SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Ven Avr 28, 2017 12:43 am

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 49 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Mer Déc 14, 2016 2:51 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Les grandes périodes artistiques.

Bien que Dytolien et non-insulaire, les périodes artistiques que le Thorval connut divergent avec la suite chronologique généralement acceptée et vécue sur le reste du continent. Les différents styles réussirent à cohabiter à travers les ages et il n'est de ce fait pas possible de décrire une époque par une unique esthétique, mais plusieurs.

La chronologie ci-dessous concerne l'art en général (architecture, peinture, etc) :

Jusqu'au Ve siècle : art nordique
Du V à XIe siècle : art nordique christianisé / art pré-roman
Du XIe à 1180 AD : art roman / art nordique christianisé
De 1180 à 1530 AD : art gothique / art roman / art nordique christianisé
De 1530 à 1580 : passion gréco-latine classique et acquisition modérée de ses apports (sans engouement exclusiviste) / art gothique / art roman / art nordique christianisé
1580 AD : Début du deuxième art roman ou art roman de la période humaniste
1595 AD : Début du deuxième art nordique christianisé ou art nordique christianisé de la période humaniste
1600 AD : Début du deuxième art gothique ou art gothique de la période humaniste
Ces trois genres cohabitèrent, bien que roman et gothique soient plus courants, jusqu'en 1905. Durant la période, le théâtre classique (règle des trois unités) vit à la marge
1905 AD à ... : Début quasi-simultané du troisième art roman, du troisième art gothique et du troisième art nordique christianisé ou art [...] contemporain / le théâtre classique (règle des trois unités) vit toujours à la marge

Les arts d'avant le XVIe siècle ne tombèrent pas en désuétude mais survécurent en se renouvelant. Idem pour le chant grégorien thorvalois qui n'eut pas besoin de restauration.
Le baroque ne gagna pas réellement le royaume car son promoteur fut l'Église tridentine. Or, l'Église catholique de Thorval n'adopta que le stricte nécessaire du Concile de Trente. Sans baroque, pas de rococo non plus.
Le classicisme (néoclassisme compris) ne fut présent que par le théâtre classique. On aime beaucoup Platon, Aristote et les colonnades mais de là revenir en arrière et dire que le reste est gauche, non.
Le romantisme n'eut alors pas d'objet, d'autant que les Lumières ne firent qu’effleurer le pays. Et ainsi de suite.

Le pays doit peu au droit romain qui ne laissa presque aucune trace dans la législation, la société, les mœurs. Cela eu des conséquences politiques car dépourvu de l'appui du droit romain et de légistes s'en aspirant, la royauté ne muta pas en monarchie absolue, et les coutumes se maintinrent jusqu'à aujourd'hui, changeantes selon les époques, les contextes et la mémoire des hommes.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Déc 27, 2016 4:38 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Quotidien des humbles.
20 décembre 2031,

Image

Les poules étaient dans la basse-cour enneigée, une bonne dizaine en plus de trois coqs. Certaines gambadaient, d'autres donnaient l'impression de chercher l'antre des vers de terre enseveli sous le manteau neigeux. Vêtu de laine grossière, Peter glissa la tête dans le poulailler du coté des nids, mais ne trouva pas d’œufs. A vrai dire ce n'était pas une surprise car les poules ne pondaient pas l'hiver ou très rarement. Quoi de plus naturel donc que de revenir bredouille ? Le paysan laissa la porte ouverte et retourna à la chaumière pour prendre un maigre premier repas de la journée – Avent oblige – en compagnie de sa famille, constituée de ses trois enfants, de son épouse, de sa mère, de son père et de son grand-père. Comme autres biens, Peter possédait avec son clan un jardin vivrier contigu de 0,7 arpent et 4,9 acres de champs de céréales et de légumineuses à quelques pas de la maison. Récent alleutier, il était heureux car comme la plupart des humbles de sa paroisse, Harken, Peter espérait depuis longtemps la pleine propriété de ses terres et cela était actuellement possible dans le domaine royal. A la taverne, il entendit que le phénomène des alleux paysans s'étendait maintenant en dehors du domaine de Sa Majesté, principalement au sein des fiefs contrôlés par les diverses branches cadettes. L'information était aussi reprise par le Den Hakke, en quelque sorte le livre de chevet de la paysannerie, écrit par et pour les campagnards sans excès de révérence et sans langue de bois. Tout ceci était donc de bonne augure et donnait du baume au cœur durant la saison morte. Pour le reste de la journée, Peter brassera de la bière à la brasserie du village, rattachée à la taverne, et se retrouvera au cours de l'après-midi devant un brasier pour jacasser avec les copains. Ils se lamenteront lui et ses compagnons de ne pas être partie avec les autres pour le sacre, espérant se rattraper au cours d'un futur tour du royaume, exercice auquel les rois et les reines devaient s'adonner par tradition. Pour eux, rien de pire, en effet, qu'un chef qui ne se montrait pas à ses sujets.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Déc 30, 2016 1:38 am 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Anthroponymie locale.

Les prénoms donnés par les parents à leurs enfants sont à consonance purement locale, d'origine chrétienne ou encore ceux des rois, des reines et des seigneurs.

Exemples de prénoms masculins :
Mathias, Per, Jens, Niels, Ragnar, Lars, Søren, Poul, Hallvard, Kjeld, Anskar, Thøger, Erland, Olaf, Svend, Nicolaj, Jørn, Thomas, Erik, Påske, Rasmus, Anders, Jesper, Knud, Stanislaus, Arnulf, Bjørn, Folkmar, Markus, Simon, Valdemar, Øthulf, Christian ...

Exemples de prénoms féminins :
Anna, Kristine, Marie, Lucia, Birgitte, Helle, Mette, Inge, Borghild, Kinga, Freya, Bente, Helma, Hilda, Ingrid, Magga ...

Exemples de patronymes :
Jensen, Nielsen, Thomasen, Poulsen, Christiansen, Mikkelsen, Lund, Jespersen, Østergaard, Vestergaard, Svendsen, Holm, Olsen, Knudsen, Hallvardsen, Markusen, Frederiksen, Jeppesen, Simonsen, Mogensen, Kristensen, Mathiasen, Møller, Eriksen, Hedegaard, Thygesen, Ravn, Danielsen, Thorsen, Dabrovski, Kjeldsen, Nicolajsen, Rasmusen, Arnarsen ...


[PS. Également une aide pour le choix des noms lors des prochains évènements sportifs. :D ]

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Jan 03, 2017 5:03 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Entrainement des hommes d'arme.
8 janvier 2032,

Image


Dans les paysages montagneux blancs surplombés par le massif Gammel Fru, au comté de Fårbjerg, où se côtoient forêts de sapins, herbes et pierres, deux compagnies débutaient six jours d'entrainement commun en milieu hostile. La région était coutumière des transhumances du mouton durant l'été, mais voici que cet hiver, des hommes d'arme arpenteront la montagne afin de mieux connaître son environnement, savoir se camoufler, se positionner et se déplacer discrètement sur terrain escarpé, mais également résister au froid et s'orienter au sein de la nature sauvage, y survivre. Des loups y vivaient, c'est pourquoi, chaque nuit, quelqu'un veillera auprès du feu. L'exercice se fera conjointement entre des troupes répondant à Sa Majesté Marie III et d'autres obéissant à son oncle Bjørn de Fårbjerg. Une opportunité de taire définitivement les rumeurs de félonie du prince du sang vis-à-vis de sa nièce.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Revue générale des troupes

Sa Majesté Marie III : 5300 hommes
Bjørn de Fårbjerg : 1200 hommes
Magnus de Helligstier : 1100 hommes
Anna de Treenigheden : 1150 hommes
Poul de Lysbjerg : 1050 hommes
Jens de Hårland : 1400 hommes

Mathias V de Sidstehøjborg : 1000 hommes
Erik X de Søndermandland : 1100 hommes
Jesper XII d'Ulvlund : 1450 hommes
Ragnar III d'Enge : 1250 hommes
Anders II d'Amargård : 900 hommes
Erland IX de Flodland : 200 hommes
Poul VIII de Højgård : 300 hommes
Helle de Mølleåen : 1100 hommes
Per XIII de Skovegård : 1000 hommes
Bartosz XVI de Brakanland : 1300 hommes
Søren IV de Taungård : 1100 hommes
Martynas XXI de Tresletterne : 1300 hommes
Lars XI de Taungraenser : 1000 hommes
Euzebiusz VII de Brakanhav : 800 hommes


Pris individuellement, Sa Majesté a sous sa férule, en moyenne, quatre fois plus de troupes que n'importe lequel de ses vassaux. Néanmoins, dans l'absolu, l'effectif ne représente qu'un peu plus d'un cinquième de l'armée. En ajoutant les soldats sous le contrôle des branches cadettes, le chiffre s'élève à environ 45%. Plus de la moitié donc des forces armées est sous le commandement d'autres maisons nobles, donnant à ces dernières un poids considérable.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 06, 2017 12:33 am 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Épisode judiciaire (1).
15 janvier 2032,

Image


Une sombre affaire judiciaire vient de prendre fin.

Tout débuta le 11 décembre à Nyherred, paroisse abritant deux cent cinq âmes, située au sud-ouest du royaume, un peu en arrière de la rive de la grande mer intérieure, dans le margraviat de Brakanhav. Le bruit, fondé, de trois bébés morts-nés en moins d'un mois se propagea. Très vite, Lucia, la nouvelle sage-femme, dû subir le courroux du village qui l'accusa de sorcellerie et de diableries. Sans attendre et sans la ménager, la foule conduisit l'accoucheuse devant l'officialité, sous la juridiction du Révérend Père Lars III, abbé mitré de l'Abbaye Notre-Dame des Prés. Après moult enquêtes, visites et délibérations, le tribunal ecclésiastique conclut le 14 janvier que rien ne laissait croire en un acte maléfique et recommanda la compassion. Remise le lendemain aux laïcs, la Haute Justice du margrave Euzebiusz VII condamna Lucia à l'exil dans le Højgård. Cela aurait pu être pire étant donné la colère populaire... Au final, la peine ne sera même pas appliquée, la maïeuticienne ayant choisit de rejoindre un couvent situé au sein de la province voisine, à plusieurs lieux de Nyherred.

-------

Système judiciaire

La haute justice, détenue par les grands seigneurs (et les corps municipaux pour les villes). Celle-ci peut juger toutes les affaires et prononcer toutes les peines, y compris la peine de mort.
La moyenne ou la basse justice, détenues par les arrières-vassaux (généralement). Elles peuvent traiter les affaires de moindres importances comme les rixes, les larcins, les dégâts des bêtes.
La justice royale, détenue par Sa Majesté et incarnée par la Store Domstol, grande cour devant laquelle on fait appel d'une décision judiciaire seigneuriale ou municipale. Ses arrêtés priment et sont définitifs.

Les officialités, tribunaux ecclésiastiques sous la juridiction d'un évêque ou d'un abbé mitré, en charge des dossiers en rapport à l'église, aux choses spirituelles et connexes. Ces dernières ne peuvent condamner « civilement ou pénalement » les laïcs sauf celles et ceux bénéficiant du privilège de for.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Jan 10, 2017 9:09 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Complots et intrigues (1).
31 janvier 2032,

Ragnar III était de ces seigneurs du courant féodaliste. D'aspect massif, la mine rude, doté de cheveux long et d'une barbe drue, le comte d'Enge était un homme arrogant, susceptible, bagarreur, rustique, pointilleux sur son honneur et extrêmement jaloux de ses pouvoirs. Le genre d'animal contre lequel il fallait rendre coup pour coup, ou le frapper jusqu'à ce qu'il comprenne la leçon. Personne n'avait réussi jusqu'ici une telle prouesse. Il vivait dans un imposant château construit au XIIIe siècle pour la défense du comté. La vie n'y était absolument pas confortable mais la bâtisse offrait au feudataire un indéniable symbole de puissance. Dans la Grand-Salle :

« Votre Majesté, un coursier portant un message à votre attention. Annonça son bras droit, Valdemar de Skovegård, cadet du Duc de Skovegård.

Le seigneur déplia le document cacheté et entreprit de le lire. Son visage passa de la surprise à la colère et termina sur un éclat qui fit trembler les murs.

– Qu'est-ce, Messire ?
– C'est un édit de « Sa Majesté » qui veut que j'accorde des alleux aux paysans, publié le 28 janvier. Répondit le comte.
– Je prépare les cadastres.
– Non, sert moi de l'hydromel plutôt. Ce n'est pas une gamine qui va m'impressionner.
– Mais Sire, c'est trahison que de désobéir à une suzeraine, même faible. Vous pourriez perdre votre chef. Prévint Valdemar.
– Marie... Elle n'était encore que l'esquisse d'une pensée dans la tête du roi Niels et de la reine, que je commandais déjà des troupes.
– Ce n'est pas suffisant pour refuser une décision royale, Sire.
– Non, tu as raison. Nous mettrons en exergue l’empiètement du pouvoir central sur nos libertés provinciales si chèrement acquises et défendues. Dans le même temps, nous devons la déstabiliser, attenter à son honneur. Un philosophe disait Mentez, mentez, il en restera toujours quelque-chose. »

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Jan 17, 2017 3:29 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Complots et intrigues (2).
21 février 2032,

Ragnar III restait ces derniers jours cloitré derrière les épais murs de son château. Le dehors avait de quoi effrayer, depuis l'annonce de la gabelle du sel : on lui rapportait des turbulences villageoises, des escalades verbales, des inscriptions vengeresses etc. Les articles lapidaires des gazettes locales et du Den Hakke entretenaient sans vergogne les esprits échauffés et le retour au calme semblait être une lointaine chimère. Et comme les mauvaises nouvelles n'arrivaient jamais seules, son héritier avait rejoint la garde. Le grand seigneur s’énervait depuis sa superbe cathèdre :

« ELLE A MON FILS ! Pesta Ragnar III.
– C'est un honneur d'être membre de la garde royale, Sire.
– Ne comprends-tu pas ? Rétorqua le comte. Dans le contexte actuel, Olaf n'est rien d'autre qu'un otage qui ne dit pas son nom. MON AINÉ..., otage de la Couronne !
– Oui, Sire, peut-être... en attendant, Votre Majesté doit faire la meilleure impression possible devant la reine-mère, elle sera là d'un moment à l'autre. Conseilla Valdemar.
– Certes. Soupira le seigneur. Avec Olaf entre les mains de Marie, nous devrons lâcher du leste, sur le sel et les alleux. Je suis sûr que c'est la reine-mère qui lui a tous soufflé. »

Quelques temps plus tard, c'est paré de ses plus beaux atours que le comte reçu Margrethe, que l'on soupçonnait de gouverner le royaume, en sous main, derrière sa jeune fille.

« Votre Grâce. Quelle resplendissante...
– Épargnez moi vos flagorneries, je vous connais. Nous avons du travail. Interrompit sèchement Margrethe. »

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Jan 18, 2017 4:02 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Croyances populaires (1).
Temps présents,

Image


Duché de Gamlemunke, Himlenforår
Tout les 1er novembre, le village de Himlenforår est selon la croyance envahie par les âmes errantes qu'un vivant ne doit pas avaler sous peine d'être tourmenté et de mourir. Face au danger, les paysans quittent leurs chaumières et se réfugient dans la forêt voisine que tout les saints protègent. Une fois dans l'antre, il ne faut pas jacasser car attire les âmes errantes et ne boire ou manger que ce qui se trouve dans le bois. Y rencontrer un cerf est bon présage car c'est un animal vénéré pour sa sainteté. Le lendemain, les villageois retournent chez eux. Celui qui ne se sera pas cacher la veille devra passer 40 jours dans les bois afin de se libérer.

Ces croyances, superstitions, légendes et folklores sont monnaies courantes et ancrés dans les campagnes. Il en existe plein d'autres que nous découvrirons au fur et à mesure.


Voyants et voyantes : 741
Guérisseurs/guérisseuses : 503
Astrologues : 486
Alchimistes : 107

TOTAL des marginaux : 1837

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Jan 23, 2017 8:10 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
S'acclimater à son nouveau pays.
5 mars 2032,

Les jeunes mariés, Marie III et Frans-Valdemar, passaient leurs après-midi côte-à-côte. Le grand prince arsonnais continuait de découvrir les diverses facettes de sa nouvelle patrie. Aujourd'hui, il avait pu apercevoir un scalde pour la première fois, quand celui-ci se présenta au château afin de chanter pour Sa Majesté. Ces artistes, que l'on disait gardiens dans le temps des traditions et des coutumes populaires, unissaient poèmes et chansons, des êtres solitaires et nomades, dotés d'une aura mystique que personne ne comprenait vraiment. Le pendant des troubadours, avec davantage de mystères autour d'eux. Respectés, c'est eux qui avaient convertis le petit peuple au Christ des siècles en arrière. Des gens fascinants. Frans-Valdemar lisait maintenant le Den Hakke et n'en revenait pas :

« Cette gazette est... de ce que j'ai compris... très rustique et cinglante. Vulgaire, même. Tous le monde en prend pour son grade ! S’étonna le consort.
– Elle ne serait plus elle-même sans son irrévérence. Expliqua Marie. Quelque part, sa liberté de ton est bon signe.
– Dans le pays d'Enge, un lieutenant comtal fut jeté à l'eau et un prévôt [justice seigneuriale] rasé de la tête et ligoté à un arbre ! Relata le prince.
– Ragnar III a promis à notre mère et aux paysans de retirer la gabelle du sel. Cela n'a pas encore été fait. L'insolence et l'outrage sont typiques aux mentalités de nos contrées.
– Vous parliez de liberté de ton. Vos sujets ont-ils aussi le droit de calomnier, injurier, scandaliser une personne ?
– Ce n'est interdit par aucune coutume, mais à ce niveau de liberté, tout à chacun s'expose à un combat d'honneur. Un duel. Répondit Marie. »

Le consort Arsonnais se leva et resta plusieurs minutes à regarder par la fenêtre sans rien dire. Il ajouta finalement :

« Le duel. Est-ce un combat pouvant aller jusqu'à la mort ? ... Ma colombe ?

Se retournant, Frans-Valdemar vit que son épouse s'était assoupie.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Jan 26, 2017 7:37 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Un front policier émietté.

Les corps de police sont de nature décentralisée, chaque province ou ville est responsable de ses forces et les entretient. Comme pour les militaires, un policier obéit d'abord à son seigneur et ensuite à Sa Majesté, en sa qualité de suzeraine. Chargés de faire régner l'ordre sur leur territoire respectif, les manteaux citadins et les gardes champêtres sont armés d'un pistolet et d'un sabre de combat. La coopération intra-policière s'appuie sur un accord fragile mais qui tient encore debout : le Sauf-conduit général de 1933, approuvé par les nobles pour cent ans. Sa renégociation l'année prochaine s'annonce rude et incertaine, d'où le retour régulier du vieux serpent de mer concernant une police unifiée ou au moins l'instauration d'une maréchaussée dont la juridiction s'étendrait dans tous le royaume.

La situation des juridictions en 2032

Sa Majesté Marie III : 220 gardes champêtres sous son autorité.
Bjørn de Fårbjerg : 50 gardes champêtres sous son autorité.
Magnus de Helligstier : 90 gardes champêtres sous son autorité
Anna de Treenigheden : 100 gardes champêtres sous son autorité.
Poul de Lysbjerg : 120 gardes champêtres sous son autorité.
Jens de Hårland : 200 gardes champêtres sous son autorité.

Mathias V de Sidstehøjborg : 250 gardes champêtres sous son autorité.
Erik X de Søndermandland : 250 gardes champêtres sous son autorité.
Jesper XII d'Ulvlund : 150 gardes champêtres sous son autorité.
Ragnar III d'Enge : 200 gardes champêtres sous son autorité.
Anders II d'Amargård : 200 gardes champêtres sous son autorité.
Erland IX de Flodland : 50 gardes champêtres sous son autorité.
Poul VIII de Højgård : 30 gardes champêtres sous son autorité.
Helle de Mølleåen : 130 gardes champêtres sous son autorité.
Per XIII de Skovegård : 150 gardes champêtres sous son autorité.
Bartosz XVI de Brakanland : 200 gardes champêtres sous son autorité.
Søren IV de Taungård : 200 gardes champêtres sous son autorité.
Martynas XXI de Tresletterne : 210 gardes champêtres sous son autorité.
Lars XI de Taungraenser : 250 gardes champêtres sous son autorité.
Euzebiusz VII de Brakanhav : 280 gardes champêtres sous son autorité.

Évêché de Gudøje : 10 gardes-champêtres sous l'autorité du chapitre.
Évêché d'Oksekors : 10 gardes-champêtres sous l'autorité du chapitre.

Corps municipal de Jensgård : 100 manteaux bleus sous l'autorité de la corporation municipale.
Corps municipal de Valborg : 25 manteaux gris sous l'autorité de la corporation municipale.
Corps municipal de Sankt-Thøger : 45 manteaux verts sous l'autorité de la corporation municipale.

Un total de 3520 policiers tout seigneur, évêché et villes confondues. En parallèle se constituent, grâce à l'autorisation du port d'arme, des milices d'autodéfenses paysannes et bourgeoises. Des phénomènes tolérés par la noblesse, mais qui inquiète quelque peu l'Église à cause de l'absence de cadre juridique de contrôle.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Fév 03, 2017 6:28 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Le système d'enseignement.

Le système d'instruction au Thorval se caractérise par l'absence d'unification et des pouvoirs publics. Les matières, les programmes, les horaires, les règlements et l'organisation changent au gré des villages, des usages et des lieux géographiques. Cependant, toutes les écoles enseignent en théorie suffisamment de savoirs afin que les portes de l'université s'ouvrent à leurs élèves.

Jusqu'à sept à huit ans, la marmaille est sous la responsabilité de ses parents. A partir de cet âge, l'enfant va à l'école de sa paroisse ou du monastère le plus proche, sous la direction d'un curé ou de moines/moniales. Parfois, ce sont des fondations seigneuriales qui assurent l'instruction, seul exemple aussi rare soit-il de l'implication d'un pouvoir public, certes non-étatique, dans le domaine. Les élèves reçoivent un enseignement élémentaire en patois et apprennent, en règle générale, la lecture, l'écriture, l'arithmétique, la géométrie, l'algèbre, l'histoire, la géographie et le catéchisme. A ces premières disciplines s'ajoutent, selon les endroits, la musique, l'astronomie, d'autres sciences naturelles, le latin, l'agriculture et les métiers manuels. L’ordonnancement des salles de classe n'a pas de règle commune. En accord avec les usages, elles sont non-mixtes ou mixtes, et une femme peut enseigner à des garçons, et aller à l'université, sans que cela ne soulève de protestations. La mixité sociale, enfin, existe et concernent les cadets des familles seigneuriales qui fréquentent les mêmes écoles que les fils de paysans, alors que les ainés bénéficient généralement d'un précepteur. L'équité est de mise : l'enseignement est gratuit pour les pauvres et payant pour les riches, au moins jusqu'à l'université où apparaissent des bourses universitaires en faveur des pauvres.

Dès quatorze à quinze ans, l'élève peut rejoindre l'établissement universitaire de son choix ou démarrer un apprentissage. Si son choix se porte sur les études intellectuelles, il intègre la faculté des aspirants pendant deux ans, condition siné qua non pour l'accès aux autres facultés. Le monde universitaire se partage en deux catégories : les universités à proprement parlées, corporations de maitres et d'étudiants (issues des écoles-cathédrales) indépendantes du pouvoir politique et sous la protection de l'évêque. Leurs origines font que les bâtiments universitaires viennent de la sphère religieuse. Par ailleurs, depuis le XIVe siècle après Jésus-Christ, la population estudantine a le statut de clerc et dépend des tribunaux ecclésiastiques ; l'école-abbatiale rattachée à une abbaye territoriale, siège d'un abbé-mitré, équivalent de l'évêque à la campagne, qui dispense aussi un enseignement supérieur. Toutes les abbayes territoriales ne possèdent pas d'école-abbatiale.

L'Université de Jensgård fondée en 1180 et reconnue en 1205. Ses facultés : aspirants, médecine, lettres, théologie et droit canon. La plus cotée.
L'Université de Valborg fondée en 1195 et reconnue en 1230. Ses facultés : aspirants, droit coutumier, histoire, théologie et droit canon.
L'Université de Sankt-Thøger fondée en 1181 et reconnue en 1200. Ses facultés : aspirants, sciences, théologie et droit canon.
L'école-abbatiale Notre Dame des Prés fondée en 1041. Ses facultés : astronomie, théologie et droit canon.
L'école-abbatiale Saint Hallvard fondée en 1066. Ses facultés : médecine, astronomie et droit canon. La plus cotée.
L'école-abbatiale Saint Kjeld fondée en 1299. Ses facultés : philosophie et théologie.
L'école-abbatiale Notre Dame du Nord fondée en 1159. Ses facultés : droit coutumier, philosophie, médecine et droit canon.

Une se spécialise en théologie et en droit canon, deux en droit coutumier, une en médecine, une en sciences, une en astronomie et une en philosophie.

Pour enseigner, un maitre d'université doit obtenir une licence et être érudit. Nul autre requis n'est exigé, les portes sont ouvertes à toutes les cultures et les religions. Depuis trente ans, les savoirs de la médecine à l'Université de Jensgård sont par exemple dispensés par monsieur Aaron Finkelstein, juif IJndenlandais.

L'école n'est en rien obligatoire, toutefois, les parents tiennent à ce que leurs progéniture reçoivent de l'instruction. Comme on ne méprise pas les métiers manuels ou de la terre, ni ne fait du diplôme un absolu catégorique, seuls environ 10% des élèves décident de continuer vers les établissements supérieurs après l'école paroissiale/monastique. 5% devient ensuite plus qu'un aspirant.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Fév 05, 2017 7:50 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
La particulière Église catholique.
15 avril 2032,

Image

Communion : avec le Pape depuis 418 après J-C.
Statut : Église catholique autonome.
Privilèges : droit canon particulier, missels particuliers, martyrologes particuliers, organisation ecclésiale particulière, calendrier grégorien particulier.

Liturgie : rite thorvalois (contenant un large ensemble de rites particuliers) attesté dès le VIIIe siècle.
Langues : vernaculaires (thorvalois commun, brakane, taunasien, patois) depuis toujours, sans interruption.
Usage du latin : très rare.
Structure épiscopale : trois évêques, trente abbés-mitrés.
Infrastructures religieuses : un clocher par village, des oratoires, des monastères, des abbayes territoriales ("cathédrales rurales"), des abbayes ; des églises urbaines, des couvents et des cathédrales.

Monachisme : ordre Larsien, crée par Lars le Pieux de Hårland
- Suit la Règle de Saint Benoit
- Tente de concilier prière et ascétisme avec travaux manuels/intellectuels
- Pas de hiérarchie entre les abbayes, indépendantes l'une de l'autre
- Pratique du monastère-double masculin/féminin
- Accepte les frères convers

Courant séculier : catholicisme populaire.
Pratique : régulière, notion du temps basée sur la liturgie des heures.
Situation doctrinale : peu orthodoxe (nombreuses légendes et superstitions).
Exigence morale : équilibrée, pas de rigorisme. Optimisme, beuveries, ripailles, danses villageoises, etc.
Méfiance : tridentisme (++), post-tridentisme (++), jansénisme (+++++++++++++++++++++)
Hors Église : luciférisme (+++++++++++++++++++++), mouvement des puritains (+++++++++++++++++++++)

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Fév 06, 2017 7:09 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Au Conseil de Sa Majesté.
17 avril 2032,

A la différence des toutes premières séances de Conseil, le siège royal avait à ses cotés un siège princier. Il avait fallut prestement résoudre l'anomalie car une reine célibataire, y compris à court terme, n'était pas envisageable pour les mœurs du royaume. Il en allait de même pour les rois qui n'allaient pas sans leur consort, prêtes à s'impliquer dans les affaires de son mari, et à susurrer certains conseils dont seule la nature féminine avait le secret. Parfois, on ramenait également les frères, les cousins, les tantes, etc. Le pouvoir et sa pratique était une affaire de famille, l'économie domestique à plus grande échelle. Heureusement, la parentèle ne constituait qu'une partie de l'entourage et beaucoup d'autres invités et d'habitués du Conseil ne partageaient pas les racines familiales. Tandis que ses feudataires régnaient en quasi-rois au sein de leurs provinces, Marie s'intéressait aux questions juridiques. Bien que grand seigneur elle-même pour son domaine royal, elle était pratiquement la seule à se soucier du Bien commun de la multitude de son royaume, à posséder une vision d'ensemble, et non uniquement d'un village, de fermes, d'une ville, d'un métier ou d'une province.

Image
La salle des pères accueille le Conseil de Sa Majesté.

« Ne voyez pas dans le droit écrit un régime juridique latin inadapté aux contrées thorvaloises mais plutôt une arme afin de renforcer votre autorité, Majesté. Amena le Grand-Prince Frans-Valdemar dans un sabir moitié latin moitié thorvalois.
– Le droit romain fut construit pour un idéal urbain et centralisé. Ce n'est pas nos mentalités ici, ni notre but ! Envoya le Grand Chambellan Poul VIII.
– Le royaume n'a nul besoin d'accepter l'ensemble. Prenez le bon et ignorez ce qui rebute !
– Paix, vous deux. Apaisa Marie III. Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, quels sont les avantages et les inconvénients de la rédaction des coutumes de nos pays ? Monsieur le Chancelier ?
– Les bons cotés, Majesté, sont avant tout pratiques. Les coutumes varient à l'infini, sont imprécises, voir obscures et permettent à n'importe qui de les interpréter à sa manière. Le travail des cours de justice est complexe et délicat. Figer un tant soi peu les us apporterait une clarté bienvenue. Concernant les mauvais cotés : les coutumes ne sont rien de plus qu'une lecture juridique des mœurs correspondant à un territoire. Le décalage entre les mentalités et la législation s'en retrouve, de ce fait, minimal, au pire. Or, par nature, les coutumes changent, évoluent, s'adaptent et sont multiples. Les graver dans le marbre affaibliraient les qualités citées, en plus de favoriser les usages généraux au détriment des coutumes purement locales, celles des hameaux et des plus humbles villages. Ce n'est pas un sujet facile mais j'espère avoir au moins éclairer votre esprit, Majesté.
– Merci à vous. »

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Fév 14, 2017 1:58 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Les clans, une réalité.

Jusqu'au Ve siècle, le roi thorvalois n'était qu'un puissant chef de clan, élu, qui peinait à s'imposer face aux jarls et autres chefs claniques locaux. Les luttes inter-familiales étaient légions, meurtrières et affaiblissaient la région face à l'étranger. Ce n'est qu'à l'aube du siècle suivant que le Thorval atteignit une certaine cohérence politique, plus ou moins concomitant à la christianisation du pays. Évidemment, on ne pu parler de vrai centralisation, de loi unique, d'autorité unique... situation politique condamnée à ne jamais exister en ces contrées. L'édifice royal s'affaiblit au Xe siècle au profit de clans dont les chefs devinrent féodaux et sont, pour la plupart, les ancêtres des seigneurs d'aujourd'hui. La royauté ne réimposa sa prééminence qu'à la fin du XIe et s’esquinta à la maintenir, vaille que vaille, jusqu'à nos jours.

Le clanisme est une réalité contemporaine au Thorval. Qu'est-ce-qu'un clan ? Un groupe social regroupant des personnes partageant une parenté, un ancêtre commun. Dans le pays, justement, le modèle familiale nucléaire (parents + enfants) est hors-de-propos, la famille c'est le clan, base sociale fondamentale et sacrée. On y trouve non seulement le père, la mère et les enfants mais aussi les grands parents, les oncles, les tantes, les cousins, les cousines, les neveux, les petits enfants, les arrières-petits neveux, les gendres, les brus, les belles-sœurs etc. Peuvent être également perçus comme part entière du clan les amis, les adoptés, ou encore la clientèle et les sujets d'un seigneur. Il est ainsi techniquement possible d'appartenir à plusieurs clans. Un village n'est au fond qu'une large alliance familiale. Localement, les avantages de la mentalité clanique se trouvent essentiellement dans l'esprit de corps et dans la puissante solidarité organique qu'elle engendre. S'occupant l'un de l'autre, les membre de clans n'ont pas besoin des prestations de l'État.

Les contrecoups de la dite société se situent au niveau du repli vers le familier. En soi, ce n'est pas mauvais, cependant il peut être l'origine de rivalités familiales exacerbées, de méfiance vis-à-vis de l'étranger et de vengeances privées. La faide est officiellement jugulée depuis les années 60, néanmoins on la soupçonne de survivre sur les terrains de sport, durant les parties de Knáttleikr.

Malgré tout, l'édifice thorvalois tient toujours debout. L'alliance du Trône et de l'Autel maintient la cohésion. Enlevez l'un ou l'autre, vous obtiendrez le chaos politique.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Fév 22, 2017 6:31 pm 
En ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 10:00 am
Message(s) : 7210
Localisation : Jensgård, Thorval
Les curseurs sociétaux. (librement inspiré du formulaire de Sébaldie pour le recrutement nobiliaire)
Juin 2032,


Les tendances, les rapports de force dans un certain nombre de domaines (politique, famille, art)... de quel coté se situent les curseurs ? Ci dessous :



Nation 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Famille

La famille est la base sociale fondamentale sur laquelle on peut se reposer et compter, tandis que la Nation idéologique reste un concept vague pour la plupart.

Famille élargie 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Famille nucléaire

L'idée d'une famille réduite aux deux parents et à leurs enfants n'est tout simplement pas concevable, ni dans les mœurs profondes.


–––––––



Bourgeoisie 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Paysannerie

Le rapport de force entre les deux « mondes » est terriblement inégal. La paysannerie constitue une force à écouter et à ne surtout pas sous-estimer.

Sa Majesté 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Leurs Majestés seigneuriales

Les grands seigneurs ont une assez importante ascendance sur la reine, leur puissance est très sérieuse.

Clans 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Grands seigneurs :

Le rapport de force est plus ou moins équilibré, permet aux clans - roturiers - d'ennuyer la noblesse à plus d'un titre.


–––––––



État 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Société civile

Le rapport de force est clairement à l'avantage de la société civile. L'État n'est pas ce gros léviathan.

Étatisme 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Indépendance

Une intrusion étatique ou publique hors des domaines régaliens mènera à une révolte. La liberté face à la l'autorité publique est cultivée.


–––––––



Nordicité 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Latinité

Les mentalités, les habitudes sociales, la culture sont assez largement nordique.


–––––––



Imagination/inspiration (art) 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Académisme (art)

On ne croit pas que les anciens aient atteint le Beau Parfait, inutile donc de les copier ou de fonder une autorité jugeant l'art qu'il convient de produire (selon des règles rigides).

Verticalité (architecture) 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Horizontalité (architecture)

On privilégie la prouesse technique et la verticalité !

Utilité (architecture) 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 Beauté (architecture)

L'utilité et la beauté s'imbriquent naturellement l'un dans l'autre selon les architectes thorvalois. Chercher à les dissocier, à privilégier l'un au détriment de l'autre, est contre-nature.
Exemple de ce genre d'erreurs : les merveilleux palais invivables ; les grattes-ciels modulables à souhait mais une gageur pour les yeux.

_________________
« Le Thorval est chrétien et royal, ou il n'est pas. »

Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.
Stat crux dum volvitur orbis.
† Vivant Regnum Thorvalum †


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 49 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO