SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Mer Sep 20, 2017 2:21 pm

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Le retour de l'Empereur [RP]
Message Publié : Jeu Avr 20, 2017 8:55 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Eskha, 4 décembre 2032

Le fils du dernier empereur, Raghu Bravelli-Khôma, était au centre des rumeurs depuis maintenant deux semaines. Cela montrait que même après vingt-cinq ans sans pouvoir impérial, la population eashe était très attachée à la famille Bravelli-Khôma.

Aujourd’hui, il allait enfin apparaître au grand jour aux yeux de tous, sous le nom de Raghu Bravelli-Khôma. Et il espérait bien que cela signifierait un grand tournant pour l’Empire d’Eashatri. Il sortit donc de l’hôtel dans lequel il avait logé, et arriva dans une des rues d’Eskha, une rue habituellement bondée de commerçants, mais aujourd’hui bondée de journalistes. Quel bonheur de se sentir à nouveau reconnu ! Les journalistes se bousculaient tous pour poser leurs questions :

« Etes vous bien le fils de l’Empereur ? Comment avez-vous réussi à disparaître aussi longtemps ? Depuis quand êtes vous revenu en Eashatri ? Est-il vrai que vous avez un neveu ? Etes-vous bien Raghu Bravelli-Khôma ? Avez-vous des nouvelles de votre plus jeune frère ? Prétendrez-vous au trône ? Comment avez-vous réussi à survivre à la guerre civile ? Quelle sera votre première décision, maintenant que vous êtes revenu ? »

Il fit un geste des mains, tout en majesté, et la foule de journalistes se tût. Il put alors parler, sachant pertinemment que tout ce qu'il dirait paraîtrait dans les unes des journaux du pays.

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Mai 17, 2017 10:17 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Son retour datait déjà d'un peu plus de deux mois, mais les eashes s'étaient comme habitués à ses habituelles allocutions télévisées, et rien ne bougeait. Raghu Bravelli-Khôma, commençait donc à s'impatienter, car contrairement à ce qu'il avait prévu, il allait devoir convaincre l'aristocratie eashe, presque invisible en apparence, mais qui était bien la seule à véritablement s'opposer à son retour au trône qui lui revenait de droit. Aussi depuis plusieurs semaines, il multipliait les rencontres, mais ne rencontrait pas le succès escompté. Tout au plus réussissait-il à convaincre certaines familles de ne pas s'opposer à sa prise du pouvoir, et malgré tout ce qu'il pouvait dire, aucune famille de l'aristocratie eashe ne semblait prête à le soutenir. Ce qu'ils voulaient c'était des preuves, des preuves qu'il était bel et bien l'héritier de Bravelli-Khôma.

"Mais quelles preuves?", leur rétorquait-il. "La seule preuve que je pourrais vous apporter, serait un test ADN, mais le patrimoine génétique de mes aïeux est actuellement perdu", se bornait-il à leur expliquer, alors que certains lui assuraient que les ossements de certains membres de la famille royale avaient été découverts, et que la moelle osseuse pouvait potentiellement contenir encore quelques traces d'ADN. Mais Raghu Bravelli-Khôma craignait que les ossements ne soient des faux, ou tout simplement des erreurs.

Alors les aristocrates cherchaient des secrets de famille, ou des informations non confiées à la presse sur l'enfance des derniers membres de la famille Bravelli-Khôma. Mais il s'agissait d'une tâche ardue, car l'ensemble des historiens eashes s'étaient passionné du destin de la famille Bravelli-Khôma, et seule la vie privée de la famille impériale n'était pas connue. Finalement, la plupart s'en étaient décidés à un statu quo, car rien ne semblait les convaincre.

Seulement deux voies lui restaient pour prouver sa légitimité: la reconnaissance du peuple, ou l'utilisation de la classe politique. Raghu Bravelli-Khôma se devait de faire un choix, aussi choisit-il de rencontrer de manière officielle le Général Zariq Asqa-Ele, Ministre de la Défense, dès la fin février 2033. Et cette échéance approchait à grands pas...

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Mai 20, 2017 10:46 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Ambavi, 28 février 2033

Dans le Palais d'Ambavi, situé dans la ville du même nom, Raghu Bravellli-Khôma attendait. Il s'agissait d'un de ses rares fiefs que l'état et l'aristocratie avaient bien voulu lui reconnaître. Palais opulent construit au XIXème siècle entre les influences dytoliennes et eashes, il s'agissait d'un lieu où, avant la guerre, de nombreuses fêtes et événements étaient organisés. Le faste incarnait ce palais, peu habitué au silence qui régnait alors. Raghu Bravelli-Khôma était seul, et attendait avec impatience l'arrivée du Général Asqa-Ele, qui comme à son habitude était en retard. L'empereur héritier ne s'offusquait pas de ce retard, connaissant lui même les problèmes de circulation qui encombraient toute l'agglomération d'Eskha.

Il faisait les cent pas dans le hall du Palais d'Ambavi. Non pas qu'il était particulièrement stressé par cette rencontre, mais qu'il devait donner l'impression de l'être. Après tout, il avait fait fuité volontairement dans la presse la nouvelle de sa rencontre avec le Ministre de la Défense, et peut-être des paparazzis le surveillaient de leurs objectifs. Si tel était le cas, il pouvait être sûr de continuer à faire vivre la flamme impériale dans le coeur des eashes... Enfin le Général Zariq Asqa-Eke arriva, et fut surpris de voir Raghu Bravelli-Khôma en tenue d'apparat. Après mûre réflexion, il ne s'agissait que de respecter le protocole des empereurs qui devaient par leurs habits se distinguer du lot, en toutes circonstances.

Image


"Bonjour votre Altesse", déclara Asqa-Ele, en souriant. "Que de chemin parcouru depuis la dernière fois que nous nous sommes vus ! Puis-je savoir quelle est la raison qui puisse m'accorder l'honneur de cette invitation ?

-Je suis heureux de vous revoir moi aussi, M. Asqa-Ele. Il semblerait que j'eusse ressenti le besoin de vous rencontrer et que je souhaitais en profiter pour vous permettre de vous démarquer des autres politiciens.

-Qu'avez-vous en tête ?

-Lors de ma prochaine grande allocution télévisée, j'aimerais vous faire apparaître au grand jour comme le héros de la guerre d'indépendance que vous êtes, celui qui a repoussé la première des deux attaques islamistes à l'encontre de la famille impériale. Cela vous permettrait une fois pour toutes de repousser l'étiquette que l'on essaye de vous donner de coupable de crimes de guerre, qui ressort assez régulièrement avant chaque élection... Si l'entreprise est aussi réussie que je l'espère, vous pourriez fort probablement être le prochain Premier Ministre de l'Empire d'Eashatri.

-Quelle proposition agréable !
, s'exclama le général, en surjouant un peu sa surprise. Je ne savais pas que j'avais autant de valeur à vos yeux, on dit de moi que je suis un homme d'extrême droite, voyez-vous...

-Et où serait l'incompatibilité entre des fondamentalistes et nationalistes comme vous, et des monarchistes comme moi ?

-Je ne pensais pas à une incompatibilité"
, répondit le leader du Front de Protection de la Foi, commençant à perdre patience. " Après tout, le FPF fait partie des défenseurs du pouvoir royal, mais l'image d'un parti extrêmiste vous soutenant ne vous serait pas très positive...

-Enfin, ne sous-estimez pas l'influence de votre parti sur le gouvernement en place, et même, votre aura d'autorité ne saurait qu'être bénéfique à l'Empire Eashe...

-Cessons de jouer la comédie, veux-tu ?!,
dit d'un ton sec le Général, changeant brusquement d'attitude. Qu'attends-tu de moi ? Je ne pourrai pas te faire gagner les faveurs des aristocrates, si c'est cela que tu cherches, et tu le sais très bien ! Je n'aime pas perdre mon temps, et je ne t'ai pas aidé pour que tu puisses jouer de la sorte avec mon temps, alors quelles sont tes intentions aujourd'hui?

-Zariq, calmez-vous. Vous avez de la chance que je ne sois pas de nature irritable. S'adresser ainsi à l'Empereur... Du temps de nos anciennes lois, quelle était la sentence? Ma mémoire ne semble pas vouloir me le dévoiler. Enfin, si nous sommes seuls aujourd'hui, nous ne le serons pas à chacune de nos rencontres... Alors je vous prierai d'avoir un peu plus de retenue, car expliquer le fait que nous nous connaissons déjà ne risque pas d'être si simple à expliquer.

-Je veux une réponse claire et précise, et je ne compte pas attendre des heures. Tu auras tout à fait l'occasion de le faire dans l'avenir, alors n'en joue pas trop tôt !

-Elle arrive, mais laissez-moi vous expliquer la situation: ces dernières semaines, j'ai multiplié les rencontres avec les grandes et petites familles de l'aristocratie eashe. Mais en l'absence de preuves irréfutables que je ne suis pas en mesures de leur fournir, je suis dans l'incapacité de les convaincre de me soutenir.

-Et où puis-je intervenir?

-J'aimerais tout d'abord, qu'en tant que chef des services de renseignements eashes, vous réunissiez les éléments prouvant ma filiation impériale. Et si cela est possible, une entrevue avec le Premier Ministre, sur lequel votre influence est assez grande, me serait également utile.

-Bien, dans ce cas,
répondit le Ministre de la Défense, en retrouvant son sourire, je crois que je peux vous aider, votre Altesse. Établissons donc dès maintenant l'organisation de ces entrevues, si vous le voulez bien !"

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Juin 28, 2017 8:59 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Juin 2033
Seulement six mois après son retour sur la scène politique eashe, tout semblait sourire à Raghu Bravelli-Khôma. D'une part, grâce aux documents que le Ministre de la Défense lui avait fournis en avril dernier, il avait pu fournir aux aristocrates eashes des preuves de son appartenance à la famille impériale, qui, si elles étaient créées de toutes pièces, avaient néanmoins convaincu une petite moitié de l'aristocratie eashe. D'autre part, à la mi-mai, il avait réussi à avoir une rencontre officielle avec l'actuel chef du Gouvernement eashe, qu'il avait également convaincu sans trop de mal de confirmer son titre d'Empereur légitime de l'Eashatri. Bien entendu, en politicien qui ne voulait pas avoir trop de problèmes avec la justice, ni avec les questions de légitimité, Rayin Akhesh avait insisté pour que le couronnement de l'Empereur ne se fasse qu'après une courte procédure judiciaire qui aurait pour but de s'assurer que Raghu Bravelli-Khôma n'était pas un imposteur. Grâce aux coups de pouce du Premier Ministre, cette procédure, qui ne devrait être qu'une formalité, allait être entamée dès la mi-octobre, puis dès la fin de cette vérification devant la cour suprême, serait organisé le couronnement de l'empereur. Selon le Premier Ministre, Raghu Bravelli-Khôma serait couronné dès janvier 2034.

Mais depuis cette rencontre, le prestige du Premier Ministre Eashe s'effritait, et Raghu Bravelli-Khôma, dont le destin était temporairement lié à celui du Gouvernement Akhesh-II, ne pouvait que craindre cette évolution. Aussi s'était-il fait très discret dans les médias ces derniers temps, afin que l'impopularité dont jouissait Rayin Akhesh ne se transmette pas à lui, futur Empereur de l'Eashatri. Mais cette discrétion était elle-même mal perçue par la presse, qui s'interrogeait de plus en plus sur lui. Brèves Eskhanes, un des quotidiens les plus vendus dans le pays, avait notamment écrit un article le 13 juin, remettant en cause son sang impérial. Suite à quoi le prétendant au trône avait réaffirmé dans une allocution télévisée qu'il était bien le fils du dernier Empereur de l'Eashatri, mais cette déclaration avait été noyée dans l'atmosphère ambiante créée par la loi Askha-Ele II, où les manifestations se faisaient de plus en plus fréquentes.

En y repensant, Raghu Bravelli Khôma méprisait le gras populas eashe, incapable de voir les vraies formes de pouvoir qu'entendait mettre en place le Général, mais aussi incroyablement crédule et naïf lorsqu'il était confronté à n'importe quel politicien. Enfin, mieux valait pour lui avoir un peuple facile à gouverner...

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Juil 16, 2017 1:31 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Récit d’événements passés

17 janvier 2003 : (jour de l’attaque islamiste contre les Bravelli-Khôma, au milieu de la Guerre civile eashe)

Ce soir là, le précepteur des enfants Bravelli-Khôma n’arrivait pas à dormir. Cela faisait sept semaines qu’il ne dormait plus. En effet, il y a sept semaines, Pitambar Kahasi avait appris que sa famille et ses trois fils avaient été tués dans l’effondrement de leur immeuble, dans un faubourg de la capitale, grandement fragilisé par la guerre civile, qui faisait rage depuis plus de trois ans. L’Empereur Adinath IV lui avait offert l’hospitalité dans la demeure dans laquelle les Bravelli-Khôma s’étaient retirés, loin des combats de la capitale, mais cela ne faisait que remémorer à Pitambar que sa famille était morte, source de ses insomnies. Mais ce soir, se dégageaient des murs du Palais Impérial d’Obseli une atmosphère qui ne plaisait pas au précepteur.

Au milieu de la nuit, n’y tenant plus il sortit de sa chambre et commençait à arpenter les couloirs lorsqu’il entendit un bruit de verre brisé, venant des étages inférieurs. Il tendit l’oreille et entendit des pas, nombreux, sur le parquet ciré de l’étage du dessous. Les princesses Tvisha et Manasa dormaient à cet étage… Pitambar Kahasi ne prit pas le temps de réfléchir, et alla réveiller les trois fils de l’Empereur, qui eux dormaient dans le même étage que lui. Pravir et Raghu furent plus difficiles à réveiller que leur jeune frère, Vibodh, mais Pitambar parvint à les amener jusque la bibliothèque de l’étage, à la lueur d’une bougie, en leur intimant un silence religieux. Si la pièce était l’endroit où il enseignait aux cinq enfants de l’Empereur, les trois garçons savaient qu’ils n’allaient pas avoir cours, au vu du visage inquiet de leur précepteur. Ils découvrirent un passage secret dans un des murs qui les amena à une petite pièce étroite, dans laquelle ils étaient à l’abri, au moins pour un temps. Pitambar Kahasi expliqua la situation aux enfants :

« Le Palais est attaqué, il faut que vous fuyez. Prenez l’escalier juste derrière vous, descendez, jusqu’aux souterrains, puis prenez la direction du sud et continuez jusqu’à l’air libre. »

Il s’interrompit, et donna à Pravir, l’aîné, une boussole qui était par chance posée sur une des étagères. Pitambar reprit, d’un ton presque frénétique, qui trahissait l’angoisse, qu’il tentait difficilement de cacher.

« De là, cherchez à rejoindre Lesabad, puis prenez le train briton jusque Sepsatown. Ne révélez pas vos identités, et surtout ne revendiquez pas votre rang. Quittez l’Eashatri, partez le plus vite possible ! Je vous retrouverai d’ici quelques années. Tenez, voici les passeports de mes fils, au cas où vous ayez des contrôles d’identité. Vous avez presque les mêmes âges, alors ça pourrait faire l’affaire. »

En donnant les passeports, il termina :

« Maintenant, partez, quittez le palais ! Je vais essayer de chercher vos sœurs, mais ne les attendez pas ! Quittez le palais tant qu’il en est encore temps ! »

Il quitta la pièce, laissant les trois garçons sans voix, immobiles dans a pièce secrète. Après quelques instants, ils entendirent des coups de feu. Privar décida finalement de prendre ses deux frères en main, et les força à descendre les escaliers. Raghu refusait d’y aller sans ses sœurs, mais le garçon de douze ans n’avait pas la résistance nécessaire pour résister à la force de son aîné, qui était déjà un jeune adulte, c'est pourquoi, malgré son hésitation, il n'avait aucun mal à porter son frère dans les escaliers secrets que leur précepteur leur avait montrés. Ils prirent ensuite la direction du Sud, en courant, de moins en moins vite, puis en marchant... Leur marche souterraine dura si longtemps que les trois garçons s’endormirent au milieu des souterrains.

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Juil 21, 2017 2:06 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Avenue de l'Harmonie, Eskha, le 31 août 2033, vers 19 h 00 :

Un jeune homme, âgé de vingt ans tout au plus, arpentait l'avenue de l'Est d'Eskha d'un pas pressé. Il ne se différenciait en rien des eskhans habitant ce quartier, pour la plupart aisés, qui allaient et venaient frénétiquement dans cette avenue. Il profitait donc du rythme des lieux pour que son comportement ne soit pas qualifié d'étrange par les passants. Il était assez soucieux, non pas inquiet, puisque cela ne faisait pas partie de l'éducation qu'on lui avait donnée, mais soucieux. Il espérait ne pas arriver trop tôt, pour ne pas avoir la possibilité de manquer sa chance. Il aurait tout le loisir de réitérer sa démarche, mais cela ne faisait pas vraiment partie de sa conception des choses, de même que le fait que ce soit à lui-même de se déplacer ne faisait pas non plus partie des enseignements qu'on lui avait faits.

Le jeune homme n'était plus qu'à quelques pas de sa destination: il voyait les numéros des immeublesnse rapprocher de celui qu'il cherchait: 95, 93, 91... Il y était enfin. 87 Avenue de l'Harmonie. Maintenant il ne suffisait plus qu'à trouver le bon logement. "Aramdia", "Khiren", "Methesi", "Bohim",... "Tobephki". Il appuya sur le bouton. Il n'avait plus qu'à attendre qu'on vienne lui ouvrir. Au travers de la porte d'entrée, entièrement en verre, il vit un autre jeune homme, à peine plus âgé que lui descendre les escaliers. Comme tous les eskhans du quartier, il était en costard-cravate, aussi l'homme qui voulait rencontrer Eredin Tobephki n'avait aucun moyen de savoir qui était son interlocuteur.


Dès qu'Eredin Tobephki rentra chez lui, il entendit sonner. Il eut juste le temps de signaler à sa fiancée qu'il était rentré avant de redescendre les escaliers. Qui le demandait aujourd'hui, un journaliste, un député, un ministre, un enseignant ? Depuis qu'il était au Ministère de l'Enseignement, il avait eu très peu de soirées en tête à tête avec sa future femme, et cela commençait à lui peser. Il descendit les escaliers de l'immeuble où il logeait puis arriva dans l'entrée de l'immeuble. Celui qui avait sonné n'avait pas le profil habituel des interlocuteurs du ministre: c'était un jeune homme qui devait tout juste avoir vingt ans. Aussi Eredin Tobephki pensait qu'il devait avoir faire une erreur. Il alla néanmoins ouvrir.

"Bonjour. Vous vouliez voir quelqu'un je suppose ?

-Oui, j'aimerais discuter avec Eredin Tobephki. S'il est absent je passerai plus tard."


Eredin Tobephki n'était pas habitué à ce qu'on ne le reconnaisse pas, aussi il était assez amusé de cette situation. Pourtant le visage de son interlocuteur lui rappelait vaguement quelqu'un, sans qu'il aurait su dire qui.

"Il est devant vous. Entrez, je vous prie. Puis-je savoir qui vous êtes et la raison de votre venue ?

-Je m'appelle Kiran. Je suis un noble dont la famille vous est très certainement inconnue, enfin nous nous étions déjà rencontrés...

-Oui, c'est cela. Svami Kiran Kahasi. Nous nous étions rencontrés lors d'un de vos rares passages en Eashatri il y a une dizaine d'années.

-Je suis heureux que vous vous rappeliez de moi. Mais je ne viens pas uniquement pour reprendre contact avec vous. Malheureusement, j'aimerais aussi m'entretenir avec vous à propos d'un autre sujet très sérieux.

-A moins que vous ne soyez pressé, nous pouvons tout aussi bien monter dans mon appartement.

-Certes, mais es-tu seul ? Ce n'est pas que je n'ai pas confiance en toi... enfin, en vous, mais le sujet que j'aimerais aborder avec vous...


-Vous pouvez me tutoyer, c'est bien ce que nous faisions autrefois. Et pour vous répondre, non, ma fiancée se trouve aussi à l'étage, mais je suis sûr que sa compagnie ne vous dérangera pas.

-Nous nous tutoyions réciproquement à l'époque, Eredin.

-Soit. Cela ne fait pas partie des convenances à l'égard d'un noble, mais la société eashe est de toute façon trop conservatrice à certains égards"[/b], dit Eredin en montant les escaliers, suivi par Sv. Kiran Kahasi.

Dès qu'ils furent entrés dans l'appartement, le jeune aristocrate reprit:

"Je ne viens pas te parler de politique, la politique te regarde, toi et les autres députés. Je viens te parler de Raghu Bravelli-Khôma.

-Donc tu viens me parler de politique, ce dont tu te défends. Après je ne peux pas m'intéresser à son cas, car je suis Ministre de l'Education, non de l'Intérieur, ni de la Justice, et si tu as fait ce voyage pour que je fasse un geste en sa faveur, même si c'était en on pouvoir, je ne le ferai pas...

-Non ! Grands dieux non ! C'est un imposteur ! Justement je voulais te prévenir que c'en est un, afin que tu te méfies de lui comme de la peste.

-Mais tu as tout de même quelque chose à me demander je me trompe ?

-Oui. Vois-tu je me suis renseigné, et je sais que le Gouvernement peut demander de relancer des analyses, des enquêtes... Pourrais-tu demander de relancer des analyses ADN sur le squelette de l'enfant retrouvé il y a trois mois dans les souterrains d'Obseli ? Vu qu'il est mort de faim entre 2000 et 2005, qu'il n'avait que douze ans lors de sa mort... Toutes les raisons semblent laisser croire qu'il s'agit du corps du vrai Raghu Bravelli-Khôma. Pourtant aucune analyse n'a été faite...

-Tu te rends compte que tu me demandes de convaincre quatorze ministres de déterrer un corps enterré au mémorial de la Guerre Civile d'une part,
dont les chances de retrouver l'ADN sont infiniment petites en plus, pour le comparer à des traces d'ADN des membres de la famille impériale qui sont plus que controversées depuis que Raghu Bravelli-Khôma, ou qui qu'il soit, a déclaré qu'il n'avait pas confiance en elles ? Tout ça sans la moindre assurance que des résultats tomberont ? Jamais ça ne passera, où alors il va falloir m'en donner plus...


-Je te fais confiance, et dans le pire des cas, je m'arrangerais personnellement pour trouver des traces génétiques des Bravelli-Khôma dont on ne peut douter.


La fiancée d'Eredin arrivant, Svami Kiran Kahasi changea de sujet en saluant l'avocate avec qui le Ministre de l'Education vivait.

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Août 13, 2017 11:07 am 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Padrahamphur, 8 novembre 2033

Kiran Kahasi ne savait plus où il en était. Cela faisait quatre jours désormais qu'il avait perdu ses repères. Quatre longues journées... mais tout s'expliquait maintenant, les déménagements, l'étendue des connaissances de son père sur l'aristocratie eashe, le fait qu'il n'évoquait jamais son enfance...

Depuis qu'il était né, son père vivait dans la paranoïa, et s'il en avait conscience, Svami Vibodh Kahasi n'arrivait jamais à réfreiner son angoisse de voir sa famille attaquée. Aussi, ils avaient arrêté de déménager seulement au moment où les médecins avaient découvert un cancer en troisième phase sur la paroi stoemacale de son père, il y a neuf mois. La maladie avait progressé lentement, mais inexorablement, malgré la chimiothérapie qui affaiblissait constamment son père. C'était dans ce contexte que Vibodh Kahasi avait demandé à son fils, en août dernier, de prouver que Raghu Bravelli-Khôma était mort, au prix d'un mensonge qui lui coûtait chaque jour davantage.

La nuit du 2 au 3 novembre, Vibodh Kahasi avait perdu connaissance, alors que son fils était absent. A son réveil, il se croyait en 2001, et l'inévitable arriva, alors qu'une infirmière venait contrôler l'état de l'homme de quarante-et-un ans qui se crpyait en avoir sept : il dévoila son identité. L'enchaînement avait été rapide derrière, l'infirmière ayant dû parler autour d'elle, la nouvelle se répendant rapidement jusqu'aux oreilles de la presse people, qui s'était introduite dès le 4 novembre dans l'hôpital central de Padrahamphur. Une terrible journée éprouvante, durant laquelle Kiran Kahasi ne comprenait pas ce qui avait lieu, jusqu'à temps que son père ne lui dévoile la vérité.

Depuis cette date, Kiran ne savait plus quelle attitude avoir, ni qui il était, pas plus qu'il ne savait ce qu'il devrait faire s'il était amené à gouverner. Il ne savait plus comment parler à son père, partagé qu'il était entre sa déception que son père ne lui ait jamais fait confiance, et la crainte de ne pas profiter de ses derniers moments avec son père, alors qu'il pouvait mourir d'un jour à l'autre, les médecins n'étant pas optimistes sur son espérance de vie, qu'ils estimaient nulle depuis déjà deux semaines.

Après la presse people, des journalistes plus sérieux et plus respectueux s'étaient présentés, mais Kiran n'avait pas répondu à leurs questions, alors même que l'"Affaire Kahasi" semblait passionner les journaux eashes, et que l'homme qui prétendait être Raghu Bravelli-Khôma avait multiplié ses comunications dans la presse, se sentant menacé, dénonçant "une supercherie, un complot mené par le gauchiste Eredin Tobephki par souci électoral". Kiran Kahasi - ou Bravelli-Khôma, il ne savait plus - s'en voulait d'avoir mêlé dans cette affaire une des rares personnes qu'il considérait comme un ami, et voyait combien l'enjeu était doublement important pour l'Empire, malgré sa peine et son état de confusion devant la situation à laquelle il était confronté.

Ce matin, il rendait visite à son père, comme tous les jours, et comme tous les jours, il allait rester à ses côtés toute la journée. Sauf que ce matin, son père n'était pas dans son lit, qui n'avait pourtant pas été fait, et il manquait une partie de ses affaires. Dans l'incompréhension et l'angoisse, Kiran est allé trouver une infirmière quivlui expliqua que son père avait accordé un entretien télévisé à la télévision eashe publique.

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Août 14, 2017 4:35 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Extrait du journal de 20h de GTE, 12 novembre 2033:

[...]Ce matin est décédé Svami Vibodh Kahasi, des suites d'un cancer en phase terminale, s'étant généralisé. Le seigneur de 42 ans a eu une courte vie mais très agitée, et ces derniers jours y ont été eux aussi. Suite aux révélations de la presse people et notamment la revue La Vue, à propos du fait qu'il soit possiblement un membre de l'illustre famille Bravelli-Khôma, Svami Kahasi avait décidé de nous contacter afin de pouvoir se justifier. Ainsi, nous avons enregistré une interview le 8 novembre dans l'hôpital central de Padrahamphur, auquel il était hospitalisé; entretien qu'il nous avait demandé de diffuser après sa mort. En respect de ses dernières volontés, nous allons donc vous diffuser cette interview qui sera l'un des rares documents vidéo où Vibodh Kahasi apparaît.

Citer :
L'interview débute, la caméra est positionnée de sorte à ce qu'on voie un homme maigre, chauve, au visage marqué et au teint pâle pour un Janubien, mais très propre sur lui et très bien habillé, qu'on devine être Vibodh Kahasi, et un autre homme, d'apparence beaucpup plus ordinaire qu'on devine être le journaliste qui va l'interviewer. Le décor à l'arrière plan est sobre mais lumineux, la pièce ayant été choisie pour qu'on oublie que l'enregistrement avait été fait dans un hôpital.

"Bonjour Svami Kahasi, c'est un honneur d'être le premier journaliste auquel vous avez accordé un entretien.

-Bonjour Monsieur Sasekri, je vous remercie de m'avoir accordé de votre remps. Commençons je vous prie.

-Oui, à votre gré. Depuis quatre jours au moment où nous parlons, la presse people s'est introduite dans cet hôpital avec peu de scrupules, et depuis il y a une question qui est sur toutes les lèvres : beaucoup pensent que vous êtes le plus jeune fils d'Adinath IV et L'Eashatri Libre a même publié un article qui semble montrer les nombreuses coïncidences qui tendraient à le confirmer. Etant donné que vous êtes directement touché par cette affaire, quel est votre point de vue ?

-Je ne m'étalerai pas sur le sujet des journalistes de La Vue, qui se sont montrés particulièrement irrespectueux et indiscrets. Il s'agit d'une honte qui ne mérite même pas d'être évoquée. Si les journalistes de l'Eashatri Libre ne se sont pas montrés très respectueux du passé de ma famille non plus, en comparaison, ils ont fait un travail bien moins dérangeant que celui mené par la presse de caniveau, en ne s'introduisant pas dans nos affaires privées.

-Je vous présente mes sincères excuse pour ces journalistes qui représentent mal notre profession...

-Ce n'est pas à vous de le faire, ni aux journalistes de l'Eashatri Libre, qui n'ont fait que leur travail, et minutieusement,si je puis dire.

-Si vous saluez la qualité du travail de mes confrères de l'Eashatri Libre, que pensez-vous des conclusions qu'ils en ont tiré ? Êtes-vous de la famille Bravelli-Khôma?

-Je crois que la vérité se saura assez tôt, et je ne suis pas sûr de pouvoir en retarder l'échéance. Donc, pour vous répondre je suis bien né sous le nom de Vibodh Kshantu Sagar Adinath Tungar Bravelli-Khôma, étant le seul de ma fratrie à déroger à la tradition d'avoir pour dernier prénom celui de mon père.

-Je dois bien admettre que j'ignorais cela...

-Oui, mes parents avaient cherché à faire taire cela, et avaient donc rendu mon acte de naissance secret, afin de ne pas s'aliéner les nobles eashes les plus traditionalistes, ni l'armée alors menée par le Général Asqa-Ele, alors que tous voyaient la Guerre d'Indépendance se profiler à l'horizon.

-La famille impériale savait qu'une guerre était inévitable dès 1993 ?

-Je venais de naître à ce moment... Je ne peux pas vous répondre.

-Oui, excusez-moi, Rajaputri.
(Vibodh Bravelli-Khôma se raidit de surprise, puisque cela faisait 32 ans qu'on ne l'avait pas appelé ainsi) Vous vous doutez sûrement de ma prochaine question, aussi je vais vous la poser sans détour : pourquoi avoir attendu si longtemps pour vous révéler ?

-La crainte de voir ma famille disparaître définitivement est mon unique raison d'avoir tu mon identité. Aujourd'hui les FAS ne sont plus ce qu'ils étaient pendant la guerre, mais le PRC est toujours puissant, et j'avais trop peur qu'un fanatique s'en prenne à mon fils pour prendre la décision de dévoiler notre sang. Sans compter que, jusqu'il y a peu M. Asqa-Ele avait une position importante, alors que je me souviens encore très bien l'avoir entendu menacer ma mère de laisser les FAS atteindre la capitale et le palais impérial. Non, le risque est trop important, et même encore maintenant.

-Quelle a donc été la raison qui vous a poussé à revendiquer à nouveauvle trône ?

-Ces derniers jours, alors que la basse presse a découvert, je ne sais trop comment, que j'étais Vibodh Bravelli-Khôma, et non Kahasi, et que les journaux du pays se sont enthousiasmés de la possibilité d'avoir un empereur, j'ai réalisé que l'Eashatri ressent le besoin d'avoir un Empereur légitime, ce qui ne pourrait être le cas que si le secret du sort de ma famille était résolu. J'ai ainsi réalisé que si je mourrai, chose qui arrivera très prochainement, ce secret allait s'éteindre avec moi, puisque personne, pas même mon fils, n'était au courant jusqu'il y a peu. Aussi je revendique le trône, non pas à mon nom, mais au nom de mon fils, Kiran Kanvar Etash Isha Vibodh Bravelli-Khôma.

-Il s'agissait donc d'une lourde décision à prendre, et je vous remercie d'avoir choisi GTE pour marquer le retour de votre famille.

-Vous n'avez pas à me remercier, c'est plutôt à moi de le faire.


Et je tiens à préciser qu'entre temps, nous avons réussi à sortir du secret l'acte de naissance de Vibodh Kshantu Sagar Adinath Tungar Bravelli-Khôma, que nous vous diffusons sur vos écrans. Aujourd'hui nous pouvons donc pleurer la mort d'un des membres de la famille Bravelli-Khôma. Il n'y a donc plus que Raghu Bravelli-Khôma et Kiran Bravelli-Khôma qui peuvent prétendre au trône de l'Empire d'Eashatri.

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Sep 01, 2017 9:06 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Eskha, 6 janvier 2034:

Le tribunal avait rendu son verdict cet après-midi. Après presque deux mois de séances régulières devant le Haut-Tribunal Administratif de la Cour d'Eskha, l'issue était enfin visible. Les deux parties, qui se revendiquent toutes deux du côté impérial, s'étaient montrées assez véhémentes tout au long du jugement, et des rumeurs avaient couru, comme quoi Raghu Bravelli-Khôma avait fait envoyer des lettres de menaces aux avocats et appelés soutenant son adversaire. Bien entendu, pour Raghu Bravelli-Khôma comme pour Kiran Bavelli-Khôma, il ne fallait surtout pas que cela soit vérifié par la presse, l'image du pouvoir impérial en pâtirait. Mais désormais, la décision était tranchée. Cela n'avait pas été facile, aussi bien pour les deux prétendants au trône, que pour les jurés ou même pour le juge. Il faut dire qu'une des deux parties criait systématiquement au complot dès qu'une preuve scientifique apparaissait en sa défaveur, et présentait comme inébranlables les témoignages qu'elle faisait présenter à la cour. Heureusement, la presse n'avait jamais été conviée au sein du tribunal, et l'accès aux compte-rendus juridiques de l'affaire lui avait été refusé, ce qui avait évité qu'elle n'empêche le bon déroulé du jugement, déjà fort difficile à garantir.

La séance s'était terminée ce matin à 11h30, après quoi le juge a déclaré que les aristocrates, jurés de l'affaire, avaient assez d'éléments pour délibérer. De chaque côté, les deux prétendants étaient sûrs de l'emporter. L'un avait vu ses avocats monter un dossier solide, qui mettaient de sérieux doutes sur l'identité de Raghu Bravelli-Khôma sur tous les plans, tout en prouvant sa filiation avec un maximum de certitude compte-tenu du fait que la famille impériale avait disparu depuis trente ans. L'autre était sûr d'avoir le soutien d'une partie non négligeable des aristocrates, et avait grâce au réseau dont il disposait, soudoyé les aristocrates restants pour qu'il ait la majorité.

Puis après cinq heures de délibération, le verdict avait été donné, et pour la première fois depuis le début de l'affaire, le compte-rendu de la séance a été transmis aux organes de presse eashates, accompagné du verdict du jury d'aristocrates.

Lien vers l'article correspondant: post321599.html#p321599

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Sep 13, 2017 9:33 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
EDIT: Déplacement dans le bon sujet, afin de ne pas trop engorger les médias eashates, qui semblaient déjà bien occupés en 2033... :wink:

Extrait du journal de 20h de GTE, 6 février 2034:


... Et, fait important du jour, l'héritier au trône, Rajaputri Kiran Bravelli-Khôma, a fait son premier bain de foule. Accueilli par une foule de personnes venues approcher le futur souverain alors qu'il sortait de la gare centrale d'Eskha, le jeune empereur a semblé légèrement dépassé par les événements et par les journalistes, mais a néanmoins affirmé sa position, en restant maître de ses émotions et du déroulé de son passage dans la gare, refusant de répondre à aucune question des journalistes, sans pour autant manquer d'afficher un sourire aux caméras.

Image

Image


Dès son arrivée depuis le train de Padrahamphur, les passants ont encerclé le monarque, et malgré les gardes du corps qui lui avaient été attribués, la foule a très rapidement donné à Rajaputri Kiran Bravelli-Khôma un collier de fleurs. Si cela peut être surprenant en Dytolie, où la fleur est associée à la féminité, il ne faut pas s'y tromper, la symbolique eashate des fleurs d'hibiscus était celle à prendre en compte. Pour rappel pour les quelques auditeurs dytoliens qui nous regardent, la fleur d'hibiscus symbolise les différents aspects de la vie, le blanc étant associé à la sagesse et le rouge au pouvoir. Ainsi, Rajaputri Kiran Bravelli-Khôma a déjà reçu ce matin un des quatre-vingt sept symboles royaux en présent, alors qu'il n'était pas encore intronisé. Pas encore, parce que ce soir, nous pouvons déjà considérer que l'Eashatri va retrouver son monarque, puisque la cérémonie d'intronisation vient de débuter. A noter que la dernière s'est déroulée en 1977, et qu'elle avait duré trois nuits et deux jours. Les deux premières nuits avaient été consacrées à l'intronisation d'Adinath IV par les autorités religieuses des deux confessions majoritaires de notre pays, ces deux cérémonies devant par tradition se dérouler en huit-clos, tandis que le dernier jour avait dû voir les nobles eashes se réunir pour reconnaître leur nouveau souverain.

Nous ignorons si l'intégralité de cette cérémonie sera respectée, et si le protocole impérial sera suivi par le jeune monarque, mais il ne fait aucun doute que l'Eashatri est en train de retrouver les marques et les symboles qui ont fait sa fierté durant des siècles, et le retour des Bravelli-Khôma ne peut qu'être de bon augure pour notre avenir.

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Sep 13, 2017 11:35 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Avr 10, 2017 4:02 pm
Message(s) : 580
Localisation : Eskha, Capitale de l'Eashatri
Extrait du journal de 20h de GTE, 9 février 2034:

... Aujourd'hui 9 février 2034 est véritablement un jour d'histoire pour l'Empire d'Eashatri ! L'Empire redevient aujourd'hui pleinement un Empire avec l'intronisation de Rajaputri Kiran Bravelli-Khôma, et l'enthousiasme se lisait sur toutes les lèvres dans la capitale. Sans surprise, au vu de l'afflux de personnes venues assister à cet événement historique, la capitale a été le siège de bouchons interminables, mais le plaisir de voir à nouveau notre Empire représenté valait largement ces quelques désagréments ! A midi, l'ensemble des nobles eashates s'est donc réuni dans le Palais de l'Avènement, qui n'a jamais été aussi bien nommé, pour reconnaître officiellement leur nouveau souverain. Une cérémonie très protocolaire, écourtée par les volontés de notre actuel prince-empereur mais qui a tout de même duré de plus de cinq heures, et qui a ravi les yeux des rares civils privilégiés à avoir pu y assister.

Image


L'Empereur Kiran Ier est apparu ainsi à 17h23 sur les marches du Palais de l'Avènement, dans un costume traditionnel vert, juste avant qu'il prenne son deuxième bain de foule, entouré de cadres du corps discrets. En effet, en décidant de se rendre à pied au Cabinet de la Première Ministre - où il se trouve actuellement en compagnie de l'ensemble du Gouvernement, réuni pour l'occasion - Rajaputri Kiran Bravelli-Khôma avait une occasion en or, grâce à ce moyen de transport délibérément choisi, pour aller à la rencontre du peuple eashate, marchant ainsi sur près de deux kilomètres dans la capitale, au milieu de la foule qui enveloppait les places et les avenues d'Eskha dans une myriade de couleurs, et qui s'écartait sur son passage, dans une image glorieuse comme notre pays n'en avait pas connu depuis longtemps. Pour autant, notre nouveau monarque s'est montré très humain et très proche de ses sujets, en s'arrêtant à plusieurs endroits de son trajet, malgré ses gardes du corps, afin de saluer quelques chanceux qui pour certains ont même eu le privilège de discuter avec Kiran Ier quelques instants. Par son attitude, le Prince-Empereur affiche donc un style bien particulier pour son règne, où le pouvoir impérial, si l'on en croit les choix faits aujourd'hui, ne sera pas tourné uniquement vers l'aristocratie eashate, mais aussi vers le peuple d'Eashatri dans son intégralité, dans un rapport bien plus direct que celui que ces ancêtres avaient avec les eashates.

Si l'organisation de cette journée a été paramétrée de très près, et que Rajaputri Kiran Bravelli-Khôma a eu tout le temps pour s'y préparer, il ne fait aucun doute que le nouvel Empereur était tendu. Cela n'a absolument rien d'étonnant, puisque jusque novembre dernier, il n'avait jamais su qu'il serait destiné à gouverner un jour l'Empire le plus peuplé du monde, et n'a donc eu que quelques semaines pour s'y préparer. Jeune noble ayant fait des études universitaires courtes mais exemplaires à l'Université de Padrahamphur, où il vivait sa vie d'étudiant loin des codes de l'aristocratie et de l'Empire malgré son rang, presque comme un eashate normal, comme en témoignent les quelques photos de ses comptes sur les réseaux sociaux, ...

Image


... notre Prince-Empereur aura donc des choix à faire dans sa gouvernance, pour choisir s'il veut moderniser l'image de l'Empire Eashe, ou conserver le profond traditionalisme inhérent au pouvoir impérial. Quoi qu'il choisisse, il ne fait guère de doute que personne ne lui reprochera d'éventuels manquements au protocoles ou aux coutumes aristocratiques du pays, puisque l'Eashatri préférera très surement profiter de la joie d'avoir retrouvé un Empereur, trente et un ans après la disparition de la famille impériale à Lesabad.

_________________
Discord: #phiWill5175


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO