SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Jeu Mars 30, 2017 12:59 am

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : Mar Oct 18, 2016 1:19 am 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Août 18, 2010 8:13 pm
Message(s) : 1024
LISTE DU PATRIMOINE MONDIAL CLASSÉ PAR L'INSTITUT MONDIAL DE LA CULTURE ET DE LA SCIENCE


Image



Le Patrimoine Mondial a pour objectif le financement et la conservation de sites historiques et naturels selon les critères suivants :

    Patrimoine Matériel :

1) Représenter un chef-d'œuvre du génie créateur humain
2) Témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages
3) Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue
4) Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine
5) Être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer
6) Être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle
7) Représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles
8) Être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la Terre
9) Être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes
10) Contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique

    Patrimoine Immatériel :

« On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d'identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l'homme, ainsi qu'à l'exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d'un développement durable. »


Pour savoir comment déposer une demande d'inscription au patrimoine mondial, rendez-vous à cette adresse.
Pour une meilleur lisibilité et un référencement plus complet et accessible, les Patrimoines Mondiaux de l'Humanité Matériel et Immatériel seront recensés au sein de la même liste.

Cette classification se fera donc selon quatre natures :
1) Patrimoine historique - exemple : le Canal du Midi ou les rives de la Seine, à Paris
2) Patrimoine naturel - exemple : les lagons de Nouvelle-Calédonie ou les pitons, cirques et remparts de l'île de la Réunion
3) Patrimoine mixte - exemple : le Mont Perdu, dans les Pyrénées, à cheval sur la France et l'Espagne
4) Patrimoine immatériel - exemple : le théâtre Kabuki, au Japon

Le Comité du Patrimoine Mondial se réunit régulièrement en sessions de classification (en moyenne, d'abord tous les six mois, puis tous les ans) dans une ville différente, tout autour du monde. Les sessions passées ou prévues sont les suivantes :
1) Mars 2031 : Groenekerkedam (IJndenland) Image
2) Décembre 2031 : Vindurhiminn (Skogurjördin) Image

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Oct 18, 2016 3:55 pm 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
Image

INDEX
Total : 9 - Naturel : 3 - Historique : 6 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Déchinésie :
Total : 1 - Naturel : 1 - Historique : 0 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Dorimarie :
Total : 1 - Naturel : 0 - Historique : 1 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Dytolie :
Total : 3 - Naturel : 0 - Historique : 3 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Marquésie :
Total : 1 - Naturel : 0 - Historique : 1 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Olgarie :
Total : 1 - Naturel : 1 - Historique : 0 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Ventélie :
Total : 2 - Naturel : 1 - Historique : 1 - Mixte : 0 - Immatériel : 0



Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Oct 18, 2016 4:06 pm 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
Fjöll Guðanna


Nom du site : Fjöll Guðanna
Localisation du site : Skogurjördin
Type du site : Naturel

Une brève description du site :
Née du rift déchinésien, qui marque la séparation des plaques tectoniques Olgarienne à l'Est et Dytolonatolicaine à l'est, le relief s'étendant au centre de l'île principale de l'archipel, appelé en langue vernaculaire "Fjöll Guðanna" est une chaîne montagneuse et volcanique formant un arc de cercle s'étendant sur plusieurs centaines de kilomètres.
Région sacrée pour les Asgardiste, qui considèrent les montagnes comme le domaine de leurs dieux, elle présente une sismicité importante et un volcanisme très actif, mêlant ainsi la chaleur et les couleurs de la lave au froid et à la blancheur de la glace et des neiges éternelles.
Cette région a un intérêt significatif pour les géologues et géographes, ainsi que pour tout scientifique s'intéressant de près à la dérive des continents ou à l'orogénèse.
Outre les volcans, la chaîne de montagne présente aussi d'autres signes de l'activité volcanique, en particuliers des solfatares, des sources d'eaux chaudes où il est possible de se baigner au milieu des glaces, ou encore des geysers. Plusieurs sources d'eau, issues de la fonte des glaces par l'action de la lave en fusion présente sous les neiges et les glaciers sont par ailleurs gazeuses et potables; il est très rare dans le monde de trouver des sources naturelles d'eau pétillante!


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Sacralisé par le peuple Skogurjördinois, la chaîne de montagne et la forêt qui l'entoure sont bien préservées. Toutefois, avec le réchauffement climatique et la présence d'agents acides dans l'atmosphère issus des usines pétrochimiques et chimiques de Dytolie ou d'Olgarie, la végétation qui préserve le relief de l'érosion souffre et a tendance à reculer dans certaines régions. Les valkyries et milices druidiques, gardiennes des zones sacrées travaillent de concert avec les biologistes du Skogurjördin pour trouver des solutions pérennes de protection des essences végétales.
Certains sites ont été aménagés afin de permettre aux Skogurjördinois, de profiter des sources chaudes. Des stations de ski, en particulier à Fjalliðborg ont été créé afin de laisser la place belle aux sports d'hiver. Certaines zones de la chaînes peuvent se visiter, et bon nombre d'habitants ont ouvert des gîtes destinés à accueillir les voyageurs dans la région. Il est ainsi possible de faire de grandes randonnées sur plusieurs semaines, un sentier permettant de faire la traversée d'est en ouest!


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Oct 18, 2016 6:29 pm 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
Teteotepetl, la cité des dieux.


Nom du site : Teteotepetl.
Localisation du site : Tlaloctlitlal, province de Necuiltonoloya.
Type du site : Historique.

Une brève description du site :
Le site est divisé entre trois bâtiments reconnaissables.. La citadelle, à l'est, un ensemble de bâtiments entourés de deux enceintes, avec en leur centre une pyramide de petite taille. Le site est traversé d'une grande "avenue"; Iohhu micqui, reliant la citadelle à la pyramide de la Lune. La deuxième plus grande de Teteotepetl. L'avenue est bordée de nombreux bâtiments de tailles variables. Le plus grand se trouve être la pyramide du soleil, la plus grande pyramide du site et du pays de manière générale. S'élevant à 71 mètres de hauteur. Son escalier monumental comporte 265 marches. Un tunnel partant de la citadelle mène à une grotte située à sept mètres sous la pyramide du Soleil. Les fouilles sont cependant interdits dans ce sous-sol et seuls les plus haut placés du culte de l'Atzlanti ont le droit d'y pénétrer lors de cérémonies tenues à des dates bien précises.
Teteotepetl est le lieu le plus saint de l'Atzlanti, où se tiennent encore les plus importantes cérémonies religieuses, réunissant à ces occasions des milliers de personnes venues de tout le pays (et très rarement d'au-delà). La pyramide du soleil était autrefois dédiée exclusivement au culte de Huitzilopochtli, dieu de l'orage et de la pluie (entre autre). Mais depuis environs cinq siècles elle est essentiellement utilisée pour honorer Quetzalcoatl et plus exceptionnellement d'autres dieux. Autrefois de nombreux sacrifices y étaient effectués, dont parfois des sacrifices humains. De nos jours, leur fréquence n'a pas diminuée mais les sacrifices d'animaux et d'objets en forment l'écrasante majorité. Les sacrifices humains restant légaux et basés uniquement sur le volontariat.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Le site est déjà valorisé par le fait que son utilisation est encore très active. Son entretient est géré uniquement par le culte de l'Atzlanti, plus précisément par les membres du cultes vivant directement sur le site, profitant des nombreux bâtiments qui le constitue. Cependant, depuis les attentats d’extrémistes catholiques en 2003, la protection de Teteotepetl est prise en charge par l'état. Une garnison permanente protège le site, qui est surveillé en permanence. Lors de cérémonies importantes, des troupes supplémentaires sont détachées pour l'encadrer. L’accès au site est soumis à des contrôles très strictes. Seul les personnes invitées expressément par les plus hautes instances de l'Atzlanti peuvent accéder à Teteotepetl en dehors des cérémonies. En dehors d'un mois dans l'année où les touristes sont acceptés, l'accé est alors très cher et les mesures de sécurités très strictes.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :
Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Oct 21, 2016 3:19 am 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
Mosquée Mausolée de Sidi Youssef


Nom du site : Mosquée de Sidi Youssef
Localisation du site : Sultanat d'Alfranie - muhafazat de Sidi Youssef - Sidi Youssef (capitale)
Type du site : Historique

Une brève description du site :
Plus grande mosquée du pays, elle fut édifiée dès le XIVème siècle à la mort du Grand Imam, Sidi Youssef, fondateur de la zaouïa Al Rahma, plus connue sous le nom de zaouïa Sidi Youssef. Le saint soufi est enterré à l'intérieur du lieu de culte, véritable lieu de pèlerinage pour tous les adeptes de son enseignement. L'ensemble des cheikhs lui ayant succédé à la tête de la zaouïa sont enterrés sur le côté Est de la mosquée.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Le site est très bien entretenu par la famille royale, qui s'en sert comme moyen de propagande, afin d'attester leur piété. De plus, le Sultan et toute la famille royale vient y prier chaque vendredi et fête religieuse.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Déc 08, 2016 11:51 pm 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
Balsam Mountains


Nom du site : Balsam Mountains
Localisation du site : Nouvelle-Gallesterre, New Granshire County, Balsam Mountains National Park
Type du site : Naturel

Une brève description du site :
Situées au centre de la péninsule de Nouvelle-Gallesterre, les Balsam Mountains sont une formation montagneuse composée en grande partie de volcans éteints, la péninsule ayant été un point chaud il y a de cela des millions d'années. Aujourd'hui, il s'agit donc d'une chaîne de montagnes dans le nord du New Granshire County, au centre du pays. Dans le folklore des tribus Irouques, ces montagnes sont le pont qui relie le monde terrestre aux cieux, où vivent leurs dieux ancestraux, il s'agit donc du lieu où se réunissent, encore aujourd'hui, les Chamanes Irouques. Si les pics montagneux sont généralement dépourvus de végétation, ce n'est pas le cas des verdoyantes vallées qui les séparent, notamment connues pour la variété endémique de sapin Abies Balsamea Neogalesterandi, ne poussant qu'en Nouvelle-Gallesterre. Ces montagnes sont aussi parsemées de lacs hérités de leur passé volcanique.
Outre la beauté du paysage et leur nature sacrée , les Balsam Mountains sont aussi réputées pour la pureté de leur air et de leur eau, qu'on dit être transparente comme de l'air. On y trouve de nombreuses espèces animales, notamment des ours, des cerfs et des lynx roux.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Le site est relativement bien protégé, étant le tout premier parc national a avoir été créé par le Department of Environment, en 1977. Il est interdit d'y établir des habitations permanentes, sauf sur autorisation du gouvernement. Les Balsam Rangers, qui s'occupent du site, sont au nombre de 678. Ils maintiennent le plus possible la propreté du parc, en encourageant les touristes a rester sur les chemins balisés, et en établissant des poubelles pour éviter les détritus. Les seuls bâtiments dans le parc sont les tours et postes des Rangers, cinq Longères Irouques, où se réunissent les Chamanes, et le Balsam Hotel, un hôtel à vocation médicale, où vont les personnes ayant besoin d'air frais, qui a été construit en 1998, et dont les déchets sont pris en charge pour ne pas polluer le parc.

Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Déc 16, 2016 9:08 pm 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
Polder de Noomsden


Nom du site : Polder de Noomsden
Localisation du site : IJndenland, Duché de Vleesecht
Type du site : Historique

Une brève description du site :
Le polder de Noomsden est le premier polder de l'histoire ijndenlandaise. Construit en 1636, il a permis l'assèchement de 72,08 km² de terres autrefois sous l'eau. Une série de moulins en cascade permettent d'extraire l'eau (grâce à des turbines actionnées par les mouvements des pales), tandis qu'une digue continue délimite le polder. L'altitude moyenne de la zone est de -4 mètres. Une fois asséché, le polder fut séparé en parcelles rectilignes de 180 mètres sur 900 afin de permettre la culture de ces nouvelles terres, chaque parcelle étant séparée des autres par de fins canaux. Le réseau routier est, lui aussi, rectiligne. Le village de Noomsden a été fondé au centre du polder, autour de l'église, et fait partie entière du polder. En effet, ses maisons carrées à toit pyramidal (stolpboerderij), typiques de l'architecture ijndenlandaise des années 1620 à 1670, sont adaptées au lieu : le lieu de vie et les lieux utilitaires (grange, étable, etc.) se trouvent dans le même bâtiment, ce qui permet de gagner de l'espace et donne un cachet unique au lieu, aujourd'hui considéré comme un des plus beaux polders d'IJndenland, qui en compte plus un millier. Le polder de Noomsden est un chef d'œuvre de planification créatrice utilisé par les ijndenlandais pour conquérir et maîtriser leur environnement.

Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Depuis sa création, les terres du polder de Noomsden sont unies administrativement au sein de la commune de Noomsden. Cela a permis de conserver son caractère unique au fil des siècles et d'entretenir correctement les moulins et les digues. Le plan en damier, la digue continue d'encerclement, les stolpboerderij et le réseau routier bordé d'arbres ont été conservés et protégés. Reconnu par le Grand-duché d'IJndenland comme un Monument Histoire National (MNH) en 1981, une modification du polder ne peut plus se faire sans de lourds et exhaustifs contrôles d'intégrité. Ainsi, lorsqu'en 2008 une autoroute fut construite pour relier Vleesecht et Grenzburg en passant par Nieuwkoop, elle fut construite en respectant le trajet rectiligne du Bijderenweg, la route principale historique, et des limitations de vitesse et de largeur de la voie ont été imposées par l'État.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

De gauche à droite :
  1. Plan du polder de Noomsden
  2. Stolpboerderij et sa parcelle
  3. Bijderenweg, la route principale, qui traverse le polder du nord au sud
  4. Moulin participant au drainage du trop-plein d'eau vers des réservoirs externes


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Déc 17, 2016 1:01 am 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
STONEHENGE


Nom du site : Cercle de Pierres d'Anverdam
Localisation du site : Près d'Anverdam au Pays des Galles en Britonnie
Type du site : Historique

Une brève description du site :
Le Cercle de Pierres d'Anverdam dans le Sud-Ouest de la Britonnie est l'un des sites religieux et historiques les plus mystérieux du monde et assurément du pays car d'une part il est très ancien et d'autre part on sait qu'il est lié d'abord à de nombreux rituels paiens du Néolithique et celtiques de l'Antiquité ensuite et enfin chrétiens des temps obscurs .
Le site tel qu'on le connait aujourd'hui date d'environ -1'600 AVJC mais les expertises archéologiques ont démontré qu'il est en fait le fruit d'un très long processus s'étant étalé sur plusieurs millénaires à partir de -3'100 AVJC par plusieurs cultures qui ont vraisemblablement eut des objectifs différents chacun leur tour, pour le monument et ce qu'il est censé représenter.

Les mesures déjà mises en place pour protéger/valoriser un tel site :
Classé au patrimoine national depuis 1887, le site et un cercle d'un millier d'hectares de superficie autour sont la propriété directe de la couronne royale de Britonnie qui en fait le prêt pour une livre sterling symbolique au Ministère de la Culture et des Sports de Britonnie gérant un hedge fund non-lucratif pour le site .
Près du site lui-même a récemment été construit un musée ultramoderne présentant au public les artefacts à la fois les plus représentatifs et les moins fragiles qui ont été retrouvés sur place .
L'entrée au musée peut se faire en visites de groupe ou à titre individuel immédiat .
Elle est gratuite pour les moins de 21 ans , les étudiants et professeurs d'université ainsi que les personnes âgées de plus de 65 ans et les femmes enceintes .
Pour les autres le tarif correspond au prix de revient individuel du musée plus 8 % de marge .
Le site lui-même est bien évidemment protégé avec rigueur, car l'accès n'y est permis que lors de quatre fêtes traditionnelles celtiques et ce sur dépôt de dossier individuel trois ans à l'avance .
Tout casier judiciaire non-vierge est bien entendu exclu d'office ...
Pour ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir accéder au site , le hedge fund à but non-lucratif qui gère le site coproduit avec la BBC des DVDs en HD des cérémonies vendus au strict prix de revient dans la boutique à souvenirs attenante au musée : aucun bénéfice n'est généré sur ce sujet .
L'objectif du hedge fund est de faire en sorte que tout en préservant physiquement le site il puisse continuer à être un véritable sanctuaire et temple à but religieux .
Des séances gratuites d'observation depuis un poste dédié situé à une trentaine de mètres du site sont organisées pour les écoliers venant de tout le pays et d'ailleurs .
L'ensemble donc le site avec le musée est surveillé nuit et jour, par des vigiles armés et tout un système d'alarmes avec caméras de surveillance et détecteurs à infrarouge et ultraviolet .


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

De gauche à droite :
  1. Le cercle de pierres d'Anverdam selon un dessin du XVIIème siècle
  2. Le même site vu depuis le sol au petit matin sous les nuages
  3. Une cérémonie païenne d'inspiration Asgardiste organisée en 1984
  4. Une vue du site prise depuis un hélicoptère
  5. Le même site vu depuis le sol


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Jan 03, 2017 4:44 am 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
La baie de Songun


Nom du site : Baie de Songun
Localisation du site : Sengaï, Khunsoek Phudin
Type du site : Naturel

Une brève description du site :
Située au Nord du Royaume du Sengaï, ouverte sur la mer intérieure, irriguée par les fleuves jaillissant des montagnes du Songphang, la baie de Songun est l’un des lieux naturels les plus prisés du tourisme ventélien. Considérée comme l’un des plus beaux paysages du continent, les rois du Sengaï aimaient s’y rendre régulièrement et plusieurs s’y sont même installés. C’est la raison pour laquelle la baie est facilement accessible, par voie terrestre, aérienne ou bien sûr maritime. Les blocs de pierre posés sur l’eau ont délié l’imagination fertile des autochtones Népalais, qui y voyaient là les restes des jets de fronde entre dieux et titans. L’eau, incroyablement claire, permet de voir assez profondément le fond de la baie, dans laquelle se trouvent une faune et une flore maritimes très développés. Protégée des vents violents par des reliefs l’encadrant, la baie bénéficie d’un climat chaud et humide, qui rend encore plus agréable la visite en ce lieu. Un point encore à souligner pour finir de cadrer la beauté de ce site, c’est les vues magnifiques que l’on attrape lorsque le soleil se couche sur l’eau, entre deux rochers des titans, caressant de ses derniers rayons les sublimes jonques traditionnelles…


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
La baie étant relativement isolée, les ports de commerce, de pèche etc. ont pu s’installer plus au Nord, sur les longues côtes supérieures du Khunsoek Phudin, ce qui permet aux gros navires polluants de ne pas salir visuellement, odorifiquement et physiquement la baie de Songun. Dans celle-ci, seuls les navires traditionnels sont tolérés, à rames ou à voiles, et éventuellement quelques navires à vapeur, assez folkloriques, mais de plus en plus rares. Il est de même interdit d’utiliser un moteur quelconque, en dehors des jets des pompiers et des policiers. Pour se rendre sur les bords de la baie, il faut soit utiliser les pousse-pousse, soit les carrioles ou encore les vélos. Les quais, à l’image traditionnel (en bois, pilotis etc.), sont très bien desservis. Le gouvernement n’autorise quasiment plus les nouvelles constructions sur les bords de la baie, même si la construction de nouveaux hôtels est à prévoir, dans des conditions très strictes. Le nombre de touristes est par ailleurs limité afin de ne pas abîmer trop rapidement les infrastructures et permettre ainsi un entretien moins agressif pour l’environnement.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Jan 16, 2017 12:43 am 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
Ville hanséatique d'Ebene


Nom du site : Ville hanséatique d'Ebene
Localisation du site : Provinces-Unies d'Odensie - Province du Gotland - Ebenefreistadt (Ville libre d'Ebene)
Type du site : Historique

Une brève description du site :
La ville et ses alentours sont habitées depuis le néolithique d’après les dernières traces archéologiques connues. Lieu de contes et de légendes, la région était peuplée, selon les croyances locales, de sirènes qui trouvaient en cet endroit calme et poésie pour exercer la beauté de leur chant. Chassées par les hommes, elles reviennent, dit-on, chaque soir de juillet s’échouer sur les bords de la Spreewald pour chanter leur espoir de retour vers cet Eden perdu.
Fondée par des marchands odenßois au Xe siècle, à l’embouchure de la Spreewald, sur la colline de l’Elstra, elle prend véritablement son essor au XIIe siècle pour devenir l’un des principaux centres commerciaux de la Ligue hanséatique (association des marchands de Dytolie du nord) et la capitale du négoce. En étroite collaboration avec les villes d’Hagen et d’Alsinki, elle domine rapidement le commerce dytolien en raison de sa situation géographique, particulièrement favorable, ouverte sur les principales routes commerciales de l’époque.
L’architecture flamboyante de la ville accompagne ce dynamisme économique et culturel et fait de la ville la "Perle de la Hanse". Ebene est incontestablement un chef d’œuvre de l’art hanséatique. Elle a influencé l’architecture des autres villes marchandes d’Odensie et d’ailleurs. Toutes présentent ce même héritage gothique en brique rouge ou marron, ses maisons avec pignons à échelons, ses entrepôts et ses quais où venaient s’amarrer les Kogge (bateaux utilisés pour le commerce avec les villes et nations voisines).

La ville au cinq clochers, surnommée ainsi en référence au cinq églises luthériennes qui dominent son centre, symboles de la ferveur religieuse des hanséates, est aujourd'hui divisée en trois parties :
  • L’ancienne ville située sur un îlot à l’embouchure de la Spreewald. Il s’agit de l’Ebene historique et médiévale. L’ancienne ville était structurée selon une division socio-économique particulièrement stricte, assez représentative de la mentalité odenßoise : les riches-marchands habitaient à l’ouest, tandis que les petits commerçants habitaient l’est de la ville. Aujourd’hui cette division n’est plus. Le centre historique est majoritairement habité par la grande bourgeoisie odenßoise. Parmi les attractivités touristiques célèbres, on peut citer les Gänge, réseau de petites rues étroites qui communiquent entre les Buden (les ateliers qui se trouvent dans les arrières cours où étaient stockées les marchandises venues du port) et les grandes artères commerciales ;
  • Le port, encore en activité, et ses innombrables entrepôts. Le déclin de la Hanse a considérablement diminué l’importance de son port qui reste malgré tout l’un des plus importants de la région. Par ailleurs, il abrite aujourd'hui une partie de la marine militaire d’Odensie ;
  • La ville nouvelle, située à l’intérieur des terres, date du XIXe siècle et symbolise le renouveau économique d'Ebene.
Les Odenßois éprouvent un grand attachement à la ville d’Ebene qui tient une place particulière dans la culture nationale. Pour beaucoup, c’est à Ebene qu’est née la nation odenßoise (sa mentalité, ses coutumes, sa culture). Candidate malheureuse au statut de capitale de l’Odensie (les Constituants avaient finalement choisi Duisburg qui avait à l’époque peu marqué l’histoire de l’Odensie et qui n’était pas une ville membre de la Ligue), Ebene est l’une des principales villes de la Province du Gotland et le lieu de pèlerinage d'un peuple en perpétuelle recherche de son identité.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
La législation fédérale, et la législation locale, ont accordé à la ville d’Ebene, ses monuments et son vieux-port, le statut de "Ville historique – Patrimoine protégé". Programme de protection de l’intégrité visuelle, ce statut réglemente toute construction et modification architecturale dans la vieille ville (des bâtiments jusqu'au pavement des rues et son éclairage). La planification urbaine est donc particulièrement stricte et est coordonnée par un bourgmestre adjoint spécialisé dans la conservation et la mise en valeur du patrimoine ebenois (circuits touristiques, promotion nationale et internationale,…) en collaboration avec les marchands locaux.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Fév 11, 2017 4:25 pm 
Hors-ligne
Géoman

Inscription : Dim Mars 20, 2011 5:39 pm
Message(s) : 675
La Ceinture d'Uhmali / La Queue du Dragon


Nom du site : Ceinture d'Uhmali ou Queue du Dragon
Localisation du site : Sur le pourtour frontalier du pays (toute la frontière actuelle)
Type de site : Historique


Une brève description du site :
La Ceinture d'Uhmali ou localement appelé la « Queue du Dragon », est un vaste dispositif de fortifications militaires médiévales qui longe la totalité des frontières territoriales du pays. Elle a été construite au IIIe siècle avant J-C par le roi Tsuyuan III afin d'établir durablement les limites culturelles et administratives du « grand-royaume ». L'Uhmali n'eut jamais suffisamment de soldats pour défendre l'intégralité du mur, mais des casernes stratégiquement positionnées, alerté par des vigiles grâce à des signaux de feu, jouaient un rôle jadis efficace pour les nécessités d'intervention tactique.
Trente ans et plusieurs vies ont été exigés pour bâtir le monument ainsi que l'ingéniosité de Liang Hsin, célébrissime érudit qui conçut également les plans du « Palais des Mille Beautés » (résidence secondaire des monarques). Prestigieux chef-d'oeuvre et immense fierté nationale, la Ceinture est largement reconnue au-delà des frontières et considérée comme la structure architecturale la plus importante jamais construite par l’Homme à la fois en longueur, en surface et en masse. Aujourd'hui, même si son coût d'entretien est volumineux, elle demeure l'un des emblèmes de reconnaissance de l'Uhmali et est encore investie d'une mission semblable à celle qu'elle eut: le contrôle des frontières. Les anciens corps de garde, bonifiés par des appareils de surveillance et quelques autres installations de contrôle, accueillent et filtrent toujours les gens qui transitent par le pays.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Les mesures intentées pour protéger ce patrimoine sont nombreuses, mais à citer, l'État a officiellement déclaré l'ensemble du mur comme étant un « patrimoine agréé » qui lui attribue la protection et les soins d'agents de sécurité étroitement liés à la gendarmerie royale et à des spécialistes pour la conservation et la restauration des structures. Des règles strictes entourent le site pour qu'ils soient préservé, une allocation volumineuse de l'État et un comité attaché au ministère oeuvre en permanence au maintien et à l'entretien de la Ceinture grâce à la contribution de centaines d'employés...En 1994, une clôture à 20 kilomètres de l'enceinte extérieure fut érigée pour filtrer plus assidûment les flux de populations qui transitaient à travers les frontières et pour amoindrir les risque de sabotage de la muraille par des clandestins. De surcroît, des bases militaires longent encore les frontières, et donc le mur, et restent alertent pour les infractions.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO