SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Sam Juin 24, 2017 11:11 am

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : Sam Nov 12, 2016 11:19 pm 
Hors-ligne
Dirigeant reconnu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Juil 18, 2016 9:10 pm
Message(s) : 128
Image

Fondé en 1889, la Tribune est déclinée dans les deux langues officielles de néo-cajanéennes (français et anglais).
Les journalistes composant la rédaction, âgés et expérimentés, jouissent d'une place très privilégiée et obtiennent les informations et les entrevues les plus vendeuses.
Journal le plus vendeur, il est souvent accusé d'être "très proche du pouvoir", tout en conservant dans ses rangs quelques éditorialistes venimeux.
La tendance globale de ce journal de référence est le conservatisme.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Nov 12, 2016 11:48 pm 
Hors-ligne
Dirigeant reconnu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Juil 18, 2016 9:10 pm
Message(s) : 128
Image
Jorge Hermanos, patron de la mafia néo-cajanéenne, exécuté par un chasseur de primes
L'homme d'affaires néo-cajanéen, né en 1965, avait été condamné à mort par contumace pour les multiples trafics qu'ils organisaient.


La nouvelle a fait l'effet du tonnerre au Ministère de l'Intérieur hier soir. Un tonnerre prolongé : les premières bribes d'informations, vagues et imprécises, faisaient d'abord état de l'exécution d'un contrat de tête dans les îles Nazarées, puis, aux alentours de minuit, du constat clair et précis du décès de Jorge Hermanos. A la capitale Cazemajou, l'angoisse ne cède pas immédiatement. Vingt-deux membres de la Balmora sont exécutés dans la nuit par des chasseurs de prime dans la légalité la plus totale : ceux-ci n'osaient pas agir tant que le grand patron était toujours en vie. Dans la foulée, quarante-huit hommes de main ont été placés en état d'arrestation par les services de police dans l'ensemble du pays. La saga ne se termine pour autant pas, puisque trois heures après l'annonce officielle du décès de Señor Hermanos, son consigliere, Raul Cieron, est assassiné à la prison centrale de Cazemajou. Tous les verrous ont sauté. Jorge Hermanos les liait tous. Dans son délire mégalomaniaque, il avait scellé les liens de la Balmora autour de sa figure. "S'il tombe, tout le reste s'effondre" disait prosaïquement Antonio Cieron, petit-neveu de Cieron, "la plus ignoble pute de Nouvelle-Cajanée", comme l'appelait avec mépris son ancêtre Raul quand il apprit son rôle d'informateur. Le pressentiment d'Antonio Cieron n'a pas été démenti. Un poisson pourrit toujours par la tête.

L'identité du chasseur de prime est inconnue et le restera probablement toujours. En tout cas, l'exécution relève de l'exploit. Jorge Hermanos n'avait pas été aperçu depuis 2026, où il avait fait l'objet d'un signalement aux autorités par une prostituée qui l'avait entraperçu dans le sous-sol d'un restaurant où se tenait une soirée privée, à Las Palmas (îles de Nivée). La rumeur disait qu'il parcourait les îles dans des sacs de tabac. Hier soir, Jorge Hermanos était nonchalamment assis sur la terrasse d'une maison appartenant à un faux propriétaire. Le terrain, entouré par d'immenses haies, était discret mais pas suspect. La police locale n'avait auparavant "rien trouvé à reprocher" selon les termes du commissaire Arnold Majaro, placé en état d'arrestation cinq heures après l'assassinat pour corruption. Quant au contrat de tête, celui-ci avait été produit par le juge anti-mafia Richard Holloway en 2028, suite au délai de deux ans obligatoires laissés à la suite d'un procès par contumace pour pouvoir demander l'exécution par tout citoyen du criminel visé. Jorge Hermanos avait à l'époque été déclaré coupable - notamment - de trafic de stupéfiants, de trafic d'êtres humains, d'abus de confiance, d'escroquerie, de délit d'initié, de corruption et d'association de malfaiteurs, pour un total de 874 années d'emprisonnement. La récompense du contrat de tête ? Dix millions de livres. Non-imposables.

Que fera-t-on du patrimoine de Jorge Hermanos ? La question se pose alors que le vieux gangster était propriétaire de deux mille hectares de champs de tabac et des plus grandes usines de fabrication de cigares néo-cajanéens. "Leur goût est exceptionnel, mais ce qui les rend encore plus savoureux, c'est la triste notoriété qui entoure ces cigares de mafiosi" commentait il y a deux ans Jean-Pierre Castelchou, journaliste, critique, et comme tout un chacun le sait, amateur inconditionnel de cigares. C'est-à-dire que l'affaire est juteuse : en 2029, cent-douze millions de livres néo-cajanéennes ont été engendrées par les champs et les usines de Jorge Hermanos. Et il n'y a pas que les cigares : boîtes de nuit, restaurants, prêteurs sur gage, immobilier, haras, hôtels, bijouteries. Personne ne veut toucher à ce panier de crabes. Devenir propriétaire, et c'est courir le risque d'être confronté à des poches de résistance, à des résidus de corruption ou d'influences. Le président de la République Edgar H. Houlard n'a pas exclu la vente aux enchères internationales, selon des sources proches du palais de Cazemajou.

Dans le petit village de Maduro, 148 habitants, dans les îles Nazarées, personne ne souhaite commenter le décès du grand patron local. La paroisse baptiste a discrètement annoncé aux locaux la tenue d'un office religieux samedi, jour habituellement réservé aux souvenirs et aux hommages dans la tradition nazaréenne.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Juin 12, 2017 8:37 pm 
Hors-ligne
Dirigeant reconnu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Juil 18, 2016 9:10 pm
Message(s) : 128
L'Église réformée de Nouvelle-Cajanée a produit sa nouvelle déclaration de foi !
Après sept ans de débats et six colloques, l'ERNC vient de publier une nouvelle déclaration de foi qui durcit sa doctrine calviniste


"C'était un long et fastidieux travail, et c'est pourquoi c'en est un bon" a déclaré le pasteur Matthieu Bléchy, qui a présidé le synode de Cazemajou ces deux dernières semaines. Après sept ans et trois mois d'intenses débats et six colloques, tenus à Thorins, Méziers, Harrisburg, Fèle, Boulder et South Boulder, l'Église réformée de Nouvelle-Cajanée a produit une nouvelle déclaration de foi qui embrasse largement le renouveau calviniste qui a bouleversé de très nombreuses paroisses à travers le pays. "Dès le début des années 2010, les positions arminiennes tendaient à fleurir grâce au succès de nombreux théologiens et prêcheurs qui trouvaient trop rigides la position bicentenaire de l'Église réformée", commente Édouard Vilmont, professeur de théologie à l'Université de Cazemajou. "L'évolution fut surprenante, puisque grâce à une très forte mobilisation, notamment des pasteurs installés, des commentateurs de tous rangs, et surtout des paroissiens conservateurs, cette bataille des idées qui se focalisait sur la question de la prédestination et du libre-arbitre a finalement tourné en faveur de positions que l'on pourrait qualifier d'hypercalvinistes".

En effet, c'est en 2011 que se crée la "Société évangélique des rédempteurs", dirigée par Matthew Sincène, et qui prêche dans de nombreux villages et petites villes que le salut est assuré à ceux qui, selon la profession de foi de la Société, "confessent, par un discernement donné par Dieu qui les arrache de leur nature pécheresse et impuissante, qu'ils croient que Jésus-Christ est leur Sauveur, et tout ce que cela implique et ce qui en découle". Réunissant de nombreux adeptes - la Société comptera trente-huit mille adhérents en 2017, et cinquante-huit mille en 2019 -, ce renouveau arminien sera néanmoins très vite entravé par les scandales entourant la personnalité et le réseau de Matthew Sincène, jusqu'à un événement qui aura nourri l'actualité nationale pendant plusieurs semaines : la condamnation de ce dernier pour abus de confiance, détournement de fonds et fraude fiscale en 2021, par la cour d'appel de Cazemajou, et son exclusion du corps pastoral de l'Église réformée.

Malgré cette épopée, l'idée arminienne aura suivi son chemin, à tel point que le synode permanent de l'ERNC décide, par une déclaration du 16 avril 2026, de "produire une déclaration de foi tranchant ou synthétisant les questions qui resurgissent relatives au libre-arbitre, au salut, et à la théodicée de notre église". Si le résultat final de ces débats n'est pas surprenant, puisque le courant calviniste a toujours occupé une place plus que majoritaire dans l'ERNC (une étude de l'Université de Boulder estimait que, parmi tous les fidèles de l'ERNC, qui sont au nombre de 11,6 millions en Nouvelle-Cajanée, 89% se rapprochaient des doctrines calvinistes, 8% des doctrines de Jacob Arminius, et 3% des doctrines universalistes), il faudra néanmoins souligner le soin particulier apporté par les participants au synode de répondre à toutes les questions, même secondaires (comme le lapsarianisme), engendrées par cette controverse.

Le pasteur du Grand Temple de Cazemajou a néanmoins précisé dans une interview à la chaîne de télévision NC2 que "la déclaration de foi produite par le synode n'a pas pour vocation de trancher et d'exclure, mais poursuit un objectif de clarification de la doctrine de notre église, afin de lutter contre le vide spirituel et l'affaiblissement de la foi chrétienne qui seraient induits par des questions laissées sans réponse. C'est pourquoi il est précisé, dans la Déclaration annexe à la déclaration de foi de Cazemajou de 2033, que cette déclaration de foi ne saurait être utilisée comme le fondement d'une exclusion d'un pasteur ou d'un paroissien, sauf à ce que celui-ci ait, en agitant à nouveau cette problématique de manière non-nécessaire et provocante, troublé l'ordre et la paix de notre église".

Le synode permanent a enfin rappelé dans un communiqué de presse paru hier que la déclaration de foi n'a pas pour objet de synthétiser l'intégralité de la foi réformée de l'ERNC (cette synthèse étant contenue dans les 36 articles de la Confession de Cazemajou, parue en 1922), mais à "répondre à une question spécifique afin d'affirmer notre foi". Le document de 2 pages doit donc être vu comme un addendum non-contraignant (bien que fortement indicatif) plutôt que la proclamation d'une doctrine rigide et complète.

Extrait de la déclaration de foi de Cazemajou de 2033 :

"(...) Et concernant la question du salut, nous affirmons qu'il est accordé par la seule grâce de Dieu à ses élus qui se voient ainsi donnés la foi en Lui et en Son Fils, Notre Sauveur ; que Dieu a, après avoir permis la Chute de l'homme, passé le décret de ces élections ; que Dieu est seul et unique Souverain du salut des âmes, et que nul homme, entaché par la corruption de sa nature, ne peut faire en conscience le choix de Dieu purement et sincèrement ; que l'homme est également incapable d'agir hors du dessein de Dieu pour le salut de son prochain, et qu'il doit ainsi se penser, dans ses exercices d'évangélisation, comme un humble instrument de Dieu et non comme un acteur autonome et salvateur(...)

Et concernant la question du mal, affirmons notre théodicée : que la logique et la structure du grand plan de Dieu pour le monde et l'humanité n'est pas entièrement donnée pour compréhensible à l'homme, et que la confiance de l'homme dans Dieu réside, dans les épreuves de souffrance et de mal, en sa foi entière et sans condition
."


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Juin 14, 2017 8:38 pm 
Hors-ligne
Dirigeant reconnu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Juil 18, 2016 9:10 pm
Message(s) : 128
Image
Manifestation catholique à Sang-du-Christ : fumigènes, sept arrestations et un blessé grave
Dans le cadre de cette manifestation légale, la petite communauté catholique de Cansen Town réclamait l'autorisation de bâtir un édifice cultuel catholique


Le pavé du centre-ville de Sang-du-Christ fut battu hier après-midi par une trentaine de papistes. "Nous demandons depuis quatre ans au maire de Sang-du-Christ de bien vouloir transmettre notre demande de dérogation au Grand Synode afin qu'il nous soit permis de construire une chapelle, mais celui-ci, après nous avoir ignoré pendant trois ans, nous oppose désormais des refus catégoriques malgré notre bonne volonté" s'écrie Romeo, venu de Deux-Lucagnes il y a dix-huit ans avec sa petite famille pour se lancer dans le commerce florissant en Olgarie du phosphate. C'est ainsi un vieux débat qui fait son retour dans l'actualité. Avec un seul édifice catholique situé à Cazemajou (qui n'a d'ailleurs jamais été consacré, faute de dérogation délivrée par le Grand Synode), les catholiques disposent de bien peu de lieu de prières en Nouvelle-Cajanée. "Cela n'a rien de surprenant, puisque l'Église catholique de Nouvelle-Cajanée, qui dénombre environ dix-huit mille fidèles dans tout le pays, n'est pas une église officielle. Ces derniers doivent donc obtenir la dérogation spéciale du Grand Synode pour pouvoir bâtir un lieu de culte, et une seconde dérogation pour pouvoir y mener des activités religieuses", commente Maître Jean-Baptiste Lambeau, avocat au barreau de Cazemajou spécialisé en droit public.

La dernière demande de dérogation date de 2031 où le maire de Southbel, John Hetch, avait transmis la requête de la petite communauté catholique de sa ville (281 fidèles) de louer un pub désaffecté pour en faire un lieu de prière et de rencontre pour les catholiques. Le Grand Synode avait alors rejeté la demande à la quasi-unanimité. "On nous demandera un lieu de culte, puis deux, puis trois, puis des processions, puis on nous demandera de fêter l'Assomption en centre-ville, et enfin, on demandera que l'Eglise catholique dispose en Nouvelle-Cajanée d'un statut officiel. C'est une pente glissante à laquelle il faut à tout prix échapper. La Nouvelle-Cajanée est un lieu de refuge pour les protestants du monde entier, et l'attitude qu'ont eu historiquement les autorités catholiques avec nos confessions ne nous donnent nullement envie de faire entrer le loup dans la bergerie - et c'est sans compter tous les problèmes de troubles à l'ordre public que cela causerait", commente le révérend Camden (méthodiste), pasteur du Synode. "En plus des déclarations du révérend Camden, il faut préciser les fondamentaux : la foi catholique étant fondamentalement incorrecte et corrompue, elle ne peut disposer d'un statut officiel en Nouvelle-Cajanée, sauf à dénaturer les aspirations religieuses de toute la population" a déclaré le pasteur luthérien William Dave hier soir au micro de Cajahertz.

Trouble à l'ordre public, c'est peu dire. À 15h30, la manifestation catholique de Sang-du-Christ, qui durait déjà depuis une demi-heure, a dégénéré lorsque des individus d'une trentaine année faisant partie des manifestants ont lancé des oeufs, de la farine et des cailloux en direction des forces de l'ordre. Réponse immédiate de celles-ci qui ont tenté d'interpeller les malfaiteurs, jusqu'à ce que les passants excédés décident de s'en prendre eux-mêmes aux manifestants. "C'était une situation difficile, car nous devions en même temps protéger les manifestants et interpeller ceux qui avaient lancé des projectiles sur nous", nous livre le sergent Billard, qui dirigeait les opérations policières sur les lieux. Au final, l'un des manifestants a été transporté à la clinique protestante de Sang-du-Christ (si sa vie n'est pas en danger, l'un de ses yeux est toujours en situation critique), et les deux passants ont été interpellés ainsi que cinq manifestants catholiques. Le procureur de Sang-du-Christ a annoncé qu'il mettrait en accusation les deux agresseurs luthériens pour "violences aggravées motivées religieusement" et les cinq manifestants papistes pour "trouble à l'ordre public et violences légères à l'encontre d'agents de la paix".

Du côté des cinq églises officielles, les réactions sont synchronisées. A l'exception des Quakers, elles ont produit un communiqué de presse commun dans lequel elles "déploraient les troubles commis par les catholiques, alors même que ceux-ci peuvent parfaitement participer aux cultes protestants et à la Sainte-Cène dans certaines églises, et qu'il ne leur est nullement interdit de pratiquer leur confession dans leur intimité, voire à la chapelle de Notre-Dame-de-Cazemajou, bien qu'elle ne soit pas consacrée. (...) De même, nous déplorons les violences commises par deux personnes qui n'ont vraisemblablement pas respecté l'Evangile, de sorte qu'elles seront convoquées par leurs paroisses respectives pour y être entendues et le cas échéant réprimandées".

BRÈVES • Des documents de l'Eglise réformée laissés par inadvertance en libre-accès sur les moteurs de recherche laissent entendre que des jeunes de la Société internationale des missionnaires chrétiens ont été envoyés en mission d'évangélisation aux Deux-Lucagnes, au Kaiyuan et en Magyarie. Dans ces deux premiers pays, le prosélytisme est formellement interdit. Le synode permanent de l'Eglise réformée a refusé tout commentaire, invoquant une déclaration dans les prochains jours. • Le tourisme en Nouvelle-Cajanée est en stagnation (+0,2%) pour le premier trimestre de 2033, mais les commerçants, restaurateurs et hôteliers misent sur une légère hausse cet été, notamment grâce à des améliorations d'infrastructure réalisées dans les îles néocajanéennes. • Le maire de Méziers Arthur Tante a annoncé sa démission après la découverte de documents par le journal local Le Mézierois qui montrent que la municipalité aurait passé des contrats privilégiés et plus que dispendieux pendant trois ans avec une entreprise locale détenue par le beau-frère du maire. Le parquet s'est saisi des faits.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Juin 15, 2017 9:20 pm 
Hors-ligne
Dirigeant reconnu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Juil 18, 2016 9:10 pm
Message(s) : 128
Image
Les grandes lignes économiques du Président Houlard dévoilées ce matin
La République compte réaliser de nombreux grands travaux, œuvrer au développement économique de l'outre-mer et améliorer les infrastructures de transport.


L'administration a donc pris son temps concernant la publication du document allouant les crédits libres du Ministère des Finances (qui s'élèvent à 2 milliards de dollars cette année) et des lignes directrives du Fonds souverain de Nouvelle-Cajanée (capacité d'investissement de 450 millions de dollars en 2033). Si, pour les années précédentes, la priorité avait été donnée, dans le cadre de la "politique des trois axes de spécialisation", à l'industrie du phosphate, à l'industrie de la pêche, et à l'agriculture, le président Houlard semble vouloir diversifier l'économie néocajanéenne en y intégrant davantage d'activité secondaire et tertiaire. Le document de quatre-vingt-onze pages, qui doit encore être ratifié par le Sénat et le Grand Synode, obéit toujours à la logique "en trois" des investissements publics, permettant une meilleure spécialisation. Ainsi, trois domaines sont mis en avant (l'industrie d'outre-mer, les transports en Nouvelle-Cajanée continentale, et l'amélioration de la connectivité Internet dans l'ensemble du pays). Les axes secondaires, quant à eux, concernent l'industrie chimique (traitement du phosphate), le BTP (commandes publiques passées aux entreprises du secteur) et la sacro-sainte pêche, toujours dans les tableaux.

Concernant l'industrie d'outre-mer, le président Houlard prévoit l'agrandissement du chantier naval de Port-Neuf, qui passerait de 1,200 salariés en 2033 à 2,700 salariés en 2036, la construction de trois conserveries dans des îles à définir, le développement du tourisme, la construction d'un port de taille moyenne à Camsen Town et la modernisation du port de Sanson. Le plan d'investissement pour 2033 prévoit 900,000,000$ de dépenses pour l'outre-mer, du jamais vu pour une partie du pays qui, si elle constitue la majorité du territoire néocajanéen, ne compte que pour 2,1% de la population totale. Mais pour le ministre des Finances Charles Thucques, "voilà une très mauvaise manière de raisonner et qui, poussée dans ses retranchements, laisserait à l'abandon les populations d'outre-mer. Nos îles ont un rôle stratégique majeur. Elles sont notre premier lien de contact géographique avec la majorité du reste du monde, elles sont le marche-pied vers le continent. Et toute richesse produite en outre-mer ruissellera dans les continents, puisque les intérêts économiques sont tous liés et interdépendants, notamment concernant la pêche, les productions halieutiques de l'outre-mer étant en majorité consommées sur le continent".

Concernant les transports en Nouvelle-Cajanée continentale, de nombreuses routes nationales seront transformées en trois voire quatre voies. De nombreuses routes en piteux état, notamment à l'intérieur du pays, seront entièrement rafraîchies. La ligne de train Melville-Concorde-La-Belle sera modernisée afin d'accueillir du fret plus important en tonnage, la ligne Boulder-Harrisburg-Southbel sera entièrement rénovée suite aux nombreux démêlés médiatiques qui ont frappé cette ligne multi-usages qui a subi 78 arrêts complets d'une durée de deux heures au moins en trois ans. L'aéroport international de Cazemajou sera modernisé, et un aéroport régional sera construit à Melville ou Concorde-La-Belle afin d'améliorer les liaisons aériennes de l'arrière-pays. Une nouvelle ligne de métro sera enfin construite à Cazemajou et deux lignes de tram seront ouvertes à Boulder dans un futur proche.

Concernant la connectivité internet, celle-ci laisse encore à désirer. En effet, si 97% du territoire est couvert par le réseau Edge, seuls 78% du territoire disposent d'un réseau 3G, 49% d'un réseau 3G+, 31% d'un réseau 4G et seulement 8% d'un réseau 5G. "Concernant la connectivité internet sans fil, devenue aujourd'hui indispensable dans les échanges économiques, il s'agira d'achever complètement la couverture Edge et 3G, et de cesser les investissements en matière de 3G+ et de 4G pour se focaliser uniquement sur la couverture en 5G". Enfin, la fibre optique devrait relier les dernières villes encore non-connectées (Concorde-La-Belle, Fèle, Melville, Théopolis, Christ Town et Méziers). "Le réseau ADSL en outre-mer sera amélioré en intensité, mais la fibre-optique serait encore trop coûteuse", a commenté Charles Thucques.

Le plan d'investissement qui totalise donc 2,450,000,000$ de dépenses cette année est particulièrement important et novateur. L'administration devra générer assez d'enthousiasme pour faire oublier la faible consommation des ménages (toujours trop basse par rapport aux autres pays de développement similaire), la faiblesse du tourisme en Nouvelle-Cajanée continentale, et le déficit public de 2,1% qui atteint les finances de la République. Des investisseurs privés ont accepté de se joindre au plan d'investissement mais le ministère des Finances a déclaré qu'ils disposaient d'une clause de confidentialité jusqu'à ce qu'ils se engagent réellement les fonds.

BRÈVES • Ouverture diplomatique avec une demande de rencontre bilatérale envoyée par le ministère des affaires étrangères aux Îles-Unies et au Deseret. • Incendie criminel dans un pub de Concorde-La-Belle : neuf touristes sont décédés (5 wildhorniens, 4 montalviens) ainsi que deux locaux (dont le propriétaire et gérant du bar). La police a perquisitionné deux appartements dans le cadre de l'enquête, dont un appartenant au beau-frère de l'adjoint à la sécurité du maire de Concorde-La-Belle. • Les rats sévissent à South Boulder : depuis une semaine, les nuisibles sortent en plein jour dans les rues, effrayant les passants et les commerçants. Les problèmes sanitaires de South Boulder semblent loin d'être résolus, alors que l'incinérateur de déchets et l'usine de recyclage, construits en 1992, peinent à maintenir le rythme et ont besoin d'être modernisés. Le maire a lancé un appel à l'État pour trouver un plan d'urgence. Deux personnes ont été hospitalisées après avoir été mordues par des rats, dont l'une, personne très âgée, est dans un état grave suite à une infection.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Juin 16, 2017 2:01 pm 
Hors-ligne
Dirigeant reconnu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Juil 18, 2016 9:10 pm
Message(s) : 128
Image
Des documents exclusifs obtenus par nos journalistes révèlent un crime d'État
L'incendie du Passoire, pub de Concorde-La-Belle, ayant eu lieu il y a deux jours, aurait été instigué par la Mairie


Des communications par SMS et par courriel ayant été obtenues par notre rédaction révèlent que l'incendie du Passoire, dont nous faisions mention dans un en-cart de notre édition du 15 mai 2017, fut ordonné par l'adjoint au maire à la sécurité de Concorde-La-Belle Hippolyte Ségure. Neuf touristes (5 wildhorniens, 4 montalviens) périrent dans l'incendie, ainsi que deux locaux, un cordonnier ayant sa boutique non-loin du Passoire, et le propriétaire et gérant du pub. L'incendie, qui a débuté aux alentours de 3 heures du matin, fut éteint une quarante-trois minutes plus tard par les pompiers de Concorde-La-Belle, qui ne seraient arrivés sur les lieux que vingt minutes après les premières alertes. Là aussi, le temps d'arrivage des secours sur les lieux aurait été délibérément ralenti par l'adjoint au maire à la sécurité et ses proches, alors que les services de police empêchèrent sur place à toute personne de prêter volontairement secours au prétexte de leur propre intégrité physique, indiquant qu'il n'y avait de toute façon "personne dans le bâtiment". D'après certaines de nos sources, un Briton aurait aussi été gravement blessé et serait actuellement traité suite à des brûlures sur 78% du corps à l'hôpital de Concorde-La-Belle.

Le pub refusait d'obéir à l'ordonnance municipale du 12 janvier 2033 prescrivant la fermeture des débits de boisson le samedi soir dès 00h, mesure qui avait été demandée par la conférence locale des églises de Concorde-La-Belle afin de redynamiser les cultes du dimanche matin, délaissés par les jeunes des grandes villes pour les cultes du dimanche soir. Le propriétaire et gérant du bar avait alors fait pression sur plusieurs hauts-fonctionnaires de la municipalité en menaçant de révéler des photographies prises de membres du conseil municipal lors de soirées dans le centre-ville de Concorde-La-Belle, dont certaines montrent des personnalités locales en compagnie d'autres femmes que leurs épouses, voire en compagnie de membres du même sexe dans certains cas plus rares.

"C'est un pur scandale d'État", s'égosille le pasteur réformé du Synode Albert Montel. "Nous sommes dans une situation où les institutions politiques civiles échouent complètement à maintenir des lignes de conduite droites et intègres. Le fait qu'elles soient élues au suffrage censitaire en est l'une des causes : cela génère un sentiment d'entre-soi dans les magistratures civiles. Regardez la récente démission du maire de Méziers suite à la révélation de multiples infractions en col blanc. Ce sont des choses qui n'arrivent quasiment jamais dans les institutions politiques tirant leur légitimité non pas dans le suffrage censitaire direct mais dans la représentativité paroissiale. Je peux moi-même en témoigner, étant pasteur du Synode depuis maintenant deux ans : nous rendons systématiquement des comptes sur ce que nous faisons à nos conseils presbytéraux et donc aux membres de nos paroisses. Nos mandats sont presque impératifs à cet égard ! Et ce n'est pas le cas des mandats représentatifs des sénateurs ou des conseillers municipaux".

Pour Jonathan Clarke, historien et auteur de L'arrière pays néocajanéen (2032, Éditions du Boulet), "la faible moralité des élites politiques civiles peut en partie s'expliquer par un détachement complet des électeurs, en raison notamment du suffrage censitaire et de l'absence d'obligation de rendre compte à ceux-ci. Mais il ne faut pas oublier, aussi, que la plupart des "affaires" politiques arrivent dans les villes reculées de Nouvelle-Cajanée, assez délaissées sur le plan économique et politique, où la politique est davantage une querelle de notables que des débats de fond comme on peut en voir dans les villes côtières".

Le parquet de Concorde-La-Belle a annoncé qu'il ferait une déclaration dans les prochains jours. Au niveau national, le Président Houlard a affirmé que "ces événements, s'ils étaient avérés, devaient engager un processus de réflexion sur la moralité publique et sur la représentativité politique, surtout dans l'arrière-pays", formant une réponse synthétique aux objections soulevées par les corps pastoraux et par les intellectuels et universitaires comme Jonathan Clarke. Quant au ministère des affaires étrangères, Howard Bird a assuré dans une communication récente que "les incendies, dont nous ne connaissons pas encore les causes profondes - et nous attendons l'enquête et la justice pour nous aider à tirer des conclusions certaines sur les faits -, ne visaient en tout cas certainement pas, d'après les éléments que nous avons en notre possession, les touristes en raison de leur nationalité ou de leur religion, mais visaient le pub en lui-même ou son propriétaire".


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Juin 20, 2017 3:02 pm 
Hors-ligne
Dirigeant reconnu
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Juil 18, 2016 9:10 pm
Message(s) : 128
Image
La popularité du Sénat en chute libre, celle des paroisses et du Synode en forte hausse
Suite aux scandales qui agitent les autorités civiles, les institutions paroissiales jouissent d'une réputation sans pareille


Il y a eu la démission du maire de Méziers Arthur Tante après la révélation par le journal local Le Méziérois de contrats plus qu'obscurs passés entre la municipalité et des amis de la famille Tante, engrangeant une perte de près de 29,000,000$ sur cinq ans pour la municipalité. Puis il y a eu l'incendie du Passoire, pub de Concorde-La-Belle, qui aurait été commandité par la municipalité de Concorde-La-Belle (voir notre article "Des documents exclusifs obtenus par nos journalistes révèlent un crime d'État". Mais les affaires s'enchaînent, et cette fois l'attention ne se focalise plus sur les localités puisque c'est au Sénat même que de nombreux journaux et associations de citoyens se sont intéressés. Sur les quatre-vingt-dix-neuf sénateurs, au moins six détiendraient des actions dans des entreprises privées qu'ils n'auraient pas déclarées, sans que cela ne les empêche de voter sur des projets de loi financiers qui auraient du les pousser en raison de leur contenu à l'abstention de vote.

Au même moment, le Grand Synode jouit d'une popularité sans pareille. Les cinquante-et-un pasteurs du Synode, deuxième branche du pouvoir législatif, sont, à l'inverse des membres du Sénat, élus au suffrage universel (bien qu'indirect), puisqu'ils tirent leur légitimité électorale des conseils presbytéraux des paroisses qui délèguent leur pouvoir de représentation au Grand Synode. Ainsi, les pasteurs du Synode, qui sont très implantés dans la vie locale (ils ont en effet l'obligation de continuer à mener des activités paroissiales habituelles pendant la durée de leur mandat), sont très largement scrutés, autant moralement que politiquement par les conseils presbytéraux, et donc, indirectement, par tous les paroissiens. "Nous avons une situation où moins de 40% de la population élit au suffrage censitaire des notables laïcs au Sénat en leur donnant un mandat complètement représentatif - et, au même moment, absolument tous les citoyens affiliés à une paroisse, ce qui constitue à peu près 94% des adultes en Nouvelle-Cajanée, élisent des conseils presbytéraux qui élisent ensuite les pasteurs du Synode, avec la possibilité de révoquer le mandat d'un pasteur du Synode pour tout motif", commente Daniel Herbert, professeur de sciences politiques à l'Université de Cazemajou. "C'est un vrai conflit de légitimité duquel seul échappe le Président de la République, qui est élu à la fois par le Sénat et par le Grand Synode".

Hier, cent-douze pasteurs se sont réunis sur la Grand Place de Cazemajou pour une prière "pour le salut de la nation". Une contestation qui se cache, puisque la réelle intention derrière ces manifestations est de donner "plus de pouvoir à l'institution la plus légitime, qui est la paroisse, et, par extension, le Grand Synode". Une revendication présente depuis très longtemps chez les Quakers et les Baptistes, mais qui avait encore du mal à faire son entrée jusqu'à aujourd'hui au sein des milieux réformé et luthérien, historiquement plus traditionnels. Le sujet n'est en effet pas nouveau, puisqu'il avait agité le pays tout entier lors de la crise constitutionnelle de 2002 durant laquelle le Grand Synode avait refusé pendant onze mois de nommer un nouveau Président de la République, estimant "qu'aucun des nominés présentés par le Sénat ne remplissait les conditions de moralité et de foi nécessaires à la conduite de la République de Nouvelle-Cajanée".

C'est donc l'ouverture d'une nouvelle page de l'histoire politique de Nouvelle-Cajanée à laquelle nous assistons en ce moment, avec deux grands antagonismes : celui de la démocratie représentative (incarnée par le Sénat) et de la démocratie populaire (incarnée par le Grand Synode), et celui de l'élite civile et urbaine (incarnée par le Sénat) et de l'universalisme chrétien (incarné par le Grand Synode). Le Président de la République Houlard, qui avait promis de faire une allocution au sujet des scandales, n'a toujours convoqué aucun journaliste au palais présidentiel. Selon certaines sources, le cabinet présidentiel aimerait connaître la position de l'opinion publique avant de se positionner sur ce débat, préférant s'atteler à des problématiques plus habituelles, comme les futures rencontres avec le Deseret et les Îles-Unies ou la communication du programme d'allocation des crédits économiques, dont une partie est déjà parue cette nuit sur le site du ministère des finances.

BRÈVES • Pas d'intervention néocajanéenne au Caskar. Après la réunion hebdomadaire du cabinet présidentiel hier matin, le Ministre des Affaires Étrangères Bird a dit que la République n'encouragerait pas les volontaires cherchant à venir en aide au camp unioniste - cependant, en raison de l'intervention du gouvernement luciférien dans le conflit afin d'aider le camp traditionaliste, le Ministère "empêcherait fermement tout néocajanéen ou résident de Nouvelle-Cajanée à rejoindre le sud du Caskar". • Festival de la saucisse à Concorde-La-Belle, demain dès 8H00 pendant deux jours. • Arrestation au Kaiyuan de missionnaires chrétiens néocajanéens qui évangélisaient dans les rues de la capitale. Ceux-ci ont été condamnés à quelques jours d'emprisonnement et reviendront certainement sur le territoire néocajanéen, indemnisés par l'Eglise réformée.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO