plus permettre à ses ressortissants de quitter son territoire et d’empêcher l'accès à son territoire aux étrangers. La seconde mesure est bien évidemment purement symbolique. Quel homme sensé voudrait bien aller dans un pays où la sodomie des chèvres est une pratique officielle et où on saigne les petits bébés pour boire leur sang et l'offrir à des idoles sans vie.
En ce qui concerne ses propres ressortissants, la volonté de fermer les frontières est bien utopique. Pour donner un exemple, la zone frontalière entre le Koudougou et l'Empire est une véritable passoire. La région en question est composée de quelques villages où chacun va chez l'autre sans qu'aucun garde-frontière ne puisse intervenir efficacement.

Peut-être que l'Empire luciférien rêve de construire un mur...sauf que cette entreprise sera atrocement coûteuse et de toute façon peu efficace. Les gens n’auront aucune peine à échapper par le fleuve. On fera que compliquer légèrement la tâche aux migrants fuyant l'Empire et sans aucun doute que les autorités de Saint-Louis, des gens d'une grande piété, se feront un malin plaisir de cracher dans la soupe des adeptes d'Iblis en facilitant le transit. Il faudrait alors à l'Empire luciférien trouver un moyen d’assécher le fleuve...Ils pourront toujours demander à Iblis de leur donner un coup de main. Le résultat promet d'être cocasse.

La volonté autarcique de l'Empire luciférien témoigne de l'incapacité de ses élites à offrir à son peuple une vie satisfaisante. Alors que même le plus pauvre des Dougaï reste attaché à son village, aimant sa patrie au-dessus de tout et adore Dieu avec zèle, les citoyens de l'Empire sont si malheureux que leur gouvernement est contraint de les forcer à rester dans leurs demeures. Cela en dit d'avantage sur la faiblesse de son modèle sociétal que sur sa prétendue force légale. Hélas pour l'Empire, vouloir empêcher les gens de bouger dans un continent si vaste et aux frontières si perméables est une utopie. Les malheureux trouvent toujours un moyen de quitter le purgatoire car la nature humaine est conçue de telle manière que l'homme cherche toujours une terre clémente pour fonder sa maison et sa famille.

Si l'Empire luciférien voulait lutter contre l'émigration de masse, il ferait mieux d'abandonner ses pratiques sataniques et d'embraser l'Islam afin que la Parole divine revigore et restaure sa terre. L'eau coranique irriguera alors ses plaines, rendant les champs fertiles et la vie aisée. Libéré des associateurs, Dieu brillera au-dessus de cette contrée comme un Soleil plus grand et splendide, revigorant les corps rendus froids et inertes par le culte de la mort. Ceux dont les esprits étaient morts, ressuscitent plus forts et joyeux que jamais. Les hommes et femmes n'auront alors aucune raison de quitter l'Empire car les champs offriront la nourriture nécessaire à la survie de leurs corps et les sourates abreuveront leurs âmes afin qu'ils n'aient plus jamais soif de foi.

Hélas, les enfants d'Iblis qui se disent roi sont des gens bien trop méchants pour chercher le bien de leurs peuples. Dieu les punira alors, si c'est sa volonté, de la manière la plus adéquate et la plus juste, car Dieu est pardonneur et juste.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux
Message Publié : Jeu Août 25, 2016 5:37 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6211
Les faux barbares

Image

Le Penseur a écrit :

Dans une publication datée du 14 décembre 2030, le Maborda Anoncanto fustige l'article publié par le Caaxaan à l'encontre de l'Empire luciférien, nation qui vient de numériser un vieux décret datant des années cinquante. Dans un ton n'ayant rien à envier à la superbe brittonne de la Belle époque, les auteurs jugent que le continent de l'Algarbia souffrirait des structures théocratiques des principales nations et pourrait que se développer une fois débarrassé d'eux. La question mérite d'être posée : est-ce que c'est vrai ?


Il semble nécessaire de rétablir d'abord le contexte. Le journal Le Caaxaan, comme l'indique son nom en wolof (caaxaan = la blague), est un journal satirique. Il n'est donc pas un porte-parole d'une communauté religieuse ou d'un parti politique comme c'est souvent le cas au Koudougou. Cependant, cela n'amoindrit en rien l'importance de la critique adressée à l'Empire luciférien dont la législation draconienne choque aisément. Ce qui maintenant est intéressant, ce n'est pas le contenu des différences culturelles et politiques entre l'Empire et le Koudougou, mais ce que la réaction du Maborda Anoncanto révèle sur la vision de la société civile amarantine par rapport à l'Algarbia.

Du point de vue de l'auteur amarantin, le continent souffrirait de ses vieilles structures et de l'emprise religieuse. Toutefois, cela est une attitude surprenante de la part d'un pays qui n'a jamais franchi le pas du nationalisme et se fixe dans un monstrueux mélange des valeurs prescrites par Aristote dans La Politique et de La République de Platon. L'Amarantie semble par excellence incarner la survivance de structures anciennes dans un monde où tout a changé. Pire, ce pays possède des valeurs si à contre-courant des évolutions imposées depuis des siècles par la domination des religions monothéistes qu'on peut s'interroger sur le fait comment ce pays saura tirer son épingle du jeu dans un monde qui n'est plus celui de l'antiquité. Nonobstant, il nous n'appartient pas de juger les sociétés lointaines car nous manquons de l'essentiel pour les comprendre.

Revenons à la question initiale, est-ce que l'Algarbia souffre des théocraties ? Le journal Maborda Anoncanto défend plusieurs postulats.

Premier postulat : si l'Empire et le Koudougou s'uniraient, ils formeraient une grande puissance. Si en théorie cela peut être juste, c'est en pratique erroné. Une telle structure politique s'écroulerait immédiatement sous la pression des forces sociales centrifuges. Le Koudougou est déjà très faiblement gouverné au point que le Premier Ministre peine à imposer une mesure politique dans les régions sous forte influence des rois locaux. Une confédération continentale ne survivrait pas à la saison des pluies.

Deuxième postulat : les mines de l'Algarbia peuvent rendre ce continent riche. A nouveau, c'est une simplification excessive. C'est dans l'intérêt des grandes nations industrialisées de voir les mines exploitées, mais non dans celui de l'Algarbia. Pourquoi ? Car le secteur minier n'est pas un secteur prioritaire dans un processus de modernisation. Son seul atout consiste, au mieux, à apporter des devises étrangères. La véritable priorité est l'agriculture. Ce n'est pas une surprise si le secteur agricole a été le premier à profiter de l'industrialisation du 18ème siècle et aussi à être celui dans lequel on investit le plus. Une agriculture modernisée a besoin de moins de bras, libérant les gens pour d'autres activités. Des produits alimentaires moins chers ont aussi pour effet à ce que les gens peuvent dépenser leurs revenus pour d'autres produits et donc créent le besoin pour des biens de consommation. C'est donc ensuite que l'industrialisation de la production manufacture peut avoir lieu en s’appuyant sur une main-d’œuvre disponible et une population ayant quoi acheter les nouveaux produits fabriqués industriellement.

Troisième postulat : la religion maintient les pays de l'Alargbia dans un état arriéré. On peut dire au sujet des religions ce qu'on veut, mais c'est un mythe moderne de les considérer comme les causes d'un retard sociétal ou technologique. Quand on sait que les premières universités, le système diplomatique international et la notion de lois internationales sont le fruit d'institutions religieuses, on s'accorde à dire que ce préjugé est infondé. De plus, l'Islam a toujours été une religion favorisant le développement scientifique car adoptant une approche empirique et rationnelle dans son rapport avec Dieu. La puissance de Dieu peut être aperçu et compris par l'observation de la Nature comme en témoigne des nombreuses ayas. Le croyant n’est jamais un esclave aveugle de sa foi, mais un chercheur, un être raisonnable à la quête de Dieu.

La véritable différence marquante est l'approche culturelle au savoir. Beaucoup de pays en Dytolia n'ont pas créé plus de savoir que le reste du monde, mais ils ont su chercher des applications pratiques insoupçonnées. Par exemple, la plus part des peuples du monde connaissaient au courant du 15ème siècle la poudre noire, certains même le principe du canon, mais seuls les peuples de Dytolia ont développé l'idée de mettre des canons sur un navire et ainsi ont pu révolutionner la guerre maritime. Sur le plan théorique, le savoir est identique, mais c'est un désir culturel de chercher des applications pratiques qui ont fait la différence. Ce rapport culturel aux potentielles innovations n'est pas un secret des dieux. Il n'est aucunement lié à la génétique et peut facilement s'acquérir via la mise en place d’un bon système d'éducation. Qu'on croit ou pas en Dieu n'a dans ce cadre aucune importance. L'Islam peut même favoriser ce comportement intellectuel car incitant à l'usage de la raison et à la quête du savoir.

L'Algarbia ne souffre donc aucunement de la piété de ses habitants ni du manque d'une confédération continentale ni d'un défaut d'exploitation excessive de ses ressources naturelles. Les défis qu'elle possède lui sont propres et il ne fait pas de doute que les solutions viendront avec le temps, des réponses prenant en compte les réalités locales et particulières d'un continent ayant son propre système politique et religieux. Aussi, on ne pourra pas s'appuyer sur les jugements promulgués par ceux qui n'ont jamais mis un pied au cœur d'un territoire dont les particularités climatiques et sociologiques sont différentes de celle d'une confédération de Dytolia.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux
Message Publié : Mer Août 31, 2016 11:43 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6211
Élection présidentielle : J-3

Image

Le Politique a écrit :

Dans trois jours aura lieu le premier tour des élections présidentielles. Événement politique majeur, les candidatures à ce poste ne manquent pas. Même, on risque d'assister d'avantage au trop-plein qu'au vide en termes de candidats postulant pour le plus haut office du pays. Toutefois, dans cette masse de candidats de tout type et de tout bord politique, seuls cinq arrivent à dépasser la barre des 1% de votes favorables pronostiqués. Parmi eux, tous les sondages confirment un duel acharné entre l'actuelle présidente, Madame Ava Wagada et son rival du Parti islamo-conservateur, Abadou Nolond, chacun des deux est pronostiqué de recueillir 34% des votes au premier tour.


Après neuf ans de présidence, Ava Wagada se lance dans une quatrième élection présidentielle dans l'espoir de remporter un nouvel mandat. Connue pour sa politique autoritaire et ses grandes difficultés avec les plus éminents imams du pays, elle se trouve confrontée à un rival de taille sous forme d'Abadou Nolond, chef de file du Parti islamo-conservateur. Celui-ci conteste la politique économique de la présidente, considérée comme défaillante et juge que le pays ne peut pas être dirigé par « une ménagère colérique » et sans le soutien politique des imams. Son projet consiste donc à une prise en main plus musclée du développement économique, d'un rétablissement de relations amicales entre la Présidence et les imams ainsi qu'une politique sociale plus engagée.

Pour le moment, il n'est pas possible de dire qui remportera l'élection qui débutera dans trois jours. Ce qui ne fait pas de doute, c'est que le deuxième tour sera un duel entre Abadou Nolond et Ava Wagada, les deux grands géants de la scène politique dougaï. Pour le moment, chacun de ces deux candidats est pronostiqué d'obtenir entre 32 à 35% au premier tour. La question centrale après le premier tour sera alors de savoir comment se jouera le report des voix surtout ceux provenant des trois autres mouvements politiques en liste. Il faut souligner que leurs chefs respectifs rassemblent presque 30% de l'électorat et le report de leurs électeurs peut donc faire la différence au deuxième tour pour les deux grands candidats.

Parmi les trois candidats secondaires en lice, on compte en premier, avec 14% d'intentions de vote, Mamadou Berey, chef du Parti pour le Progrès, la Paix et la Prospérité. En seconde place, on compte Khady Marda, présidente du Mouvement des Femmes Musulmanes, connue pour ses positions en faveur d'une application stricte des préceptes coranique en matière de droits de femmes. Elle totalise pas moins de 10% des intentions de vote et pourrait donc peser lourd au second tour. Le troisième candidat est Ibrahim Fava, chef du Parti Progressiste, très proche du mouvement de Mamadou Berey, mais plus conservateur sur le plan sociétal. Il comptabilise, selon les derniers sondages, environ 6% d'intentions de vote.

Selon des pronostics et des sondages, les différents électorats des trois petits partis devraient se reporter en fonction de leur affinité idéologique avec les deux principaux candidats. On estime qu'après le premier tour et donc l'exclusion de Mamadou Berey, Khady Marda et Ibrahim Fava de la course présidentielle, la plus part des électeurs se reporteront en faveur de Abadou Nolond à l'exception de ceux soutenant le mouvement féministe de Khady Marda. Ces derniers pourraient venir en renfort à Ava Wagada. Toutefois, rien n'est encore certain car Wagada pourrait tenter de négocier avec les chefs de file des deux autres mouvements pour avoir leur ralliement durant le deuxième tour et ainsi faire barrage à Nolond. La question reste à savoir si leurs électeurs suivront les consignes des votes de leurs chefs si ceux-ci acceptent d’aider Wagada.

Le premier tour aura ainsi lieu dans trois jours. Le soir, les résultats seront annoncés à la radio et les deux candidats ayant remporté le plus de voix passeront au deuxième tour qui aura lieu une semaine plus tard. C'est durant ce deuxième vote que sera déterminé qui deviendra le nouveau président du pays voire si le mandat de Wagada est prolongé. Une fois le résultat connu, le nouveau chef d'état prendra ses fonctions le soir même afin d'éviter des incertitudes politiques et aussi permettre une transition politique rapide et efficace. Pas besoin de dire que Wagada devra donc tenir ses valises prêtes en cas où Nolond gagne au deuxième tour.



Dossier a écrit :

LISTE DES CANDIDATS A LA PRESIDENCE 2016

Image
Ava Wagada
Parti national-islamique

Image
Abadou Nolond
Parti islamo-conservateur

Image
Mamadou Berey
Parti pour le Progrès,
la Paix et la Prospérité


Image
Khady Marda
Mouvement des Femmes
Musulmanes


Image
Ibrahim Fava
Parti Progressiste


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux
Message Publié : Dim Sep 04, 2016 9:59 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6211
Abadou Nolond au coeur d'un scandale!

Image

Le Politique a écrit :

Le scandale ne pourrait pas être plus grand. Alors que le vote du premier tour de l'élection présidentiel vient tout juste de commencer, plusieurs journaux à sensation ont publié des photos montrant le candidat Abadou Nolond du Parti islamo-conservateur participant à une partouze impliquant des personnes mineures de sexe féminin. La stupeur dans le camp du candidat est sans limite. Immédiatement, Abadou Nolond a fait savoir que les photos étaient trafiquées et que cela pouvait qu'être une tentative de déstabilisation de la part de la présidente Wagada.


C'est à sept heures du matin que le premier des journaux à sensation a publié un article de plusieurs pages révélant que le candidat Abadou Nolond aurait participé à plusieurs reprises à des orgies sexuelles organisées par un des principaux propriétaires de maisons closes de Thourou. Plus choquant encore, certains de ces événements auraient vu la participation de jeunes filles mineures.Ces propos ont été soutenus par des clichés montrant très clairement le chef du Parti islamo-conservateur en posture embarrassante auprès d'une jeune fleur de pavée. A peine une heure plus tard, la nouvelle est reprise dans toutes les chaines de radio du pays et même fait son entrée dans la matinale de Dougaï TV.

Vers huit heures, à l'ouverture des bureaux de vote, Abadou Nolond convoque la presse et fait savoir qu'il n'a jamais participé à des telles célébrations dégradantes et immorales. Au contraire, le candidat conservateur affirme même que ces clichés étaient truqués et qu'il ne faisait aucun de doute que c'était l'équipe de campagne de la présidente Wagada qui était derrière cette mise en scène. C'est quelques minutes plus tard, interrogé à la radio, que le rédacteur en chef du journal ayant découvert le scandale annonce qu'il ne possédait non seulement des photos, mais aussi du matériel vidéo dont l'authenticité ne pouvait pas être niée.

La présidente Wagada, en campagne à Touara, a à son tour pris position au sujet de ce scandale. Elle a fait part de n'en être aucunement impliqué dans cette affaire, affirmant de ne certainement pas avoir le temps de fouiller dans la vie privée de ses adversaires et d'avoir un très grand respect de la vie privée, des lois et de la constitution du Koudougou. Selon elle, les accusations d'Abadou Nolond serviraient uniquement à le disculper des crimes qu'il a commis et de salir le nom de sa principale rivale. Elle a aussi affirmé son soutien à tout projet de poursuite pénale à l'encontre de Nolond pour immoralité et aussi soutien à un réseau pédophile.

Khady Marda et Ibrahim Fava, candidats respectifs du Mouvement des Femmes Musulmanes et du Parti Progressiste, ont à leur tour condamné les actions d'Abadou Nolond, appelant à sa retraite de la course présidentielle. Mamadou Berey, président du Parti pour le Progrès, la Paix et la Prospérité n'aurait pas encore pris position. Selon son porte-parole, Berey serait actuellement dans son village natal et donc, faute de couverture téléphonique et numérique, inatteignable. Toutefois, le porte-parole a affirmé le principe selon laquelle le Parti pour le Progrès, la Paix et la Prospérité ne prenait pas position tant que la justice n'aurait pas décidé si Monsieur Abadou Nolond est coupable de quelconque action immorale.

La grande question du jour est de savoir quel sera l'impact de ce scandale sur les résultats de l'élection présidentielle. Pour le moment, il ne fait aucun doute qu'Abadou Nolond sera présent au deuxième tour. Toutefois, il semble désormais peu probable qu'il puisse s'imposer face à la présidente Wagada sauf à prouver que le scandale aurait été coordonné depuis le Palais présidentiel. Dans ce cas, le pays serait devant un scandale politique d'ampleur majeure discréditant les deux candidats à la présidence et rendant donc pour le gagnant de l'élection très difficile de gouverner faute de respectabilité suffisante. Il se pourrait même que les rois et le Parlement fasse barrage face au nouvel chef d'état, le forçant à démissionner ou à devoir attendre plusieurs mois avant de pouvoir engager des actions politiques concrètes. Et même dans ce scénario, il est fort douteux que le prochain président ou présidente puisse compter sur le soutien des imans pendant son mandat, rendant très difficile de faire passer des lois au Parlement.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux
Message Publié : Mar Sep 06, 2016 9:00 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6211
Résultats du premier tour : Wagada passe, Nolond tombe!

Image

Le Politique a écrit :

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe. Comme prévu, la présidente Wagada a remporté le premier tour des élections présidentielles en arrivant en tête. Cependant, son rival Abadou Nolond est tombé à la troisième position et a été dépassé par Mamadou Berey. Également, Khady Marda, représentante du Mouvement des Femmes Musulmanes a considérablement augmenté son score faisant d'elle la candidate ayant eu la plus grande progression par rapport aux derniers sondages pré-vote.


Alors qu'Abadou Nolond était prévu d'arriver en seconde ou première position à la fin du premier tour, le candidat islamo-conservateur a perdu du terrain au fil de la journée de vote et au fur à mesure que le scandale sexuel l'impliquant prenait de l'importance. Déserté par les femmes modérées, mais aussi des éléments les plus conservateurs sur les mœurs, il est tombé de 34% d'intentions de vote à 20% de suffrages récoltés. Ses électeurs se sont en partie reportés vers sa rivale Ava Wagada, en ce qui concerne les éléments les plus nationalistes, mais la plus part ont voté au fil de la journée en faveur de Mamadou Berey, surtout les électeurs donnant de l'importance aux bonnes mœurs, et aussi Khady Marda qui a fait le plein du vote féminin.

Cet événement est sans précédent. Depuis quarante ans, le pouvoir présidentiel tombe systématiquement entre les mains de candidats issus du Parti national-islamique et du Parti islamo-conservateur. L'idée de l'émergence d'un troisième candidat semblait impossible en vue de la force des deux partis, mais le scandale impliquant Abadou Nolond a tout changé. En quelques heures, une grande frange des électeurs ont franchi le pas, visiblement déçu et choqué, pour soutenir les petits partis. Il est surtout surprenant de voir Ava Wagada ne pas en profiter d’avantage, car d'habitude les électeurs désertant un des grands candidats se reportent vers son rival de l’autre parti. Cela ne fut pas le cas aujourd'hui.

Vers 23 heures du soir, Mamadou Berey a annoncé devant la presse rassemblée dans son village natal qu'il était prêt à défendre les idées de son parti durant le second tour. Également, et à la surprise générale, il a fait part que Khady Marda, candidate battue du Mouvement des Femmes Musulmanes, et lui se sont entretenus en privé et ont décidé de forger une alliance. En cas de victoire de Mamadou Berey, Khada Marda deviendra la prochaine Premier Ministre du pays. Cette dernière a confirmé l'union et fait savoir qu'elle soutenait pleinement Berey et demandait à ses électeurs, surtout ses électrices, de voter en faveur du candidat du Parti pour le Progrès, la Paix et la Prospérité. Cela afin de permettre aux progressistes de remporter l'élection face à une présidente ayant déjà fait trois mandats et au style de gouvernement autoritaire.

La deuxième tour risque donc d'être intriguant car il n'existe à l'heure actuelle encore aucun sondage ayant envisagé ce scénario. Selon certains, Mamadou Berey pourra compter sur les voix de la gauche et aussi de ceux qui veuillent une rupture avec la politique de la présidence de Wagada. Pourtant, la présidente en place jouit de nombreux atouts. Elle peut s'appuyer sur le prestige de la fonction qu'elle assume depuis neuf ans et aussi d'un réseau politique et clientéliste étendu et bien enraciné dans les grandes villes du pays. La présidente Wagada incarne également pour beaucoup d'électeurs une figure rassurante dans une époque économiquement et diplomatiquement instable. Toutefois, la question reste à savoir si la Présidente pourra enrayer la vague progressiste qui risque de se déferler contre elle.

L'élection nationale a aussi réveillé l'attention de la presse internationale, surtout celle d'Amarantie qui s'intéresse à l'enjeu sociétal et politique que représente le scandale impliquant Abadou Nolond. Alors que le Koudougou fait partie des pays dans lequel existe un mouvement féministe organisé politiquement, toute victoire des forces progressistes pourrait permettre la mise en place de lois revalorisant les consignes coraniques favorables à la cause des musulmanes du pays et donc à la cause féministe. Sans aucun doute que cela pourrait plaire aux autres partis féministes du monde et avoir un effet incitateur.

[+] Résultats du premier tour
Image


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux
Message Publié : Sam Sep 10, 2016 11:35 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6211
Campagne présidentielle : guerre totale ?

Image

Le Politique a écrit :

L'entre-deux tours aura duré qu'une petite semaine, mais il a été d'une violence inouïe surtout du côté du camp de la présidente Wagada. Au fil des meetings tenus à gauche et à droite, les deux camps auront accusé l'autre de tout et des fois même du plus improbable. Pour les pro-Wagada, l'arrivée au pouvoir de Berey serait le triomphe du socialisme et la fin de la civilisation dougaï. En réaction, le candidat du Parti pour le Progrès, la Paix et la Prospérité s’est présenté comme un rénovateur dans la tradition suniste.


« Permettre au Parti pour le Progrès, la Paix et la Prospérité d'arriver au pouvoir, c'est autoriser le triomphe du socialisme et du communisme judéo-maçonnique ! » Voilà les paroles prononcées par la présidente Wagada durant un meeting organisé en urgence Lundi soir. Visiblement prise au dépourvue par la nomination de Berey pour le second tour et son alliance avec Khady Marda, la Présidente n'a pas hésité à fustiger son rival durant plus d'une heure. La réponse ne s'est pas fait attendre. Mardi matin, près du Mausolée d'Habacar Sylla, Mamadou Berey et Khady Marda ont tenu un meeting commun répondant à la présidente. Alors que Berey a milité pour une rénovation politique, sociale, économique et culturelle du pays, Khady Marda a été plus virulente et a adressée directement les accusations du camp présidentiel. « Nos deux partis représentent non une force de révolution, mais de restauration. Trop longtemps, les valeurs coraniques ont été détournées pour servir la cause d'une minorité et affliger non seulement la dignité des femmes, mais celle de tous les laissés-pour-compte du pays. Nous ne sommes pas des socialistes, nous nous inscrivons dans cette grande tradition de rénovation fondée par le mouvement suniste il y a plusieurs siècles. Nous sommes la force de la civilisation luttant contre la barbarie conservatrice. »

Les supporteurs des deux camps ne se sont pas contentés d'assister aux meetings et d'écouter leurs candidats. Partout dans le pays, les soutiens de chaque camp font du porte-à-porte pour convaincre les électeurs de soutenir leur candidat et espèrent ainsi faire la différence pour le vote de demain matin. On assiste aussi à une floraison extraordinaire d'affiches couvrant toute surface libre et de tracts sont distribués sur les marchés et les rues les plus courues des grandes villes. Tout cela alors que le temps pour convaincre les indécis se compte en jours, une toute petite semaine pour faire la différence dans un jeu politique bouleversé depuis dimanche. La pression est tout particulièrement forte du côté du camp Berey-Marda car la présidente Wagada a passé le premier tour avec une avancée confortable sur son rival progressiste. Pour combler la différence, il faudra convaincre plus que la moitié de l’électorat de faire confiance à quelqu'un issu d'un parti n'ayant jamais eu de responsabilités gouvernementales.

Qui soit le gagnant de l'élection, cette personne sera face à des nombreux défis. Après des années de stagnation économique, le pays a besoin d'un projet économique, social et politique encourageant pour relancer la machine mise à l'arrêt depuis la fin de l'ère néo-libérale. On peut citer le cas du secteur minier, réduit à peau de chagrin depuis des décennies. Alors que jadis le Koudougou faisait partie des grands producteurs d'or et d'uranium, l'extraction de ces deux minéraux a été mis à l'arrêt. Certains économistes estiment que le seul secteur de l'extraction d'or pourrait permettre des revenus de plus de six milliards de dollars par an, une somme si importante qu'elle pourrait financer à elle seule une grande partie des projets de modernisation du pays. Et cela n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

Cette situation d'inertie pourrait être une des raisons pourquoi les électeurs pourraient être tentés de voter pour un tiers parti. La présidence Wagada a été une grande déception sur le plan économique et même au niveau culturel, la société dougaï a connu des années de stagnation et d'une stabilité malsaine au développement intellectuel et religieux du pays. Pire encore, les relations entre les imams, surtout la communauté de Touara, sont au plus bas et tout le monde sait que des bonnes relations entre la Foi et la Loi sont essentielles à la stabilité, mais aussi au bonheur du pays.

L'élection de demain sera déterminante pour l'avenir de notre contrée. Quel que soit le gagnant de cette lutte politique acharnée, le prochain président ou présidente sera face à des grands défis et devra unifier un pays divisé par cette élection aux rebondissements inattendus.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux
Message Publié : Lun Sep 12, 2016 5:14 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6211
Campagne présidentielle : le vainqueur annoncé!

Image

Le Politique a écrit :

La course aura été effrénée jusqu'à la dernière minute. Les derniers meetings n'ont pris fin qu'à une demi-heure de la fin officielle de la campagne du deuxième tour. La commission électorale a siégé durant toute la nuit de dimanche et la matinée de lundi pour déterminer le vainqueur. La tâche aura été ardue car les deux candidats ont été coude à coude pendant tout le processus de dépouillement des votes. C'est vers 8 heures du matin, devant des représentants de toute la presse du pays, que la commission a officiellement annoncé le vainqueur.


La phase de dépouillement a été plus longue qu'attendue. Traditionnellement, les décomptes durent la journée de dimanche avec une annonce du vainqueur entre 22 à 23 heures du soir. Toutefois, en raison des résultats très serrés entre le deux candidats, la commission a communiqué dimanche à 20 heures sa décision de prolonger la phase de décompte afin de pouvoir procéder à des contrôles et de vérifications dans les communautés où les candidats se sont disputés le plus ardemment les votes. Ce sont surtout les bulletins de vote des régions bobas près des Monts rouges qui ont été les plus difficiles à décompter en raison d'un grand nombre de villages faiblement peuplés et donc avec un grand risque de trucage. C’est ainsi que plusieurs votes ont dû être annulés en raison de graves irrégularités et refaites dans le courant de la soirée. Il semble important de souligner que tous les résultats en question favorisaient largement la présidente sortante Wagada. Toutefois, la commission électorale a écarté l'hypothèse de manipulations de la part du camp présidentiel et part de tentatives de manipulations isolées et non-organisées.

Ce matin, la commission électorale a annoncé devant les grandes chaînes de télévisions et des journalistes des principaux journaux le nom du vainqueur de l'élection. Les spéculations ont fait rage durant toute la nuit, chaque fois un autre nom était pressenti comme gagnant. C'est donc devant une grande foule qu'a été fait part de la victoire de Mamadou Berey, faisant de lui le dixième président de la République du Koudougou depuis 1992. Alors que la tristesse a pris possession du camp des pro-Wagada, les membres du Parti pour le Progrès, la Paix et la Prospérité ont jubilé devant l'annonce de la victoire de leur candidat. Quelques minutes plus tard, Mamadou Berey et Khady Marda sont allés à la rencontre de la population sur la Place de la Liberté au cœur de Thourou, sous les applaudissement et hourras de leurs supporteurs.

Cependant, pas tout s'est passé comme prévu et on peut même affirmer que l'ex-présidente Wagada s'est dévoilée être une mauvaise perdante. A la stupeur générale, celle-ci a contesté les résultats annoncés par la commission électorale et refusé de quitter le Palais présidentiel en affirmant « ne pas laisser la Présidence à un voyou communiste et une néo-nazi féministe. » Elle a aussi dénoncé un « complot organisé par la Britonie pour asservir le Koudougou ». L’ancienne présidente faisant rapidement la risée de la capitale, l'Armée s'est emparée du Palais présidentiel et a conduit la candidate battue vers sa résidence privée, une magnifique villa située sur les rives du Koudougou. Elle serait à l'heure assignée à résidence, le temps, ainsi un communiqué de l'Armée, qu'elle retrouve la raison et se familiarise avec sa nouvelle situation.

L'élection de Mamadou Berey représente déjà à l'heure actuelle un succès majeur pour son parti qui devient la première formation politique à détrôner les deux grands partis de la présidence du pays depuis les années nonante. Certains parlent déjà de la fin possible d'un système politique largement dominé par deux grandes formations conservatrices et l'émergence d'une véritable alternative progressiste. Cela serait sans précédent depuis la Grande Crise et la fin de l'époque néo-libérale. Toutefois, si le pouvoir exécutif tombe entre les mains du Parti pour le Progrès, la Paix et la Prospérité et, à moindre mesure, du Mouvement des Femmes Musulmans, la branche législative reste encore très largement dominée par les partis de Wagada et Nolond. Est-ce que la Présidence et le Gouvernement qui émerge des élections arrivera à travailler avec un parlement conservateur ? Toutefois, même si les deux mouvements conservateurs refusent de collaborer, cela ne signifie pas que le Gouvernement sera forcément condamné à l'inaction. Dans à peine six mois auront lieu les élections pour le Parlement et si l’exécutif arrive à prouver sa capacité à gouverneur, cela pourrait se répercuter positivement durant les élections législatives et permettre au camp progressiste de remporter l’élection.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO