SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Ven Nov 17, 2017 10:52 pm

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Articles de presse et médias
Message Publié : Mar Août 23, 2016 5:13 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

8 décembre 2030
Le bout du tunnel ?


2031 pourrait être l'année de la reprise après la crise des dernières années.
En effet, bien que l'activité ait encore diminué dans nos îles cette année, plombée par la chute continue du commerce maritime, il semble que 2031 puisse voir la fin de cette descente aux enfers. Si les analystes restent mesurés, la relative stabilité que le monde retrouve progressivement devrait permettre une reprise de l'activité économique à l'échelle international.

Cette crise qui n'aura épargné personne, nul régime, nul modèle économique, aura changer le monde de manière définitive, mais ne devrait pas compromettre le projet abrigeois. Basé sur l'autonomie alimentaire et énergétique et sur le réinvestissement de la rente pétrolière dans des infrastructures de commerce international, ce dernier devrait rapidement retrouver son plein potentiel, à moins que cette crise ne soit l'occasion de réinventer le modèle économique de nos territoires autonomes. Il fut en effet conçu à la fin du XXème siècle, et plus de 30 ans après, la question de sa pertinence est légitime, d'autant que celui-ci n'aura pas permis de protéger les Abrigeois et Abrigeoises de cette crise, et qui bien au contraire les y avait bien plus exposé que d'autres.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 21, 2016 6:46 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Info-sport

Image

31 Août 2031
Les équipes abrigeoises toutes voiles dehors au championnat du monde à Valborg (Thorval)


Engagés dans toutes les catégories, les marins abrigeois emmenés par le champion Murillo ont fait honneur à leur réputation puisqu’ils ramènent 6 médailles et ont fait résonner l’hymne abrigeois par deux fois sur les côtés du Thorval. La satisfaction principale de César Pinto, Directeur technique national, s’est avant tout porté sur les résultats féminins puisque la doublette Posada – Velez gagne l’épreuve de skiff femmes en double, récompensant le travail effectué depuis 2 ans sur la filière professionnelle féminine de ce sport national. Du côté des hommes, le véliplanchiste fortalezzain Murillo réalise une performance et s’adjuge logiquement la première place.

Les résultats abrigeois :
1er Celedonio Murillo (Planche Hommes)
3ème Orígenes Pérez (Dériveur lourd en solitaire, hommes)
3èmes Juanelan Salazar et Lutgarda Saldana (Catamaran en double, mixte)
3ème Calíope Venegas (planche femme)
2èmes Rosina Cerda et Saidi Olmos (Dériveur en double, femmes)
1ères Valeska Posada et Cleofás Velez (Skiff en double, femmes)


Tous les résultats


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 28, 2016 12:22 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
REPORTAGE

Image

ENERGS, l’histoire d’une renaissance


Alors que la société semi-publique ENERGS vient d’annoncer la reprise de l’exploitation gazière au large de l’archipel, retour sur l’histoire de cette société et de sa renaissance sous sa forme actuelle.

L’exploitation des hydrocarbures aux Abrigs remonte au début du XXème siècle, avec le forage du premier puit sur l’île Extramatorre en 1919 par la société d’exploitations des sables abrigeois (SESA). La production restera relativement confidentielle et réservée au marché national. En effet, les gérants de la SESA sous-estiment la capacité du gisement car celui-ci s’étend vers le large, le puit ne pompant que la bordure la poche. C’est en 1976 que GazOil, entreprise internationale s’intéressant à la prospection et l’exploitation dans le domaine des hydrocarbures, convainc les autorités abrigeoises de l’existence de poches de pétrole sous les eaux territoriales et de lui en confier l’exploitation. La concession est accordée pour une durée de 50 ans, avec pour conditions l’obligation de passer par la place de marché abrigeoise pour revendre le pétrole, l’emploi et la formation d’une main d’œuvre locale, une rente annuelle ainsi que la construction de puits sur terre et de deux plateformes marines. Alors que GazOil est intégrée dans un système complexe de holdings internationales participant au système hégémonique, en 1995 la filiale installe son centre des opérations régional à Porto Nuevo suite à la découverte de gisement de gaz au sud de l’archipel dans les eaux internationales. L’accord sur l’exploitation du pétrole dans les eaux territoriales ne s’appliquant pas dans ce cas, les autorités conviennent de ne pas taxer du tout les revenus issus de l’exploitation gazière avec en contrepartie, l’obligation toujours de passer par le marché de Porto Nuevo pour vendre ce gaz et d’employer et former une main d’œuvre locale.

L’affaire des comptes falsifiés

En 2009, un changement dans les normes comptables nationales révèle des incohérences qui convainquent la justice d’enquêter sur les chiffres transmis aux autorités fiscales quant à l’exploitation du pétrole. Les conclusions de l’enquête démontrent une entente entre le secrétaire chargé de l’exploitation des hydrocarbures à l’agence national de développement économique et la direction locale de GazOil. En 2011, GazOil et les personnes de l’administration impliquées dans l’affaire sont condamnées de manière ferme, la concession est révoquée. Des discussions démarrent alors entre la holding et le pouvoir abrigeois qui menace de tout simplement nationaliser tous les avoirs physiques et immatériels de la filiale locale de GazOil. Un accord est trouvé en 2013, ENERGS une joint-venture semi-publique entre GazOil et l’Etat exploitera les ressources pétrolifères. A travers cette dernière GazOil est forcée de démarrer un programme de transfert de technologie, et d’investir le montant de l’amende dans la modernisation des infrastructures. De l’autre côté, GazOil seule exploitera le gaz, mais subit une réduction de son abattement fiscal.

Chute et renaissance de l’exploitation gazière

La crise grossissant chaque semaine, GazOil et le système dont la filiale fait partie n’y échappent guère. Les troubles un peu partout sur le globe sont à double peine pour ce complexe industriel, affaiblissant les échanges commerciaux internationaux d’une part et donc la demande en hydrocarbures, et de l’autre concentrant toutes les énergies sur les éléments clés. Malheureusement pour GazOil, elle fit partie des sacrifiés de ce moment de l’Histoire récente. N’ayant ni la trésorerie pour maintenir ses plateformes, ni les clients pour en acheter la production, l’entreprise arrête d’abord ses projets d’expansion puis ferme petit à petit ses plateformes, pour finalement se cantonner à un bureau de négoce à Porto Nuevo en 2021. Mais depuis 10 jours maintenant nous avons appris que l’entreprise renait de ses cendres, cette fois-ci dans l’escarcelle d’ENERGS, champion national de l’exploitation des hydrocarbures aux Abrigs. Fruit d’un accord entre les anciens propriétaires de la filiale du système hégémonique et les nouveaux responsable de l’entreprise semi-publique, le plan « Phoenix des mers » prévoit la réouverture de deux plateformes gazières (GS03 et GS02) sur l’année 2032 pour fournir la place de marché internationale de Porto Nuevo de cette énergie dont la demande remonte, signe d’une reprise progressive de l’activité commerciale et industrielle mondiale. Le plan prévoit aussi, naturellement dans l’archipel, un rabattement fiscal permettant à ENERGS d’être compétitifs mais aussi de générer des économies en vue d’investir dans les énergies renouvelables, rappelant ainsi que le S de ENERGS indique un pluralisme de l’énergie résolument tourné vers l’avenir.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Déc 09, 2016 4:02 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

28 octobre 2031
Un paradis fiscal ?


Souvent désigné comme un paradis fiscal, l’archipel vient de dévoiler son plan fiscal pour l’année à venir. Si aucune surprise n’est à signaler, c’est l’occasion de se pencher sur ce système qui se distingue par sa libéralité.

Particulièrement libéral sur le plan fiscal, l’administration abrigeoise a fait le choix il y a des dizaines d’années de ne pas appliquer de fiscalité au travail, dans le but la favoriser la compétitivité des activités internationales et de stimuler la consommation des Abrigeois. Cela a aussi pour avantage une simplification administrative majeure.
Ces avantages fiscaux majeurs sont en revanche contrebalancés par des contraintes comme la limitation des salaires à 30 fois le plus petit salaire temps plein de l’entreprise. D’autres obligations comme la couverture santé existent pour les grandes et moyennes entreprises.

Enfin, les services portuaires et les services financiers sous soumis à des règles différentes, comme par exemple l’absence de taxes sur les opérations dans le port international.

Evaluée à 15% (soit 3 913 €$ / habitant), la part du PIB prélevée par l’Etat est récupérée au travers de la TVA, de l’impôt sur les bénéfices nets (pour les professions libérales, et les entrepreneurs/artisans, des accords de branches fixent un taux d’imposition sur le chiffre d’affaire), de la taxe d’habitation (indexée sur le nombre et l’âge des personnes du foyer et du nombre de m²) et bien entendu par la rente pétrolière.

Pour finir, des réflexions sur une taxation des activités et biens polluants sont en cours de réflexion pour financer la politique environnementale de l’Etat. Enfin, un visa touristique payant serait une piste de financement des investissements dans le tourisme prévus dans les 3 prochaines années.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 13, 2017 1:38 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

10 février 2032
Les entreprises ont le moral au beau fixe


La note maximale de l’indice de confiance des entreprises de la FIDES a été attribuée à l’archipel. Un communiqué du Cabinet gouvernemental se satisfait de cette annonce « en ligne avec l’ambition affichée du chef de l’Etat ». Cette même ambition, exposée lors de l’interview de nouvelle année, qui avait fait beaucoup parlé au sein des élites abrigeoises par son côté presque démagogique, mais aussi par la lucidité de la vision des Abrigs sur la scène internationale. Le maître mot étant la stabilité, ce que veulent entreprises, partenaires internationaux et la population évidemment.

Extraits choisis de l'interview de Riccardo Baxa, Président de l'archipel
Citer :
Image
[....]
Beaucoup de nations ont profité du renouveau économique et diplomatique pour nouer, et renouer, des relations avec d’autres puissances politiques et économiques. Vous souhaitez que les Abrigs deviennent à nouveau le point de passage qu’elles étaient, mais nulle rencontre majeure n’a été effectuée, n’est pas contradictoire ?
Vous savez, pour que des relations entre deux Etats soient une réussite, il faut que les deux nations aient à y gagner, le plus également possible. Sinon, le déséquilibre engendré se répercute forcément par un ascendant d’une nation sur l’autre. Aujourd’hui, les Abrigs se remettent à peine de la crise, et nous devons faire face à de nouveaux défis pour assurer nos bases, nous assurer que les relations que nous pourrons nouer profiteront à la population. Le moment venu nous accélérerons, avec une véritable offre pour nos partenaires potentiels.

Ne pensez-vous pas que le retard pris sera préjudiciable pour l’image de l’archipel aux yeux du monde entier, et que chaque jour passé sans intervenir sur la scène international diminue la capacité d’influence du pays ?
Si, très certainement. Mais au risque de vous choquer, influencer le monde entier n’est absolument pas mon ambition, ni celle du Cabinet. Ce n’est pas pour cela que nous avons été élus. Notre engagement est de relever l’économie du pays. De ramasser les morceaux épars de l’hégémonie laissés aux Abrigs, de les réagencer, et d’assurer l’avenir du modèle sociétal abrigeois. Influencer le monde, sa destinée, par la diplomatie, la politique ou même le commerce, n’est pas notre objectif, ni un moyen que nous emploierons.

Y compris sur la question des énergies ?
Oui, tout à fait. Nous bénéficions de ressources naturelles et disposons des actifs pour les exploiter. Et puis il y a ce qu’on décide d’en faire. Certains chercheraient à en jouer pour justement influencer le monde, pour obtenir une position dominante sur le système commercial. Pas nous.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?
C’est assez simple et pratico-pratique. Nous sommes les Abrigs, un archipel de plus d’un million d’âmes. Nous sommes un petit. Nous sommes solides, dense, authentique et fort, mais nous sommes tout petit. Et il est une grande force que de savoir qui l’on est, quelles sont nos forces, et quelles sont nos failles. Notre force est d’être une interface, d’être un partenaire fiable, de faire se rencontrer d’autres forces qui se profiteront mutuellement et qui nous profiterons. La grandeur ne se trouvera pas en toisant le monde entier et les Abrigs trouveront leur place dans le système mondial sans avoir à en être un centre, mais plutôt un élément clé dans un ensemble complexe. Les hydrocarbures et le commerce international sont des atouts dont nous disposons pour créer ces conditions favorables et profitables. C’est un peu notre matière première. Et notre objectif principal est la construction et le maintien du bien être des Abrigeois, tout en garantissant leur liberté, leur souveraineté, leur autonomie et leur sécurité.
C’est d’ailleurs pour cela que le pays doit se réformer et se réforme actuellement. Nous tirons les enseignements de la crise, et du système passé. Nous avons pris conscience de nos dépendances à certains éléments exogènes, nous sommes en train de changer cela, rétablir un équilibre qui assure la stabilité de l’archipel.

Quelles sont justement ces réformes ?
Plus que des réformes, il s’agit de se tourner vers de nouveaux horizons. La science doit nous y aider. L’étude des milieux aquatiques dont nous sommes extrêmement proches, mais aussi de l’espace pourquoi pas… Nous devons profiter de nos ressources maintenant pour bâtir les fondations sur laquelle la société abrigeoise de demain et après-demain pourra s’élever. De même, la culture et les loisirs sont des secteurs fort peu développés dans l’archipel, et représentent certainement des opportunités de développement économiques à l’interne et aussi à direction de l’international.
[....]

Une ambition économique et politique qu’Olga Cristobaldo, fondatrice du mouvement écologique Tortugaccion, très influent aux Abrigs, espère en ligne avec les engagements et les enseignements passés sur la question de la protection de l’environnement face aux revendications économiques.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Jan 28, 2017 11:54 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

24 mars 2032
La libre circulation d’ici 2040 ?



Une rumeur issue des milieux d’affaires de Porto Nuevo indique la volonté du gouvernement de mettre progressivement fin aux limites de circulations qui existent dans l’archipel. Si les Abrigs sont reconnues pour leur libéralisme fiscal et administratif, il faut rappeler que le territoire ne pratique pas la libre circulation en son sein.
Dans les années 1960, alors que le commerce international décolle, et que la modernité arrive dans les principales villes abrigeoises, le gouvernement décide de séparer les territoires abrigeois et d’en limiter de manière sélective le déplacement des personnes de l’une à l’autre (hors séjours courts). Le système Dita, du nom du ministre en charge des affaires internes de l’époque, fait beaucoup parlé de lui dans la population, mais ce système est le seul qui en plus d’avoir largement survécu aux différents changements administratifs et politiques, a de plus été enrichis pour des raisons environnementales, économiques et culturelles.

Actuellement, la situation est telle que, une entreprise internationale ne peut s’implanter librement que sur Ponte D’Ouro. Le précédent gouvernement avait validé ce système en indiquant que cette politique se justifiait par la non-saturation de ces espaces, et surtout par la capacité donnée de ce fait à l’Etat de concentrer les moyens sur ces pôles économiques majeurs, et permettait un accueil optimal des investissements étrangers.

En complément à cela, une entreprise étrangère peut toujours s’implanter sur le reste du territoire abrigeois, mais dans le cadre d’un accord spécifique.


Les résultats de cette politique sont largement positifs pour les responsables politiques et économiques de Viladomar. Néanmoins, celle-ci semble se heurter à la volonté des autres îles de l’archipel, Fortalezza en tête, de continuer à se développer. L’investissement des entreprises étrangères pourraient dans ce cadre être un vrai boost, sans compter que cela serait en ligne avec la volonté du gouvernement de développer le tourisme. Autant d’arguments qui donnent du corps à cette rumeur.
Le cabinet gouvernemental a quant à lui qualifié ces propos de « rumeur compréhensible » mais a démenti le fait qu’un projet dans ce sens soit actuellement en cours.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Juin 30, 2017 1:02 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

29 juin 2033
Une chute inévitable [extraits choisis]


Citer :
[…] Aux Abrigs, un grand nombre de services sociaux sont dévolus à l’entreprise. Les services publics sont là pour traiter le reliquat de nationalité abrigeoise dans une économie qui fut dynamique et qui a toujours pris l’immigration comme une vairable d’ajustement. Peu nombreux, les Abrigeois de nationalité, ont toujours cherché à attirer des classes moyennes pour combler ce déficit et répondre à la croissance. […]

[…] Fort peu nombreuses sont les personnes de nationalité abrigeoise qui quittent le pays. Protégées par les services publics, et pas forcément en possession d’un passeport, ces derniers restent, alors que les étrangers, notamment tous ceux qui ont étés « aspirés » par la croissance en 2031 repartent, sans rien pour les retenir. Malgré quelques manifestations, aucun débordement n’est à déplorer, chacun se recroquevillant sur ses derniers avantages, n’hésitant pas à sacrifier leurs ex-collègues. On estime le nombre de migrants déjà partis à 100 000 personnes, et entre 30 et 60 000 autres à venir. […]

[…]L’Etat abrigeois tel qu’il est administré aujourd’hui a tout intérêt à laisser partir ces gens, voir à favoriser leur départ. Si rien n’est officiel, on peut remarquer que seules les compagnies aériennes et maritimes nationales continuent de fonctionner, alimentant le flux migratoire. Le drame viendra lorsque les Abrigeois de nationalité seront beaucoup plus touchés et les services publics débordés. Pour le moment, les institutions sont silencieuse, manoeuvrant en arrière-plan.[…]

[…] Cette situation va certainement permettre un rééquilibrage entre les deux principales îles de l’archipel, rivales, Ponte D’Ouro, seule touchée par ce phénomène, et la traditionnelle Fortalezza. On y dit sur cette dernière que cela va rendre le pays aux Abrigeois, eux qui sont farouchement opposés au pouvoir politique accordé par l’Etat aux étrangers travaillant aux Abrigs. […]


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Juil 03, 2017 7:15 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

03 juillet 2033
Une société divisée et de division




Image


Rappel de la situation géo-sociologique des Abrigs.
L’archipel est composé de 5 îles, dont seules deux sont véritablement habitées, Fortalezza, capitale historique, et Ponte d’Ouro, nouvelle capitale et qui accueille les infrastructures de commerces internationales (port/aéroport) et les sièges des entreprises.

Les étrangers aux Abrigs
La circulation aux Abrigs n’est pas libre. En effet, seuls les Abrigeois peuvent se déplacer d’île en en île. Les « étrangers », eux, ne peuvent rester que sur Ponte d’Ouro ; cela permet à l’Etat abrigeois de concentrer les moyens économiques et d’infrastructure sur un territoire réduit, faisant donc de Ponte d’Ouro, une île aux villes modernes et très accueillante pour l’élite et la classe moyenne étrangère, majeure partie des salariés des entreprises installées sur place. Si cela est discriminant sur le papier, dans la réalité, les résidents étrangers ne se plaignent pas car ils jouissent aux Abrigs de nombreux droits politiques, comme notamment le droit de vote à l’ensemble des élections (locale, régionale et nationale) dès 5 années de résidence, et la possibilité d’obtenir la nationalité abrigeoise après 10 ans de résidence, sous réserve de savoir lire et écrire abrigeois. De par leur surnombre, les étrangers résidents ont très fortement influés sur l’évolution libérale du cadre réglementaire abrigeois, et sur la concentration des pouvoirs et des moyens économiques à Ponte d’Ouro, au dépend de la plus traditionnelle Fortalezza.


Fortalezza, mise à l’écart et revendication traditionnaliste
Le développement de Ponte d’Ouro à l’ère d’un commerce international plus ouvert et plus moderne, a précipité la chute de Fortalezza la forte, campée derrière ses forts construits par les colons lusophones et hispanophones, qui garantissaient la protection des navires. Assez fédéral dans leur fonctionnement, les Abrigs ont vu deux modèles se construire en opposition l’un à l’autre. D’un côté, une île de plus en plus nationaliste et rejetant le capitalisme exacerbée par sa rivale et qui lui a fait perdre son pouvoir, et de l’autre une île toujours plus ouverte à l’extérieur, cherchant à attirer ce qu’il y a de meilleurs en ce monde, n’hésitant pas à brader son pouvoir politiques pour développer des mesures toujours plus libérales et protégeant les richesses et intérêts des individus.

Diviser pour mieux régner ?

Cette division, entre les Abrigeois de naissance, majoritairement à Fortalezza, les étrangers de nationalité abrigeoise, les résidents étrangers aux Abrigs ayant le droit de vote, et les étrangers aux Abrigs, qui correspond aussi à une division des droits sociaux notamment, a fait émerger deux nations, une traditionnelle et nationaliste, l’autre libérale et individualiste. La seconde ayant le pouvoir économique, social et politique, il n’est donc pas surprenant de voir qu’aucune protection n’est données aux derniers arrivés, toujours vu comme plus opportuniste que soi-même, et ne soit pas du tout retenus ou soutenus, lors des dernières vagues de licenciements.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Août 02, 2017 11:51 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

24 octobre 2033
La construction sacrifiée, les ouvriers oubliés



Image



Première victime de l'arrêt de l'activité aux Abrigs, l'immobilier va mal, les ouvriers aussi
Qui dit croissance, dit plus de croissance économique, mais aussi plus de croissance démographique. Donc qui dit croissance, dit construction immobilière. En 2031, l'appel d'air de la reprise économique mondiale est tel que les Abrigs postent une croissance à quasiment deux chiffres, et un PIB par tête encore inégalé. En accord avec le Cabinet, il est décidé de répondre favorablement à l'attrait que représentent les Abrigs pour de nombreux cadres moyens du monde entier. Ainsi, en prévision de la hausse de l'immigration, on prévoit de nouvelles constructions sur l'île de Ponte d'Ouro.

Mais si il y a plus de monde pour habiter, il va falloir créer les espace pour travailler. On prévoit donc de construire toujours plus de bureaux, de magasins, de zones d'activités. Bref, on est prêt à construire et à nourrir cette croissance qui nous tend les bras. Alors quand on se rend compte que la croissance ne vient pas, et que dans les faits, la croissance n'est positive en 2032 que parce que le secteur de la construction et de l'équipement compense la récession observée par les activités portuaires, commerciales et de services internationaux...la bulle éclate. Les chantiers sont arrêtés, les ouvriers renvoyés chez eux, pour la grande majorité des nationaux abrigeois de la campagne de Ponte d'Ouro ou surtout en provenance de Fortalezza, les entreprises de constructions ferment et on voit désormais Viladomar ou Ponte Nuevo comme les villes aux cents grues, pendant dans le vide. Cette année ce sera l'inverse, le regain d'activité réelle, ne compensera pas la perte d'activité du secteur de la construction (Prévision banque centrale: +1.9% hors construction / -1.2% avec construction).

La question centrale reste de savoir que vont devenir ces ouvriers abrigeois, qui en voulant créer ces infrastructures pour les étrangers, ont causé cet accident de parcours de l'économie insulaire. Beaucoup s'en sont remis aux services sociaux auxquels ils peuvent prétendre en tant que nationaux, la plupart ayant choisi de retourner dans leurs villes et villages d'origine. Pour beaucoup, cela voulait dire aller à Fortalezza, eux qui l'avait quitté par manque d'activité économique, et qui souhaitait s'enrichir sur l'île la plus moderne. Mais pour certain, et cette tendance inquiète les pouvoirs, aller à Fortalezza c'est aussi l'aveu de l'impossibilité de rester à Ponte d'Ouro faute de moyens, les classes moyennes abrigeoises locales et les étrangers tirant les prix vers le haut, ou du moins stable. Une situation qui pourrait peut-être jouer en faveur de la deuxième île dans son opposition au pouvoir centrale ouréoponten.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Août 14, 2017 3:46 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

12 novembre 2033
Le mariage bientôt autorisé pour les personnes de même sexe ?



Image



Les Abrigs se prépareraient à un avancée libérale majeure sur les mœurs.
Alors que le Cabinet travaille ardemment à la mise en place d’un plan maîtrisé de relance économique, le président se serait vu proposé par le ministre de l’ordre et de la justice d’envisager des mesures de libéralisation des mœurs. Pièce maîtresse de cette réforme, le mariage homosexuel se verrait alors autorisé sur l’ensemble du territoire national. Mais on parlerait aussi dans les couloirs d'un texte autorisé l'adoption par ces mêmes couples et l'avortement, encore interdit aux Abrigs. Particulièrement libéraux en matière d’économie, les Abrigs ne le sont en revanche pas pour ce qui est de la législation sur les mœurs, un héritage d’un passé chrétien, encore très présent à Fortalezza, et d’une volonté politique de maintenir l’ordre en ne modifiant que peu le système social établis. Cependant, les Abrigs ont beaucoup changé lors des 15 dernières années, et aujourd’hui, le caractère cosmopolite de Viladomar force les autorités à réfléchir à ces sujets cruciaux pour la vie des citoyens. Joint par téléphone, le ministre Martim Ruiz déclare :

« Les Abrigs ont longtemps été un phare pour les navires marchands, puis pour les capitaux. Cela a favorisé l’expansion de l’archipel, et il est désormais temps de nous élever suffisamment pour devenir un phare de savoir, un statut que seule la tolérance et l’ouverture sociale nous permettront d’atteindre. »

Si le sujet n’est pas abordé clairement, on devine qu’il en va aussi de l’attractivité de l’archipel pour attirer les futures artisans du savoir que semble désormais avoir pour cible le Cabinet.

.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Août 17, 2017 1:42 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Jan 25, 2013 3:46 pm
Message(s) : 553
Localisation : Abrigs
Image

20 novembre 2033
Premières protestations contre la libéralisation des mœurs



Image
Manifestation à Fortalezza au lendemain des déclarations du ministre Ruiz



Plus d’un milliers de personnes rassemblées sur la place du gouverneur de Fortalezza. Pas de slogan, pas de chants, uniquement des personnes avec quelques pancartes, et le brouahaha des discussions. Ces habitants de l’ancienne capitale se sont rassemblées, « assez spontanément » disent-elles, pour exprimer leur désaccord avec le projet de législation du ministre de la Justice d’accorder le mariage aux couples de même sexe, de même qu’autoriser l’avortement par exemple. Interrogés, les manifestants parlent d’un acte contraire aux racines de l’archipel. Celte d’abord, il a ensuite été rapidement colonisés par les puissances ibériques, chrétiennes, pour en faire un comptoir centrale dans leur expédition vers le Nouveau monde.

« Nous nous sentons agressés. C’est encore une idée de ces étrangers venus du monde entier faire affaire ici. Le pouvoir politique leur cède tout. Nous devions montrer notre profond désaccord. »

Ainsi, le sujet religieux, bien qu’à la source de cette réaction, est très peu évoqué, bien moins que le modèle cosmopolitique adopté par l’archipel.

________________________________

SPORT
Le Quinze de la Vague entre en lice.


Comme chaque année les passionnés de rugby vont être servis avec l’arrivée de la Winter’s Cup. Même si Emerei Troz et ses coéquipiers ont entamé la compétition par une défaite contre une très solide équipe du Commonwealth, le capitaine de la sélection garde le sourire. Pour l’ensemble de ces garçons qui portent le maillot bleu et blanc, ce moment celui qu’ils attendent tous pendant un an.

Le première ligne, Jero Lopaz : « La Cup, c’est l’esprit du rugby à un niveau international. Pas de sélection, que du jeu, pour tous. Tu y vois les champions qui respectent les petits, et le petits qui élèvent leur niveau de jeu au contact des plus grands. »

Cette année encore, le Quinze abrigeois ne devrait pas atteindre la phase finale, ce qui ne semble donc déranger personne, joueurs et supporter compris. « Le principal c’est de le voir s’arracher, couvert de boue et se porter ensemble vers l’en-but adverse. »

Un conseil bien avisé qui a certainement permis à la vague bleue d’engranger ses 5 premiers points avec une victoire contre la Ligue du Montalvo.



.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO