SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Mer Nov 22, 2017 10:54 am

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Mar Oct 18, 2016 12:19 am 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
LISTE DU PATRIMOINE MONDIAL CLASSÉ PAR L'INSTITUT MONDIAL DE LA CULTURE ET DE LA SCIENCE


Image



Le Patrimoine Mondial a pour objectif le financement et la conservation de sites historiques et naturels selon les critères suivants :

    Patrimoine Matériel :

1) Représenter un chef-d'œuvre du génie créateur humain
2) Témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages
3) Apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue
4) Offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine
5) Être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer
6) Être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle
7) Représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles
8) Être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la Terre
9) Être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes
10) Contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique

    Patrimoine Immatériel :

« On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d'identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l'homme, ainsi qu'à l'exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d'un développement durable. »


Pour savoir comment déposer une demande d'inscription au patrimoine mondial, rendez-vous à cette adresse.
Pour une meilleur lisibilité et un référencement plus complet et accessible, les Patrimoines Mondiaux de l'Humanité Matériel et Immatériel seront recensés au sein de la même liste.

Cette classification se fera donc selon quatre natures :
1) Patrimoine historique - exemple : le Canal du Midi ou les rives de la Seine, à Paris
2) Patrimoine naturel - exemple : les lagons de Nouvelle-Calédonie ou les pitons, cirques et remparts de l'île de la Réunion
3) Patrimoine mixte - exemple : le Mont Perdu, dans les Pyrénées, à cheval sur la France et l'Espagne
4) Patrimoine immatériel - exemple : le théâtre Kabuki, au Japon

Le Comité du Patrimoine Mondial cherche actuellement des locaux afin d'y installer son siège.

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Oct 18, 2016 2:55 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Image

INDEX
Total : 25 - Naturel : 12 - Historique : 11 - Mixte : 0 - Immatériel : 2


Dorimarie :
Total : 1 - Naturel : 0 - Historique : 1 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Dytolie :
Total : 4 - Naturel : 1 - Historique : 3 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Janubie :
Total : 3 - Naturel : 1 - Historique : 2 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Marquésie :
Total : 2 - Naturel : 0 - Historique : 2 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Natolique :
Total : 4 - Naturel : 1 - Historique : 2 - Mixte : 0 - Immatériel : 1


Nayoque :
Total : 2 - Naturel : 2 - Historique : 0 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Néchinésie :
Total : 1 - Naturel : 1 - Historique : 0 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Olgarie :
Total : 2 - Naturel : 2 - Historique : 0 - Mixte : 0 - Immatériel : 0


Ventélie :
Total : 6 - Naturel : 4 - Historique : 1 - Mixte : 0 - Immatériel : 1


_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Oct 18, 2016 5:29 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Teteotepetl, la cité des dieux.


Nom du site : Teteotepetl.
Localisation du site : Tlaloctlitlal, province de Necuiltonoloya.
Type du site : Historique.

Une brève description du site :
Le site est divisé entre trois bâtiments reconnaissables.. La citadelle, à l'est, un ensemble de bâtiments entourés de deux enceintes, avec en leur centre une pyramide de petite taille. Le site est traversé d'une grande "avenue"; Iohhu micqui, reliant la citadelle à la pyramide de la Lune. La deuxième plus grande de Teteotepetl. L'avenue est bordée de nombreux bâtiments de tailles variables. Le plus grand se trouve être la pyramide du soleil, la plus grande pyramide du site et du pays de manière générale. S'élevant à 71 mètres de hauteur. Son escalier monumental comporte 265 marches. Un tunnel partant de la citadelle mène à une grotte située à sept mètres sous la pyramide du Soleil. Les fouilles sont cependant interdits dans ce sous-sol et seuls les plus haut placés du culte de l'Atzlanti ont le droit d'y pénétrer lors de cérémonies tenues à des dates bien précises.
Teteotepetl est le lieu le plus saint de l'Atzlanti, où se tiennent encore les plus importantes cérémonies religieuses, réunissant à ces occasions des milliers de personnes venues de tout le pays (et très rarement d'au-delà). La pyramide du soleil était autrefois dédiée exclusivement au culte de Huitzilopochtli, dieu de l'orage et de la pluie (entre autre). Mais depuis environs cinq siècles elle est essentiellement utilisée pour honorer Quetzalcoatl et plus exceptionnellement d'autres dieux. Autrefois de nombreux sacrifices y étaient effectués, dont parfois des sacrifices humains. De nos jours, leur fréquence n'a pas diminuée mais les sacrifices d'animaux et d'objets en forment l'écrasante majorité. Les sacrifices humains restant légaux et basés uniquement sur le volontariat.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Le site est déjà valorisé par le fait que son utilisation est encore très active. Son entretient est géré uniquement par le culte de l'Atzlanti, plus précisément par les membres du cultes vivant directement sur le site, profitant des nombreux bâtiments qui le constitue. Cependant, depuis les attentats d’extrémistes catholiques en 2003, la protection de Teteotepetl est prise en charge par l'état. Une garnison permanente protège le site, qui est surveillé en permanence. Lors de cérémonies importantes, des troupes supplémentaires sont détachées pour l'encadrer. L’accès au site est soumis à des contrôles très strictes. Seul les personnes invitées expressément par les plus hautes instances de l'Atzlanti peuvent accéder à Teteotepetl en dehors des cérémonies. En dehors d'un mois dans l'année où les touristes sont acceptés, l'accé est alors très cher et les mesures de sécurités très strictes.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :
Image

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Déc 17, 2016 12:01 am 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
STONEHENGE


Nom du site : Cercle de Pierres d'Anverdam
Localisation du site : Près d'Anverdam au Pays des Galles en Britonnie
Type du site : Historique

Une brève description du site :
Le Cercle de Pierres d'Anverdam dans le Sud-Ouest de la Britonnie est l'un des sites religieux et historiques les plus mystérieux du monde et assurément du pays car d'une part il est très ancien et d'autre part on sait qu'il est lié d'abord à de nombreux rituels paiens du Néolithique et celtiques de l'Antiquité ensuite et enfin chrétiens des temps obscurs .
Le site tel qu'on le connait aujourd'hui date d'environ -1'600 AVJC mais les expertises archéologiques ont démontré qu'il est en fait le fruit d'un très long processus s'étant étalé sur plusieurs millénaires à partir de -3'100 AVJC par plusieurs cultures qui ont vraisemblablement eut des objectifs différents chacun leur tour, pour le monument et ce qu'il est censé représenter.

Les mesures déjà mises en place pour protéger/valoriser un tel site :
Classé au patrimoine national depuis 1887, le site et un cercle d'un millier d'hectares de superficie autour sont la propriété directe de la couronne royale de Britonnie qui en fait le prêt pour une livre sterling symbolique au Ministère de la Culture et des Sports de Britonnie gérant un hedge fund non-lucratif pour le site .
Près du site lui-même a récemment été construit un musée ultramoderne présentant au public les artefacts à la fois les plus représentatifs et les moins fragiles qui ont été retrouvés sur place .
L'entrée au musée peut se faire en visites de groupe ou à titre individuel immédiat .
Elle est gratuite pour les moins de 21 ans , les étudiants et professeurs d'université ainsi que les personnes âgées de plus de 65 ans et les femmes enceintes .
Pour les autres le tarif correspond au prix de revient individuel du musée plus 8 % de marge .
Le site lui-même est bien évidemment protégé avec rigueur, car l'accès n'y est permis que lors de quatre fêtes traditionnelles celtiques et ce sur dépôt de dossier individuel trois ans à l'avance .
Tout casier judiciaire non-vierge est bien entendu exclu d'office ...
Pour ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir accéder au site , le hedge fund à but non-lucratif qui gère le site coproduit avec la BBC des DVDs en HD des cérémonies vendus au strict prix de revient dans la boutique à souvenirs attenante au musée : aucun bénéfice n'est généré sur ce sujet .
L'objectif du hedge fund est de faire en sorte que tout en préservant physiquement le site il puisse continuer à être un véritable sanctuaire et temple à but religieux .
Des séances gratuites d'observation depuis un poste dédié situé à une trentaine de mètres du site sont organisées pour les écoliers venant de tout le pays et d'ailleurs .
L'ensemble donc le site avec le musée est surveillé nuit et jour, par des vigiles armés et tout un système d'alarmes avec caméras de surveillance et détecteurs à infrarouge et ultraviolet .


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

De gauche à droite :
  1. Le cercle de pierres d'Anverdam selon un dessin du XVIIème siècle
  2. Le même site vu depuis le sol au petit matin sous les nuages
  3. Une cérémonie païenne d'inspiration Asgardiste organisée en 1984
  4. Une vue du site prise depuis un hélicoptère
  5. Le même site vu depuis le sol

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Jan 03, 2017 3:44 am 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
La baie de Songun


Nom du site : Baie de Songun
Localisation du site : Sengaï, Khunsoek Phudin
Type du site : Naturel

Une brève description du site :
Située au Nord du Royaume du Sengaï, ouverte sur la mer intérieure, irriguée par les fleuves jaillissant des montagnes du Songphang, la baie de Songun est l’un des lieux naturels les plus prisés du tourisme ventélien. Considérée comme l’un des plus beaux paysages du continent, les rois du Sengaï aimaient s’y rendre régulièrement et plusieurs s’y sont même installés. C’est la raison pour laquelle la baie est facilement accessible, par voie terrestre, aérienne ou bien sûr maritime. Les blocs de pierre posés sur l’eau ont délié l’imagination fertile des autochtones Népalais, qui y voyaient là les restes des jets de fronde entre dieux et titans. L’eau, incroyablement claire, permet de voir assez profondément le fond de la baie, dans laquelle se trouvent une faune et une flore maritimes très développés. Protégée des vents violents par des reliefs l’encadrant, la baie bénéficie d’un climat chaud et humide, qui rend encore plus agréable la visite en ce lieu. Un point encore à souligner pour finir de cadrer la beauté de ce site, c’est les vues magnifiques que l’on attrape lorsque le soleil se couche sur l’eau, entre deux rochers des titans, caressant de ses derniers rayons les sublimes jonques traditionnelles…


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
La baie étant relativement isolée, les ports de commerce, de pèche etc. ont pu s’installer plus au Nord, sur les longues côtes supérieures du Khunsoek Phudin, ce qui permet aux gros navires polluants de ne pas salir visuellement, odorifiquement et physiquement la baie de Songun. Dans celle-ci, seuls les navires traditionnels sont tolérés, à rames ou à voiles, et éventuellement quelques navires à vapeur, assez folkloriques, mais de plus en plus rares. Il est de même interdit d’utiliser un moteur quelconque, en dehors des jets des pompiers et des policiers. Pour se rendre sur les bords de la baie, il faut soit utiliser les pousse-pousse, soit les carrioles ou encore les vélos. Les quais, à l’image traditionnel (en bois, pilotis etc.), sont très bien desservis. Le gouvernement n’autorise quasiment plus les nouvelles constructions sur les bords de la baie, même si la construction de nouveaux hôtels est à prévoir, dans des conditions très strictes. Le nombre de touristes est par ailleurs limité afin de ne pas abîmer trop rapidement les infrastructures et permettre ainsi un entretien moins agressif pour l’environnement.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Fév 11, 2017 3:25 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
La Ceinture d'Uhmali / La Queue du Dragon


Nom du site : Ceinture d'Uhmali ou Queue du Dragon
Localisation du site : Sur le pourtour frontalier du pays (toute la frontière actuelle)
Type de site : Historique


Une brève description du site :
La Ceinture d'Uhmali ou localement appelé la « Queue du Dragon », est un vaste dispositif de fortifications militaires médiévales qui longe la totalité des frontières territoriales du pays. Elle a été construite au IIIe siècle avant J-C par le roi Tsuyuan III afin d'établir durablement les limites culturelles et administratives du « grand-royaume ». L'Uhmali n'eut jamais suffisamment de soldats pour défendre l'intégralité du mur, mais des casernes stratégiquement positionnées, alerté par des vigiles grâce à des signaux de feu, jouaient un rôle jadis efficace pour les nécessités d'intervention tactique.
Trente ans et plusieurs vies ont été exigés pour bâtir le monument ainsi que l'ingéniosité de Liang Hsin, célébrissime érudit qui conçut également les plans du « Palais des Mille Beautés » (résidence secondaire des monarques). Prestigieux chef-d'oeuvre et immense fierté nationale, la Ceinture est largement reconnue au-delà des frontières et considérée comme la structure architecturale la plus importante jamais construite par l’Homme à la fois en longueur, en surface et en masse. Aujourd'hui, même si son coût d'entretien est volumineux, elle demeure l'un des emblèmes de reconnaissance de l'Uhmali et est encore investie d'une mission semblable à celle qu'elle eut: le contrôle des frontières. Les anciens corps de garde, bonifiés par des appareils de surveillance et quelques autres installations de contrôle, accueillent et filtrent toujours les gens qui transitent par le pays.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Les mesures intentées pour protéger ce patrimoine sont nombreuses, mais à citer, l'État a officiellement déclaré l'ensemble du mur comme étant un « patrimoine agréé » qui lui attribue la protection et les soins d'agents de sécurité étroitement liés à la gendarmerie royale et à des spécialistes pour la conservation et la restauration des structures. Des règles strictes entourent le site pour qu'ils soient préservé, une allocation volumineuse de l'État et un comité attaché au ministère oeuvre en permanence au maintien et à l'entretien de la Ceinture grâce à la contribution de centaines d'employés...En 1994, une clôture à 20 kilomètres de l'enceinte extérieure fut érigée pour filtrer plus assidûment les flux de populations qui transitaient à travers les frontières et pour amoindrir les risque de sabotage de la muraille par des clandestins. De surcroît, des bases militaires longent encore les frontières, et donc le mur, et restent alertent pour les infractions.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Avr 30, 2017 10:14 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Mairie d'Astapur


Nom du site : Mairie d'Astapur, parfois appelée Palais de Lumière
Localisation du site : Empire d'Eashatri, Mérebes-Shatrabari, Astapur
Type du site : Historique

Une brève description du site : Construite de la fin du XIIème siècle jusqu'au début du XVème siècle, durant l'apogée de l'Empire d'Eashatri, la mairie d'Astapur était avant l'époque moderne la résidence d'automne des Empereurs Eashes. Il suffit de regarder les murs incrustés de motifs fins en or pour voir l'opulence de l'époque. Entièrement en marbre, issu des carrières proches de Payton ou d'Iséphir, la mairie d'Astapur a la propriété d'être toujours fraîche, à moins que la température extérieure ne dépasse les 40°C. Des mosaïques ornent presque tous les plafonds, et dans 67 des 174 pièces de la mairie, le sommet des arcades et des dômes n'a pas été posée, permettant à la lumière d'entrer en abondance, malgré que ces ouvertures ne soient larges que d'une vingtaine de centimètres. S'étendant sur près d'un hectare, il s'agit d'un des plus grands palais d'Eashatri, mais surtout du moins abîmé par la guerre d'indépendance, même s'il a été pillé assez sauvagement à cette période les murs incrustés d'or tout particulièrement.

Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site : Ses dernières années, la rénovation des mosaïques, des murs et de certains sols de la mairie d'Astapur a permis de rouvrir plus de 65% de la mairie au public. La partie Est de la mairie abrite un musée de l'Histoire Eashe, principalement concentrée sur l'apogée de l'Empire, alors que la partie Ouest abrite l'administration de la mairie d'Astapur. Le reste du Palais de Lumière est un musée architectural, vide, car le mobilier qui s'y trouvait a été entièrement pillé pendant la guerre d'indépendance.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

De gauche à droite :
  1. Entrées Sud-est de la mairie d'Astapur
  2. Mosaïque de la chambre rouge
  3. Un des sols restaurés
  4. Une des pièces pillées

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Avr 30, 2017 10:43 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Île de Bouru


Nom du site : Île de Bouru
Localisation du site : Archipels Unis du Vanuaha, du Maïa et du Hipolulu ; Hipolulu ; Explona ; Île de Bouru
Type du site : Naturel

Une brève description du site :
L'Île de Bouru en plein milieu de la Néchinésie accueille un site d'une exceptionnelle beauté. Le vert des bosquets et des palmiers se marient avec merveille et grandeur au blanc du sable de l'île et au bleu cyan de l'Océan. L'endroit est paradisiaque et attire ainsi les touristes les plus fortunés du monde, en quête de beauté et de tranquillité. Les activités pouvant y être réalisés sont nombreuses, que ce soit de la plongée, des expéditions en mer, de la randonnée le long de la côte ou encore la rencontre avec des espèces animales à l'intérieur de l'île.

Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
De grandes mesures environnementales ont été mises en place afin de protéger du mieux possible l'environnement : on note l'interdiction du plastique et du pétrole, l'utilisation de bateaux à vents ou électriques pour les transports et l'aménagement de locations bio-conscientes. C'est en tout cas l'objectif visé par l'organisation Nage'ciel, qui gère l'installation et le développement touristique et environnemental de l'île.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :
Image

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Mai 02, 2017 12:12 am 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
La Place Écarlate


Nom du site : La Place Écarlate
Localisation du site : Principautés-Unies de Soverovie, Province Royale, Kurskaw
Type du site : Historique

Une brève description du site :
Construite à la suite du grand incendie de Kurskaw en 1505, la Place Ecarlate est située au coeur de l'actuelle capitale soverove. Remplaçant les faubourgs du Fort d'Orelsov, construits en bois et donc disparus dans le grand incendie, la place est un grand espace pavé accueillant le marché dominical. Avec son importante taille de près de 8 hectares, elle fut et est le théâtre privilégié d'événements majeurs pour la Soverovie, privilégiée notamment grâce au grand nombre de bâtiments majeurs la bordant. La cathédrale Saint-Grigor, le fort d'Orelsov (siège du Sejm, le parlement soverov), le Goum (importante galerie commerciale de luxe), le Palais Sokurov et le mausolée de Saint-Oleg sont les bâtiments principaux bordant la place et lui conférant une aura encore plus impressionnante.
Il est d'ailleurs intéressant de noter que la place ne doit pas son nom à la couleur rouge des bâtiments qui la compose mais au fait que le terme "krasny" qui sert à la qualifier, signifie désormais "écarlate" alors que ce mot servait à dire "beau" en ancien soveroviet.

Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
La Soverovie a toujours chérit cette place et l'entretient donc avec une grande intention.
De grands événements continuent d'avoir lieu sur la place comme les défilés militaires (événements très courants et appréciés en Soverovie). Le marché dominical, après près de 200 ans d'absence, a fait son grand retour dès 1997 et peut se targuer d'être le plus important marché de Soverovie. De plus, le pouvoir soverov organise depuis 2005, un marché de Noël gigantesque durant le mois de décembre, marché de Noël qui comprend notamment une importante patinoire très fréquentée durant ces festivités.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :
Image

De gauche à droite :
  1. Peinture du XIXème siècle représentant la Place Écarlate
  2. Vue aérienne de la Place Écarlate
  3. Vue de la place depuis la Cathédrale Saint-Grigor
  4. Défilé militaire sur la place
  5. Le marché de Noël

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Mai 02, 2017 12:34 am 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Forteresse d'Omganborg


Nom du site : Forteresse d'Omganborg
Localisation du site : Royaume du Vonalya, Île de Vonaborg
Type du site : Historique

Une brève description du site :
Omganborg est la plus ancienne et la mieux conservée des forteresses circulaires vikings qui furent bâties sur les îles de Vonaborg et de Fangrord au Xe siècle. Ces forteresses furent bâties sous le règne du roi Amalrik II Croc-des-Mers, et ne furent occupées que pendant quelques dizaines d'années, avec des fonctions qui restent encore aujourd'hui mal connues en dépit des fouilles qui y furent effectuées. Certains historiens veulent y voir une ligne de défense bâtie par le Roi pour contrôler des points-clés contre ses rivaux, d'autres y voient au contraire des camps d'entraînements qui servirent à former la puissante armée qu'Amalrik II envoya piller une série de territoires, dans une des dernières grandes vagues guerrières de l'époque viking triomphante.

Omganborg se distingue de ses sœurs par la très bonne conservation du site, son ancienneté, prouvée par la dendrochronologie, et l'importance cultuelle et culturelle qu'elle a prise avec les ans. Elle se constitue d'un vaste rempart circulaire de 159 mètres de diamètre et de plus de cinq mètres de haut, percé par quatre portes situées aux quatre points cardinaux, et parcouru par deux routes rectilignes reliant les portes face à face. Chaque section est occupée par 4 maisons longues de 29,4 m disposées en carré. Un rempart supplémentaire barre l'accès à la presque-île fluviale où s'élève la forteresse, protégeant une quinzaine d'autres maisons longues. On estime que la forteresse pouvait accueillir environs 1300 guerriers, certains avec femmes et enfants.

Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Considérée comme une trace majeure de l'époque viking triomphante, la forteresse d'Omganborg est protégée et entretenue depuis sa redécouverte par des archéologues au milieu du XXe siècle. Il est interdit d'y construire quoique ce soit sans la permission de l'état, et l'accès pour les visiteurs est géré et réglementée par le musée archéologique qui a ouvert tout prêt, et organise des visites guidées sur le site, qui permettent de découvrir à la fois la forteresse et les pratiques archéologiques vonalyannes d'hier et d'aujourd'hui. Les bénéfices servent à entretenir et protéger les lieux.

De plus, un culte est rendu deux fois l'an à la statue en bois de Thor retrouvée enfouie non loin du centre de la forteresse, et depuis restaurée puis replacée à la croisée des chemins. Le culte vonaturien surveille donc de prêt la préservation du site qui en plus d'être protégé pour son caractère culturel est vu comme sacré par les habitants des environs.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

De gauche à droite :
  1. Le site actuel vu du ciel
  2. Reconstitution de l'état du Xe siècle par le musée d'Omganborg
  3. Vue aérienne mettant en évidence l'emplacement des maisons longues
  4. Reconstitution d'une des maisons longues du site par le musée d'Omganborg
  5. Statue de Thor restaurée au centre de la forteresse

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Sep 03, 2017 4:09 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Le Ballet Romantique Soverov


Nom : Le Ballet Romantique Soverov
Localisation du site : Principautés-Unies de Soverovie
Type du site : Immatériel

Une brève description du site :
Le ballet est un genre dramatique dont l'action est figurée par des pantomimes et des danses. Ses origines remontent à la Renaissance mais son arrivée en Soverovie est plus tardive. Le ballet est arrivé en Soverovie au début du XIXème siècle grâce à un célèbre compositeur dytolien influencé par le romantisme et installé à Kurskaw nommé Léon Minkus. Minkus composera et organisera des dizaines de ballets qui séduiront très rapidement la noblesse soverove. Rapidement installé dans la société soverove grâce à ce succès éclatant, le ballet va acquérir en Soverovie des caractéristiques particulières et arrêté d'évoluer pour conserver et perfectionner la forme qu'on lui connaît aujourd'hui. Le ballet soverov abandonne progressivement les mythes de l'Antiquité et les scènes de la Bible pour se tourner vers la mythologie slave. Il est d'ailleurs intéressant de noter qu'il s'agit de la seule propagation de paganisme autorisé par le pays. Même si il fait preuve d'un certain conservatisme pour perfectionner sa forme, le ballet soverov sait innover et inventer de nouvelles danses (comme les danses aériennes) tout en gardant son format: une succession d'épisodes qui s'enchaînent de manière continue.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Le ballet soverov fait partie intégrante de la culture et de la société soverove. Chaque ville possède une prestigieuse école de ballet, financée par les différents Princes du pays. Il existe également une Compagnie Royale de Ballet, à la réputation internationale, et entièrement financée par la Couronne des Principautés-Unies afin de protéger et répandre le ballet et la culture soverove dans le monde. Un autre fait intéressant sur le ballet en Soverovie est que les représentations de ballet sont gratuites pour tous lors de la fête nationale. Lors de la fête nationale, un ballet est également organisé chaque année au sein du fort d'Orelsov, siège du Sejm à Kurskaw, et retransmis par la chaîne de télévision nationale.
De plus, on estime qu'une jeune soverove sur deux pratique le ballet de façon hebdomadaire. Il ne s'agit cependant pas d'un sport uniquement réservé à la gente féminine, même si il a moins de succès chez les hommes.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

De gauche à droite :
  1. Danseuse de ballet
  2. Jeunes soveroves à un cours de ballet
  3. Représentation du "Lac des Cygnes" de Piotr Ilitch Tchaïkovski
  4. Représentation de "La Bayadère" de Léon Minkus

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Sep 03, 2017 4:17 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Massif du Rashari


Nom du site : Massif du Rashari
Localisation du site : Empire d'Eashatri, Mérebes-Rashari
Type du site : Naturel

Une brève description du site :
Formé par un volcanisme de point chaud, le massif du Rashari occupe une surface de plus de 38 000 km², et culmine à 2758 m, faisant ainsi de lui le point culminant des Mérebes eashes. Le volcan explique la présence d'une petite multitude de sources d'eaux chaudes, qui font que les ruisselets qui dévalent les pentes du volcan ont une température moyenne de 29°C, ce qui rend les quelques bassins naturels très agréables. Outre le plan géologique, il s'agit d'une région riche d'un point de vue végétal, puisque le paysage de la fin-septembre à mi-mai s'apparente à celui d'un maquis, avant de redevenir luxuriant à chaque mousson humide.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Le Massif du Rashari a été sanctuarisé en 2026, dans la mesure où il fait partie depuis cette date du Parc Impérial du Rashari et de la Coulée d'Erdhin, une zone protégée de 50 285 km² qui pose des limites importantes à la construction dans les communes adhérentes, mais qui empêche aussi de manière quasi-totale le défrichement sur le territoire du parc, deux actions importantes dans la mesure où l'est du parc fait partie de l'agglomération d'Eskha, qui est en pleine expansion. De même la faune est particulièrement protégée ici, et il y a notamment une interdiction totale d'abattre des dhôles dans le parc, ce qui est la seule zone d'Eashatri à appliquer une telle réglementation. On peut aussi citer le fait qu'il s'agisse du dernier foyer de tigres situé dans les Mérebes, mais du fait du danger que représente ce prédateur au portes d'Eskha, la question d'une réglementation renforcée pour la protection des tigres fait débat.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

De gauche à droite :
  1. Vue depuis le nord du Rashari, en avril.
  2. Un des bassins naturels du massif
  3. Vue sur les Mérebes Orientales, en juillet. En aval, cachée derrière le plateau du premier plan, se trouve l'agglomération eskhane
  4. En arrière plan, la Coulée d'Erdhin

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Sep 03, 2017 4:27 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Registon (place centrale de Tchardjou)


Nom du site : Registon (place centrale de la ville de Tchardjou)
Localisation du site : Karmalistan, au Nord du pays, au "Qarlukstan"
Type du site : Historique

Une brève description du site :
Bâti à la fin du XIVe par le conquérant Taragaï, cette place cultualo-universitaire de la capitale Tchardjou du nom de Registon ("place sablonneuse" en langue farsi) fut le cœur politique, culturel et religieux de l'empire syiro-qarluk des Taragaides, lors de son apogée à l'orée du XVe siècle. Véritable carrefour civilisationnel, son architecture est un syncrétisme culturel empruntant aux mondes janubien (indien easho-horbarien), marqazien (arabo-perse alfrano-séranien) et ventélo-natolicain (syirs). La place du Registon est auréolée par trois grandes madrasa (médrésé, école) à pishtak, portails géants sur façade creusée en forme d'arc -iwan- (voute caractéristique du style oriental). La première est Ulugh Beg, la principale université, et l'une des plus vastes du monde musulman, où fut enseigné l'astronomie dès son ouverture. De chaque côté du portail se trouve deux salles d'études à coupoles, tandis que se cache derrière une vaste cour intérieure au pourtour carré délimité par quatre autres portails à iwan. Enfin, la mosquée elle-même se trouve au fond de la cour, d'où les immenses minarets aux angles du pishtak. La deuxième médrésé, Sherdor, est placée en miroir de la première et s'inspire largement de son vis-à-vis, elle est toutefois dépourvue de mosquée. Enfin entre les deux se trouve Tilla-Qari, dont on peut apercevoir la coupole du mihrab de la Mosquée, niche architecturale semi-circulaire indiquant la qibla, soit la direction de Makkah.
Toutes superbement décorées de mosaïques colorées et d’inscriptions calligraphiques islamo-marqazes de style coufique, ces trois médrésé ont été (et demeurent encore) le centre de gravité de la tariqa naqshbandiyya, à savoir la confrérie soufie de Muhammad Baha'uddin Naqshband, dit "Bukharkadyri" (né à Arkhadyr au XIVe siècle), lui-même suivant la voie d'Abu Bakr, le premier calife rashidun ("bien guidé"), selon une chaîne initiatique de transmission spirituelle ("silsila") remontant en réalité à la fin du XIIe siècle. La confrérie (ou "voie") de Naqshband est la branche théologique dominante de l'islam sunnite chez les Qarlouks, et le Registon en fut son principal relai pour son développement tout au long de la fin du deuxième millénaire.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
Le site est menacé. Les réserves financières manquent pour le rénover dans cette région relativement instable, bien que, régulièrement, des récoltes de dons par la population locale (et ses apprentis) a pu sauver le monument d'un probable désastre. Cela, certes, conjointement à l'ouverture par Karagol d'un petit fond annuel d'entretien en faveur du site historique le plus célèbre et mythique du Karmalistan.
Heureusement en 2033, aucune faction insurrectionnelle -pas même les islamistes de l'Emirat- ne souhaitent raser le site (pourtant soufi, donc considéré comme "kafir / mécréant" par les hanafites déobandis). Une telle destruction serait vue comme un sacrilège absolu par l'ensemble du peuple, une blessure dans l'âme karmali.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

  • Photos 1 & 2 : les trois madrasa : à gauche Ulugh Beg, à droite Sherdor, en face Tilla-Qari.
  • Photos 3 & 4 : les madrasa de Sherdor et Tilla-Qari.

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Sep 03, 2017 4:38 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Steppe de Pierres


Nom du site : Steppe de Pierres (« Stepo de Ŝtonoj » en espéranto)
Localisation du site : République de Spongorie, Ligue amarantine (localisation plus détaillée décrite ici)
Type du site : Naturel

Une brève description du site :
Région naturelle de 13 km² située au cœur de la République de Spongorie, non loin des zones marécageuses, la Steppe de Pierres est un terrain sableux, jalonné par une colonie de roches présentant des formes insolites, que certains qualifient même d’humaines. Vieux de plusieurs millions d’années, ces rochers calcaires contiennent des fossiles de coquillages et ont été façonnés par l’action érosive de l’eau au fil du temps, lorsque la région n’était encore qu’un marécage. Aujourd’hui, les eaux ont disparu, notamment sur l’action des hommes à partir du XIXe siècle, venus assécher les régions aux alentours pour y pratiquer l’agriculture sur ces terres très fertiles. L’activité a endommagé une partie du patrimoine mais l’essentiel réside, les rochers les plus insolites restent fièrement debout.

Les dodécathéistes attribuent une parenté divine à la Steppe de Pierres, si bien qu’elle est devenue un lieu de pèlerinage. Mais son caractère mystique n’est toutefois pas reconnu par l’assemblée des hauts-prêtres de la Cité-Etat de Dorobie. Le culte dodécathéiste représente les dieux sous la forme physique d’humains. Aussi, à l’image de la photo de droite, certains croyants voient à travers ces rochers des visages humains et donc l’expression du divin. Certaines légendes urbaines prétendent par ailleurs qu’il s’agit d’hommes transformés en pierre par les dieux pour l’éternité.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel site :
La Steppe de Pierres a fait l’objet d’une résolution votée en décembre 2031 par le Conseil exécutif, lui accordant le statut de milieu protégé. Cette protection ne répond cependant qu’aux normes amarantines, et la Ligue a souhaité aller plus loin en l’inscrivant au patrimoine mondial de l’humanité. Qui plus est, la terre recèlerait d’hydrocarbures, attisant certains appétits, une protection plus étendue serait la bienvenue.


Deux à cinq photographies pour illustrer le site :

Image

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Sep 03, 2017 4:45 pm 
Hors-ligne
Dirigeant vénéré
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Mars 20, 2011 4:39 pm
Message(s) : 800
Théâtre des Ombres Wayang


Nom du patrimoine : Théâtre des Ombres Wayang
Localisation du site : République du Lianwa
Type du site : Immatériel

Une brève description du patrimoine :
Pendant dix siècles, le wayang s’est épanoui dans les cours royales des royaumes du Lianwa, ainsi qu’en milieu rural. Il s’est répandu dans d’autres villes de l'île où divers styles locaux d’interprétation et d’accompagnement musical se sont développés. Si ces marionnettes fabriquées artisanalement avec minutie sont de tailles, de formes et de styles variables, deux grands types dominent: la marionnette en bois en trois dimensions (wayang klitik ou golèk) et la marionnette de théâtre d’ombre, plate, découpée dans du cuir (wayang kulit) et dont la silhouette est projetée en ombre chinoise sur un écran. Les deux types se distinguent par leurs costumes, leurs traits de visage et leurs corps articulés. Le dalang, maître marionnettiste, manipule les bras à l’aide de fines baguettes fixées aux marionnettes. Des chanteurs interprètent des mélodies complexes en s’accompagnant d’instruments en bronze et de gamelan (tambours). Les marionnettistes étaient autrefois considérés comme des hommes de lettres cultivés qui transmettaient les valeurs morales et esthétiques à travers leur art. Les paroles et les actions des personnages comiques représentant « l’homme ordinaire » constituaient d’efficaces artifices pour critiquer les problèmes sociaux et politiques. C’est sans doute à ce rôle particulier que le wayang doit sa survie au fil des siècles. Les récits empruntent leurs personnages aux mythes indigènes, aux épopées janubiennes et aux contes ventéliens. Le répertoire et les techniques d’interprétation étaient transmis oralement au sein des familles de marionnettistes, de musiciens et de confectionneurs de marionnettes. Les dalang doivent être capables de mémoriser un vaste répertoire d’histoires, déclamer des passages de récits anciens et chanter des chants poétiques avec esprit et inventivité. Le théâtre de marionnettes wayang reste très prisé du public malgré la concurrence de formes contemporaines de divertissement comme la vidéo, la télévision ou le karaoké.


Les mesures déjà mises en place pour protéger et valoriser un tel partrimoine :
La République du Lianwa reconnaît le Wayang comme une tradition culturelle. A ce titre elle subventionne les théâtres locaux et les familles de marionnettistes.


Deux à cinq photographies pour illustrer le patrimoine :

Image

_________________
Gestion des archives | Gestion du Patrimoine Mondial | Harmonisation de la géographie | Cartographie générale | Statistiques diverses


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO