SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Lun Jan 22, 2018 11:59 pm

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 33 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Ven Déc 08, 2017 10:41 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
24 Octobre 2034

Image


JUSQU'À CE QUE LE PEUPLE DIVAGUE OU QUE L'OCÉAN LES SUBMERGENT


Image

Image d'un rituel du "Typhon" sur une plage au pied du Manatolu, pour apaiser l'Océan.

Il faut se méfier des apparences : le rituel ici est le "froid calcinant", consistant pour les participants à se brûler volontairement puis se jeter à l'eau pour éteindre le feu. Cela servirait à purifier le corps de ses saletés "de la terre".


La nouvelle des éruptions simultanées de "Big George" et du "Rashari" ont fait grands bruits aux Archipels Unis. Suscitant une nouvelle opposition dans le pays

Une partie s'est révélée méfiante, mais à réussie à prendre un certain recul sur les événements. Il s'agit en majorité des urbains et des personnes connectées au monde extérieur. Loin de discriminer les autres ou de porter un jugement un valeur, la majorité des istopagos aujourd'hui citadine, et malgré quelques problèmes techniques, est assez vite passée à autre chose. Cela s'explique déjà par l'annonce d'un futur MMO plein de promesses par Gaamio Link qui absorbe littéralement l'attention des foules, et par cet éloignement de plus en plus prononcé envers les moeurs anciens et une civilisation de normes. Le pays est en effet en plein boom libéral, n'entraînant pas certains problèmes criminels notamment, et semble suivre la voie tracée par la voie des Îles Takar Aia Wirihana. Loin semble déjà être cette société contrôlée de fond en combles par ses citoyens et qui instrumentalise les événements et les jours comme un pendule ascensuséenne.

Si loin que ça ? Pas tout à fait.

Déjà, parce qu'une partie citadine reste très fortement attaché à l'Océan et au Vanuaha ; partagée entre foi et nationalisme. Cet ensemble, bien que minoritaire, résiste et conserve les rôles clés de la société. Elle ne peut empêcher la libéralisation portée par la jeunesse "Wirihanaise" mais conserve des marges de manœuvres pour toujours inciter et forcer les individus à respecter les normes et traditions. Ce mouvement paradoxal pourrait faire penser à un pays autoritaire en voie d'émancipation : très libre économiquement mais restant encore très fermé par le contrôle social imposé et rude des individus. Cependant, la situation est d'autant plus complexe que ce manque de liberté ne vient en aucun cas du législatif : en théorie, rien n'empêche les individus de faire ce qu'ils désirent et d'agir selon leur bon escient ; en tout cas, rien de "légal".
Il faut cependant nuancer ce point de vue, car s'il est vrai que certaines catégories sont marginalisées et stigmatisées déviantes (comme les zoophiles, les musulmans ou les catholiques), il semble faux de parler de dictature ou de pays totalitaire.

La nouvelle, qui nous semble, inquiétante est ailleurs : de nombreux groupuscules presque sectaires adeptes de l'Océan se sont formés ces derniers mois, en partie à cause de la libéralisation permise par le Conseil des Doyens et en réponse à "Wirihana" déjà surnommée "N'a blaé Muontzra" ["La belle monstre"]. Ces derniers dénoncent également les conséquence graves de "l'abandon" de l'Océan par la jeunesse. Ils annoncent destructions et miséricorde, et voient dans la guerre des conteneurs et dans cette double éruption le signe d'une colère de l'Océan.
Le groupuscule qui monte particulièrement, et qui essaye de rassembler les autres dans son seul mouvement, est "N'a TzihPhon" ["Le Typhon"].

Image


Ce groupuscule est particulièrement effrayant, car contrairement aux mœurs et même à la majorité des groupes croyants de l'Océan, veut réduire au niveau d'esclave et de "corail" toute personne ne croyant pas corps et âme dans l'Océan.
De plus, le Typhon dispose d'une vision très globalisante et totalitaire contrairement aux simples normes : toute la société doit "naître, servir et couler" au nom de l'Océan (tel est leur adage). La vie se fait au rythme des marées pour ces adeptes et ne peuvent s'alimenter que de crustacés et de fruits (considérés comme les "présents" de l'Océan).
Enfin, et peut être le plus terrible, concerne la littérature et les œuvres culturelles. Tout ce qui n'est pas istopagos est évidemment banni et brûlé mais le pire concerne le "Baaionatarepa" : livre sacré retranscrivant les principaux épisodes de l'Océan (qui est à son origine une religion transmisse par tradition orale). Rien d'anormal, hormis un épisode controversé, le dernier soit le 9ème ; rejeté par les plus réformateurs et les plus modérés. Cet épisode est évidemment celui du "Typhon salvateur", épisode apocalyptique final et ultime, porté au nom de référence absolue et signe de toute vérité pour les membres du groupuscule qui y tire son nom.

Quoi qu'il en soit, il conviendrait pour le Conseil de surveiller activement ces mouvements contraires de libéralisation et de conservatisme absolu : et devra se positionner du mieux possible pour suivre ses idéaux ou pour éviter tout conflit interne ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Mer Déc 27, 2017 2:33 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
20 Décembre 2034

Image


UN REPLI ? NON, UN RETOUR

Image


Parlons peu, parlons bien. Le repli est-il économique ? Non pas vraiment, c'est même plutôt faux
La situation économique du pays n'est pas étincelante certes, après une crise touristique de cette ampleur difficile d'imaginer quelque chose de différent. Cependant, avec l'essor des Grandes Écoles, le marché du jeu vidéo et le pétrole qui deviennent de réelles mannes financières : le choc semble à peu près amorti bien que la croissance attendue ne soit pas virevoltante.
Pourquoi parler de repli alors ? Le pays s'est ré-ouvert, le "problème pétrolier" semble aujourd'hui lointain et l'espoir d'un retour à la normal sur le plan économique semble possible.

Le vrai problème, le vrai repli semble être dans nos cœurs ; le moral en berne meurtri par la situation actuelle du pays.

Tout d'abord, le Conseil des Doyens n'arrive absolument à s'imposer à l'international. Alors que l'Océan néchinésien est en proie à la guerre, le Conseil semblait rester inactif et attendre que les événements se passent. Or, le conflit à pris une certaine ampleur : menaçant ses intérêts moraux, économiques et observant impuissant l'expulsion de son principal allié au sein de l'Organisation de Coopération de Choenglung.
Ainsi, obligé par les événements, le Conseil se serait proposé en médiateur entre UPO et Coalition et espérait entrer enfin et définitivement au sein de l'Organisation. Aucun intérêt ni réponse ne lui fût porté, et dût renoncer devant l'impossibilité de raisonner un camp ou l'autre.
La puissance diplomatique du Vanuaha, étrangement, n'a jamais été aussi basse.

L'un des autres problèmes vient directement en conséquence de l'urbanisation et de la mondialisation galopante au Vanuaha. La criminalité, dans des villes où la solidarité entre les villageois n'est plus possible par la taille de la société urbaine, n'a jamais été aussi forte et les faibles troupes de police semblent dépassé dans un contexte que peu auraient pensé possible auparavant. Le Vanuaha, ce pays qui se démarquait par sa faible criminalité et son fort contrôle entre citoyens, devient un repaire idéal pour la pègre mondiale qui y trouve un paradis pour ce développer dans une région relativement fragile et isolée. Le constat est terrible et étouffé en conséquence, mais il devient plus que nécessaire que d'en parler alors que l'intégrité de certains de nos journalistes a été menacée.

Le problème cependant n'est guère que diplomatique ou sécuritaire. Au niveau culturel, tout en espérant que le prochain jeu à sortir des studios Gaamio Link rencontre un succès, le résultat sonne creux. L'édition 2034 du triathlon de N'a Ilta résonne presque creux, le film "Makawi" fait un flop, rien n'assure la victoire de la Doyenne Wirihana au concours de Miss Univers tandis qu'il n'est plus si appréciable d'habiter aux Archipels Unis. Le pays est devenu dans l'imaginaire collectif un pays de pirates, pétrolier et instable politiquement. La culture semble être condamnée à s'éteindre, si le mouvement actuel se poursuit.


Le Conseil des Doyens semble alors "impuissant et inactif", en tout cas pour une large part des istopagos ayant répondu à notre sondage. Les faits semblent l'attester tandis que l'identité nationale commence à perdre de son sens avec des Doyens trop "progressistes" comme ils aiment se faire appeler ou trop "internationaux". Face à ce déclin, il ne semble n'y avoir comme refuge que l'Océan.

Nous assistons en effet à une large montée de la religion et de la foi de nos habitants. Bien que cela puisse effrayer certains de nos confrères, nous estimons au contraire qu'il puisse s'agir de notre salut : dans notre repli de notre lumière. Si la pensée istopaga dans sa globalité n'arrive pas à s'imposer à l'étranger, peut être est-il signe que celle-ci est trop avancée et qu'elle ne peut être comprise dans des pays "qui n'y sont pas prêts" ?

Si le monde refuse l'existence et la parole d'un pays grand, fier, victorieux, ancien maître en sa Néchinésie ayant par sa force et son courage conquis au delà de son regard et défendu ses terres contre l'envahisseur et l'oppresseur dytolien : alors le monde est-il digne du Vanuaha ?

La question se pose, mais plus qu'hier et moins que demain, tourné vers l'Océan.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: N'apresa [Presse]
Message Publié : Mer Jan 03, 2018 10:40 pm 
Hors-ligne
Dirigeant puissant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Jan 15, 2017 11:06 am
Message(s) : 454
Localisation : Vanuaha
07 Décembre 2034

Image


WIRIHANA : "REPARTIR DE 0 SUR L'ÉCONOMIE"

Image


Le constat était attendu, mais il reste difficile à avaler : la croissance s'est effondrée tandis que l'investissement n'est pas transcendant.
Le bilan économique est morose.


1,52 %. C'est simple, le chiffre est 10 fois inférieur environ à celui de l'année précédente (14,61 %).
Le résultat est cependant logique : l'effondrement total du secteur touristique et les investissements massifs ont d'abord mis en berne le pays qui à réussi sur la fin à rattraper le carnage ; bien que le silence total du Conseil n'a pas favorisé au sursaut du pays. On pourrait alors légitimement accuser la nouvelle Doyenne de l'économie, Aia Wirihana, alors que son prédécesseur réussissait des scores incomparables au vu du bilan de la première année de la Doyenne des Îles Takar.

"Je n'avoue pas ma faute cependant, bien que j'avoue n'avoir rien pu faire pour renverser une situation déjà instable et mal gérée. Lorsque je suis arrivé, absolument aucun travail n'avait été fait sur la gestion économique du pays, tandis que le budget était sommaire même faux"

Les propos de la jeune Doyenne ont de quoi faire vanner et déstabiliser ses plus grands détracteurs : Aia Wirihana ferait-elle preuve de culot et essayerait t-elle, tel un coup de communication, de sauver sa situation par des mots ? C'est en tout cas l'inverse qu'elle rétorque, comme pour préparer une critique qu'elle attend à ce propos :

"Pour ceux qui n'ont pas confiance en ma personne ni au Vanuaha sur le plan économique : grand mal vous prenne. L'année 2035 sera celle du retour, de la planification, avec une baisse drastique de l'investissement d'État pour libéraliser et laisser le libre jeu du marché s'effectuer. Je promets un travail de fond intense, une remise à niveau totale et complète de la statistique, du calcul, du rationnel.
Le tout sera couronné d'une large baisse des impôts et de la fiscalité : le Vanuaha va devenir une immense place économique, financière et accueillera parmi les plus grands investisseurs du monde.
Alors que certains doutent ou pensent que les deux seules possibilités sont la nationalisation de l'ensemble de l'économie ou sa fermeture complète sur le reste du monde : vous allez voir devant vous l'exemple inverse."


Le ton est donné.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 33 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO