SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Lun Déc 18, 2017 2:59 am

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 41 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Dim Nov 05, 2017 4:37 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Pourquoi le Vryheid se bat-il dans la Guerre mondiale?

Image
Une guerre eschatologique ?

La Waarheid a écrit :

Dans la presse étrangère, on constate que l'interrogation existe au sujet des motivations du Vryheid de soutenir l'Union Panocéanique. Le ton règne d'affirmer que ce serait contraire aux valeurs du Vryheid de défendre le Commonwealth et par extension le régime raciste de l'Algarbe du Sud. Est-ce que cela est vrai ? Ou est-ce que les choses sont bien plus dramatiques et compliquées ?


La perception de la réalité géopolitique au Sud de l'Algarbe est tellement simplifiée, que beaucoup de politologues occidentaux semblent ne pas saisir sa complexité réelle. Quels sont donc les motivations poussant un pays comme la République du Vryheid à participer à un conflit d'une telle ampleur ? Il existe trois raisons.

Premièrement, il faut comprendre que les élites de la République du Vryheid ont une perception des traités très différente de celle des diplomates occidentaux. Un accord n'est pas un simple papier qui attend d'être rompu à la première occasion. La diplomatie n'est pas perçue comme un jeu de duperie et de trahisons en attente de réalisation. Pour les gouvernants vryes, les traités sont une chose sacrée, un élément indispensable à la survie nationale. Trahir un accord revient à mettre le doute sur la valeur de la signature du Vryheid et donc rend tout traité chétif et sans force. Et pour une nation entourée de géants démographiques voraces, signer des accords de défense mutuelle valable et assuré est d'une importance centrale. Comment donc refuser l'appel aux armes du Commonwealth ? L'attaque de l'Empire luciférien, assumé, ne pouvait pas être perçu autrement qu'une agression non-provoquée. Si le Vryheid avait refusé de répondre à l'appel du Commonwealth, alors la République aurait ruiné cent ans d'honneur et compromis tout espoir d'être perçu comme une nation respectant les traités signés.

Deuxièmement, il semble essentiel de dire que le Vryheid ne se bat pas pour l'Algarbe du Sud, mais pour l'UPO. Cela peut sembler être une finesse inutile, mais elle est fondamentale. L'UPO est perçue au Vryheid comme une assurance-vie, la garantie que l'Algarbe du Sud ne puisse pas tenter de reconquérir le Vryheid et aussi que le Grand Karupurajyam n'ait pas l'audace de tenter une annexion. Cette perception de vulnérabilité est la raison pourquoi l'attaque contre le Commonwealth prend une ampleur existentielle. Si Lanfair tombe, alors qu'est-ce qu'empêchera l'Algarbe du Sud de s'emparer des puits de pétrole et de gaz du Vryheid ? Et le grand protecteur une fois défunt, quelle force retiendra les hordes du Grand Karupurajyam ? Sauver le Commonwealth revient donc à assurer la survie de l'UPO et à travers de celui-ci aussi de donner la garantie que le Vryheid puisse persister en tant que nation libre sur le long terme. C'est peut-être cet aspect qui est le plus méconnu en Occident. L'UPO n'est pas un empire britonnique renouvelé, mais un système géopolitique qui assure la stabilité au Sud de l'Algarbe et de la Janubie. C'est pourquoi l'Algarbe du Sud, le Vryheid et le Mahajanubia s'engagent si massivement dans ce conflit. De manière presque instinctive, ces contrées savent que si Lanfair tombe, c'est tout un système de sécurité internationale qui risque de pousser la région dans le chaos.

Troisièmement, et peut-être de façon inconnue par presque tous, le Vryheid est une nation protestante. L'Empire luciférien, jusqu'à peu considéré comme une sorte d’aberration silencieuse, semble désormais se démontrer comme une menace majeure pour la civilisation chrétienne, musulmane et hindoue. L'idée même de légions sataniques déferlant sur l'UPO donne une toute nouvelle ampleur à la guerre et offre à ce conflit un aspect animant les sentiments religieux de beaucoup membres de l'élite vrye. Comment tolérer la victoire d'un régime si bestial et contre-nature que l'Empire luciférien ? Ne serait-on pas devant un événement aux allures eschatologiques et posant donc le défi d'unir les efforts pour engager une lutte sans merci contre l'Empire du Mal, dans le sens le plus profond du terme ? La Coalition contre l'UPO a très certainement commise une erreur fondamentale en faisant de l'Empire luciférien celui qui a lancé le premier coup. Comment envisager de signer la paix avec les adeptes de Satan ? Comment ne pas considérer la lutte qui s'engage comme une guerre sainte, une croisade, dans le sens le plus fervent du terme.

La Guerre mondiale représente un défi sans commune mesure pour un pays si petit que le Vryheid. Toutefois, comment la République aurait pu refuser de prendre les armes quand renier ses obligations aurait juste conduit à générer des menaces sur long terme plus vastes et destructrices que l'effort même de la guerre d'aujourd'hui ?


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Dim Nov 12, 2017 12:19 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Manifestation nationale pour la Paix

Image

La Waarheid a écrit :

Hier a eu lieu une douzaine de manifestations à travers le pays pour dénoncer la Guerre mondiale en cours. Ces actions se sont déroulées en accord avec les autorités locales et sans aucun heurt majeur. Les protestataires ont exigé du Gouvernement que celui-ci prenne des mesures fortes pour faire sortir le Vryheid du conflit et ainsi mettre les îles à l'abri d'une invasion ennemie.


L'association « Pour la Paix mondiale » a organisé hier après-midi une série de manifestations dans les principales villes du Vryheid. L'objectif était de démontrer la volonté de la population vrye à faire sortir la République du conflit militaire en cours. L'appel a été suivi par 90 000 personnes de toutes les provinces et s'est conclu par un rassemblement devant la Maison des Affranchis où les organisateurs ont demandé au Gouvernement de négocier une paix séparée avec la Coalition luciférienne.

Beaucoup craignaient des affrontements entre militants et policiers, mais l’événement a eu lieu sans accroc. Les autorités ont validé toutes les demandes de manifestation en posant comme seul condition : de ne pas perturber la production industrielle rattachée à l'effort de guerre. La présence policière a surtout eu pour objectif d'encadrer le flot humain, permettant ainsi que les évènements aient lieu dans les meilleures conditions possibles. Les services de sécurité se sont félicités le soir que tout se soit bien passé en vue du contexte particulier.

L'actuel responsable des affaires exécutives, Daruk Aertsen, a rencontré les dirigeants de l'association pacifique vers 22 heures dans une brasserie du Quartier des Tulipes. Ils ont pu s'entretenir pendant deux heures avant de se quitter autour de minuit. Les responsables du mouvement se sont dit déçus par le refus de l’Exécutif de rompre ses liens avec l'Union Panocéanique, mais ont reconnu comprendre la position du pouvoir sur le dossier. Aertsen a commenté l'entrevue avec les mots suivants.

« Nous avons beaucoup de respect pour les désirs de paix d'une partie de la société civile vrye, mais notre pays a signé des accords qu'il doit respecter jusqu'au bout. La perte de crédibilité et de prestige qu’une paix séparée créerait, donc une violation des traités auxquels nous nous sommes engagés, pourrait avoir des effets mortels sur long terme. Également, si nous quittons le conflit, alors nous mettrons en péril les chances de victoire de l'UPO et à travers de cela nous risquons de ruiner le système de sécurité géopolitique régional à tout jamais. Notre survie en tant que nation dépend du respect des textes que nous avons décidés de signer. Il n’y a hélas pas d'autre solution. Une paix séparée serait un soulagement de court terme aux aboutissements funestes. »

Dans le sillage des manifestations pacifistes, la presse vrye a aussi appris que des négociations de paix avaient été enclenchées il y a deux semaines, mais que la Coalition en avait mis un terme. Pieter Osana, Ministre des Affaires étrangères, a confirmé ces informations à la presse nationale.

« Oui, l'Amarantie et le Vryheid ont organisé une rencontre entre leurs ambassadeurs pour discuter sur un possible accord de paix. Nous avions même trouvé des pistes de solution et commencé à travailler les détails pour proposer aux deux camps un traité devant résoudre les grands points de conflit. Malheureusement, l’État-major de la Coalition a forcé l'ambassadeur amarantin à mettre un terme à la négociation. Il nous a même avoué d'être déçu par cette évolution. Les militaires de la Coalition représentent un grand obstacle à l'effort de paix, car quand nous arrivons à mettre sur pied une ébauche de traité, la tentative est ruinée par ceux qui veuillent tester leurs nouveaux jouets sur le champ de bataille. »

Malheureusement, si ceux qui veuillent la paix sont nombreux, il ne semble pas à l'heure actuelle qu'une résolution du conflit mondial soit en vue.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Jeu Nov 23, 2017 9:25 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Réforme de l'UPO : le Vryheid mis à la porte ?

Image

La Waarheid a écrit :

Les dirigeants des états-membres de l'UPO ont finalisé une réforme majeure de l'organisation. Après des mois de limbe juridique, l'Union a adopté une charte mettant sur papier l'organisation et les objectifs de l'alliance. Si le document ne représente pas de véritable révolution, il a l'avantage de démocratiser le processus de prise de décision. Toutefois, la grande surprise vient du fait que le Vryheid ne sera désormais plus membre de l'UPO. Pourquoi cela ?

La réforme de l'Union Panocéanique a permis de rédiger et de faire approuver une charte commune. Celle-ci établit non seulement les buts de l'organisation, mais également instaure un pacte de défense mutuel général, une instance de direction démocratique et affirme l'attachement de l'Union à la paix, la sécurité du commerce et la liberté des états. L'UPO, simplifiée et recentrée sur les dominions britoniques, sera toutefois réduite aux états ayant les liens les plus intimes avec la Couronne de Britonnie. Le Vryheid, après cette réforme, ne sera plus éligible comme membre de l'UPO.

Cela peut surprendre quand on connaît l'histoire de l'UPO. A l'origine, celle-ci a été conçue comme un cadre pour institutionnaliser les relations entre le Commonwealth et le Vryheid. Néanmoins, l'organisation a fini par accueillir de plus en plus de nouveaux membres et par adopter des nouvelles missions qui n'avaient pas été prévues dans la Convention de Lanfair. D'un simple accord, l'UPO est devenue une vaste alliance militaire et un espace économique majeur. Une réforme du cadre juridique était donc non seulement indispensable, mais beaucoup au Vryheid se questionnait si la Convention de Lanfair pouvait avoir encore tout son sens dans ce cadre. La solution trouvée après des nombreuses heures de négociation semble être celle qui convient à tous les partis concernés.

Quel avenir pour le Vryheid après la réforme ? La nouvelle charte prévoit un statut de nation-sœur, autorisant à des pays à s'associer à l'UPO sans faire partie de l'organisation. Le Vryheid s'est vu garanti ce statut, ce qui de facto devrait assurer la sécurité de la République sur le court à moyen terme. En même temps, le Vryheid pourra mettre à profit sa nouvelle autonomie géopolitique afin de renforcer sa position dans la région et permettre d'être une force en faveur de la paix mondiale et de la sécurité des routes maritimes.

Pieter Osana, Ministre des Affaires étrangères, a commenté ces derniers événements de la manière suivante.

« Le monde est actuellement en guerre, mais cela ne signifie pas que nous devons négliger de préparer le terrain pour le temps après le Weltkrieg.

Dans les mois à venir, nous allons assister à des événements allons marquer un tournant dans le conflit, pour un camp ou pour l'autre. Le léger calme que nous pensons avoir dans le cadre des négociations du SafeHarbour est une illusion. Les semaines à venir seront marquées par des dizaines voire même des centaines de milliers de morts.

Jusqu'à maintenant, le nombre de victimes est resté modeste car nous étions confrontés à des combats navals, mais cela va radicalement changer quand les batailles terrestres débuteront. A partir de cet instant, nous n'aurons pas le temps pour mettre les fondations pour le monde prochain. C'est aujourd'hui ou jamais que nous pourrons établir les bases pour l'avenir.»

Est-ce que la réforme de l'UPO va changer la situation sur le champ de bataille ? La réponse est sans aucun doute négative. Ces modifications visent surtout à offrir un cadre pour la période post-conflit et devraient donc s'appliquer dans les faits que bien plus tard. La guerre, dans toute sa fureur, va donc maintenir le statu quo géopolitique actuel, favorisant par cela entre autre le renforcement de la position de la Britonnie qui règne à l'heure actuelle sur l'UPO de manière prédominante et sans contre-pouvoir réel.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Dim Nov 26, 2017 1:23 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Le Weltkrieg tuera-t-il le capitalisme vrye?

Image

La Waarheid a écrit :

Alors que la guerre fait rage, les fondations du système bancaire et financier tremblent de toute part. Les grandes puissances se targuent d'avoir établi un nouveau système financier et d'avoir sauvé le commercial mondial. Toutefois, est-ce que nous ne serions pas entra d'assister à la fin du capitalisme dans notre pays et l'émergence d'une économie planifiée ? Est-ce que nous serions à l'aube d'une révolution terrifiante, à savoir le passage du marché à une économie commandée ?

Alors que les pays de la Coalition se prélassent dans une paix apparente, l'UPO mobilise ses sociétés et économies à une échelle sans aucun précédent. Partout, ses contrées assiégées connaissent des mutations rapides et brutales sans équivalent. Mahajanubia, Vryheid et l'Aleka ont vécus des changements structurels majeurs et dont l'ampleur semble radicalement modifier le rapport de force interne de leurs sociétés et économies. Le Vryheid semble être l'exemple le plus flagrant. Du jour au lendemain, la République a dû apprendre comment mobiliser et organiser des forces industrielles dans l'objectif de soutenir un effort de guerre majeur. Alors que jusqu'à là, pas une seule balle a été fabriquée au Vryheid, le pouvoir central, renforcé comme jamais auparavant par la dictature, a dû créer des usines d'armement, des chantiers navals et toute une structure de commande et d'organisation économique. En somme, la République, imaginée libertaire par ses fondateurs, a dû goûter, par la force, à l'économie dirigée.

En même temps, le tourisme et le monde des finances, pilier de l'économie vrye pré-guerre, connaissent une tourmente sans précédent. Sous le brouhaha des batailles navales, plusieurs banques privées ont déjà fait faillites. Et pire, inimaginable auparavant, l’État a mis sur pied tout un système de stabilisation du secteur bancaire par le rachat de participations dans les six banques les plus stratégiques du pays. L’État, jadis le grand mendiant de l'économie nationale, s'impose désormais comme un acteur stratégique dans le monde des finances vrye. Même les Rothshilds, famille à la puissance financière incomparable, connaissent des problèmes dans plusieurs de leurs filiales et sont contraints de faire appel aux autorités publiques.

Certains se demandent: est-ce que ce conflit est-il entra de tuer le capitalisme vrye des premières années ? Est-ce que le Weltkrieg, poussant la société vrye dans ses retranchements, est-il entra de donner à l’État une telle importance qu'on ne pourra plus jamais revenir en arrière ? Diederik Stapel, professeur d'économie à l'Université de Vry Haven donne le pronostic suivant.

« Il semble utopique de croire que l'économie vrye pourra revenir à une structure centrée sur les services dans l'immédiate après-guerre. Au contraire de ce qu'on fait croire les porte-paroles du G4, l'économie mondiale est dans une crise majeure. L'UPO, en tant que foyer du libéralisme occidental, abrite un grand nombre de banques avec des ressources financières stratégiques. Pour faire simple, si Lanfair tombe, le système financier mondial risque de ne pas en survivre et les principales victimes seront les adversaires les plus acharnés du Commonwealth et la Ventélie. Prétendre autre chose, c'est vivre dans le déni des réalités historiques.

La guerre est entra de créer une industrie lourde et manufacturière sans précédent historique dans notre pays. Je ne crois pas que nous allons passer d'une économie capitaliste à une économie dirigiste. L’État, après la guerre, devra se dégraisser pour rembourser les emprunts de guerre. Il n'aura de facto pas les réserves financières pour soutenir une économie dans sa totalité. Le retour à une économie capitaliste sera incontournable.

Toutefois, je pense qu'il aura un changement notable : notre économie sera très industrialisée. Il ne fait pas de sens d'imaginer une « désindustrialisation » alors que les usines d'armement peuvent très facilement être converties en fabriques de biens de consommation. C'est juste une question d'adapter certaines parties des machines. Le Gouvernement pourra facilement les privatiser et ainsi avoir des rentrées d'argent pour rembourser une partie de ses dettes.

En somme, nous allons surtout assister à un changement du tissu économique, davantage qu'à une modification du système économique en soi.»


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Mar Déc 05, 2017 9:00 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Fin de la dictature : le retour à la démocratie

Image

La Waarheid a écrit :

Après l'échec de l'invasion de la Coalition, la dictature proclamée au début du Weltkrieg a pris fin. Dans son sillage, le Parlement a voté la première constitution du pays et proclamé des élections générales pour les deux nouvelles chambres du Parlement et pour désigner le future chef d’État. Alors que le pire semble être passé, un vent de démocratie souffle sur le pays comme jamais auparavant.

La nouvelle constitution crée deux chambres parlementaires réunies sous le nom de Congrès. Il aura donc dans trente jours pas moins de 660 sièges à pourvoir ; 600 dans la Maison des Affranchis et 60 dans la Maison des Contributeurs. En même temps, la population sera appelée à voter pour le prochain chef d’État du pays ce qui donnera à l'élection du 12 novembre une importance sans équivalent. Le Congrès et le Gouvernement à venir devront décider la stratégie militaire, l'alignement diplomatique et la politique générale pour l'économie et le commerce du pays. Le chantier le plus urgent sera sans aucun doute la crise monétaire et financière.

Cinq partis sont actuellement en compétition.

Le premier mouvement est le Parti nationaliste avec à sa tête Daruk Aertsen qui est également candidat au poste de Premier Citoyen. Le Parti nationaliste se trouve en position de force car pouvant s'appuyer sur la conduite exemplaire de la part d'Aertsen dans la défense du pays. Le mouvement possède aussi comme atout d'avoir un grand nombre de candidats au Congrès qui sont des militaires. Alors que les combats font toujours rage autour du Globe, une partie substantielle de la population pourrait être tentée par un vote en faveur du parti des soldats et des officiers.

Le deuxième compétiteur est le Parti panalgarbien dirigé par Geert Spoelder. Mouvement désormais bien établi, le Parti panalgarbien ambitionne à imposer son agenda sur la scène politique vrye et milite ainsi en faveur d'une politique devant inciter les Noirs de la Confédération de l'Algarbe du Sud à migrer vers le Vryheid et surtout à mettre les bases pour une union continentale devant contrebalancer les organisations mondiales et internationales.

La troisième mouvance est le Parti libéral qui soutient l'ancien président Andries Wagam à la plus haute magistrature. Le PL aspire à être le symbole de la continuité et d'une certaine manière un retour à l'époque d'avant le Weltkrieg. Toutefois, la présidence Wagam est la force et la faiblesse du parti. Beaucoup se souviennent des nombreux scandales de détournement de fonds et de la politique intransigeante de l'ex-chef d’État.

Le quatrième parti en lice est le Parti du Progrès. Ce mouvement de centre-gauche promeut l'idée d'un renforcement du secteur de la santé et une amélioration de l'éducation et de manière générale défend l'idée d'un service public en faveur de toute la population. Le PP soutient Neelie Kroes comme candidate pour la fonction de Premier Citoyen; actuelle maire de Houndstad et aussi représentante à la Maison des Affranchis avant le Welkrieg.

Le dernier mouvement en course est le Parti syndicaliste. Celui-ci a décidé de ne pas présenter de candidat au poste de Premier Citoyen car étant opposée à toute forme d'autorité. Il aspire à gagner un maximum de sièges au Congrès pour permettre des réformes devant transformer le Vryheid en une république syndicaliste, égalitaire et abolissant la propriété privée. Actuellement crédité de 2% dans les derniers sondages, ses dirigeants se montrent confiants dans leur victoire imminente sur la bourgeoisie.

La plus part des sondeurs sont d'accord sur le fait qu'aucun parti devrait avoir la majorité au Congrès mi-novembre. Toutefois, il est à l'heure actuelle presque impossible d'estimer quels partis emporteront le butin électoral le 12 novembre à venir. On assistera très certainement à la formation d'une coalition parlementaire entre les deux ou trois premières formations.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Mer Déc 06, 2017 7:59 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Ouverture de la première raffinerie de pétrole à Maelstad

Image

La Waarheid a écrit :

La ville de Maelstad a assisté à la mise en service de la première raffinerie de pétrole du pays. Celle-ci a été construite par une entreprise locale du nom de Petrachrom, compagnie spécialisée dans le transport de pétrole. La mise en service de l'usine pourrait représenter un changement majeur car permettant la production d'essence localement sans devoir exporter le pétrole vrye vers l'étranger et être forcé de réimporter l'essence à partir du marché mondial.

Avant le Weltkrieg, le pétrole extrait du sous-sol vrye était exporté vers la Britonnie, raffiné et ensuite renvoyé vers le Vryheid sous forme d'essence, de kérosène et d'autres substances pétrochimiques. Toutefois, la guerre et le blocus ont changé les mentalités. A cela s'ajoute que la crise financière a profondément affaibli le secteur des services financiers traditionnel et ainsi favorisé l'émergence d'un marché de prêts industriels. C'est dans ces circonstances que Petrochrom a décidé de faire un pari : celui du raffinage du pétrole. Aujourd'hui, l'entreprise ouvre sa première raffinerie à Maelstad sous le regard attentif des autorités locales qui espèrent beaucoup de ce site.

La production d'essence et de kérosène au Vryheid devrait rendre sur long terme le pays moins dépendant des grands centres industriels occidentaux. Si la fabrique de Maelstad ne pourra pas subvenir aux besoins de tout le pays, elle pourra en revanche contribuer à éviter des cas de pénuries similaires à celles vécues pendant le blocus. Cela bien évidemment à condition que les conditions économiques lui soient favorables. D'autres acteurs économiques ont déjà fait savoir leur intérêt pour également se lancer dans l'aventure du raffinage pétrolier, constatant aujourd'hui les marges bénéficiaires que ce secteur possède dans un contexte international difficile pour le commerce, mais favorable à des fortes croissances économiques dans plusieurs régions du monde.

La raffinerie de Maelstad semble être symptomatique d'une évolution économique majeure au Vryheid. Les violences du Weltkrieg, l'écroulement du commerce mondial et la crise financière internationale favorisent l'industrie. Le secteur tertiaire, très affaibli par le conflit, cède la place à une renaissance de l'agriculture et l'émergence d'industries de tout type profitant d'un cadre favorable à la production locale. Certains estiment même que sur moyen terme, le secteur des services pourrait perdre sa prédominance comme principale source de revenus en faveur de l'industrie.

L'agriculture ne semble pas être en reste. Le nombre de terres exploitées a significativement accru depuis deux mois. Beaucoup de petits investisseurs décident de mettre leur argent dans la terre pour se lancer dans la production de denrées agricoles divers et variées à la place de miser sur des importations hasardeuses. On constate déjà une hausse très importante de la vente de viande de poules ; une denrée dont le court temps de production (environ 45 jours) est très indicative d'une évolution majeure au sein de l'agriculture vrye. Si le prix a bondi de 30% au début du blocus, il a déjà régressé de 25% et on estime qu'on devrait même assister à un repli par rapport au début du Weltkrieg de quelques pourcentages.

Thomas Sankin, professeur d'économie à l'Université de Vry Haven, commente ces derniers changements dans l'économie nationale ainsi.

« Le Weltkrieg a généré une crise majeure dans le secteur du tourisme et des finances. Toutefois, les crises ne sont pas toujours un événement néfaste. Ils incitent à l'innovation et à la mise en question de certains choix stratégiques.

Nous voyons comment les banques passent des transactions financières classiques au prêt industriel et entrepreneurial. Cela va permettre à beaucoup de gens de réaliser des projets économiques impossibles auparavant. En même temps, le prêt industriel va stabiliser les comptes des grandes banques, créer des bases plus solides et inciter au développement de nouvelles expertises.

Si le tourisme a beaucoup perdu de sa superbe, il y a des secteurs industriels entiers qui se développent pour produire ce qu'on avait coutume d’importer depuis l’étranger. Saviez-vous que les fruits produits chez nous étaient envoyés en Aleka pour être mis en conserves ? Désormais, nous avons au moins cinq usines de conserves au Vryheid qui ont repris le flambeau et réduisent ainsi les coûts de transport et créent des emplois sur place.

C'est dur pour ceux qui perdent leur emploi, mais sur long terme, je suis convaincu que l’industrialisation du Vryheid est une bonne chose. »


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Sam Déc 09, 2017 3:14 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Délit d'initié : Andries Wagam arrêté par la Sécurité Intérieure

Image

La Waarheid a écrit :

La nouvelle a fait trembler toute la scène politique vrye. Andries Wagam, chef du Parti libéral et ex-Président de la République a été arrêté à six heures du matin par les forces de la section anti-corruption de la Sécurité Intérieure. L'ancien chef de Gouvernement est accusé de délit d'initié dans le cadre de la mise en place de l'étalon d'or. Ce scandale tombe au plus mal alors que Wagam et le Parti libéral traînent dans les sondages.

Les accusations sont d'une gravité particulière. Selon la Sécurité Intérieure, Andries Wagam aurait profité d'être au courant de la mise en place d'un étalon d'or en avance pour acheter massivement des rands libres avant l'annonce officielle. Comme la convertibilité en or a provoqué une hausse massive de la valeur du rand, Wagam aurait réalisé une plus-value immédiate de pas moins de dix millions de rands libres. Pire, la SI a pu traquer les différents flux monétaires et retrouver les revenus de l'action dans un fond destiné à financer la campagne de Wagam pour le poste de Premier Citoyen. Andries Wagam, inculpé de délit d'initié, de corruption et de sabotage économique en temps de guerre risque jusqu'à trente ans d'emprisonnement voire même l'exile à vie du Vryheid. Il est actuellement en prison à Vry Haven à la Forteresse des Tulipes.

Ce n'est pas la première fois qu'Andries Wagam est accusé de corruption. Pendant sa présidence, il était réputé pour sa gestion peu orthodoxe des fonds publics et certaines pratiques autoritaires ne respectant pas les lois et coutumes de la République. Aujourd'hui, le candidat à la magistrature suprême semble être dans une situation inextricable. Le simple fait que ce soit la Sécurité Intérieure et non la police qui intervienne démontre le sérieux de la situation. Un expert en corruption résume la situation ainsi.

« Il ne fait pas de doute qu'Andries Wagam est coupable. Les évidences apportées par la Sécurité Intérieure à ce stade sont si accablantes qu'il ne pourra pas échapper à une condamnation. En plus, le juge désigné pour la procédure est réputé par être implacable dans la lutte contre la corruption et les dérives financières. Notons que Monsieur Wagam a fait preuve d'un amateurisme incroyable. Tout laisser à penser qu'il croyait que son statut de candidat pouvait le protéger de toute mise en poursuite par la justice.

Le Gouvernement provisoire avait averti les principaux dignitaires du pays qu'il serait féroce dans sa volonté d'éviter toute fraude et dérive autour de la monnaie nationale. En plus, le fait que l'instauration de l'étalon d'or a été critiquée dans la presse du Montalvo a contribué à rendre les autorités encore plus soucieuses de combattre tous ce qui pourrait affaiblir la crédibilité du rand libre. »

Politiquement, l'affaire tombe au plus mal. Selon des récents sondages, le Parti libéral peine à décoller en termes d'électeurs prêts à le soutenir dans sa marche vers le Congrès et la Magistrature. En tant que candidat, Andries Wagam était placé troisième, derrière Daruk Aertsen et Geert Spoelder, avant l'incident. La mise en accusation de Wagam risque donc de définitivement plomber sa campagne et celle du Parti libéral. Cela au point que certains dans le mouvement parlent désormais de faire nommer un autre candidat. Albertina Tufô, membre du comité exécutif du Parti libéral a même affirmé devant la presse.

« Je peux que parler en mon nom, mais beaucoup sont déçus par l'attitude d'Andries Wagam. Nous avons cru avoir en lui un candidat responsable et respectueux du processus électoral. C'était une action stupide et inutile de sa part. Grâce à nos donateurs, nous avons suffisamment d'argent pour financer une campagne convenable.

A mon avis, Wagam doit prendre ses responsabilités et se retirer comme candidat. De cette façon, le Parti libéral pourra nommer une autre personne pour reprendre le flambeau et ainsi permettre à nos valeurs d'être défendues avec dignité. »


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Mar Déc 12, 2017 12:24 am 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Élections Générales : J – 11

Image

La Waarheid a écrit :

Dans moins de onze jours, le pays choisira ceux qui siégeront au Congrès et la personne qui deviendra le nouveau chef d’État du pays. Cette élection est non seulement importante par sa nature démocratique, mais aura aussi un impact sans précédent pour le future de notre contrée. Le Weltkrieg pourrait également être impacté par le résultat dépendant comment le Congrès sera constitué.

Selon les derniers sondages concernant les élections pour le Congrès, deux partis sont en tête à tête. Le Parti nationaliste, fort de 21% (+7) de popularité, lutte contre le Parti panalgarbien, jouissant de 20% (+5%) de soutiens pour la première place. A la troisième place, on trouve le Parti du Progrès avec 11% (+2%) de popularité talonné par le Parti libéral, très affaibli, qui fait un maigre 10% (-14%). Au final, on trouve le Parti syndicaliste avec un respectable 3%, stable depuis le début des enquêtes. Le constat qu'on peut faire est que le grand affaiblissement du Parti libéral a généré un fort basculement de l'électorat vers le Parti nationaliste et e Parti panalgarbien. Reste à savoir si cette situation perdura ou changera encore avant le jour de vote.

Mis sous pression par l'Augate (AU étant le symbole périodique de l'or), le Parti libéral a annoncé de retirer son soutien à Wagam. Un nouveau candidat du nom de Thomas Bismark, un jeune largement inconnue du public, remplacera l'ex-Président dans la course pour la magistrature suprême. Le mouvement espère ainsi contenir les dégâts voire même récupérer une partie de l'électorat perdu aux autres partis conservateurs. Ce changement de cheval de bataille pourrait être crucial dans le 6 novembre, la télévision privée Liberty 1 accueillera un débat entre tous les candidats à la fonction de Premier Citoyen. Les responsables de la chaîne ont déjà confirmé que monsieur Bismark sera invité à l'émission à la place de Wagam. Décision qui a été ouvertement critiqué par les derniers soutiens d'Andries Wagam, toujours emprisonné.

Le récent changement de candidat ne permet pas d'offrir un sondage conclusif pour la course à la magistrature. Toutefois, beaucoup estiment que le mieux placé à l'heure actuelle est Daruk Aertsen. Néanmoins, cette course risque d'être très serrée. Il s'avère que l'élection à la magistrature se fera à travers d'un seul tour avec des bulletins au choix prioritaire. Difficile donc de connaitre le déroulement exact du report des voix en avance.

En somme, chaque électeur aura un bulletin où il mettra à chaque candidat une priorité de 1 à 5. 1 étant le candidat préféré, 5 le moins apprécié. Pour qu'un candidat soit élu comme Premier Citoyen, il doit avoir 50% des votes.

- Au premier dépouillement, on constatera quel candidat a le plus grand nombre de votes en priorité 1. Si un candidat à 50% des voix, il est déclaré vainqueur. Si ce n'est pas le cas, on élimine le candidat avec le moins de votes.

- Au deuxième tour du dépouillement, tous les bulletins ayant mis le candidat éliminé en premier priorité, seront reconsidérés. Les candidats mis en deuxième choix recevront alors ces votes. Si un candidat a désormais 50% des voix, il est élu. Si pas, on continue la procédure de dépouillement en éliminant le candidat ayant le moins de soutiens à ce stade. On analyse alors les bulletins en faveur du candidat éliminé et on analyse qui est le prochain candidat voulu par l'électeur parmi les compétiteurs encore en course. On redistribue alors les votes du candidat vaincu. Le système est appliqué jusqu'à qu'un candidat à 50% des voix.

L'objectif du système est qu'aucun vote ne soit perdu et que les électeurs ne soient pas forcés de se déplacer à nouveau pour un deuxième vote. Le prix à payer est que le temps de dépouillement est considérablement augmenté. Le dépouillement des votes devra prendre environ 10 heures. C'est ainsi que les bureaux de vote fermeront à 22 heures et le résultat sera annoncé à 8 heures du matin, voire 12 heures si des retards ont lieu.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Mer Déc 13, 2017 8:02 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
GRAND DEBAT DU 6 NOVEMBRE 2034

Image

Liberty 1 a écrit :

La chaîne de télévision Liberty 1 organise dans le cadre des Elections Générales un grand débat entre les principaux candidats. L’objectif est de mettre en lumière leurs différences idéologiques et donner un aperçu de leurs programmes. L’évènement est modéré par Andro Bobo, journaliste vedette de la chaîne.

Image

Présentateur : Bonsoir et bienvenu au Grand Débat de Liberty 1! Dans moins d’une semaine, vous serez tous invités à voter pour les futurs membres du Congrès et à désigner le prochain Premier Citoyen. Cette élection est donc d’une importance qu’on peut qualifier aisément d’historique.

J’ai avec moi ce soir pour le Grand Débat les quatre principaux candidats à la magistrature suprême. Le premier est Daruk Aertsen, candidat du Parti nationaliste ; avec à sa droite Thomas Bismark, représentant du Parti libéral. Ensuite, nous avons monsieur Spoelder du Parti panalgarbien et madame Neelie Kroes du Parti du Progrès. Malheureusement, le Parti syndicaliste a refusé d’envoyer un candidat dans la course. Leur porte-parole a essayé de faire inviter au Grand Débat un chimpanzé, affirmant et je cite. « Il peut faire aussi bien que les autres. » La charmante créature est prise en charge par nos collaborateurs, mais ne fera pas partie du panel.

Que la lutte commence donc ! Voici ma première question aux candidats. Je leur demande de répondre chacun à leur tour avec respect pour leurs compétiteurs. Quel est votre avis par rapport au Weltkrieg ? Monsieur Aertsen, c’est à vous l’honneur d’être le premier à répliquer.

Daruk Aertsen (PN) : Le Weltkrieg est le plus grand défis que notre pays ait jamais connu. Nous devons nous montrer courageux dans l’adversité et surtout continuer à soutenir l’effort de guerre. Cela demande donc une politique exécutive forte, courageuse et cohérente. Certains pourraient vouloir chercher à critiquer l’engagement massif de l’Etat dans l’effort de guerre, mais il ne sert à rien de vouloir faire de l’idéologie quand il faut assurer que la munition et les armes soient produites rapidement et avec une qualité maximale.

Geert Spoelder (PPA) : Pour le Parti panalgarbien, ce conflit est un affreux gâchis de nos ressources. Oui, je le dis ouvertement, nous perdons des milliards pour protéger des états avec lesquels nous ne partageons rien. A quoi bon défendre les boers ? Nous devons au contraire chercher à sortir au plus vite de ce bourbier et même envisager de rejoindre la Coalition pour tourner le cou une fois pour toute à l’Aleka. Nos frères de race ont besoin de voir le Vryheid débarquer dans la Confédération de l’Algarbe du Sud afin de briser leurs chaînes.

Thomas Bismark (PL) : Je suis en profond désaccord avec Spoelder. Nous ne gagnerons rien à trahir nos engagements diplomatiques. Il faut que la signature vrye soit synonyme de fiabilité et d’honorabilité. Cette guerre, nous devons la conduire car nous avons signé des accords qui nous demandent de défendre le Commonwealth. Oui, on peut critiquer l’Algarbe du Sud, mais sans finir par trahir tous nos partenaires et ainsi être l’incarnation de la versatilité et le vice. Je crois que la conférence de paix en préparation par le Kaiyuan est le bon chemin pour conclure le Weltkrieg avec honneur et en aboutissant sur une bonne solution diplomatique.

Neelie Kroes (PP) : Pour moi, la guerre est une mauvaise chose. Moi, je veux que notre pays déclare un cessez-le-feu unilatéral. Nous devons faire le premier pas pour mettre fin à cette horreur. Imaginez-vous tous ces enfants txiles qui ne dorment plus à cause des troupes uhmaliens ! C’est horrible ! Tellement horrible ! J’ai envie de pleurer.

Présentateur : Merci pour vos réponses claires. Passons donc au prochain sujet. Depuis l’écroulement de la Soverovie, le chantier de la centrale nucléaire de Vry Haven semble être mis en question. Que doit l’Etat faire à ce sujet ?

Daruk Aertsen (PN) : Cette centrale nucléaire est stratégique. Nous devons envisager de la nationaliser et mettre sur pied un programme national de développement de l’énergie nucléaire. Cela peut également être la base pour un programme atomique militaire. Oui, je pense que l’arme atomique est essentielle pour sécuriser notre pays face aux menaces étrangères. Seulement en misant sur l’énergie atomique, nous pourrons garantir notre indépendance énergétique et nationale. Ce fut clairement une erreur d’avoir laissé une entreprise étrangère gérer ce chantier.

Geert Spoelder (PPA) : De mon point de vue, cette centrale est un monumental gâchis d’argent public. Pourquoi devrions-nous consacrer des milliards pour une technologie dont nous ne savons pas si elle aura un impact pratique positif pour le pays ? Des milliers de gens sont sans logements salubres à Vry Haven pendant ce temps. Il reste des communautés qui n’ont pas encore un accès à l’eau potable stable et un ravitaillement électrique fiable. Nous devons cesser d’investir dans ces projets pharaoniques et consacrer nos ressources à améliorer les conditions de vie des Noirs d’ici et dans le reste de l’Algerbe. Nous n’avons pas besoin de centrales nucléaires. Fermons-la pour de bon. Avec l’argent économisé, construisons des logements sociaux et mettons sur pied un programme d’amélioration de l’accès à l’eau potable et l’énergie.

Thomas Bismark (PL) : L’énergie atomique est une fabuleuse opportunité pour notre contrée. Oui, les coûts sont élevés, mais nous parlons d’une technologie de pointe. Une centrale à sodium est nettement plus sûre qu’une centrale nucléaire classique. Egalement, l’énergie nucléaire est l’énergie la moins coûteuse dans le domaine des énergies non-polluantes. Saviez-vous que la population aviaire du monde est en fort recul ? Je pense que la pollution des airs pose un souci majeur sur long terme à la préservation de notre capital écologique. C’est pourquoi je soutiens qu’on confie le mandat de finaliser la centrale nucléaire à une autre entreprise que Yugol, qui de facto est en faillite. Nous pourrions tendre la main à l’Amarantie après la guerre pour leur confier le chantier, ce qui aidera à une réconciliation des partis impliqués dans le Weltkrieg.

Neelie Kroes (PP) : L’énergie nucléaire est dangereuse et pas écologique. Il faut arrêter et démonter cette horrible centrale ! Nous mettons nos enfants en péril ! Qu’est-ce que nous ferons s’il y a un accident ! Nous condamnerons notre peuple à des milliards d’années de radioactivité ! C’est trop dangereux ! C’est trop affreux !

Présentateur : Selon un dernier rapport qui a émergé au Mahajanubia, le prix du gaz est actuellement complètement surévalué sur les marchés. Notre pays dépend beaucoup des recettes du gaz, tout particulièrement pour financer l’effort de guerre. Est-ce que l’Etat doit réagir pour éviter un crash du prix du gaz ?

Daruk Aertsen (PN) : La surévaluation est une chose normale, car la guerre incite des politiques de création de réserves de gaz dans beaucoup de pays et compromet aussi le flux du commerce mondial. Je ne partage pas l’avis que le gaz soit surévalué. Même, c’est une bonne chose pour notre pays, car grâce à cette hausse du prix, nous avons presque doublé les bénéfices de Vrye Energie. Grâce à cela et avec l’aide de Lorthon Energy, notre pays à l’occasion d’assurer le financement des coûts de la guerre de l’UPO en cours et peut-être même à payer une paix générale quand le bon moment sera venu. Donc non, le marché réagit correctement au Weltkrieg. Certes, il est fort probable qu’après le conflit, les prix vont descendre, mais on pourra toujours envisager la mise en place d’un cartel avec les principaux producteurs pour éviter que les prix descendent trop bas.

Geert Spoelder (PPA) : La rente gazière est une bonne chose, mais mal utilisée. Le projet de consacrer la rente à l’effort de guerre est stupide et contre-productive. Nous perdons des ressources pour aider nos ennemis et en vérité, nous devrions profiter des prix élevés pour financer des projets sociaux et aider les Noirs à vivre mieux et aient accès aux infrastructures modernes. Nous allons avoir, selon les premières prévisions, plus de 100 milliards de bénéfices pour l’année 2034 à cause du Weltkrieg. Et nous allons jeter ce trésor de guerre aux ordures pour des boers et l’aristocratie britonne ? Si les prix doivent descendre prochainement pour contrer la surévaluation actuelle, il faut que les milliards gagnés en 2034 soient investis pour le peuple et rien d’autre.

Thomas Bismark (PL) : Je pense que les économistes du Mahajanubia ont mis le doigt sur un sérieux problème. Le marché des hydrocarbures est mal géré et complètement distordu par des proto-cartels. C’est pourquoi notre pays doit cesser de miser sur la rente gazière. Nous devons créer le cadre pour une économie indépendante des bénéfices de la vente gaz et du pétrole. Si nous avons des revenus de la vente du gaz, tant mieux, mais cela ne doit pas être notre focus. Il faut analyser le marché et fixer un prix qui correspond à la valeur intrinsèque du gaz comme combustible et son impact écologique. Les cartels sont une menace existentielle pour le libre marché. Nous devons agir contre et essayer de casser ces structures afin qu’un commerce libre et équitable soit mis en place.

Neelie Kroes (PP) : Le gaz n’est pas écologique, donc c’est une bonne chose si le marché s’écroule. Nous devons de toute façon mettre en œuvre une politique pour une transition écologique sans centrales nucléaires, sans gaz, sans pétrole, sans charbon, sans barrages et sans éoliennes, nuisibles aux pauvres oiseaux. Il faut une véritable révolution verte !

Présentateur : Merci beaucoup pour vos réponses détaillées et votre civilité. Prochaine et dernière question : quel alignement diplomatique est-ce que le Vryheid doit-il adopter dans les années à venir, surtout après la fin de la guerre ? Certains suggèrent que le rattachement à l’espace de l’UPO est la cause des difficultés actuelles du Vryheid.

Daruk Aertsen (PN) : Notre survie géopolitique dépend de l’UPO. Nous sommes cernés par des forces hostiles et dangereuses. C’est pourquoi nous devons poursuivre deux objectifs immédiats : écraser la Coalition afin de la rendre incapable de nous nuire à l’avenir et transformer l’espace de l’UPO et des nations-sœurs en une alliance militaire sans compromission. La raison pourquoi nous avons pu être attaqués, c’est car nous n’avons pas assez misé sur la constitution d’une flotte puissante et insufflant le respect. Notre avenir national réside donc dans notre attachement à l’UPO et l’émergence d’une organisation internationale bien armée et ainsi prête à se faire respecter. Cela fait, nous pourrons nous affirmer en faveur d’un ordre mondial basé sur le commerce, la paix et le progrès.

Geert Spoelder (PPA) : Sur long terme, nous devons chercher à constituer une organisation régionale avec tous les pays de l’Algarbe avec l’exception de la Confédération de l’Algarbe du Sud. Cette union des Noirs pour les Noirs devra dans les décennies à venir permettre le développement du continent et sécuriser nos territoires de toute invasion étrangère. La politique actuelle de coopération avec le Nord et surtout l’UPO n’a pas de sens. Nous avons vu comme l’UPO nous a entrainé dans le Weltkrieg pendant que la Soverovie a été incapable de tenir ses engagements à notre égard en laissant le désordre et le chaos mettre fin à toutes les coopérations mises en places entre nos deux contrées. Est-ce que nous pouvons vraiment faire confiance à ces pays ? Devons-nous continuer à être si crédules à leur égard ? Ma réponse est non. L’avenir doit être noir. Concentrons-nous sur nos frères de couleur et du continent. Nous pourrons facilement trouver des accords avec l’Aminavie pour constituer une telle association continentale.

Thomas Bismark (PL) : Nous ne devons pas rompre avec l’UPO. Le statut de nation-sœur convient à nos besoins. En revanche, nous devons élargir nos horizons. Après le Weltkrieg, nous devrions chercher à créer des liens plus intimes avec des pays en dehors de l’UPO. Cela peut passer par des accords commerciaux avec les pays de la Ventélie afin de diversifier les marchés pour nos entreprises et aussi nous sécuriser par la mise en place d’accords de défense mutuelle avec un maximum de contrées. Des rapprochements avec des pays comme l’Empire de Tardisia et le Vonalya sont également des perspectives pertinentes pour nous permettre d’avoir les moyens de commercer davantage et de créer des alliances militaires.

Neelie Kroes (PP) : Nous devons être amis avec toutes les nations du monde. Pour cela, il faut que notre pays se déclare complètement neutre et s’engage au maximum dans les organisations internationales comme l’ADI afin de promouvoir la paix et l’harmonie à travers du monde. Cela passe aussi par un désarmement complet de notre part et la dissolution de notre armée. Seulement en faisant le premier pas, nous pourrons constituer un monde en paix et heureux !


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Ven Déc 15, 2017 7:54 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Élections Générales : J-1

Image

La Waarheid a écrit :

Il reste plus qu'une petite journée avant le début des élections qui devront permettre la constitution du Congrès et du Gouvernement. Les cinq grands partis en lice continuent à batailler chacun pour convaincre le plus grand nombre de citoyens de la pertinence de leur projet politique. Les candidats à la Magistrature, eux, développent chacun leur propre stratégie afin de sortir vainqueur des urnes.

Selon les derniers sondages pour l'élection du Congrès, le Parti nationaliste maintient son avance sur ses compétiteurs avec 25% (+5). Le Parti panalgarbien, fort de 22% (+2) se trouve en concurrence directe avec un Parti libéral revigoré par Thomas Bismark qui parcoure le pays d’île en île. Avec 19% (+9), les Libéraux font une remontée importante, arrivant ainsi à la troisième place. C'est le Parti du Progrès, tombé à 7% (-4) qui paye les frais par le départ massif d'électeurs chez les Panalgarbiens et les Syndicalistes. Le Parti syndicaliste, lui, passe à 6% (+3), doublant son score et concourant désormais les Progressistes. Il reste toujours 34% d’électeurs indécis, suggérant que l'élection de demain pourrait encore contenir des grandes surprises.

Au sujet de la Magistrature suprême, les sondages restent encore imprécis. Daruk Aertsen, Thomas Bismark et Geert Spoelder sont engagés dans un combat féroce entre eux. Neelie Kroes, dont la prestation pendant le Grand Débat a été jugé lamentable par une large partie du public semble d'ores et déjà être hors course. Celle-ci a dénoncé sa faible popularité auprès l'électorat en dénonçant un « sexisme systémique » et un « patriarcat assassin ». Entre temps, son mouvement perd beaucoup de terrain face aux autres formations.

La particularité de l'élection du Premier Citoyen est son système à plusieurs tours de dépouillement. Dans ce cadre, chaque vote compte car les citoyens peuvent reporter leur vote si leur candidat principal est trop faible. Daruk Aertsen a ainsi durci son positionnement concernant le Weltkrieg, appelant à lutter avec férocité contre un Txile, une Amarantie et un ELA considérés par le nationaliste comme la « source du Mal absolu ». Son objectif est de s'assurer le vote de tout le camp conservateur, industriel et militaire. Geert Spoelder, lui, continue fidèle à ses idées panalgarbien, mais en renforçant son virage vers l'aile progressiste. Sa stratégie semble consister à se poser comme une alternative « crédible » aux électeurs de Neelie Kroes et pour les partisans syndicalistes. Thomas Bismark, très bien ancré dans le centre, continue à focaliser son discours sur un libéralisme d'investissement et de développement, parlant de soutien aux PME's et d’investissement dans l'infrastructure. Ce flirt avec l'aile gauche du PL semble indiquer qu'il aspire à ne pas laisser à Spoelder le monopole sur le vote de gauche et ainsi pouvoir séduire les moins doctrinaires des Progressistes. Neelie Kroes, elle, a décidé de jouer la carte de la victime, passant ses journées sur les réseaux sociaux et insultant son électorat.

Après l’Élection Générale, la constitution d'un gouvernement devrait être rapidement réalisée. Le nouveau Premier Citoyen sera libre de constituer son cabinet et de débuter le travail exécutif sans même devoir attendre la constitution finale du Congrès. Cela sera particulièrement important en vue de la Conférence de Paix qui est entra d'être mise sur pied par le Kaiyuan et par rapport à l'effort de guerre nécessaire pour le Weltkrieg. Toutefois, la votation des premières lois devra attendre qu'une majorité politiqua se constitue dans la branche législative.

La question principale en suspens est donc de savoir quelle majorité s'imposera au Congrès une fois que le résultat des élections sera connu. Il est fort probable que les Progressistes et les Syndicalistes tenteront de former une alliance politique, mais sans la capacité d'avoir une majorité des sièges de leur côté. Le Parti nationaliste, par son virement très droitier, risque d'avoir des complications à former une coalition avec les autres mouvements politiques. Le scénario le plus plausible consisterait donc dans la formation d'une coalition entre le Parti libéral et le Parti panalgarbien. Il est aussi pensable d'imaginer une alliance entre les Nationalistes et les Libéraux si Daruk Aertsen et Thomas Bismark arrivent à trouver un compromis sur leurs programmes politiques respectifs.


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Journaux & Revues
Message Publié : Sam Déc 16, 2017 12:39 pm 
Hors-ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 10:55 pm
Message(s) : 6220
Oh Neptune, it's a commie!

Image

Britonnia Today a écrit :

Cela résonnera très certainement comme un grand choc pour beaucoup de dignitaires du monde britonnique. Après huit heures de dépouillement, les résultats des Elections Générales sont tombés et ont été annoncés par la Chancellerie. Ce qu'on peut dire, c'est que le Vryheid connaîtra un virage idéologique majeur pendant les prochaines années. Il reste toutefois encore à déterminer les conséquences réelles de ce changement.

Le Parti nationaliste arrive en tête avec 34,7% des voix, mais est talonné par un Parti panalgarbien ayant pu réuni jusqu’à 31,9% des suffrages. Le Parti libéral, lui, arrive à 21,5%, en forte avancée sur les derniers sondages, mais pas assez pour dépasser les deux premières formations. Le Parti du Progrès, lui, est humilié avec seulement 3,1% et le Parti syndicaliste, fort de 8,8%, est désormais la quatrième formation politique du pays. Sur le plan général, le camp libéral-nationaliste est majoritaire avec 56,2% des voix et le camp panalgarbien-progressiste peut s’appuyer sur 43,8% des suffrages.

Le résultat est donc que le Parti nationaliste remporte 208 sièges à la Maison des Affranchis ; le Parti panalgarbien 192 ; les Libéraux 129 ; les Syndicalistes 53 et les Progressistes doivent se contenter de 18 places. A la Maison des Contribuables, les Libéraux dominent avec 24 sénateurs, suivis par les Nationalistes qui ont 12 sièges. Les Panalgarbiens, eux, grappillent 11 sièges pendant que les Progressistes ont 8 et les Syndicalistes 5. Si la droite domine massivement la deuxième chambre, elle est divisée dans deux partis plus désunis que le camp progressiste. La Gauche pourrait donc jouer sur cette fragmentation du camp libéral-nationaliste pour faire passer ses projets législatifs.

[+] Résultats pour le Congrès
Image

La plus grande surprise vient toutefois du côté de la magistrature suprême. Après des heures de dépouillement, le résultat a surpris presque tout le monde.

Au premier tour du dépouillement, comme estimé par la plus part des politologues, Neelie Kroes perd la bataille. On constate alors un transfert massif des votes de son électorat vers Spoelder. Attendu, le phénomène a pris toutefois des proportions plus conséquentes que prévues par la plus part des sondeurs. Thomas Bismark, même au détriment de ses meilleurs efforts, n'a visiblement pas réussi à se mettre en deuxième priorité parmi un assez grand nombre d'électeurs de gauche. Fort de cet afflux massif, Spoelder, en troisième position, dépasse Bismark très largement. Et c'est là que la surprise frappe. Quand Thomas Bismark tombe à la fin du deuxième tour du dépouillement, on constate qu'une partie significative de son électorat a préféré mettre Spoelder en deuxième priorité et non, comme estimé par les politologues, Aertsen. Daruk Aertsen, emprisonné dans le camp ultra-droitier et nationaliste, ne peut pas compter sur un afflux de votes libéraux assez fort pour contenir la montée de Geert Spoelder. C'est ainsi que ce dernier remporte l'élection avec 52,3% des votes au troisième tour du dépouillement.

Quand l’élection de Geert Spoelder est officiellement annoncée durant la matinée, la Bourse de Vry Haven plonge de 3%. Toutefois, après le premier choc initial, les esprits se calment. Interrogé par la presse devant sa maison, Spoelder annonce d'accepter l'élection et de s'engager de toutes ses forces pour défendre les intérêts du pays et surtout du petit peuple.

« Certains voient en moi un fou furieux. Je leur réponds qu'il y a nulle folie à aimer les pauvres, les miséreux et les nécessiteux.

Le Gouvernement que je constituerai n'aura pas pour vocation de mettre à bas notre pays, mais de lui donner un nouveau souffle ; de réaliser la destinée de notre contrée : devenir l'Israël de tous les Noirs, la Terre sainte des Algarbiens. Vry Haven brillera comme un phare pour les Noirs tenus en esclavage dans l'Empire luciférien, en Amarantie et maltraités par des systèmes d'apartheid comme celui dans la Confédération de l'Algarbe du Sud.

J'ai déjà pu m'entretenir avec les chefs des principales formations au Congrès. Nous avons tous pu convenir de notre volonté de coopérer ensemble - chacun défendant ses valeurs bien évidemment - pour le bien commun. Également, je peux déjà rassurer le public en disant que Monsieur Bismark m'a invité à discuter avec lui d'un accord de coalition entre le Parti libéral et le Parti panalgarbien. Ces discussions prendront leur temps, mais je suis convaincu qu'une coalition est la bonne voie pour assurer la mise en œuvre d'une série de réformes indispensables pour notre nation. Cela signifie avant tout des investissements dans nos infrastructures, la mise en place d'une politique économique plus favorable aux PMEs et aux démunis ainsi qu’une ligne diplomatique sans concession à l'égard des esclavagistes et les défenseurs de l'Apartheid. »


_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 41 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO