SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Mer Mars 29, 2017 1:36 am

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Cycle vert
Message Publié : Sam Août 20, 2016 11:29 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
L'internat en Clos-Masure (cycle vert) :

Le cycle des Clos-Masures est le dernier cycle scolaire que doivent traverser les jeunes Skogurjördinois avant d'atteindre l'âge adulte.
Il se décompose en six années, notées de CM1 à CM6.

Les deux premières années servent à reprendre de façon détaillée les notions apprises lors des années des Cours Basiques. Durant ces deux années, les notions générales sont étudiées de façons beaucoup plus poussées, afin de préparer l'examen permettant l'obtention du Certificat de Réussite Intermédiaire à la fin du CM2.

A compter de la troisième année, les jeunes Skogurjördinois se spécialisent en choisissant l'un des six parcours qui leur a été présenté lors des Stages de Professionnalisation. Ils auront alors quatre année pour se spécialiser dans les différentes matières composant les parcours scientifiques, économiques, littéraires, technologiques et artisanaux ou agricoles.

C'est à la fin de la sixième année d'étude dans ce cycle que les jeunes Skogurjördinois, âgés en moyenne de 19 ans, passeront l'examen final de leur scolarité, leur permettant d'obtenir le Certificat Terminal de Scolarité.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Service civique et militaire
Message Publié : Sam Août 20, 2016 11:29 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Le service civique et militaire :

Bien que ce cycle ne soit pas considéré comme faisant parti du système scolaire, le service civile et militaire est le dernier cycle éducatif que les jeunes Skogurjördinois doivent traverser. Le service civile et militaire est mixte. Les appelés voient leurs spécialisations et leurs fonctions attribuées en fonction de leur réussite scolaire, quelque-soit leur origine sociale. Ainsi, un jeune appelé peut devenir officier dès la première année, comme entrer au service au plus bas échelon de l'armée.
Le service dure deux ans, au cours desquels les jeunes Skogurjördinois vont devoir participer à l'effort national en fournissant une main d'oeuvre peu chère dans l'élaboration de grands projets nationaux et en travaillant dans les milieux sociaux. En outre, ils sont entraînés au maniement de différents types d'armes. De plus, c'est à cette période que les Skogurjördinois apprennent à conduire des véhicules de différents gabarits et passent leur permis de conduire, bien que l'utilisation d'automobiles soit interdit à des fins personnelles en Skogurjördinois.
Sur un plan plus théorique, une éducation civique et géopolitique ainsi qu'une formation stratégique leur est enseignée tout le long du service. A la fin de ces deux années, les jeunes Skogurjördinois obtiennent le Brevet Civique et Militaire (BCM), faisant d'eux des citoyens accomplis. Les jeunes Skogurjördinois ont alors trois options : intégrer un corps d'armée en qualité de professionnel (pour un contrat assuré minimum de 20 ans, dont il peut démissionner après 10 ans passés à servir les drapeaux), être réorienté dans un domaine professionnel civile (des facilités à l'embauche sont offertes par l'armée à l'issu du service militaire), ou poursuivre un cursus universitaire ou d'études supérieures. Les jeunes Skogurjördinois ont en outre la possibilité de s'engager pour une durée variant de une année à cinq ans auprès des services impériaux de géographie en qualité d'arpenteur : homme de terrain géomètre réalisant les études basiques de l'institut.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Asgardisme
Message Publié : Dim Août 21, 2016 3:37 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
L'ASGARDISME


L'Asgardisme est une religion polythéiste paganiste ancienne, dont les origines remontent au Néolithique. Les adeptes de cette religion sont appelés les Asgardistes.
Cette religion a été influencée par les rites et coutumes des différentes cultures qui ont été en contact avec les Asgardistes au fil des siècles. Ainsi, bien que l’essentiel des influences de l'Asgardisme soient d’origines scandinaves et germaniques, on trouve aussi des influences gauloises et celtiques importantes. L'Asgardisme a évolué indépendamment des autres religions nordiques, comme par exemple le paganisme du Vonalya , et marqué profondément la culture et la mentalité skogurjördinoise.


Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Religion
Message Publié : Dim Août 21, 2016 3:38 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Généralités :

L’Asgardisme recouvre l’ensemble des croyances et des pratiques religieuses Skogurjördinoises, qui évolua indépendamment sous l’influence de mythes et légendes celtes, mais aussi par la présence de mythes et de rites plus anciens (« forn siðr ») pratiqués par les populations autochtones de l’archipel, présentes avant la conquête viking et remontant au néolithique.
Contrairement aux pratiques vikings originelles, l’Asgardisme connaît une doctrine, dictée par des druides, structure sociale directement héritée des coutumes germaniques et celtiques. Ce sont ces druides, gardiens de l’Asgardisme, de sa morale et de sa doctrine qui servent d’intermédiaires avec les Dieux et les Esprits de la nature, bien que chaque individu jouisse d’une relation privée avec ces êtres.

La grande majorité des Asgardistes ne voient pas la mythologie comme une vérité littérale, mais comme une vérité métaphorique. Il n’existe pas de théologie orthodoxe de la religion Asgardiste, bien qu’il existe des variantes. La Nature est adorée, relativement à sa représentation dans le panthéon nordique, mais également révérée dans la pratique. Un statut particulier était accordé par ces peuples à la nature, à la femme, mais aussi à certains animaux, comme l’ours, le loup, le cheval, le sanglier et le corbeau, qui se voyaient attribuer des pouvoirs fabuleux et possédaient une place importante dans les rituels et les traditions. Cependant, l’Asgardisme n’est pas une religion repoussant les innovations techniques.

La comparaison entre l’Asgardisme et d’autres religions paganisées comme monothéistes est assez délicate et consisterait plutôt à mettre en lumière leurs différences que leurs points communs. Dans l’Asgardisme, les dieux ne sont pas des êtres infaillibles ni même immortels et on ne les adore pas avec soumission. Ils sont plus considérés comme des amis dont la sagesse et la puissance peuvent venir en aide à point nommé. De plus, les dieux ne sortent pas tout en armes de la tête de leur géniteur et ne restent pas immuables devant le passage du temps. Les hommes sont en réalité très proches des dieux par leur comportement et les relations hommes/dieux sont, en quelque sorte, familiales.

Autrefois, il n’était pas rare qu’un Scandinave punisse le dieu qui l’avait trahi en lui retirant (pour un temps) son adoration et ses offrandes. C’est d’ailleurs ce trait de caractère qui rendit l’implantation de la religion chrétienne si délicate dans les contrées scandinaves : au moindre revers, Jésus était mis au coin au profit des Ases et des Vanes.

À la différence de la plupart des autres religions, L’Asgardisme, depuis son origine, ne comporte aucune liste de comportements à proscrire. La recherche d’un compromis entre la liberté et la responsabilité est en revanche un thème central dans la littérature légendaire, mystique et historique de cette religion que Asgardistes sont tenus d’étudier sérieusement. Certains comportements condamnés dans d’autres religions (comme la fierté) sont considérés comme des qualités, à condition qu’ils soient correctement exprimés. Il n’est jamais question de « rédemption », de « sauvegarde », ni même de « perfection » dans l’Asgardisme. La théorie de la vie après la mort est sans doute le reflet de la justice expéditive des temps anciens.
De même, cette religion voit d’un assez mauvais œil le prosélytisme. Pour elle, le croyant doit venir de lui-même.

Bien qu’elle descende d’une culture guerrière, l’Asgardisme n’est pas une religion misogyne : Óðinn fit l’homme et la femme de deux branches distinctes : Askr et Embla. La déesse de l’amour est également une déesse guerrière, ainsi hommes et femmes pouvaient être appelés à se battre. C’est pourquoi hommes et femmes sont considérés à de nombreux égards comme égaux, bien que différents et les femmes ont un rôle important à jouer dans les rites Asgardistes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Yggdrasil
Message Publié : Dim Août 21, 2016 3:54 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Yggdrasil :

Yggdrasil est l'Arbre du Monde dans la mythologie asgardiste. Son nom signifie littéralement "destrier du Redoutable", le Redoutable (Ygg) désignant le dieu Odin.

Sur lui reposent les neuf royaumes :

  • Ásgard (ou Asaheim), royaume des Ases.
  • Vanaheim, royaume des Vanes.
  • Álfheim, royaume des elfes clairs ou ljósálfar.
  • Midgard (ou Mannheim), royaume du milieu, royaume des hommes.
  • Jötunheim, royaume des géants.
  • Svartalfheim, royaume des elfes sombres ou dökkalfars.
  • Niflheim ou Nibelheim, royaume des Brumes et des Nibelungen.
  • Muspellheim, royaume du feu.
  • Hellheim , royaume des morts, où résident les personnes mortes de maladie ou de vieillesse.

Yggdrasil est représenté comme un immense If avec trois racines reliant trois mondes différents (Ásgard, Midgard et Niflheim). La première racine provient de la source de Hvergelmir, située en Niflheim. Un dragon, Nídhögg, garde jalousement cette source et ronge la racine. La deuxième naît dans la fontaine de Mímir, située en Jötunheim. Cette fontaine est censée contenir la source de toute sagesse. Elle est gardée par un géant et abrite la tête du dieu Mímir qui détient les secrets de l'univers. Enfin, la troisième racine provient du puits d'Urd, en Asgard, lequel puits est gardé par trois Nornes, de vieilles sorcières très sages et craintes par les dieux, car tissant la destinée, à laquelle même les dieux sont soumis.


Image


Yggdrasil est aussi l'hôte d'autres personnages. Un aigle, Hræsvelg, est perché dans ses branches et un faucon, Vedrfölnir, est perché entre ses yeux. La chèvre, Heidrun, vit près du sommet de l'Arbre, et se nourrit de ses feuilles. Le cerf Eikthyrnir broute aussi les rameaux et de ses cornes ruisselle l’eau qui tombe dans Hvergelmir. Finalement, un écureuil, Ratatosk, court sans cesse dans l'Arbre, ne cessant de semer la discorde entre le dragon Nídhögg et l'aigle.
C'est en restant pendu à une branche d'Yggdrasil, percé d'une lance, durant neuf jours et neuf nuits qu'Odin découvrit le sens des runes.


À l'exception de Midgard (le monde des hommes) qui représente l'équilibre, les huit autres royaumes peuvent être regroupés par paires de principes opposés :
  • Muspellheim (feu, chaleur) / Niflheim (glace, froid)
  • Ásgard (mort guerrière) / Hellheim (mort profane)
  • Vanaheim (création) / Jötunheim (destruction)
  • Álfheim (lumière) / Svartalfheim (obscurité)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Panthéon
Message Publié : Dim Août 21, 2016 4:29 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Divinités :

Le panthéon asgardiste est peuplé de plusieurs dieux et créatures mythiques. Il existe 28 divinités majeures, qui sont soit des Ases, soit des Vanes. Les Ases, des divinités plus jeunes, combattirent les Vanes, afin de prendre leur place. On suppose que les Ases sont en fait les divinités des populations vikings qui vinrent envahir l'archipel au VIIeme siècle, les Vanes seraient quant à elles les divinités des populations autochtones de l'archipel qui élevèrent les mégalithes pendant le néolithique. Au bout du compte, Ases et Vanes conclurent une trêve et se partagèrent l'Asgard.


Image


  • Aeredia : Déesse de la nuit, de la lune et des étoiles.
  • Agrona : Déesse de la terre.
  • Albiorix : Dieu médecin.
  • Balder : Dieu du soleil et de la lumière.
  • Bragi : Dieu des songes, des arts et de la musique.
  • Canetonessis : Dieu des volcans, des métaux et des forgerons.
  • Cernunnos : Dieu des voyageurs.
  • Damona : Déesse de la chasse et des animaux sauvages.
  • Epona : Déesse des chevaux, des bêtes de somme.
  • Freyja : Déesse de la séduction, de la beauté, de la féminité et de l'érotisme.
  • Freyr : Dieu des plantations et de l'agriculture.
  • Frigg : Déesse mère du foyer. Elle est la doyenne des dieux et les guide.
  • Gefjon : Déesse de la sagesse, de la mémoire et de l'intelligence.
  • Hela : Déesse des morts.
  • Letidýr : Dieu de l'oisiveté, de la paresse et de la gourmandise.
  • Loki : Dieu de la violence et de la guerre.
  • Maponos : Dieu des montagnes.
  • Morrigan : Déesse des poisons et des maladies.
  • Nantosvelta : Déesse des animaux domestiques.
  • Njord : Dieu de la mer et de la pêche.
  • Norne : Déesse de la bonne fortune et des richesses.
  • Odin : Roi des Dieux, père de tous les hommes.
  • Sequana : Déesse des sources, des rivières et des fleuves.
  • Sif : Déesse des vents.
  • Thor : Dieu des orages, de la foudre et du tonnerre.
  • Vanadis : Déesse de la pluie.
  • Wotan : Dieu du feu.
  • Yul : Dieu de l'hiver, du froid et de la glace.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Fêtes religieuses
Message Publié : Dim Août 21, 2016 4:43 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Les fêtes religieuses :

Il existe cinq grandes fêtes religieuses dans le calendrier asgardiste, la fête de Yule (fête nationale du Skogurjördin, solstice d'hiver, nouvelle année religieuse le 21 décembre), l'Imbolc (purification, marquant l'entrée au printemps le 1er février, c'est aussi la date du renouvellement de l'Eikanna), la Beltaine (fertilité, marquant l'entrée dans la saison chaude le 1er mai), la Lugnasad (1er août, fête le passage à la saison des récoltes) et enfin le Samain (1er novembre, fête des morts et des esprits, marque le passage à la saison du froid et de la noirceur).
Le Contretemps, qui a lieu le 29 février lors des années bissextiles, est lui aussi fêté.



  • Fête de Yule :
La fête de Yule est de loin la fête la plus importante au Skogurjördin. C'est elle qui symbolise le renouveau, le solstice d'hiver marquant la nouvelle année asgardiste. Elle se fête le 21 décembre chaque année.
Yule est une fête où les gens de leur côté, et les dieux du leur, se rencontrent pour partager un repas, raconter des histoires, festoyer et chanter. La fête s'observe en commémorant la mort du Kelennakurskritt (roi des esprits des houx) qui meurt, sacrifié par son successeur le Dervennakurskritt (roi des esprits des chênes). Jusqu'au milieu du XXeme siècle, on faisait encore traditionnellement des sacrifices d'animaux pour accompagner le Kelennakurskritt dans l'au delà, lui permettant de faire des offrandes aux dieux au nom des Asgardistes, notamment Odin et Freyr afin que ceux-ci bénissent les récoltes à venir.
Si les Dieux sont satisfaits par ces offrandes, ils envoient l'Heimdall (depuis son trône situé au pôle Nord) accompagné des Æesirs rendre visite aux Asgardistes. Ils visitent ainsi chaque foyer pour récompenser ceux qui ont bien agi durant l'année, et laissent un présent dans leur chaussette. Ceux ayant mal agi voyaient à l'aube leur chaussette emplie de cendres. Cette mythologie d'origine nordique a été par la suite reprise par les chrétiens, à travers les traits de Saint-Nicolas, puis par les nations capitalistes et libérales pour créer la mascotte publicitaire appelée "Père Noël".



  • L'Imbolc :
L'Imbolc se fête le 1er février et marque le passage au printemps. C'est la fête de la purification, et la date que les confréries druidiques ont choisi pour élire leurs représentants à l'Eikanna.
L'Imbolc est une fête sobre de privation, qui, contrairement aux autres qui se veulent riches et festives (à l'exception du Samain), se commémore en jeûnant, en faisant preuve de chasteté et en observant une profonde piété.
Les commémorations se font surtout le soir au crépuscule en prenant des bains dans les rivières.
C'est le moment où l'Avankakurskritt (roi des esprits des castors) succède au Dervennakurskritt (roi des esprits des chênes) en l'abattant après avoir rongé la base de son tronc.
Une hypothèse avance que les chrétiens et les musulmans copieront cette fête pour une période plus longue, créant ainsi respectivement le Carême et le Ramadan.



  • La Beltaine :
La Beltaine est une fête de luxure et de richesse, qui marque le passage à la saison chaude le 1er mai. C'est la fête de la fertilité et de l'érotisme.
On y commémore surtout Freyja et Norne.
La Beltaine marque l'avènement de la Gwenanfrugv (reine des esprits des abeilles) qui succède à l'Avankakurskritt (roi des esprits des castors) en le muselant.



  • La Lugnasad :
La Lugnasad est la fête de l'espoir, elle marque le passage à la saison des récoltes le 1er août.
Fête de richesses et d'abondance, on y commémore surtout Balder en rôtissant des sangliers, consommant du cidre et des alcools de fruits et en organisant de grands banquets toute l'après-midi et le soir du 1er août dans les villages, les villes et les quartiers des plus grandes villes (ces banquets peuvent regrouper plusieurs centaines d'individus). C'est l'occasion pour les jeunes célibataires de participer à de grands jeux de séductions organisés spécialement pour l'occasion.
La Lugnasad marque l'avènement du Kaouennakurskritt (dieu des esprits des hiboux et des chouettes) qui succède à la Gwenanfrugv (reine des esprits des abeilles) en la gobant.



  • Le Samain :
Le Samain est la fête des esprits et des morts, elle marque le passage à l'hiver et aux périodes de noirceur le 1er novembre. On y fête Hela.
Traditionnellement, durant la semaine précédant le Samain, les Asgardistes visitent les tumulus et viennent se recueillir sur les tombes des défunts et y déposer du houx, afin de ne pas les mettre en colère. Durant la journée même du Samain, les Asgardistes restent enfermés chez eux, auprès du feu, c'est le moment où l'on se raconte les mythes et légendes du Skogurjördin et des autres nations celtes et nordiques. Le soir, au crépuscule, seuls les enfants de moins de 14 ans ont le droit de sortir, déguisés en monstres et créatures mythologiques pour rendre visite aux habitants et leur demander des gourmandises. Les seuls adultes ayant traditionnellement le droit de sortir à ce moment là sont les druides et les druidesses pour veiller sur les allées et venues des enfants. Gare aux adultes qui ne respectent pas leurs aïeux défunts en ne leur rendant pas visite et ne fleurissant pas leurs tombes, ou qui sortiraient le jour du Samain sans permission des druides! Les esprits des morts pourraient chercher à se venger par des méfaits, en les hantant, ou pire, en leur envoyant l'Ankou.
Le Samain est le jour ou le Kelennakurskritt (roi des esprits des houx) succède au Kaouennakurskritt (dieu des esprits des hiboux et des chouettes) en le prenant au piège dans ses feuilles piquantes.
Les coutumes asgardistes ont influencé les chrétiens qui fêtent à la même période leurs morts, et ont donné naissance à la fête commerciale d'"Halloween", largement fêtée, notamment dans les pays anglophones.



  • Le Contretemps :
Le Contretemps est fêté une fois toute les quatre ans, le 29 février lors des années bissextiles. C'est la fête du repos et de l'oisiveté, dédiée en particulier à Letidýr et Bragi.
Ce jour là, on consomme particulièrement plus que d'habitude de l'hydromel afin de pénétrer le monde des songes et des esprits. C'est le jour où l'on communique avec les esprits de la nature et les dieux, et où les Asgardistes partagent leurs créations artistiques tout en communiant.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Calendrier religieux
Message Publié : Dim Août 21, 2016 4:52 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Calendrier asgardiste :

Bien que pour les affaires civiles, les Skogurjördinois utilisent le calendrier international, l'Asgardisme a son propre calendrier, le Calendrier Asgardiste, qui est calqué à l'origine sur le cycle de fertilité féminin. Le calendrier, d'après la légende, aurait été synchronisé sur les cycles menstruels de Freyja, déesse de la séduction, de la beauté et de l'érotisme.
Le calendrier a été légèrement modifié en 1576 afin de se synchroniser sur le calendrier astral chrétien. Ainsi, un jour a été ajouté (le 22 décembre), la fête de Yule a été ôtée du mois d'Aeredial, mais continue de marquer le passage à la nouvelle année, au moment du solstice d'hiver. La fête de Yule est d'ailleurs jour de fête nationale au Skogurjördin. Au même moment a été ajouté le jour du Contretemps pour le 29 février lors des années bissextiles.
L’étymologie des noms donnés aux mois de l'année nous apprend qu'ils prennent racines dans des noms de dieux gaulois, autre signe de l'importance de l'apport des celtes dans la culture skogurjördinoise.


Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Mégalithes
Message Publié : Dim Août 21, 2016 5:06 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Les mégalithes :

Image


Occupé depuis le paléolithique, l'archipel a vu une population autochtone typique de Dytolie septentrionale et occidentale se développer. Issus des cultures primitives du vieux continents, les hommes au néolithique ont érigé différents mégalithes il y a déjà plus de 5000 ans.
Que ce soient les proto-celtes arrivés dans l'archipel il y a 1500 ans, puis les vikings venus au VIIème siècle, les hommes ont au cours des siècles continué à vénérer les mégalithes, par superstition d'abord, puis en les assimilant à leur panthéon.
Ainsi, pendant la guerre des Ases (probablement issus du panthéon nordique) contre les Vanes (issus sans doute du panthéon celte), les géants jouèrent un rôle aux côtés des Vanes. Dans l'Asgardisme, ces géants sont tout simplement incarnés par ces mégalithes, témoins donc d'une religion encore plus ancienne que le proto-paganisme celtique.

Il existe plusieurs types de monuments mégalithiques.

  • Menhirs, alignements et cercles de pierres levées :
    • Alignement mégalithique: arrangement de monolithes verticaux selon une ou plusieurs rangées
    • Cromlech: alignement de monolithes verticaux, formant une enceinte de pierres levées, généralement circulaire. Parfois un menhir est placé au centre.
    • Menhir: pierre monolithique dressée, plantée verticalement.
    • Pierre percée: monolithe dressé et troué.
  • Constructions et amas de pierres :
    • Cairn : amas artificiel de pierres généralement une sépulture.
    • Mur cyclopéen : enceinte ou mur constitués de grosses pierres irrégulières, brutes ou dégrossies, et imbriquées, sans utilisation de liant.
    • Nuraghe: tour ronde en forme de cône tronqué, constituée de petites pierres entassées sans liant.
    • Taula: mégalithe en forme de « T » constitué d'un pilier vertical et d'une pierre horizontale qui le chapeaute.
    • Temples mégalithiques : ensemble de temples en pierres, présents dans l'archipel.
    • Trilithe: structure composée de deux pierres verticales et d'une troisième placée horizontalement au-dessus des deux premières.
  • Salles et allées couvertes :
    • Allée couverte : dolmen long recouvert de plusieurs dalles horizontales qui reposent sur une série de montants latéraux, inclus initialement dans un tumulus, ou qui en débordent vers l'intérieur.
    • Dolmen: ensemble constitué de dalles de couverture (tables) posées sur des pierres verticales qui lui servent de pieds. Le tout était originellement recouvert, maintenu et protégé par un amas de pierres et de terre nommé tumulus.
    • Tombe à couloir: ensemble de couloirs et chambres coiffés d'un cairn.
    • Tertre: amas de terre recouvrant généralement une sépulture.
    • Tumulus: amas de terre et de pierres recouvrant généralement une sépulture.
  • Terrassements et galeries souterraines artificielles :
    • Domus: grotte artificielle, creusée dans la roche.
    • Henge: structure presque circulaire ou ovale, délimitant généralement une zone de plus de 20 mètres de diamètre, comprenant une limite de terrassement composée d'un fossé et d'un talus.
    • Hypogée: salle creusée sous le sol.


Image


De nos jours, ces mégalithes sont sacrés. Ils servent de lieux de cultes pour les confréries druidiques qui s'y réunissent périodiquement pour pratiquer leurs rituels.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Esprits
Message Publié : Lun Août 22, 2016 4:14 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Les esprits et êtres magiques :

Esprits, lutins et autres créatures fantastiques peuplent l'univers mystique de l'Asgardisme. Tout autant que ces créatures imaginaires, les animaux et les plantes jouent un rôle important dans les mythes Asgardistes.


  • Les animaux :
    • Boucs : Thor a deux boucs qui tirent son char Tanngrisnir et Tanngnjóstr (Dents grinçantes et Dents étincelantes). Il lui est arrivé d’être contraint de les manger, mais il prit soin de conserver les os pour les ressusciter.
    • Chats : Le chat était l’un des animaux favoris des Asgardistes. Il est d'ailleurs d’usage d’offrir des chatons lors des mariages. La déesse Freyja a deux chats ailés et de grande taille qui tirent son char "Tendresse" et "Amour maternel".
    • Cheval : L’importance du cheval dans les textes Asgardistes et les sagas mythologiques reflètent la grande valeur qu’il possède. Les rituels liés à son sacrifice et à la consommation de sa viande sont censés apporter protection et fertilité, tandis que ses ossements sont utilisés comme instruments de magie noire. Parmi les chevaux célébrés par les textes fondateurs figurent celui d’Odin, Sleipnir, qui possède huit jambes et peut voler.
      Par ailleurs, la lutte contre les traditions et les rituels comme la consommation de viande de cheval fut un élément capital dans la christianisation des régions germaniques et nordiques.
    • Chiens : Les chiens bénéficient d’une grande estime comme animaux de compagnie ou de travail. Il est fréquent de retrouver ces compagnons dans des tombes, enterrés aux côtés de leurs maîtres. Le chien qui garde le royaume des morts se nomme Garmr.
    • Corbeau : Hugin (la pensée) et Munin (la mémoire) sont deux corbeaux messagers d’Odin qui parcourent le monde et viennent murmurer à leur maître ce qu’ils ont vu et entendu.
    • Loup : Traditionellement, les guerriers se nourrissaient de loups pour acquérir ses qualités que sont la force, la rapidité et l’endurance. Ce rituel permettait de donner du courage aux combattants en les plaçant sous la protection des loups. On retrouve le loup dans les mythes, où Odin possède les deux loups Geri (le vorace) et Freki (le violent), ainsi que le gigantesque loup Fenrir (l'habitant des marais) né de l’union de Loki et la géante Gerbauda.
    • Ours : L’ours, admiré et vénéré pour sa force, son courage et son invincibilité est considéré comme le roi des animaux. Il est l’attribut des puissants et l’objet de rituels ayant pour but de s’approprier ses pouvoirs. Il est également l’attribut des berserkir.
      Dans la coutume asgardiste, il est d’usage d’offrir un ourson aux rois.
    • Sanglier : Sæhrímnir est le sanglier consommé chaque nuit par les Einherjar dans la Valhöll. Il est ramené à la vie afin de servir à nouveau de repas le jour suivant.
      Hildisvíni, le sanglier de la bataille est la monture de Freyja lorsqu’elle n’est pas sur son char tiré par ses deux chats. Freyr possède également un verrat Gullinbursti (aux soies d’or) ou Slidrugtanni (aux défenses redoutables). Il court plus vite que n’importe quel cheval de jour comme de nuit, dans les airs et sur la mer et ses soies illuminent la nuit la plus sombre.
    • Serpent : Jörmungand est un gigantesque serpent marin venimeux, fils de Loki et frère du loup Fenrir. Peu après sa naissance, le dieu Odin jette Jörmungand dans la mer qui encercle Midgard, puisque les prophéties racontent qu'il causera de grands dégâts chez les dieux. Mais ce dernier grandit tellement qu'il finit par entourer le monde et se mordre la queue, d'où son autre nom, Miðgarðsormr, (serpent de Midgard). Lors du Ragnarök, Jörmungand provoquera des raz-de-marée en surgissant des mers pour combattre les dieux aux côtés des géants. Il sera finalement tué par Thor, mais le dieu succombera à son tour après neuf pas, empoisonné par le venin du serpent.

    Image

  • Les arbres :
    • à venir...
  • Les fleurs :
    • à venir...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Histoire skogurjördinoise
Message Publié : Jeu Août 25, 2016 9:36 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
HISTOIRE SKOGURJÖRDINOISE


Si il est aujourd'hui difficile de pouvoir parler avec précision des premiers peuplements de l'archipel, l'histoire de l'Empire Skogurjördinois demeure, grâce à l'importance de l'Asgardisme et le poids du traditionalisme, bien connue des historiens.
Depuis les peuplements nomades qui seraient venus de Dytolie il y a environ 35 000 ans jusque aujourd'hui, on constate que finalement, peu de vagues de peuplements majeurs, hormis les grandes migrations celtiques puis vikings, n'ont eu de réel influence sur la vie du peuple skogurjördinois.
Malgré le démantèlement de l'Empire au XXème siècle avec la déclaration d'indépendance de certains clans hostiles, l’entité, constituée en l'an 1030 lors de sa prise d'indépendance, fêtera ses 1000 ans d'existence lors de la fête de Yule, le 21 décembre 2030.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : -35000 à -4000
Message Publié : Jeu Août 25, 2016 9:49 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Préhistoire :

  • Le paléolithique : l'ère des tribus nomades et des premiers peuplements
Il est impossible de dire avec exactitude à quand remontent les premiers peuplements dans l'archipel. On estime toutefois que les premiers homo sapiens à avoir foulé son sol seraient arrivés de Dytolie. Il y a environ 37 000 ans, on suppose en effet que lors de grandes glaciations, le niveau de la mer était plus bas qu'actuellement, et surtout que la banquise polaire était beaucoup plus importante qu'aujourd'hui, ce qui permis aux peuples nomades suivant des troupeaux de gibier de voyager d'îles en îles à partir de la Britonnie et de Dalriada avant de prendre pied sur l'archipel. C'est probablement pour cela que la Dytolie et le nord de la Déchinésie ont beaucoup d'espèces animales communes sur leurs sols. Les études tendraient à montrer que ce passage a existé pendant deux périodes au cour de l'histoire, l'une allant de -35 000 à - 34 000, la seconde, plus longue, entre - 20 000 et - 15 000 et correspondraient à plusieurs périodes de glaciation.
Il faudra sans doute plusieurs centaines d'années pour que les différentes tribus nomades occupent l'ensemble de l'archipel.
Comme partout ailleurs, on constate que ce sont les vallées fluviales qui ont servi de routes pour les premiers peuples.

A cette période, la pierre est taillée et utilisée par l'homme depuis plusieurs millions d'années, le feu est quant à lui domestiqué depuis plusieurs centaines de milliers d'années. Les rites funéraires et par extension des religions sont déjà épanouies depuis plusieurs dizaines de milliers d'années. C'est durant cette période que naît l'art, notamment la sculpture et la gravure, comme l'attestent les découvertes faites dans les grottes du centre de l'île de Mikilljördin. Ainsi, les premiers habitants due l'archipel n'étaient sans doute pas de rustres barbares comme certains historiens pourraient encore le prétendre, mais bien des êtres civilisés, avec une sensibilité artistique et une organisation sociale élaborée.


  • La période néolithique : sédentarisation, premières industries et premières voies commerciales :
Les découvertes archéologiques laissent estimer une sédentarisation progressive des peuplades sur le territoire du royaume entre -15 000 et - 12 000. C'est à cette période que l'homme va commencer à labourer des terres, domestiquer des animaux sauvage et peu à peu mettre en place de véritables villes vers la fin du néolithique et au début de l'âge du bronze, pouvant dans certain cas compter jusque près de 2000 habitants, semant ainsi les germes d'une future civilisation à partir de laquelle celtes puis vikings construiront bien des siècles plus tard l'Empire. Ces âges sont marqués par de profondes mutations techniques, économiques et sociales, liées à l’adoption par les groupes humains d’un modèle de subsistance nouveau.

Les principales innovations techniques sont la généralisation de l'outillage en pierre polie, la poterie, la roue, ainsi que le développement de l'architecture eu du mégalithisme. Un très grand nombre de monuments mégalithiques de types variés (cercles de pierre, alignements de menhirs, dolmens, tumulus) sont encore visibles aujourd'hui; ces mégalithes auraient ainsi été érigés dès -10 000 et tout au long du néolithique. En parallèle aux petites industries de pierre polies, mais aussi de taille d'ambre, de la récolte de sel, de confection de poteries et de créations d'objets à partir de différentes essences de bois se développe le long des fleuves et des rivières un réseau de routes servant aux échanges commerciaux.

Si l'agriculture et le commerces se sont peu à peu développés, leur expansion a été facilitée par l'apparition de l'écriture, aux alentours de -4000, marquant ainsi la fin de la préhistoire puisqu'elle permit de conserver la trace des événements et fait entrer les peuples dans le temps historique. Elle marqua aussi une révolution dans le langage et le psychisme, car elle fonctionne comme une extension de la mémoire.

Les hommes vivant aux millénaires durant lesquels la période du néolithique s'étend ont donc jouer un rôle majeur dans l'élaboration des sociétés actuelles. Car ce sont eux qui, à force d’innovations, ont mis en place une organisation sociale et territoriale sur laquelle repose aujourd'hui les fondements de la société skogurjördinoise.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : -4000 à 650
Message Publié : Ven Août 26, 2016 12:14 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
Les civilisations des mégalithes et la période celtique :

  • La fin du néolithique, l'âge du cuivre et l'âge du bronze.
Hormis les innovations technologiques, il y eu peu de changements notables dans la structure de ce qui deviendra le territoire skogurjördinois à la fin du néolithique et pendant les âges du cuivre et du bronze. Après l'apparition de l'écriture, aux alentours de -4000 (le plus ancien texte gravé certifié trouvé dans l'archipel date d'environ -3800 mais n'a pu être que partiellement traduit), il faudra encore un peu plus de 2300 ans pour que les hommes installés sur l'île principale utilisent des outils en bronze.

Le bronze semble être apparu par les voies commerciales maritimes en provenance des îles gaëliques, là où d'autres celtes, vivant sous des climats plus chauds et en contact avec des peuples dytoliens ont développé les technique de métallurgie plus précocement. Le sol du territoire étant pauvre en fer, on estime que la diffusion des objets en fer et des techniques de fabrication s'est faite par le commerce en échange d'ambres, d'or, de cuivre, d'ivoire et de sel, mais aussi par des pillages perpétrés plus au sud.

On distingue pendant cette période trois cultures qui furent à peu près contemporaines, grâce aux techniques de fabrications et d'utilisations des céramiques; leurs noms sont issus des villes où ont été découvertes les premières céramiques lors des grandes fouilles archéologiques de la fin du XIXème siècle. La culture Varjane dans le centre montagneux du le Mikilljördin, dont les sociétés étaient particulièrement tournées vers l'exploitation des mines de sel, la culture de Kalthusienne qui était axée sur l'exploitation des forêts, l'agriculture, l'élevage et la pèche et dont l'influence couvrait de larges pans du territoire plus au sud, et la culture Midgarde, sise à l'ouest, et dont la société était elle aussi tournée vers l'agriculture, la pêche et l'élevage, mais qui de plus contrôlait les principaux filons d'ambres sur les côtes. On suppose que ce sont les Kalthusiens qui ont défrichés massivement le sud de l'île principale entre -3000 et l'arrivée des celtes pour pouvoir profiter de terres arables.

L'âge du bronze se termine aux alentours de l'an -750 avec l'arrivée des celtes qui eux, maîtrisent déjà les technologies métallurgiques et son équipés d'outils et d'armes en fer.


  • Les origines celtes : l'âge du fer
L'histoire ancienne du territoire est là aussi, peu connue. L'occupation celtique pourrait dater du VIIIe siècle avant J.-C.
Vers 780 avant J.-C, des proto-celtes s'installent sur le territoire, y apportant le fer. On suppose que ces colons ne viennent pas de l'archipel celtique actuel mais plutôt de communautés gauloises de l'ouest de la Dytolie. Selon une légende, le premier homme à poser pied sur le territoire, Grímor Kamban, aurait en tapant du pied fait fuir tous les sangliers de la région!

C'est forts de leurs supériorité technique, grâce à leurs armes et outillages en fer, et de leur légendaire stratégie militaire, que les Gaulois pourront coloniser sans peine les territoires de l'archipel, et ainsi composer un embryon de fédération de cités-états influentes.
Les Gaulois se mêleront avec les différentes tribus autochtones (Kalthusiens et Varjaniens d'abord, Midgards ensuite) et s'épanouiront durant près de 1000 ans, avant d'être eux-mêmes assimilés aux très nombreux Vikings ayant migré dans le territoire pour donner naissance aux Skogurjördinois.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : 650 à 1095
Message Publié : Ven Août 26, 2016 4:59 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
La colonisation viking et la constitution de l'Empire.

  • La colonisation viking
C'est durant l'été de l'an 650 que Erik Sparralson, appelé aussi Erik le Sanglant, découvrit l'archipel. Grand explorateur venu de l'Empire du Vonalya, il avait poussé ses explorations toujours plus vers l'ouest, ayant pillé et soumis au passage les îles gaëliques de la mer Celtique et avait finalement abordé les îles du Dögunjördin, du Ferdastjördin puis de l'Öndjördin, les îles du Vindurjördin, de l'Eldfjalljördin, avant de découvrir la côte sud du Mikilljördin. Il mis à sac les quelques ports celtes faiblement défendus de la côte sud en la longeant, puis finalement fit le tour de l'archipel en l'espace de quelques semaines, explorant à ce moment les îles du Litilljördin et du Gulljördin. A son retour au Vonalya, il prit la tête d'une armée importante avec pour objectif de conquérir l'ensemble de l'archipel afin de l'assimiler à l'Empire. La conquête fut rapide, tant les celtes présents sur place étaient désorganisés, et au crépuscule de l'année 658, l'intégralité de l'archipel était assimilé par la force à l'Empire. Erik Sparralson fut récompensé et désigné pour gouverner l'archipel qui pris le statut d'un royaume semi-autonome, mais toujours sous le joug de l'Empire du Vonalya qui s'étendait alors à son maximum, dans le nord de la Dytolie jusqu'en Déchinésie. On dit même que des marins du Royaume du Skogurjördin ont été jusqu'en Olgarie.

Dès 652, de grands mouvements migratoires partirent du Vonalya, sous la pression démographique, pour se rendre au Skogurjördin. Les Celtes peu nombreux furent peu à peu assimilés à la population viking, tout en continuant à respecter leurs propres dieux. Les chefs de clans Celtes purent garder quelques privilèges, tandis que les membres de familles nobles du Vonalaya eurent droit à de nouvelles terres (souvent des cadets, les aînés pouvant quant à eux hériter des terres en métropole). Peu à peu, une organisation féodale se mis en place avec à sa tête la famille Sparralson, secondée par les chefs de clans Vonalyens et Celtes.
Le Skogurjördin, outre son intérêt agricole et son étendue, permettant au Vonalya de gérer son expansion démographique, avait aussi l'intérêt stratégique d'offrir des bases portuaires d'où partaient des raids en direction du Dalriada et de Britonnie, certains drakkars allant même jusque les eaux chaudes du sud de la Dytolie. Le Vonalya était alors le mettre incontesté des mers du nord et de l'ouest de la Dytolie, bien qu'incapable d'étendre son territoire dans l'intégralité de l'archipel de la mer Celtique du fait de la résistance des combattants du futur Dalriada.

Cette ère fut toutefois prospère pour les Vonalyens et les Néo-Skogurjördinois, et s'étendit jusqu'au milieu du XIème siècle.


Image


  • L'indépendance et la constitution de l'Empire
A l'aube du XIème siècle, l'essentiel des pays de Dytolie sont christianisés, les grands royaumes sont constitués et organisés, particulièrement dans les régions germaniques et gaëliques. L'Empire du Vonalya toujours très étendu à ce moment là ne peut plus gérer sa pression démographique et gouverner efficacement l'ensemble de son territoire. Si le royaume autonome du Skogurjördin lui reste fidèle, les territoires du sud du Vonalya quant à eux sont soumis à la christianisations, provoquant la déstabilisation du pouvoir centrale.

Au milieu du XIeme siècle, le Skogurjördin est pratiquement complètement autonome mais continue fidèlement à aider la métropole Vonalyane en lui fournissant denrées agricoles, cuivre et bien sur combattants. Toutefois cet effort ne suffira pas, et face à la montée du christianisme et au ralliement de certains chefs de clans du sud de l'Empire au monde chrétien, le Skogurjördin, désemparé face à un Vonalya affaibli, finira par déclarer son indépendance en l'an 1095 afin de mieux gérer l'invasion chrétienne en provenance des îles de la Mer Celtique et de Britonnie. Une décision qui sonnera le glas de l'Empire Vonalyien et poussera le roi du Vonalya à abandonner les terres continentales de l'Empire en 1104 pour exiler son peuple dans l'archipel formant l'actuel Vonalya.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : 1095 à 1810
Message Publié : Ven Août 26, 2016 6:37 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 6:59 pm
Message(s) : 1205
Localisation : Vindurhiminn, Skogurjördin
La période médiévale et l'ère moderne : de l'autarcie à l'ouverture.

  • L'époque médiévale : La sanctuarisation de l'archipel et le développement de la culture skogurjördinoise
Si la venue des vikings depuis le Vonalya à partir de l'an 650 a marqué un tournant majeur dans le mode de vie traditionnel des Skogurjördinois, l'indépendance et la constitution de l'Empire a tout aussi été décisif, et été le point de départ de changements majeurs dans la politique du pays.
Aussitôt l'indépendance proclamée, les grandes missions de raids et de pillages furent abandonnés. Des accords furent trouvés avec les chefs de clans et rois de la mer celtique qui permirent un partage des zones d'influences des différents pays dans la région. L'Empire va se refermer sur lui même et se développer pendant près de cinq siècle indépendamment du reste de la Dytolie, tout en veillant jalousement sur les eaux entourant les huit îles formant la totalité de l'Empire. Il n'y aura pendant cette période que très peu d'échanges commerciaux avec la Dytolie ou les îles plus au sud dans l'océan Déchinésien, ce qui permettra à la culture skogurjördinoise de se développer indépendamment et prendre l'aspect original que nous connaissons aujourd'hui. Si parfois des vaisseaux furent capturés, l'Empire pris soin à ne pas provoquer les grandes nations de Dytolie en escortant pratiquement systématiquement les navires égarés, leur permettant même de venir s'abriter temporairement dans ses ports lors de violentes tempêtes.

Cette période de développement quasi-autarcique va ainsi durer jusqu'en 1570, date à laquelle l'Impératrice Eva II Callunalson décidera de ré-ouvrir le pays dans le but de le faire progresser.
Le pays profita néanmoins de quelques avancées techniques importées de Dytolie, par l'intermédiaire des marins d'abord, mais aussi en envoyant discrètement des savants arpenter les pays du continent afin d'apprendre de nouveaux savoir-faire. Ainsi par exemple, l'architecture connu à cette période un développement sans pareil. Aux anciennes bâtisses construites de bois et avec des toits faits de terre, d'herbes ou de chaumes succédèrent de véritables masures faites de pierre, ainsi que les techniques de colombage.
D'autres innovations furent importées à la fin de cette période, pour les techniques de navigation avec la boussole, ou encore dans le domaine de la médecine.
Ainsi, malgré un renfermement politique et démographique complet, le pays n'avait en 1570 pas pris trop de retard sur les autres nations au niveau technologique. Cependant, bien que les Skogurjördinois ne connaissent la présence de l'Olgarie à l'ouest de l'Océan Déchinésien, ils ne participèrent pas aux vagues de colonisation que le continent connut au XVIeme siècle, préférant se concentrer sur l'exploration du continent polaire septentrional.


  • L'époque moderne : entre renaissance et période pré-industrielle
A partir de 1570, le pays va se transformer sous l'impulsion de l'Impératrice Eva II. Elle va alors commencer de grands travaux de modernisation, créer des routes pavées entre les différents centres urbains de l'archipel, mettre en place des services de bacs permettant de relier les îles de l'archipel et grâce à la création d'écluses, technologie importée au XVIeme siècle de Dytolie, faire creuser un réseau primitif de canaux sur le Mikilljördin, afin de développer le potentiel du transport fluvial. En parallèle, l'Impératrice va lancer de grands travaux afin de développer et de moderniser les mines d'extraction d'or et de cuivre.
Ces travaux gigantesques ont continué jusqu'à la fin du XIXème siècle, permettant ainsi l'accès à toutes les régions tempérées au réseau fluvial et maritime de l'Empire.
L'Impératrice va aussi faire construire beaucoup de palais et monuments, et faire venir des artistes de toute la Dytolie afin d'enrichir le patrimoine culturel matériel du pays.
La période fut aussi propice à l'exploration du continent polaire septentrional, le Frystjördin, où plusieurs gisements de pétrole furent découverts. Des colonies furent établies dans les régions les plus proches de l'Empire mais les Skogurjördinois ne poussèrent ni vers l'est, ni vers l'ouest, ayant négocié avec les voisins Inuits et Lapons installés sur le continent.
Cette période marque ainsi un véritable renouveau non seulement sur le plan technologie, mais aussi sur le plan culturel et intellectuel. A la veille de la période industrielle, l'Empire en 1810 ne souffre ainsi d'aucun complexe vis à vis des grandes puissances coloniales du monde.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO