SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Dim Jan 21, 2018 12:17 am

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 32 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Ven Jan 20, 2017 6:07 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


29 Février 2032


La fuite des cerveaux.
Par Huetzquiztli Naxtlici.

Vous n'êtes pas sans savoir. Sans doute car pour vous comme pour nous, ce sujet est cher à nos cœurs. Que la situation des peuples natifs en Olgarie est souvent précaire, sauf pour ce qui est par exemple des TNU ou du Sherhawkah, qui comme le Tlaloctlitlal ont eu la chance de résister aux affres du colonialisme. En effet, les premiers peuples sont bien souvent désormais minoritaires sur leurs terres ancestrales. Quand ils n'en ont pas été tout simplement chassés pour se faire déporter à des centaines de kilomètres. Dans ce qu'on retrouve par exemple aux Nenepanoliztli Olgaria Intlalpan (Federeted States of Olgaria) et chez leurs cousins de Yancuic Galleslalpan (New Gallesland) sous le nom charmant de "réserves".
Il n'y a donc pas à s'étonner que ces peuples opprimés, qui voient leurs droits et leur condition stagner à un niveau variant du vivable à l'esclavage, voudraient se tourner vers d'autres horizons plus cléments. Cependant ce n'est pas à la porté de tout un chacun, encore moins pour eux. Un Poliakownie payé une misère pour se crever à la tâche à Gasdenborough a bien peu de chance de pouvoir un jour s'offrir une meilleure vie ailleurs, à lui et à ses proches.
Il s'avère cependant que les grosses têtes et autres savants de ces communautés. Qui eux disposent de légèrement plus d'opportunités en terme de déplacement international, voient en notre pays un havre où ils seront libre de se servir de leur talent sans que leurs origines n'érigent un plafond de verre qui bloquerait leur progrès. Nous devons bien avouer que cela nous émeut profondément, ici à la rédaction, au moins. Nous souhaitons donc la bienvenue à tous nos chers cousins qui ont fait le déplacement jusqu'ici. On ne dit jamais non à plus de matière grise, d'autant que cela permettra sans doute de renflouer certains domaines légèrement délaissés pour l'instant. Très intéressés par cette arrivée de sang neuf, les laboratoires privés et surtout publiques ont sut rapidement trouver des posts pour accueillir ces nouveaux venus. Sachant bien que cela ne manquera pas de donner un petit coup de pouce à la recherche.
Voilà donc une bien bonne nouvelle, malgré le mauvais vent qui a poussé ces cerveaux jusque dans nos bras. Il y a fort à parier que cette affluence amènera avec elle son lot d'innovation. Et pour finir nous sommes fiers de savoir que nos cousins septentrionaux ont assez confiance en nous pour voir en notre pays une terre d'opportunité. Amis du nord, vous êtes ici chez vous. Nous, natifs, ne survivrons qu'à travers l'entraide. Et le Tlaloctlitlal comme ses pays frères d'extrême occident, sont les nations de tout les premiers peuples.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 27, 2017 2:34 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


20 Mars 2032


Dit is 'n grap?
Par Moquihuix Nelzoh.



Image
Bienvenue en Aleka !




Au fil de chaque nouvelle déclaration, l’Aleka s’enfonce de plus en plus dans le ridicule.

Premièrement, il y a quelques jours, en adoptant le projet de loi L-917’Bis, une loi de réforme sur l’armement qui a (entre autre) abaissé le plancher d’accès aux armes à feu de 14 ans à 10 ans ! Les publicitaires Alekantec s’amusaient déjà bien assez avec leurs spots commerciaux (genrés à souhait) démontrant leur goût pour les collégiennes en mini-jupe et armées jusqu’aux dents. Il va sans dire qu’ils vont maintenant s’en donner à cœur joie. En prévision de la prochaine réforme sur le port d’arme nous leurs conseillons de lancer dès maintenant les pré-commandes pour de futurs fusils d’assaut pour nourrissons. (Et pourquoi pas des cibles d’entraînement noires ? Pour apprendre à fusiller les nègres comme les grands).

Ensuite nous avons eu droit à un magnifique discours de Werner Skomnark. Qui n’est certes que Député pour la 11ème circonscription de Dorban. Mais dont la verve nous donne une petite idée des idées dont l’Aleka s’abreuve copieusement. Car si monsieur Skomnark n’est pas la voix du pays, il est tout de même bien loin de tenir des propos un tant soit peu subversifs.
Il nous offre tout d’abord une longue litanie sur la terribles souffrances qu’ont endurés les pauvres petits blancs (à noter que les colons dont ils parlent confortablement depuis son siège en 2032 sont maintenant six pieds sous terre, on peut donc douter de la pertinence de son propos), en somme l’équivalent au sein de la problématique raciste des fameuses “male tears”, peut on ici parler de “white tears” ? Et le plus hilarant est la déclaration tout bonnement magique qui suit :

“Objectivement nous avons été traités comme de la merde par les locaux qui refusaient de s'adapter, d'adopter notre langue , de commercer avec nous alors même que nous étions affamés , en exil , sans vêtements neufs ni Bibles !”

En dehors du fait qu’il serait intéressants d’étudier l’importance vitale des bibles dans le métabolisme des colons Alekantec (qui sait, peut-être que la foi remplace l’ATP dans leurs cellules) il faut bien avouer qu’en lisant cela on ne sait pas s’il faut en rire ou en pleurer. Car oui, imaginez la souffrance de ces pauvres oppresseurs face à ces vilains nègres refusant d’abandonner leur culture et leur langue. Trop occupés sans doute qu’ils étaient à manger des bananes et à se chercher des puces.
A vrai dire, si tout cela ne sortait pas de la bouche d’un Alekantec on pourrait facilement croire à une tentative d’humour sarcastique. Mais pas vraiment besoin d’être un génie pour se rendre compte que c’était dit avec toute l’honnêteté du monde.
Passons donc sur la suite qui explique à quel point les Alekantec ont été bons avec ces pauvres sauvages de noirs (aussi ingrats qu’ils soient, ces animaux), à quel point ils sont les seuls à véritablement les comprendre, et si, si, ils sont leurs seuls alliés. “Non, n’enlève pas tes chaînes, ne pars pas, regarde comme il fait froid dehors, reste avec nous”.
Pour ceux qui n’auront ni le temps ni l’envie de lire la suite, voici une traduction en langue humaine de ce qui suit :


“Rendez-vous compte que l'Aleka a volontairement parqué sur un tiers de son propre territoire les peuplades d’Algarbe issus des esclaves que les premiers colons avaient importés là avant que la Dengue rouge ne frappe. Pour permettre aux peuples blancs d'exercer librement leurs droit à la détermination de la vie de leurs victimes noires !
Quel pays ferait ça au XXIème pour le peuple noir, hein ? Personne . Ils sont les seuls .”

Enfin bref. Un bien joli torchon que nous vous conseillons d’écouter en y imaginant un second degré caché afin de rendre le résultat moins douloureux.
Jour après jour le diagnostic se confirme pour l’Aleka. Cette tumeur méridionale d’un empire déjà bien névrosé.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Fév 13, 2017 9:39 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


09 Mai 2032


Entrevue avec Miss Tlaloctlitlal 2032.
Par Matlalatl Xopachitlan

Cet article est une retranscription écrite de la rencontre entre notre journaliste Matlalatl Xopachitlan et madame Ilhicamina Xihuicuintli.


Image
Ilhicamina Xihuicuintli. Qui s'est défaite de son carcan de maquillage et de tenus d'apparat.



Matlalatl : Cualli Teotlactin, madame, je vous remercie de m'accorder un peu de votre temps.

Ilhicamina : Mais tout l'honneur est pour moi. Ce n'est pas tout les jours que l'on nous demande de figurer dans l'un des journaux les plus lus de tout le pays.

Matlalatl : Tout d'abord, madame -Puis-je vous appeler par votre prénom ?- Vous êtes de retour au pays après ces demi-finals de l’élection de Miss Univers 2032, mais avec un score plus qu'honorable. Quel a été votre ressenti global sur ce concours ?

Ilhicamina : Ça aura été une expérience très particulière. Les passages devant le jury, les défilés et la retransmission sur les télévisions internationales, ça fait bizarre, c'est sûr. Et puis pour tout avouer, je n'avais jamais quitté le Tlaloctlitlal auparavant, plus par manque de moyens que par manque d'envie malheureusement.

Matlalatl : On ne peut qu'imaginer, mais vous ne deviez pas être la seule à avoir le trac. Comment s'est passée la rencontre avec les autres compétitrices ?

Ilhicamina : Étonnamment bien. Contrairement à la plupart des anciennes éditions de ce concours, cette année a surtout vu passer des candidates dynamiques, éduquées, actives. Ou bien de respectables mères de familles pour ce qui est de certaines miss de Dytolie. Ça change des bêtes de concours habituées à la chose et élevées dans du coton qu'on avait l'habitude de voir. Dans ces conditions, on a pu éviter les embrouilles mesquines, l'ambiance était parfois tendue, mais c'est aussi ça la compétition !

Matlalatl : Voilà qui nous rassure. Beaucoup s'étaient inquiétés que votre candidature fasse scandale et vous attire des ennuies. Après tout, dans la plupart des pays du monde, les identités de genre non binaires sont rarement bien acceptées.

Ilhicamina : J'imagine bien que certains aient pu avoir des doutes sur les réactions internationales. Rien que du côté de mes parents, ils étaient persuadés que j'allais me faire agresser ou quelque chose dans le genre. Rires gênés. Mais au final tout s'est bien . Oh bien sûr j'ai eu droit à quelques remarques, j'imagine que ce n'était pas grand chose, mais vu que je n'avais jamais mis les pieds en dehors de notre pays, la transphobie était quelque chose que je subissais rarement. Du coup les moindres micro-agressions m'ont touchées d'autant plus. Je n'imagine pas vraiment ce que j'aurais pu subir ou entendre si j'avais vécu toute ma vie dans tous ces pays où la tolérance est parfois réduite à son strict minimum.

[+] Ilhicamina a toujours été engagée et militante pour les droits des personnes LGBT
Image
Ilhicamina à la Nixochitetequi (=Gay Pride, peut se traduire par "Les fleurs que je cueille sont différentes") d'Altepetl en 2029.


Matlalatl : Mais dans l'ensemble vous ne regrettez pas cette expérience ?

Ilhicamina : Oh que non ! Je me rends bien compte que j'ai eu une chance exceptionnelle de pouvoir vivre ça ! Quand on vient du Cuemitl on s'attend rarement à avoir autre chose qu'une petite vie un peu morne.

Matlalatl : Justement, parlez nous un peu de votre parcours.

Ilhicamina : Je suis née et j'ai grandis à Neczetchetlan, une petite ville agricole de l'ouest de Cuemitl comme on en trouve tant là-bas. Dans ma région d'origine, à part cultiver la terre, les perspectives sont assez réduites. Non pas qu'on ne puisse pas étudier autre chose que les domaines de l'agriculture, de nos jours c'est si facile de faire de longues études à moindre frais. Mais c'est surtout culturel. On cultive comme nos parents avant nous, nos grands-parents avant eux, et ainsi de suite. Et puis un bon Cuemiltec a la main verte, c'est connu, sinon c'est un imposteur. D'autant que le Cuemitl a toujours été l'éternel perdant sur l'île, confronté pendant toute son histoire aux seigneurs de guerre du Cuitlalpan, et passant tour à tour aux mains des marchands d'Altepetl et des empereurs Huehuetlactec. La région n'a jamais eu l'occasion de développer autre chose que son agriculture. Mais moi j'ai toujours eu deux passions, l'Histoire et les domaines artistiques en général. J'ai bien essayé de m'intéresser aux arts floraux pour faire plaisir à ma famille et à mon héritage, mais tout ça manquait cruellement d'Histoire je dois l'avouer.

Matlalatl : Alors, quelle a été votre solution ?

Ilhicamina : Je me suis cherché un moment, tiraillée entre mon désir de faire comme on m'avait toujours dit de faire, et celui d'aller vers mes envies. Je crois sincèrement que c'est en partie ma transition qui m'a donnée une plus grande confiance en moi et m'a permis de m'affirmer, de dire "Ce sera comme ça et pas autrement". Alors j'ai cherché ce qui pourrait allier mes deux passions et je me suis donc tout naturellement orientée vers l'Histoire des arts. Il m'a fallut plusieurs années ensuite pour découvrir le monde de la restauration artistique, et la culture Huehuetlactec. J'ai filé poursuivre mes études à Cuauhtlotli et j'en ai fait mes spécialités.

Matlalatl : Mais alors qu'est-ce qui vous a poussée à postuler au concours des Miss dans tout ça ?

Ilhicamina : "Pousser" c'est le bon mot. C'est une bande d'amis à moi à vrai dire. C'était plus parti comme un défi stupide pendant une soirée peut-être un peu trop arrosée, qu'il a fallu tenir ensuite. Une inscription à la va-vite au concours de Miss Cuauhtlotli qui m'a propulsé sur le devant de la scène sans que je comprenne vraiment ce qui m'arrivait.

Matlalatl : D'un point de vu professionnel, ce concours de circonstance n'a pas été gênant ?

Ilhicamina : Haha, non ! C'est tout le contraire. Je venais de finir mes études, d'où la soirée alcoolisée. Mais tout ça m'a fait une pub monstre, je ne m'y attendais pas. Je comptais tenter une demande d'emplois à l'Institut des arts Impériaux du Chiauhtlalli. Et au final alors que je rentrait à peine après ma défaite en demi-final, les voilà qui viennent d'eux même me proposer une place ! Mon petit coup de projecteur a amené certaines personnes dans le domaine très restreint de l'art ancien Huehuetlactec à se pencher sur mon travail, et manifestement ça leur a plu !

Matlalatl : J'imagine que vous n'avez pas dit non.

Ilhicamina : Évidemment, j'étais ravies ! Mon contrat doit encore être peaufiné mais normalement je devrais commencer la semaine prochaine. Et on m'a déjà fait miroiter une mission très spéciale.

Matlalatl : Vraiment ? On peut avoir un indice ?

Ilhicamina : Désolé. Sourire. C'est top secret pour l'instant. Mais croyez moi, ça va être autre chose que réparer quelques vieux pots cassés. C'est le genre d'occasion qu'on ne rencontre qu'une fois dans ce métier.

Matlalatl : Voilà qui titille notre curiosité. Sans doute autant que les résultats de la final de Miss Univers ! Du coup j'ai encore une question. Si vous deviez voter, quelle candidate finaliste aurait votre voix ?

Ilhicamina : Réfléchit un instant. Ce serait sans doute Ariana Magnor, mais le choix est rude ! Elle n'a peut-être pas le raffinement exacerbé de Nella de Lorenzo, où le côté typiquement Dytolien si exotique de Sofie Andersen. Mais elle dégage je trouve une force peu commune. Et un style à la fois classe et provoquant. Mais je ne serais sans doute pas la seule au Tlaloctlitlal à l'avoir comme préférée. Après tout depuis quelques temps la communauté des Melgares a vu son capital sympathie grimper en flèche par chez nous. Rire. C'est le côté rebelle défenseur de l'égalité dans un pays où tout s'y oppose, sans doute.

Matlalatl : Eh bien Ilhicamina, ce fut un véritable plaisir de converser avec vous. Et avec votre carrière en passe de décoller j'imagine que ce n'est pas la dernière fois qu’on entends parler de vous !

Ilhicamina : Pas trop quand même j'espère ! J'ai été bien assez sur le devant de la scène pour le moment, la célébrité n'est pas vraiment à mon goût. Mais merci, ce fut un plaisir pour moi aussi !

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Fév 25, 2017 9:51 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image

O carta aberta




15 Juin 2032



La fin de la Torpeur.
Par Alfonso Cuahtlitli.


Il y a quelques mois déjà nous apprenions avec grande joie que sa Sainteté le Pape, dans son exil, avait trouvé l’asile au nouvel Arsois. Cette province coloniale du très Saint empire de l’Arsois. Territoire se trouvant certes à plusieurs milliers de kilomètres de nos côtes, mais tout de même sur notre propre continent d’Olgaria !

Nous qui étions donc bénis par la présence de sa Sainteté au nouveau monde, nous avons hélas observé avec une angoisse toute légitime le mutisme inquiétant du Patriarche d’occident. Temps d’incertitude qui a laissé tout les bons fidèles du Tlaloctlitlal avec la peur de voir la chrétienté dériver, sans la douce direction de son berger. Mais notre foi est grande et nous savions que notre attente et nos prières verraient le retour auprès de ses fidèles de sa Sainteté Aurelien 1er.
Et quel ne fut pas la surprise et l’émotion de votre fidèle serviteur en personne, quand je me suis vu remettre, en même temps qu’une lettre scellée des armes de l’héritier de Saint Pierre, la distinction de la Sainte Croix Pro Ecclesia et Pontifice !

Mais qu’importe les honneurs qu’un petit journaliste de la Cuitlalpaña peut bien recevoir -même si je ne minimise certainement pas mon émerveillement- ce qui compte c'est que le regard du Saint Père s’est tourné vers notre lointain archipel. Espérons que cela apporte une bouffée de ferveur chrétienne à notre nation. Sans doute l’intérêt du Saint-Siège saura porter la lumière de notre sauveur Jesus dans les cœurs perdus de nos frères et sœurs païens.

Car encore de nos jours, le catholicisme a du mal à se répandre au-delà des montagnes de la Cuitlalpaña. Il souffre encore d’une bien mauvaise réputation qui lui colle à la peau depuis la regrettable période de peur et d’attentats qui avait déchiré le pays il y a de cela maintenant quarante ans.

La toute nouvelle simili-sanctification de notre continent, avec l’arrivée du Saint Père en Olgaria, est l’occasion pour nous, chrétiens du Tlaloctlitlal, de tenter à nouveau d’apporter la lumière de Jesus Christ à nos concitoyens. Mais cette fois-ci sans retomber dans les erreurs de nos aînés. Sans céder à nouveau aux péchés de la colère et du meurtre. Car le Seigneur n’est qu’amour, et nous nous devons d’apporter cet amour à nos frères, nos sœurs, à tous les habitants de notre beau pays. Le Tlaloctlitlal est d’ors et déjà une terre de paix et de compassion, il ne lui manque plus que la vraie foi pour devenir une grande nation. Libérée de ses dieux de sang et de mort.
Je me contenterai de terminer cet article avec un ultime remerciement pour notre Pape Aurelien 1er, puisse-t-il mener tout ses fidèles sur les chemins de la foi et du juste respect des enseignements du Seigneur.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Mars 02, 2017 11:21 am 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


05 Juillet 2032


La Soverovie et ses sales pauvres.
Par Ixitzi Cotoyotl .


Ces derniers temps, la Soverovie et surtout sa nouvelle reine sont au centre de l’actualité internationale. De nombreuses critiques ont suivi quand aux diverses manœuvres politiques de la nouvelle souveraine. Ainsi que la mise en place de nouvelles mesures quand à la religion et le service militaire. Nombreux ont été nos collègues à dénoncer les profondes tares de toutes ces nouveautés. Même la presse Thorvaloise à trouvée à redire à la politique religieuse agressive et pourtant tout à fait catholique qui a été signée par la reine Anastasia.

À tout cela, un journal local très patriote nommé ‘’La gazette du roi’’ dont le simple nom nous faisait déjà présager sa totale partialité, ce journal donc s’est fait le défenseur de sa bien aimée monarque. À cette fin ils ont entrepris de démonter points par points l’argumentaire étranger.

Pour justifier l’annihilation de toute forme de liberté religieuse et la spoliation légale des biens des non-chrétiens (essentiellement des tribus natives de l’est du pays), ils ont invoqué l’utilisation d’une toute puissante Raison (avec majuscule s’il vous plaît). En effet l’état ne pourrait voler ses citoyens que s’ils répondent à trois critères l’un d’eux semblant assez flou. En effet l’état pourrait dérober un individu si lui ou ses biens s’opposent au bon déroulement de la mission de conversion. Jusque là tout va bien, le critère est juste toxique. Mais visiblement les journalistes soverovs semblent avoir du mal à voir la différence entre ‘’bon déroulement de la mission’’ et ‘’intérêt général ‘’ les deux termes semblant interchangeables dans le texte. Apparemment, le catholicisme est d’un intérêt bénéfique et national au même titre que pourraient l’être des soins ou une éducation facilement accessible et de qualité. À tous nos lecteurs non-chrétiens, si vous êtes satisfaits de votre existence nous sommes navré de vous annoncer que vous vous trompez.

Mais passons, le reste de la presse s’occupera sans doute mieux que nous d’analyser cet amalgame douteux. Ce qui nous a le plus sauté aux yeux dans ce texte c’est la phrase magique qui suit.

« Il convient de se demander si ces pays ne sont pas devenus des zones de non-droit, surtout quand ils s'offusquent de la possible dépossession de quelques milliers d'individus comptant parmi les individus les plus pauvres du pays. Autrement dit, les chances qu'ils se voient dépossédés de quelque chose de grande valeur sont proches de zéro.»

À pleurer.

C’est à se demander si cet article a été relu ne serait-ce qu’une fois par quelqu’un doué d’un minimum de capacités de réflexion. Ce passage est tout simplement ahurissant au point ou on pourrait penser à du sarcasme. Mais non ! Tout porte à croire que cet article est on ne peut plus sérieux.

Mais alors comment ? Pourquoi ? Qui a pu avoir la glorieuse idée de cracher pareil venin ? Au secours faite quelque chose ! L’empathie est en danger ! Le bon sens est en danger !

Car mettons les choses au clair, ce qui est dit est très littéralement traduisible en :

« Bah on s’en fout si on dépossède quelques milliers de pauvres (beurk, les pauvres) vu qu’ils ont déjà rien dans les poches ils vont pas sentir la différence hohoho !»

Bah oui, c’est bien sûr, si tout ce qu’ils possèdent c’est leurs fringues miteuses, deux bouts de bois et un rat crevé, ils vont pas vous en vouloir si vous leur prenez tout ce qu’ils ont. Pensez vous. De toute façon c’est pas grave, c’est pour leur apporter la lumière de Jésus.
Je ne suis pas moi-même un Catlico mais d’après tout ce que J’ai entendu sur la charité chrétienne et l’immense amour du Christ j’aurai plutôt imaginé Monsieur Jésus conseiller d’être généreux et d’offrir aux pauvres plutôt que de leur ôter le pain de la bouche.
On se demandera aussi quel intérêt auraient les missionnaire à récupérer les biens de tout ces païens pouilleux s’ils n’ont vraiment rien de valeur à voler. Désolé de vous l’apprendre mais ce n’est pas en revendant leurs chaussettes trouées et leur collection de rognure d’ongles sur le marché noir que vous allez pouvoir financer l’effort de guerre (pardon, les missionnaires je voulais dire).

Voilà donc les nouvelles de la Soverovie. De quoi nous dire qu’au final on a de la chance dans la mesure où nos concitoyens catholiques sont tout de même immensément bien plus civilisés que leurs lointains cousins.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Mars 20, 2017 5:51 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


30 Aout 2032


Faire le ménage dans les législations.
Par AmoxtliAtl Yolyamanitzin.

Pas plus tard qu'aujourd'hui, les Nezcalilizcal et les Mimactl se sont attelés à un remaniement de nos lois. Ça alors, personne ne nous avait prévenu pourtant. Puisqu'à la rédaction nous avons des oreilles un peu partout, nous avons immédiatement filé sur les lieux du crime pour intercepter les premiers Mimactl au sortir de leur chambre de vote. Peut-être avaient ils voulu faire passer de bien vilaines choses en douce, ne nous regardez pas comme ça, nous n'avons fait que notre travail.
Quand enfin nous avons pu recueillir de la bouche même d'un des votants les tenants et aboutissants de ce remaniement législatif, il s'est avéré que tout cela n'était au final pas bien important. Le président de la séance de vote a accepté de répondre à quelques unes de nos questions et a annoncé que le but de cette modification était simplement, selon ses mots, de "reléguer aux oubliettes certaines lois un peu poussiéreuses et obsolètes. Que plus personne ne suit de toute façon, et sans punition à la clef. [...] C'était des lois d'un autre temps où nous étions bien trop coincés. Nous ne sommes pas en Xitloli (=Dytolie) tout de même."

Rassurez vous citoyens, les Nezcalilizcal faisaient juste un peu le ménage. Et ce qui venait d'être voté, c'était l'annulation de quelques vieilles lois qui jusque là rendaient illégales toutes relations extraconjugales, et désapprouvaient les relations sexuelles hors-mariage. Pas de quoi se révolter donc. Je suis même à peu près sûr que certains d'entre vous, chers lecteurs, n'étaient même pas au courant que de tels choses étaient encore illégales chez nous en 2032.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Avr 04, 2017 9:19 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


12 Octobre 2032


Toujours les mêmes.
Par Moquihuix Nelzoh.

Vous commencez sans doute à avoir l'habitude de voir mon nom affiché au dessus de ce genre d'articles, chers lecteurs. Et il est vrai que j’affectionne tout particulièrement de pouvoir me répandre sur un sujet qui me tient tant à cœur, à savoir l'Aleka.
Rien de neufs sous les tropiques, techniquement, à la différence prêt que notre rédaction a reçu d'un·e auteur·e brittophone anonyme un bien curieux article dépeignant une Aleka comme on s'attendrait à ne la retrouver que dans un vieux cliché usé. Mais visiblement la réalité rattrape la fiction et cette colonie d'Algarbe est décidément à la hauteur de ses stéréotypes. Comme nous le montre ce papier efficacement illustré.



Citer :
Conçu en Briton. Traduit en Tlaloctlictec.

La passe de montagne de God-Help-Me est une célébrité dans la Province de Shimonoseki :

Image

Située dans la chaine de haute-montagne éponyme , elle est pour le transport ferroviaire qui est le moyen de transport le plus sollicité dans la région comparé à tout le pays, d'une importance cruciale :
C'est là que passent les milliers de containers destinés à alimenter, équiper, vêtir et distraire les habitants de la capitale du bantoustan (Note de la rédaction : Un bantoustan est grossièrement une région où son parqués les Algarbiens natifs, pour leur permettre ce que les autorités de l'apartheid nomment un "développement indépendant.") du Panskaï qui dépend à 100 % de l'Aleka pour sa survie !

Image

Tout les jours , des milliers de camions font le voyage en train par ferroutage ou directement sur les étroites routes régionales entre la capitale du Cap Occidental qu'est Moonhoek et Alkombey.
Cette ville est connue des touristes en Aleka pour sa gare d'époque du XIXème siècle qui est miraculeusement bien conservée et qui sert d'emblème du style colonial britonnique en BTP...
Et pourtant cette gare est toujours fonctionnelle et aujourd'hui plus que jamais !

Car de là part chaque jour, matin et soir, le convoi ferroviaire chargé de ravitailler le Panskaï :

Image

Avec au programme près de 250 miles de virages en épingle sur des voies ferrées bien entretenues mais vieillissantes qui souffrent atrocement des containers de 70 Tonnes qui passent dessus ...

Même si il faut bien le reconnaître que faire le trajet par la route n'est pas plus facile :

Image

Pour faire à peine 250 Miles à 30 Miles par heure en vitesse de croisière il faut compter environ 9 H :
Autant dire que la patience et la résilience de l'équipage du convoi de la Transnet sont primordiales !

Car derrière la crête et sur le plateau intermédiaire avant le Grand Karoo, là où se trouve Umateta le petit peuple attend désespérément ce convoi ferroviaire pour vivre encore un autre jour...

Parce que la réalité de l'apartheid est là : derrière la façade de la Montagne de la Table et des stations de ski ouvertes l'hiver, dans le pays du désert sec et de la soif, se trouve un territoire rocailleux et largement peu exploité où s'entassent les près de 4 Millions de noirs dont l'Aleka ne veut pas et qu'elle a entassé sur de minuscules poches de territoire soit-disant indépendant , comme autant de mesas ...

Image


L'homme blanc d'Aleka n'est dit-il ni raciste ni xénophobe et ne refuserait aucun droit à un noir, mais il préfère semble-t-il malgré tout vivre séparé de ce qui lui est son alterité absolue .
Alors pour ne pas se confronter à sa propre médiocrité il vit seul avec sa femme et ses deux enfants dans une grande et belle maison standardisée avec piscine et l'air conditionné et son chien et chat :

Image


Pour éviter toute famine dont la mauvaise presse attirerait les mouches à merde merdiatiques vivant sur le malheur des autres il prend soin de nourrir, quand même ! De temps en temps ... Le monde noir.

Image

Il envoie ainsi matin et soir, au Panskaï, de quoi tenir à peu près vivants et silencieux les locaux ...
Des blondasses en révolte contre leurs parents débarquant les caisses pour offrir des bouteilles de soda ou des paquets de pâtes fabriqués en Britonnie et en Aleka ainsi que des smartphones (Note de la rédaction : Nom briton des téléphones portatifs, très répandus en occident.) tout neufs et des vêtements tout juste sortis d'usines de Yanaon où d'autres gamins du même âge triment pour offrir bonne conscience à bas prix aux fermiers alekaners et aux étudiants britons en échange scolaire .
Alors chez les jeunes blancs on tente désespérément de se racheter, comme par exemple en organisant des grandes campagnes de lutte contre l'analphabétisme car quand 99 % des blancs sont lettrés, moins d'un quart de la population noire de l'ile peut en dire autant ... Et l'on invite ainsi des noirs triés sur le volet à venir s'asseoir à la table des blancs de l'apprentissage béatifiant mais jamais à hauteur de plus d'un tiers d'un même groupe scolaire pour que jamais les noirs ne soient majoritaires :

Image

Image

L'Algarbe du Sud est le pays montrant les plus criantes , les plus cruelles des disparités au monde :
Une bulle spéculative à grande échelle devenue complètement folle où les blancs sont parmi les peuples les plus riches du monde et où les noirs y sont parmi les peuples les plus dénués de tout du monde !
Avec une poignée à peine de noirs parmi les individus les plus riches du monde , et une poignée de blancs parmi les individus les plus miséreux du monde ... Et tout ça sur la même île !

Image

Sous les mêmes autorités ! Qui bien entendu ne se pressent surtout pas pour y changer quoi que ce soit et qui vantent sur les plateaux de télévision du monde entier, sans honte ni honnêteté , les mêmes scènes idylliques de paysages urbains propres et fleuris censés prouver la réussite de l'Aleka ...
Sans jamais citer les taudis derrière la façade !




Et voilà donc comment, pour la énième fois, l'Aleka montre au monde entier les ravages de son système xénophobe et obsolète (pour peu qu'il ait jamais été pertinent). Espérons qu'à force d'être la risée de toute nation prétendant un tant soit peu à un semblant de démocratie et de liberté, les peuples de l'Aleka (surtout les natifs), sauront mettre fin à l'apartheid qui les écrases, et aux élites coloniales dégénérées qui le gardent en vie.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Juil 24, 2017 3:19 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


11 Septembre 2033


Le Sengaï, ses paysages, sa culture, ses massacres et sa haine.
Par Matlalatl Xopachitlan.

Il y a peu, s'est déroulé un jour historique dans l'histoire du Sengaï.
La première gay-pride (=nom britonnique de la Nixochitetequi) du pays, et même de Ventélie, il semblerait.
Et la première fois où les principaux médias du Sengaï étaient plus ou moins d'accord.

Ce jour là, 16 personnes sont mortes. Seize personnes qui étaient venu fêter, chanter, danser, louer la différence et l’acceptation. Seize personnes qui ne rentrerons jamais chez elles.
Et les trois principaux journaux du pays se sont accordés pour cracher copieusement sur les cadavres encore chauds des victimes. Car leurs plaidoyers à base de "nous ne soutiendrons pas ici les meurtriers ayant ôté seize vies" ne dupent personnes. Nos "collègues" ayant accouchés de ce qu'ils considèrent comme des articles de presse se foutent du sort tragique de ces victimes comme de leur première sandale. Et on ne prend pas de risque en affirmant que beaucoup parmi eux ont au moins pensé tout bas, s'ils ne l'ont clamé tout haut, que ces innocents n'ont eu que ce qu'ils méritaient.

Il est particulièrement douloureux de concevoir qu'un pays aussi prépondérant que le Sengaï puisse se complaire dans ce genre d'horreurs. Qu'un simple événement festif de ce genre finisse en bain de sang est déjà particulièrement insupportable. Que plusieurs éléments particulièrement dérangeants indiquent une possible participation des forces de polices Sengaïaises à ces meurtres est proprement inacceptable. Que la presse et que, pire que tout, la première ministre Sumalee Kongsuwan accablent les victimes pour ce qui leur est arrivé et vomissent leur venin sur l'existence même des pratiques homosexuelles, en se contentant de vaguement taper sur les doigts des meurtriers, voilà qui dépasse les limites de l'imaginable et de l'inhumain.

Cet événement n'as pas encore eu de sérieux échos à l'international. On comptera bien quelques journalistes Eash prêts à condamner toute cette violence. Mais non sans oublier de comparer l'homosexualité à l'autisme, qui, est-il besoin de le rappeler, est une maladie et non une orientation sexuelle.
Mais au moins ils s'insurgent. Bien, il est heureux de voir que tout l'orient est loin de suivre les délires des médias et politiques Sengaïais, qui, aux vues de ce qui s'est produit, semblent malheureusement exprimer une opinion forte de nombreux adeptes dans ce royaume.
Peut-être tout cela relativisera aussi l'opinion de certains de nos concitoyens hostiles à l'occident.
L'horreur est loin d'être une spécificité Dytolienne, c'est au contraire ce qu'il y a de plus universel, il semblerait.

Nous ne prendrons pas ici le temps de démonter les torchons servis par le Sengaï Times, le Chaw Banthuk et l'Aranamandou Tribune. Nous ne prendrons pas le temps d'expliquer en long en large et en travers en quoi les chiffres servis par le premier journal tibétain sont si odieusement mal interprétés, oblitérant toute forme de mise en contexte, d'esprit critique et de rigueur professionnelle, et confondant allégrement cause et conséquences.
Nous ne le ferons pas car il n'est nul besoin d'incendier ces papiers putrides qui se désagrègent d'eux même dès qu'on les lit avec un minimum de bon sens. Et nous ne le ferons pas car il est inutile de montrer leurs erreurs aussi évidentes soient elles à des individus qui n'ont manifestement pas le moindre respect ni pour la vie humaine, ni pour leur travail, ni pour eux mêmes.

S'il n'est pas étonnant de lire ce genre d'abominations haineuses de la plume des rédacteurs de l'Aranamandou Tribune, qui ont déjà prouvés à mainte reprise leur profond mépris pour tout ce qui était susceptibles d'exister au delà de leurs pauvres montagnes. Il est absolument regrettables de voir que les autres médias du Sengaï et que madame Sumalee Kongsuwan partagent le même genre de pensées toxiques.

Cet articles et nos pensées sont pour tout ces morts. Victimes de l'obscurantisme, de la bêtise et de la haine.
Nos reproches vont à tout ceux qui ont prouvés ce jour-là leur complicité à l'égard de tout ces meurtriers qui resterons sans doute impunis.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Juil 30, 2017 1:44 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


28 Septembre 2033


Et nous, alors ?
Par Mitlaxi Kach'bal.


Que d’agitation en quelques mois. On peut le dire, depuis peu les organisations internationales poussent comme des champignons.
Jusqu’à maintenant, l’accord de coopération de Choenglung faisait figure de précurseur en matière d’alliance multinationale. Faisant visiblement des jaloux dans le reste du monde puisque s’est créée en réaction l’organisation du libre échange et du commerce. Vite suivie par la mise en place de la ligue boréale et de l’internationale communiste.

On peut donc se poser plusieurs questions. Pourquoi maintenant ? Et à quoi s’attendre ensuite ?

Il y a de forte chance pour que l’apparition de toutes ces organisations ai au moins un peu à voir avec la soudaine montée de la tension mondiale. Jusque là l’ensemble de la planète était relativement calme. Seulement agité par la crise de l’Ashurdabad qui n’avait fait qu’opposer plusieurs nations développées à des groupes terroristes dans un coin perdu du monde. Pas de quoi lancer une guerre mondiale en somme.

Mais récemment nous avons pu observer coup sur coup la guerre civile Caskar, et deux guerres évitées in extremis entre l’Aminavie et l’Empire Luciferien d’Algarbe, et entre le Wildhorn et le reste du commonwealth. Il y a fort à parier que ces tensions ont soudainement fait prendre conscience aux différentes nations du monde de leur vulnérabilité et de la fragilité de la paix mondiale. La coopération entre les nations semblent alors le moyen le plus sûr d’empêcher les guerres. Se protéger vraiment, c’est rendre la paix plus lucrative que la guerre à l’échelle mondiale.

On peut ensuite se demander ce que l’avenir nous réserve. On peut se douter que les régions du monde telle que la Janubie en plein éveil ne resteront pas les bras croisés alors que leur continent se fera morceler entre les différentes alliances économiques en pleine expansion. Il en va de même pour l’Algarbe qui ne demande pas grand-chose pour devenir un continent de premier ordre. Quand aux pays du bassin ceruléen, leur réunion au sein d’une seule ligue ne semble être qu’une question de temps.

Mais de notre côté ? Qu’en est il ? Si l’Olgarie a su s’imposer en tant que foyer de pouvoir durant la crise d’Ashurdabad, l’éclatement des États Fédérés d’Olgarie a mis un sérieux frein à la mise en place d’un réel bloc Olgarien.
Et pour ce qui est de la Dorimarie, le continent peine encore à trouver ses marques, stagnant à un état végétatif depuis de nombreuses années. Pas d’alliance régionale en vu, donc. D’autant que le Tlaloctlitlal n’a que peu en commun avec ses voisins majoritairement d’ascendance Dytolienne. Beaucoup avaient vu en l’avènement de la Fédération Des Premiers Peuples une occasion de nous rapprocher des communautés natives de Panolgarie, ce qui aurait pu faire office de ligue politique de fortune. Mais faute de réelle attention la FPP semble assez peu dynamique pour l’instant.

Pas de nouvelles très rassurantes, donc. Encore une fois le Tlaloctlitlal semble à la traîne et désespérément seul.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Août 02, 2017 11:21 am 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


05 Octobre 2033


Du nouveau dans nos stades.
Par Cualimatl Texica.

Image

Équipe masculine d'ullamalitzli en tenue traditionnelle



Depuis maintenant plusieurs milliers d’années, les habitants du Tlaloctlitlal pratiquent un sport de balle bien à eux. D’abord créé par les premiers habitants Huehuetlactec il y a plus de 3 000, qui lui ont donné le nom de pok’ol pok, ce jeu emblématique à traversé les âges et s’est transmis au sein des différentes nations Huehuetlactec et Tlaloctlictec, jusqu’à nos jours où des équipes professionnelles continuent de s’affronter. Le nom Tlaloctlictec de ce sport étant l’ullamalitzli.

Tout les quatre ans, les championnats nationaux attirent des millions de spectateurs de tout le pays. Et même parfois d’ailleurs. Qui se pressent pour voir qui remportera la coupe de meilleure équipe de sa ligue. Les différentes équipes du pays sont en effet divisées en deux ligues, une masculine et une féminine.

Mais il y a peu, la Fédération nationale d’ullamalitzli a annoncé la création d’une troisième équipe réunissant des équipes… Mixtes ! Si les amateurs n’ont pas attendu ce genre de décisions pour jouer entre amis dans des équipes réunissant tout les sexes, c’est bien la première fois que ce genre d’équipes pourra concourir officiellement lors du championnat national.

Les équipes étant formées de 12 joueurs, dans ce cas elles pourront être formées selon un rapport 6/6, 7/5, ou même 8/4. Le Fédération nationale d’ullamalitzli a au préalable réalisée de nombreux match test à l’aide de joueurs et joueuses professionnel.les et volontaires. Il en a été conclu que ce genre d’équipes étaient viable. Sans compter qu’elles le seront d’autant plus lorsque les joueurs et joueuses seront habitué.es à jouer ensemble.

L’opinion public a plutôt bien accueilli la nouvelle. D’une part cela implique plus d’équipes, plus de matchs, et donc un championnat encore plus intense. D’autre part les Tlaloctlictec regardent et supportent déjà pratiquement autant les équipes des deux ligues, masculines et féminines. Les audiences des match mixtes ne risquent donc pas de souffrir d’une quelconque déconsidération des performances des joueuses par rapport à leurs collègues masculins.

Le prochain championnat étant censé se tenir l’année prochaine, les équipes mixtes qui vont bientôt se former ne pourront évidemment pas y participer et auront cinq ans pour se préparer aux grands jeux suivants.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Sep 01, 2017 11:00 am 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


02 Janvier 2034


Année 2033, un bilan mitigé.
Par Talzecoy Muñez.


Nous avons il y a peu touché à la fin de l’année 2033 du calendrier occidental, et nous voilà déjà en train de nous jeter vers un futur, qui, désormais, nous semble plus qu’incertain.

Car il nous faut faire un bilan de ce dernier cycle, et il n’est pas particulièrement reluisant. Pour la simple et bonne raison que le pays est resté globalement amorphe. Perdu dans un continent où rien ne se passe, à part un soulèvement communiste ici et là, le Tlaloctlitlal a pourtant le champ libre pour étendre son influence, devenir la figure de proue de toute la Dorimarie. Nous avons toute occasion d’aller tutoyer le Deseret dans le club délabré des leaders de la Panolgarie. Alors pourquoi rien ne se passe ?

Nous nous étions convaincu que l’ouverture au monde serait un gage d’enrichissement, d’influence et de prestige à travers le monde. Et avec quoi nous retrouvons nous ? Rien du tout.
Le Tlaloctlitlal est seul, bloqué par ses tentatives diplomatiques trop timides. Nos représentants n’ont réussi qu’à entretenir des entrevues dont on tarde à voir les résultats, et encore, il faut voir où nous sommes allés chercher nos nouveaux alliés. Le seul accomplissement du pays ? Une rencontre avec la reine de Soverovie dont on ne sait même pas si elle a été fructueuse, elle a aussi bien pu se finir en fiasco total, nous n’en savons rien.
Et il est clair que la Soverovie est loin d’être le pays avec lequel le peuple Tlaloctlictec aurait souhaité s’allier en priorité.

Ainsi, nombreux sont ceux qui se sont sentis trahis par cette inactivité diplomatique. On leur avait promis qu’en sacrifiant son isolation rassurante, la République serait en mesure de gagner en influence et en force et pourrai à terme rivaliser avec les puissances Xitloltec (=Dytoliennes) elles-mêmes. Et à la place nous voilà réduits à la place de nation de seconde zone.

Pire, nombreux sont ceux qui craignent qu’à ce rythme-là le Tlaloctlitlal finira par sombrer. En effet le bilan de cette année est plus qu’angoissant. On a assisté tout au long de l’année à une très lente mais certaine montée de la criminalité au Cuitlalpan et au Chiauhtlalli, et maintenant que les chiffres sont tombés le verdict est terrible. La croissance du PIB a chutée comme jamais avant, passant même en dessous de la barre symbolique des 1 %. Tandis que le PIB par habitant est lui carrément passé dans le négatif. S’il était déjà si rachitique qu’il était deux fois plus faible que la moyenne mondiale, voilà qu’en plus il est en train de chuter.

On est alors en droit de nous demander ce que l’avenir nous réserve, dans un pays qui semble avancer peu à peu vers sa chute. Un pays attardé qui peine encore à entrer dans le XXIème siècle, alors qu’il avait su par le passé faire tant d’effort pour rattraper son retard technologique face au monde occidental. Un pays où la majorité de la population ne dispose ni d’un téléphone, ni de télévision, ni d’internet, et où les radios peinent à capter les transmissions régionales qui remplacent difficilement des diffusions nationales qui n’existent toujours pas. Le Tlaloctlitlal court-il vers son effondrement ? C’est une question pour l’instant malheureusement sans réponse.

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Sep 03, 2017 10:18 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


09 Janvier 2034


C'est fin, ça se mange sans fin.
Par Moquihuix Nelzoh.


Il ne vous aura peut-être pas échappé qu'une fois encore, l'Aleka a proposé un charmant texte de loi qui a bien entendu été accepté par la moitié des votants (77% des votants si on ne compte que ceux qui se sont réellement prononcés). Mais quel était donc le but de cette nouvelle loi ?

Je vous le donne en mille, "renforcer l’apartheid".

C'est fou ça, une fois que le plus gros est passé, y'a tout le reste qui rentre. Et autant vous dire qu'en Aleka, le plus gros, à savoir l'adoption de l'apartheid, il est passé il y a bien longtemps. Ça doit bien faire des siècles qu'ils se font enfiler et beaucoup en redemande, Alekaners en tête.

Bon, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous commenter chaque article de cette horreur, le texte de loi complet est en page 12, pour ceux qui veulent se faire du mal. Pour résumer , si vous êtes noirs, vous allez là où on vous dit, quand on vous le dit, et vous faites ce qu'on vous dit, si on vous le dit. Et si vous n’êtes pas irréprochable, on vous renvoi dans votre bantoustan d’origine.
Sachant qu’en Algarbe du sud tout les noirs sont intrinsèquement coupables du crime de ne pas être blanc, ça promet.

Et pour ceux qui ont eu la flemme de lire, mon petit top :


« Les relations sexuelles entre deux ou plusieurs individus de races différentes sont rigoureusement prohibées afin de garantir la bonne tenue de l'ordre social au titre de la BRMA »

Histoire sans doute de pas se retrouver avec des métis sur les bras, trop noirs pour être privilégiés, mais trop blancs pour être jeté aux ordures.


« Est intégré en tant qu'amendement à la SPESA qu'aucun individu d'une race donnée ne peut enseigner à un autre individu d'une quelconque autre race quelque matière que ce soit »

Imaginez si on laissait des noirs enseigner à de petits blancs toute la misère que leurs confrères adultes leur font subir.


 »Le droit de grève des travailleurs en Aleka est spécifiquement réservé aux citoyens sud-algarbians de nationalité alekane »

Si t’es noir et que tu travaille dans des conditions abominables, tant pis pour ta gueule, t’avais qu’à trouver un meilleur boulot. Ah bah non, parce que…


 »Tout citoyen sud-algarbian affilié à un bantoustan présent sur le sol d'Aleka sans emploi doit automatiquement accepter tout emploi qui lui est proposé par l'administration sous peine d'être immédiatement rapatrié à son bantoustan »

… Parce qu’en fait vous ferez ce qu’on vous dit. Qui est-ce qui va se retrouver avec les boulots les plus ingrats et les moins bien payés, hein ?

Encore un chef d’œuvre Alekan dans toute sa splendeur, en somme. Et c’est encore les même qui trinquent.

Il serait sans doute temps que de vrais mesures soient prises contre ce crime institutionnalisé que l’on nomme l’Apartheid. Ceci est une lettre ouverte au gouvernement, quelque chose doit être fait, des mesures doivent être prises. Un boycott du Commonwealth tout entier, ou au minimum de l’Algarbe du sud devrait déjà être en place. Le Tlaloctlitlal a déjà montré sa volonté de se couper des pays prônant des valeurs inhumaines, comme ce fut le cas lorsqu’il déconseilla à ses entreprises de faire affaire avec les autorités misogynes de l’Amarantie. L’Apartheid doit cesser, et même l’aide d’un pays aussi peu influent que le notre sera la première marche posée vers l’échafaud pour le régime raciste de l’Aleka.

Image




Rubrique "recherchés" du Calitic :

Dans cette petite rubrique en dernière page du journal Calitic sont inscrits les noms des personnes postées disparues et leur ville d'origine, ainsi qu'une photographie. Si vous rencontrez ces personnes contactez la police.

- Tatoxza Matlelli (Chipapanpatl - Necuiltonoloya) - Gabriela Quetzalez (San Fernando y Matlatl - Cuitlalpan)

- Temicalt Xocuitla (Taxachtlan - Cuitlalpan) - Ilcahamina Tlaxtala (Tlapcopa - Cuitlalpan )

- Paltextla Texica (Mumbabal - Chiauhtlalli)

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Sep 06, 2017 9:23 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


18 Janvier 2034


Turbulences
Par Xochitla Toetecotl



Tôt ce matin, plusieurs centaines de personnes sont venues prendre place devant le palais présidentiel à Altepetl. Les rues environnantes avaient déjà été placardées d’affiches anti-apartheid qui sont de plus en plus nombreuses à circuler sur le net.

Les manifestant n’ont pas empêché le personnel d’accéder à leur lieux de travail, mais ont clamé leurs revendications à tout ceux qui voulaient entrer.

Comme beaucoup depuis quelques jours, ils étaient venu montrer leur mécontentement quant à l’inaction du gouvernement et son absence de prise de position ou de condamnation de la situation en Aleka, récemment aggravée par la mise en place d’une loi de renforcement de l’apartheid.

Il y a plusieurs jours, un article du Melahuac à ce sujet a enflammé le débat public, révélant au grand jour un avis que beaucoup partageaient déjà.

Le gouvernement Tlaloctlictec s’est toujours présenté comme un régime vertueux plaçant l’humain au centre de ses préoccupations, à ce titre on attend de lui que ses relations étrangères soient irréprochables et qu’il exprime clairement son indignation face à la violation des droits humains les plus fondamentaux qui prend place en Aleka. La population avait salué la condamnation que le gouvernement avait fait de l’Amarantie auparavant, et une partie de plus en plus majoritaire de la population demande à ce que de pareilles mesures soient prises contre les autorités racistes d’Algarbe du sud.

De notre côté, et comme nombre de nos confrères journalistes, nous tenons à faire usage de notre capacité à répandre notre voix pour amplifier les exigences du peuple. Le Tlaloctlitlal doit fermement condamner les exactions de l’Aleka. Si cela peut ne pas sembler grand chose, il faut garder à l’esprit que la moindre prise de position a la possibilité d’éveiller certaines conscience à l’international, et qu’à terme le système de l’apartheid entraînera pour l’Aleka des sanctions telles que le pays se retrouvera dans l’obligation d’abandonner cette idéologie perverse.

Image




Rubrique "recherchés" du Calitic :

Dans cette petite rubrique en dernière page du journal Calitic sont inscrits les noms des personnes postées disparues et leur ville d'origine, ainsi qu'une photographie. Si vous rencontrez ces personnes contactez la police.

- Gabriela Quetzalez (San Fernando y Matlatl - Cuitlalpan) - Fernando Muñez (Tlapcopa - Cuitlalpan)

- Temicalt Xocuitla (Taxachtlan - Cuitlalpan) - Ilcahamina Tlaxtala (Tlapcopa - Cuitlalpan)

- Paltextla Texica (Mumbabal - Chiauhtlalli) - Paltezcoy Chemitziltzi (Cuauhtlotli - Chiauhtlalli)

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Sep 07, 2017 2:40 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


20 Janvier 2034


Toujours plus croustillant.
Par Moquihuix Nelzoh.

Alors que nous avions eu le plaisir d'avoir accès à la récente missive envoyée aux autorités de l'Aleka par le Tlalteuctli en personne, voilà que notre rédaction reçoit un bien étrange paquet...



Citer :
Aux estimés rédacteurs Tlaloctlictecs,

Je tairais mon nom pour éviter toutes poursuites et conséquences malheureuses - quand on voit ce qui arrive en Cérulée, mieux vaut être prudent - mais je suis un membre du personnel du Comité de Miss Univers. Je vous écris pour vous révéler une donnée que le Comité a choisi de passer sous silence au nom du respect des candidats, mais que je ne peux pas me résoudre à voir ignorer : avant la candidature actuelle de la Britonnie, nous avions enregistré une candidature scandaleuse de l'Aleka, une candidature si scandaleuse que même la Britonnie a préféré tout faire pour la cacher, en faisant enregistrer une autre candidature une heure à peine après le dépôt de celle-ci, et en demandant le retrait de la première !

Je vous joins son dossier, mais entre autres choses la fille avait été sélectionnée "scientifiquement", soit disant, comme incarnant le mieux "la race alekaner, intrinsèquement supérieure à toutes les autres", entre autres idioties racistes clairement promues dans le formulaire ! La fille semble sympathique, à lire sa brève présentation en tous cas, mais ce qu'elle était sensé représenter, le triomphe d'une race supérieure, me donne la nausée.

Je n'ai donc pas pu me résoudre à me taire. Et comme vous semblez les seuls à avoir le cran de vous opposer sérieusement à l'Aleka ces derniers temps, je vous transmet ces données, en espérant que vous pourrez les rendre publique et révéler au monde que quand l'Aleka prétend ne pas être raciste ce n'est qu'un tissu de conneries. Cette candidature révèle leur vraie nature, elle qui vente la supériorité de la soit disant "race alekaner" !

En espérant que par vous la vérité triomphera,

Un ami de la vérité et de l'égalité.


Contenu du dossier :

Sujet Election de Miss Univers 2034 : Inscriptions.


Candidature Aleka bloquée a écrit :
Formulaire de candidature :
Image


  • Nom : Aleksandra du Plessis
  • Âge : 19 ans
  • Nationalité : Aleka - Algarbe du Sud - Commonwealth
  • Emploi : Lycéenne (en Aleka le lycée va jusqu'à 21 ans)
Brève présentation de la candidate : Âgée de moins de 20 ans , Aleksandra a été choisie parmi les cinq candidates des cinq provinces du pays car aux yeux des médecins et des savants elle était celle qui incarnait le mieux la race alekaner, jugée intrinsèquement supérieure à toutes les autres par les théoriciens politicoscientifiques de l'apartheid et choisie donc pour représenter la race alekaner face aux autres candidatures du concours pour l'élection de Miss Univers 2034.
Son corps parfait , sa grande intelligence , ses capacités d'empathie et d'improvisation en font donc la candidate idéale et une impeccable incarnation de la race alekaner, à son meilleur niveau !
Née en 2014, à l'hôpital militaire de Krâf-Reinet d'un couple d'agriculteurs alekaners parce qu'un de ses oncles était à l'époque un officier de la SADF, elle a fait toute sa scolarité brillante mais sans histoires aux établissements scolaires de cette même ville puis est ensuite partie l'an dernier, pour aller étudier la médecine puis à terme la neurochirurgie à l'Université de Moonhoek .

Ce que vous feriez pour améliorer le monde si vous êtes élue : J'ai pour projet de profiter de mes études en médecine pour à terme pouvoir m'installer au Wenleï et y dispenser des soins gratuits en neurochirurgie pour les enfants les plus mal lotis de ce continent si beau mais à la vie si dure .




Oups, voilà qui est gênant, mais tout à fait passionnant.
En tout cas tout cela rajoute de l'eau à notre moulin. Il est intéressant de noter que le gouvernement de l'Aleca nie donc toute accusation de racisme, alors que les théoriciens de la doctrine qu'ils défendent, à savoir l'apartheid, assurent que la "race" Alecatec est intrinsèquement supérieure aux autres.
Mais rappelez moi, quelle est la définition du racisme ?

"Ensemble de théories et de croyances qui établissent une hiérarchie entre les races, entre les ethnies.
− En partic. Doctrine politique fondée sur le droit pour une race (dite pure et supérieure) d'en dominer d'autres, et sur le devoir de soumettre les intérêts des individus à ceux de la race."


Et qu'est-ce que raconte l'Aleca ?

Mon gouvernement et ceux de nos alliés balayent catégoriquement d'un revers de la main toute accusation de racisme ou plus absurde encore de fascisme car ça n'a absolument aucun sens ."

Désolé, mes petits Alecatec, mais ça ne va pas du tout, il faut tout revoir du début.
Tout cela étant bien assez éloquent, je ne prendrais même pas la peine de commenter plus avant la candidature de cette pauvre jeune fille, qui, au demeurant, semble tout à fait charmante et ne pourrait être tenue responsable de la polémique qui risque d'éclater à ce sujet.

Attendons seulement de voir si l'Aleca parvient à s'enfoncer encore plus profondément dans l'illogisme.



Rubrique "recherchés" du Calitic :

Dans cette petite rubrique en dernière page du journal Calitic sont inscrits les noms des personnes postées disparues et leur ville d'origine, ainsi qu'une photographie. Si vous rencontrez ces personnes contactez la police.

- Gabriela Quetzalez (San Fernando y Matlatl - Cuitlalpan) - Fernando Muñez (Tlapcopa - Cuitlalpan)

- Temicalt Xocuitla (Taxachtlan - Cuitlalpan) - Ilcahamina Tlaxtala (Tlapcopa - Cuitlalpan)

- Paltextla Texica (Mumbabal - Chiauhtlalli) - Paltezcoy Chemitziltzi (Cuauhtlotli - Chiauhtlalli)

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Sep 27, 2017 10:08 am 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 01, 2016 9:16 pm
Message(s) : 247
Localisation : Altepetl ; République du Tlaloctlitlal
Image


20 Mars 2034


Nouveautés littéraires.
Par Caltchicue Xolocoatl

Depuis quelques mois, c'est un phénomène sans pareil qui a déferlé sur les librairies Tlaloctlictecs. Destinée à un public disposant habituellement de peu de moyens, la littérature jeunesse ou à destination des jeunes adultes est loin d'être la plus développée au Tlaloctlitlal, il est donc d'autant plus étonnant de voir depuis quelques mois se développer un engouement sans précédent pour ce genre d'ouvrage. Et c'est pourtant ce qui se passe avec le dernier livre de Xochitlacal Tuacah, une autrice jusqu'alors discrète qui n'avait pourtant pas plus décollé que ça malgré une activité de plus de vingt ans dans le domaine de l'écriture jeunesse. Son nouveau roman, nommé "La terre de nos ancêtres", raconte l'histoire d'une femme vivant à Altepetl, fille d'expatriés, d'un père Dytolien et d'une mère Algarbienne. À la mort de ses parents, alors qu'elle pense partir effectuer une sorte de pèlerinage sur les lieux de naissance et de vie de ses parents, elle se retrouvera happée par les vieilles et sombres histoires de ses familles étrangères. Entre enquête et recherche de son idée, le récit nous ballotera à travers le monde futuriste de Xochitlacal, au croisement d'un récit d'anticipation et d'histoire alternative.




Le monde en 2167 dans "La terre de nos ancêtres"
Image
Cliquez ici pour voir en plus grand



Rubrique "recherchés" du Calitic :

Dans cette petite rubrique en dernière page du journal Calitic sont inscrits les noms des personnes postées disparues et leur ville d'origine, ainsi qu'une photographie. Si vous rencontrez ces personnes contactez la police.

- Gabriela Quetzalez (San Fernando y Matlatl - Cuitlalpan) - Fernando Muñez (Tlapcopa - Cuitlalpan)

- Temicalt Xocuitla (Taxachtlan - Cuitlalpan) - Ilcahamina Tlaxtala (Tlapcopa - Cuitlalpan)

- Javier Texliñez (Puerto La Isla- Cuitlalpan) - Yarexochitl Amalteca (San Malatxetla - Cuitlalpan)

- Paltextla Texica (Mumbabal - Chiauhtlalli) - Paltezcoy Chemitziltzi (Cuauhtlotli - Chiauhtlalli)

- Katerina Lerutesco (Tulapampa - Chuayhtlalli)

_________________
"Yet when I felt myself to be in the Presence I was afraid. And I cast
myself face down in the sand and begged, "O Galloping Goddess, forgive me that
I did not know you, and do not send me forth to eat lunch with your ancient
foe, the Purple Oyster of Doom. For he will force me to eat pizza with
pepperoni and mushrooms, and I shal be most afflicted.""

-Livre de la Prophète April, Chapitre 1, verset 9.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 32 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO