SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Ven Mai 26, 2017 2:16 am

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 183 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 13  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Dim Août 21, 2016 1:40 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
L'eco di Miliameni
Giornale dell'economia, della politica, per la provincia et tutta la lega ------------ 60ct ---------- 3/12/2030



Clisto : terrible fusillade dans un bar de la périphérie

Hier soir, vers 23h30 heures, trois hommes sont entrés dans le "Smile House" de Clisto, un bar dansant homosexuel, pour y commettre un carnage. Armés de fusils mitrailleurs, les criminels ont vidés leurs chargeurs sur la foule des fêtards, faisant plus de 24 morts et 38 blessés dont 17 toujours en réanimation ce matin. Les hommes ont ensuite pris la fuite à bord d'une voiture, qui aurait été repérée traversant la frontière par les collines.

Dans le contexte de menace terroriste, suite à la recrudescence d'actes de propagande de groupes algarbiens, berbères ou islamistes, à l'encontre de Cartagina, certains sont tentés ce matin d'y voir l'acte de fondamentalistes homophobes. Mais pour Ettore Zografo, chef de la police municipale de Clisto, l'enquête doit plutôt chercher du côté des réglements de compte entre réseaux souterrains, qui contrôlent l'économie de la boisson dans de nombreuses villes de la province et de la Ligue.

Parmi les victimes, dans cette ville à moins de deux kilomètres de la frontière, on dénombre au moins 12 ressortissants amarantins et deux ressortissants de l'Ascensus. Le patron du bar, connu localement dans Nino-la-granda, a été tué dans l'assaut.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Août 21, 2016 3:56 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
03/12/2030
ImageArovachia NuovaImage


Giornale della provincia d'Arovachia, e della regione


Hajde, naučiti dijalekt !

Depuis le 1er décembre, les Universités de Gorniglie, Arovace et Dovernico proposent à leurs étudiants de deuxième et troisième année des cours de prise de contact avec le dialecte arovaque, cet idiome archaïque dérivé du slave, mais aussi de Moyen-Arovaque (de l'italien mâtiné de mots slaves).

Marina Bramovicio remporte l'adjudication géante dans les Divogiache

Image
La multi-millionnaire Marina Bramovicio, lors d'une interview télévisée en juin.

182 400, c'est le nombre d'hectares qui viennent d'être attribués à la firme d'exploitation forestière possédée par Marina Bramovicio, l'héritière du clan Bramovicio et multimillionnaire aujourd'hui.
Les territoires, répartis sur environ 200 communes, sont situés majoritairement dans les Divogiache, et dans la Foresta Velicha, deux régions excentrées autour de la ville de Gorniglie.

L'exploitation forestière, dans une province où les bois recouvrent près des 2/5ème du territoire, est une filière nécessaire et florissante, qui permet l'exportation pour le reste de la Ligue de Montalvo, mais aussi l'approvisionnement des firmes de menuiserie, de mobilier et de charbonniers en Arovaquie.

Mais depuis l'annonce de l'adjudication, d'autres firmes intéressées crient à la manipulation, se disant mieux-valants sur le dossier. Marina Bramovicio, connue pour entretenir une liaison amoureuse avec un des Sénateurs qui a supervisé le transfert de droits d'exploitation, n'est pas dans une situation facile et ses adversaires exploitent sa vie privée sans vergogne dans l'espoir de porter préjudice à ses affaires.

MontanoCorp, la firme d'exploitation, a désormais les droits d'exploitation pour 6 ans sur les forêts contenues dans le périmètre mis à disposition par les collectivités territoriales et le Ministère de la Coordination économique. La filière du bois fait travailler près de 600 000 personnes en Arovaquie.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Août 23, 2016 7:14 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
Cartagina sera
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Giornale della politica nazagliana dal 1948 - Stampato a Cartagina
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
9/12/2030



Nicoletta Larocano, Mairesse de Maghila, dit "craindre pour la démocratie"

Image

On ne fait plus le portrait de celle qui avait été élue triomphalement, lors des élections anticipées à Maghila en octobre 2029, sur un discours anti-système et anti-corruption qui lui avait valu d'emporter, avec sa liste indépendante, le conseil municipal et les fonctions de gouvernance de la voisine de Cartagina.

Nicoletta Larocano, née en 1990 dans le village de Brafontana à quelques 20 kilomètres de Sidiamora dans le milieu du pays, n'a pas tout à fait été une de ces enfants des rues qu'elle avait promis, lors de la campagne électorale, de sortir du milieu délabré de leurs cités et de l'atmosphère pesante à proximité de divers réseaux d'économie souterraine. "La corruption rampante est la plus grande honte que nous devons éprouver face à nos enfants" avait été une des phrases fortes lancées au visage de son concurrent, le candidat de droite Arnaldo Tumi, lors du débat télévisuel où elle lui avait reproché son passé politique et judiciaire trop chargé.
C'est à l'ombre des palmiers de sa villa qu'elle a, au contact d'un précepteur, reçu toute l'éducation digne des bonnes familles de la bourgeoisie nazalienne et pour cause, son beau-père Sergio Raggieri n'est autre que le propriétaire des débits de boissons du même nom.

Mais son visage, sa fraicheur, sa jeunesse et un discours ferme mais pétri du souci démocratique avait permis à la candidate de s'imposer aussi bien dans l'électorat populaire de l'ancienne cité industrielle qu'est Maghila, aussi bien que parmi ses classes moyennes et supérieures réunies, comme par la magie d'un instant de cohésion nationale, se retrouvait dans le visage moderne de celle que l'on appelait par son prénom.

Aujourd'hui, le bilan de la première année de règne municipal à Maghila est mitigé, et les partisans de la belle défendent leur action en accusant l'opposition d'avoir usé de toutes les méthodes pour limiter et ruiner l'action de la Mairesse. Un comportement peu courtois et politicien qui fait dire aujourd'hui à l'édile qu'elle "craint pour la démocratie".

"Je crois que les situations internationale, provinciale et locale sont liées. Si nous pouvions avoir une alliance certaine des démocraties à l'échelle du Bassin et de l'Occident, alors la confiance reviendrait envers le politique et les professionnels de la politique seraient tentés de mettre un terme à la corruption à l'intérieur, qui règne jusqu'aux conseils municipaux de villes moyennes et petites. A Maghila, nous nous heurtons à la mauvaise foi de gens dégoûtants qui nous empêchent de mener une vraie action d'intérêt commun, en refusant l'intégralité de nos propositions."

La belle oublie de rappeler que les "gens dégoûtants" ont été élus ; ce qui leur fait au moins un point commun avec elle.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Août 24, 2016 8:17 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
Cartagina sera
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Giornale della politica nazagliana dal 1948 - Stampato a Cartagina
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
12/12/2030



Berger : profession complexe en dés-équilibre

Image
Cristian Abaggio, berger en hivernage près de Lebira

Il y a toujours eu des bergers en Nazalie. On se souvient des textes antiques qui font mention des déchirements intellectuels au 4ème siècle avant J-C, entre les habitants faisant importer des bêtes du Moyen-Orient, et d'autres d'Algarbe du Sud, pour améliorer des troupeaux déjà utiles à la cité de Cartagina tout en étant en désaccord sur les qualités d'une bonne brebis.

Il y a encore deux siècles, l'économie du mouton était centrale dans le pays, et son importance politique depuis le Moyen-âge n'a eu de cesse de marquer notre inconscient collectif au point qu'aujourd'hui encore, lorsqu'un sénateur (Matteo Labuzzi, février dernier) veut interdire l'accès des troupeaux arabes au territoire au nom de l'anti-terrorisme, une levée de bouclier transclasse et transreligieuse vient protéger les coutumes millénaires qui ont évité, par le passé, bien des conflits.

En effet, le premier acte d'autorisation des bergers berbères à venir hiverner le long des côtes de Nazalie date de 1349, il a été rédigé par le conseil des édiles de Duzzo, alors cité prospère de marchands chrétiens défendus par le Saint-Empire contre les raids mahométans. Ces troupeaux médiévaux venus de l'Entroterra provenaient majoritairement des actuels territoires nazaliens, mais certains déjà de plus loin et principalement des montagnes intérieures. Certains siècles, de plus, au hasard du climat, les hivers en altitude étaient plus rigoureux qu'aujourd'hui.

Même sous la période fasciste et même durant la guerre, le droit des bergers de l'intérieur de venir profiter des côtes méridionales de la Nazalie a été maintenu, au nom d'un respect immémorial dû entre les éleveurs, et à l'égard de ces éleveurs de l'intérieur appelés, maintenant sans connotation péjorative, les "Fanaticci" pour dire qu'ils refusaient la Civilisation bien que certains étaient de véritables chrétiens.

A partir de 1970, la Nazalie s'est rendue compte que les effectifs de bergers et troupeaux d'avant-guerre ne seraient pas rattrapables, et à mesure que la population croissait cela ne profitait pas proportionnellement à la branche. On ignorait néanmoins la saignée qui advenue dès les années 80 alors que depuis ces cinquante ans, 7 bergers sur 10 ont disparu et avec eux des centaines de milliers de bêtes. Les Nazaliens ont pris l'habitude de manger du porc, importé d'Ardogne ou du Ponant, du veau d'Arovaquie ou même... du mouton de Nayoque. Mais surtout, c'est un mode de vie que les jeunes n'ont pas voulu renouveler, qui a provoqué cette transformation, davantage que le jeu impassible du marché.

En 1945, avant la guerre, on comptait en hivernage dans le Raggiadi (entre Lebira et Duzzo), 7 troupeaux nazaliens pour 3 troupeaux étrangers (venus de l'Ouest, de l'intérieur). Un demi-siècle après, ce sont 8 troupeaux étrangers pour 2 troupeaux nazaliens qui se disputent les adjudications de terrains autour des périphéries des cités, ou dans les villages ayant troqué beaucoup de pâture au profit de la production de céréales.

Venus d'Algarbe ponancienne, de plus en plus de troupeaux traversent le delta et ses îles pour remonter toujours plus haut en Nazalie, lorsque l'été arrive et qu'il fait trop chaud chez eux. Se heurtant au mode de vie développé des habitants, cela crée parfois des tensions, comme la rixe survenue en 2028 entre ces troupeaux "ponanciens" et un agriculteur de Santa-Luciana-di-Bulaurobo qui voyait ses prés de fauche occupés.

Nul ne sait comment la profession évoluera et combien de temps mettra-t'elle encore à mourir. Les conventions qui lient la Nazalie à ses partenaires internationaux l'empêchent de mettre en place le protectionnisme qui, selon certains, pourrait peut-être aider à la consommation de viande et de produits laitiers locaux. En mars dernier, encore, le propriétaire de la multinationale agro-alimentaire Paste Minghetti, Lazzaro Gino Converti, déclarait à la presse qu'il n'avait pas peur de délocaliser si l'Etat venait à vouloir "frauder le marché légitime de l'offre".

"Il ne faut pas dire que les producteurs nazaliens ou montalvéens sont dans la merde parce-que nous, les méchants entrepreneurs, refusons de leur acheter leurs marchandises pour nos chaines de transformation. S'il y a des métiers qui souffrent et disparaissent, c'est la faute de leur in-adaptabilité au monde moderne. Si l’État veut y faire quelque chose, il n'a qu'à les payer lui-même, mais qu'il ne vienne pas nous dire ce que nous, nous devons faire de notre argent." avait déclaré l'héritier.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Août 26, 2016 8:06 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
L'eco di Miliameni
Giornale dell'economia, della politica, per la provincia e tutta la lega ------------ 60ct ---------- 18/12/2030



Attentat de Clisto : plusieurs gardes à vues

Un procureur dépêché par Cartagina en Alilée dès la fin de semaine dernière a annoncé ce matin que quatre garde à vues étaient en cours dont trois ont déjà dépassé les durées légales pour cause de soupçons appuyés.
Il n'a pas donné de détails sur le profil des suspects, sinon qu'ils ont tous été arrêtés dans la banlieue de Clisto, trois d'entre eux dans la cité défavorisée du nord de la ville.
Ettore Zografo, chef de la police municipale de Clisto, a confirmé ses propos de la semaine dernière : "plus les heures passent et plus l'enquête s'éloigne de la thèse religieuse" pour motiver l'attaque qui avait fait 24 morts il y a quinze jours.

Les réactions, du côté amarantins, ont été assez virulentes depuis quinze jours, et jeté le doute rapidement sur une cause religieuse. Eudoscio Rastapopolo, journaliste spécialisé des questions terroristes, a critiqué ceux qui voudraient rapprocher l'attaque de Clisto des problématiques propres à la Nazalie :

"L'Alilée ne se trouve pas du tout dans le champ d'action des groupes barbaresques terroristes, qui luttent en Nazalie pour l'obtention d'un accès à la mer, ou pour l'extension du domaine musulman. Ils n'ont pas les moyens, pour l'instant, de venir fomenter des actions dans les villes d'Alilée et a fortiori en Arovaquie. C'est leur accorder trop de pouvoir que de croire ça, et encourager une sorte de peur irrationnelle de ces groupes, qui peut même détourner du véritable ennemi : la corruption interne et l'armement de groupes mafieux bien de chez nous."

L'ancien compagnon de Nino-la-granda, Fillipo Stufafiglio, a laissé entendre dans la presse people cette semaine que le propriétaire du bar avait eu affaire à des plaintes de la part de concurrents, et à plusieurs menaces déjà en 2028.

Si une procession a eu lieu à Miliameni, à l'appel du Collectif Transaliléen contre l'Homophobie, les habitants de Clisto sont restés pudiques sur la question, par peur de se retrouver mêler à des histoires de mafias, ou gène vis-à-vis de la communauté homosexuelle. Le porte-parole du Collectif, Teodoro Scienofona, s'est montré résigné et décidé : "Nous savons qu'il y a très peu de chances pour que cette attaque aie eu un lien avec l'orientation amoureuse des personnes présentes ce soir-là ; il n'y a aucune raison d'avoir peur pour nous. C'est plutôt la région qui devrait avoir peur pour son image touristique auprès des Amarantins, qui vivent dans une société où on associe beaucoup plus rapidement ce genre de drames à une dimension politique et ici homophobe ; ils risquent de délaisser la région de Clisto et c'est idiot pour tout le monde, sans doute y compris les commanditaires des tueurs. Ceux-là sont des fils de porcs."


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Août 27, 2016 11:52 am 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
Cartagina sera
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Giornale della politica nazagliana dal 1948 - Stampato a Cartagina
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
21/12/2030



Zibbibo : le moteur de recherche 100% montalvéen
Image

Une interface basique, sans changements depuis 2012

Pour la plupart des internautes de Nazalie, d'Arovaquie et d'Alilée, Zibbibo ne s'explique même pas comme moteur de recherche ; Zibbibo se confond avec internet.

Pourtant, c'est bien un moteur de recherche, inclus aujourd'hui à une majorité d'explorateurs web, et proposé dans de très nombreuses offres de systèmes d'exploitation. Vieilli, mais si emblématique des débuts d'internet au moins régionalement, Zibbibo continue de séduire par son efficacité et surtout... son inefficacité à lutter contre les programmes anti-publicités. Voulu ?

Malgré ses courbatures et ses rhumatismes, le moteur de recherche continue d'être coté aux alentours d'un petit milliard, et il compose avec d'autres chaines diverses un des piliers de la fortune de la famille Lacoroso Ramani, dont les rênes sont passées l'année dernière à la jeune Mina, aînée d'une petite fratrie à la tête aujourd'hui d'un empire s'étendant de ce vieux moteur de recherche à la maison de luxe Taibi, et à la chaine d'hôtellerie Maida répartie tout autour du Bassin.

La crise des dernières années n'a rien arrangé au positionnement de Zibbibo, entre avis d'expulsion du territoire, baisse de fréquentation, ou encore inévitable vieillissement face à des initiatives plus modernes et plus performantes. Le moteur de recherche nazalien peut encore compter sur une nouvelle équipe, placée à la tête du département par Mina Lacoroso elle-même, dont l'objectif est de garder son cœur de clientèle composée de l'internaute lambda, tout en présentant des avantages qui le ferait revenir sur les ordinateurs de surfeurs plus aguerris.

Pour certains emblème de l'internet des années 2010, pour d'autres compagnon journalier indépassable, Zibbibo conserve un positionnement mondial qui tend à être renouvelé ou assuré dans les années à venir. Plébiscité autour du Bassin et dans le monde arabe, il ne s'impose que difficilement en Dytolie du Nord et du Nord-Est, ainsi qu'en extrême-Orient pour des raisons d'alphabet. Zibbibo reste essentiellement efficace dans les recherches en italien, en anglais, en français et en arabe, mais semble dépassé d'en d'autres langues. Faute de promotion et d'image aussi forte chez ses concurrents, la troisième jambe de la famille Lacoroso Ramani continuera de marcher encore longtemps, même boiteuse.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Août 28, 2016 9:16 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
24/12/2030
ImageArovachia NuovaImage


Nouvelles grèves aux chantiers de Suresisca


"Nous ne lâcherons rien !" a déclaré le porte-parole du Syndicat Arovaque des Travailleurs (SAL), Zaltano Gerdicio, en prévision de cette nouvelle semaine où la plaine industrielle de Suresisca risque d'être fortement perturbée par les grèves.
Des grèves quelques peu difficiles à comprendre, quand on sait qu'à l'issue des trois semaines d'arrêt de travail consécutives au printemps dernier, les ouvriers des chantiers avaient obtenu, grâce à un accord entre armateurs et gouvernement général, une prime d'été conséquente bien qu’exceptionnelle.

Semblant réclamer son renouvellement pour l'année prochaine, les travailleurs s'y prennent un peu tôt, ce qui fait dire à Gioanina Medevicio, spécialiste de l'histoire sociale de Suresisca, que les mouvements pourraient être motivés par des tensions propres aux instance de gouvernance industrielles et être insufflées par les syndicats sur le dos des travailleurs pour des motifs personnels, sans y voir forcément la patte d'un armateur concurrent.

Durant le mouvement, programmé pour lundi et mardi mais qui s'étendra très probablement sur au moins une semaine, les travailleurs non syndiqués sont invités à ne pas tenter de forcer les barrages. Lors des événements de mars dernier, 17 personnes avaient été grièvement blessées et un homme avait trouvé la mort. Une vingtaine de personnes avait été licenciée avant de devoir être réintégrée sur pression des syndicats.

Les mouvements mettent en péril une reprise économique concurrentielle efficace des chantiers navals de Suresisca, qui doit faire face à la menace de captation du marché par des structures d'extrême-Orient, ou même d'autres pays du Bassin. Les plus grands de la Ligue de Montalvo, ils ont en cale sèche déjà deux super-containers en montage, et un navire de croisière commandé par une firme ponantienne dans la cale immergée principale. Les retards se jaugent déjà à dix semaines sur le calendrier initial prévu, et les armateurs concernés pourraient être incités à délocaliser si le climat du travail ne s'apaise pas en Arovaquie.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Sep 01, 2016 8:27 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
Cartagina sera
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Giornale della politica nazagliana dal 1948 - Stampato a Cartagina
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
03/01/2031



La maison de Saint-Augustin deviendra-t'elle un gîte ?
Image

Un des plus grands Saints du christianisme, né près de Cartagina au Vème siècle

La maison est située à Socarra, sur la route entre Cartagina et le Valsolaba où s'étend la plus grande région à vignes du pays.
Si les panneaux rouillés des années 2000 n'indiquaient pas la particularité de la maison, on pourrait la confondre avec un énième abri de chevrier. Pourtant, selon la légende, c'est ici que serait né, en 420 dans la province impériale d'Algarbe, l'un des plus célèbres et influent Saint de l'histoire du Christianisme et de l'Occident, qui lui doit dit-on la digestion de l'œuvre platonicienne...

Dans une région gagnée par la périurbanisation d'une part, et la conquête des sols pour la production de vins, le cadre tend à changer et la terre vaut cher, si cher que les propriétaires de la parcelle où se trouve la demeure, que le mythe a permis de restaurer et d'agrandir avec les âges, s'apprêteraient à vendre à une chaîne immobilière intéressée pour transformer la maison en gîte thématique. Au grand dam de l'Eglise catholique.

Si les historiens n'ont pu, au mieux, que dénigrer l'hypothèse que c'est bien ici que serait né le Saint, dont le tombeau se trouve en Dytolie, la légende est tenace et remonte au moins au XIIème siècle, dans les écrits du moine britonnien Dalabus qui parcourant la Nazalie arabe décrit précisément une bâtisse vénérée par les indigènes pagano-musulmans pour avoir accueilli un personnage au nom identique que la transcription latinisée du nom désignant le Saint en Arabe.

C'est sur ces écrits authentifiés que se base le marchand Giuseppe Calasco di Merare, cinq siècles plus tard, pour localiser la maison et l'acheter. Passant de familles en familles comme une relique non reconnue, tantôt habitée, louée en métairie, aménagée en hôtel particulier pour la noblesse bourgeoise, elle arrive dans les mains d'une famille de riches terrassiers, les Faraglini, sont les branches sont tombées dans la précarité.

Une pétition sur Internet a déjà recueilli 15 000 signatures de toute la Ligue de Montalvo pour que l'Etat se porte acquéreur de la Maison, et à l'image d'autres sites déjà protégés il soit en mesure d'en limiter l'usage possible. D'autres voudraient que le cas de la maison de Saint-Augustin soit l'occasion de créer une véritable Loi de défense du patrimoine culturel, mais la situation financière restant précaire il y a peu de chances que leurs doléances aboutissent sous cette législature ou sous une autre.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Sep 04, 2016 11:19 am 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
Il panno rosso
---------------------------------------------------------------
Pane, pace, libertà per tutti - 12/01/2031


Une diplomatie amorphe, signe d'un pouvoir impuissant

Depuis plusieurs mois, la diplomatie mondiale reprend de la force, les échanges se multiplient et les rencontres sont là pour les confirmer ou les engager. Les chancelleries reprennent des couleurs, et seule reste à la traine de ce mouvement la diplomatie de la Ligue de Montalvo, qui ne contacte personne et n'est contactée par personne.

Le Président de la Ligue, Giuseppe Veraldini, demeure en son palais civil, reçoit les représentants d'entreprises étrangères et les fonctionnaires lui faisant leurs rapports sur le redémarrage de l'économie, et n'aurait pas le temps dit-on de recevoir les chefs d’État, les premiers ministres, les diplomates étrangers, tant "la tâche du redressement économique est primordiale".

Pourtant, on aurait du mal à croire en cette excuse, car si l’État capitaliste se préoccupe de l'économie c'est avant tout par fidélité aux grandes familles dont la fortune en dépend, plutôt que dévotion envers une population historiquement et organiquement méprisée par nos institutions et notre histoire. N'oublions pas de rappeler toujours qu'elles trouvent leurs sources dans le fascisme, c'est à dire la violence de la bêtise au service de l'intelligence du capitalisme, de la négation de la valeur humaine - un pessimisme social-darwiniste.

Alors que les lois encadrant le monde du travail, quand il n'est pas clandestin, continuent de dater de nombreuses décennies en arrière, les travailleurs au Montalvo sont sous-payés et sur-exploités - mais au moins, dira-t'on, ont-ils la chance d'avoir du travail.

Ce billet pour dire assez simplement que si la diplomatie du Montalvo est amorphe, ne veut réagir à pas grand chose des sujets touchant jusqu'à nos plus proches voisins, c'est avant tout la traduction de l'impuissance de l’État ; celui-là hostile à toute considération universelle abandonna jusqu'à son attachement à la nation et à ceux qui la composent, pour ne se préoccuper que de la santé économique des grandes familles qui, dira-t'il pour se défendre, créent la richesse et l'emploi pour les autres. En somme, pour aider les pauvres, il faut aider les riches.

Si elle voulait trouver un peu plus de cohérence à son existence, la diplomatie montalvéenne devrait inviter directement les représentants d'entreprises plutôt que de prétendre encore être une interface de dialogue avec les États étrangers.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Sep 04, 2016 3:00 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
12/01/2031
ImageArovachia NuovaImage


Zibbibo choisit Camenisco pour ses futurs serveurs


Image

La ville de Camenisco, au charme tout haut-arovaque, a été choisi par le moteur de recherche Zibbibo pour accueillir un magnifique chantier de 200 hectares, où seront stockés sur quatre étages les principaux serveurs de stockage de Zibbibo-Dytolie, à destination de tout le continent.
Aménagé à partir d'avril prochain sur une friche industrielle datant de l'ère du textile dans la cité orientale d'Arovaquie, cette nouvelle ferme à serveurs de la firme championne de l'Internet permettra une amélioration du traitement des données pour les utilisateurs du continent, qui gagneront de précieux centièmes de secondes sur leurs activités en ligne. Surtout, le centre chargé à terme de gérer les données de la Dytolie, d'une partie du Marquaz et de la Natolique, permettra à Zibbibo 4 (la future version du moteur de recherche) de respecter ses promesses d'innovation, d'ergonomie et de gestion multimédia plus efficace sans pertes de vitesse.

La Municipalité a annoncé sur son fil d'actualités en ligne que l'accueil du chantier mais aussi du centre terminé soutiendra l'emploi, alors que la propriétaire elle-même du moteur de recherche, Mina Lacoroso Ramani, annonçait la semaine dernière que Zibbibo investira dans une école de formation de cadres et programmateurs locaux là où elle jettera son dévolu pour s'installer.

La voisine de Camenisco, Gorniglie, mais aussi d'autres villes en Alilée, ne cachent pas leur déception à l'annonce de ce choix. Si les militants anticapitalistes d'Arovaquie, non sans liens avec la mouvance slavophile, ont annoncé leur volonté de manifester contre l'installation du géant d'Internet, le Président de la Province Giuliano Verdogliaco s'est lui aussi "félicité" de cette coopération inter-provinciale qui devrait participer du développement technologique de la Province, légèrement en retard sur la Nazalie d'où nous vient Zibbibo, fierté du Montalvo.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Sep 05, 2016 7:05 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
L'eco di Miliameni
Giornale dell'economia, della politica, per la provincia e tutta la lega ------------ 60ct ---------- 15/01/2031



Néo-païens : une réalité plus si ubuesque

"Le XIXème siècle industriel a fait déraillé la Dytolie de la mission universelle fixée mil ans plus tôt : l'écrasement mondial du polythéisme." annonçait en 1923 le philosophe Silvio Epsilone au Congrès de Clisto, qui réunissait annuellement depuis une dizaine d'année les grands pontes du revivalisme païen aliléen, pangrec ou anti-colonial.

La Dytolie du XXIème siècle est aujourd'hui un ensemble chrétien ou postmoderne d'inspiration chrétienne, pris en étau par les anticonformistes du culte. Mais les zélotes de l'alter-religieux sont de deux natures à l'échelle du sous-continent, ou plus largement de cette portion nord-hémisphérique du monde - si l'on inclue le phénomène de "l'Empire luciférien" au cœur du continent noir.

Alors que le Vonalya, une partie du Skogurjördin, quelques îles du nord du continent ont perpétué la tradition d'un polythéisme assumé et d'un paganisme ayant historiquement structuré une société persistante, ce qu'on appelle aujourd'hui les isolats païens du Midi sont davantage le fait d'une déchristianisation moderne favorable à la reconquête par les élites d'une population engagée dans un processus de repaganisation descendante, jeu des sociétés secrètes accédant à la barre des États.

Alors que la partie nord de l'île d'Alilée a été sujette à ce mouvement prosélyte au tournant du XVIIIème siècle (par le peuplement mais aussi par les idées), provoquant une réaction identitaire tournée vers l'Occident et qui aboutit à la mise en relation du sud avec le courant nationaliste italophone, on assiste aujourd'hui dans la partie centrale de la Provincia d'Alileia, du moins certaines vallées, à un phénomène que le chercheur Maeometto Adiggiano observait déjà en Nazalie dans les années 2000 ; la repaganisation par l'individualisme, sous l'influence structurante d'une légitimité historienne apprise sur les chaînes vidéos de Zibbibo (sur Internet), en fait une démarche égocentrique compatible avec le capitalisme libertaire qui redonnerait aux individus le droit de s'inventer une foi personnelle.

Mireglia Papadoccini apporte en 2028 une vision moins catégorique de l'observation du phénomène ; elle lie le phénomène néo-païen touchant la région de Mésalilée à une tradition linéaire remontant tout simplement à la perpétuation de rites médiévaux chrétiens orthodoxes d'origine païenne (de la même façon qu'Adiggiano dressait le parallèle entre les cultes historiques des berbères médiévaux, des grandes familles traditionnalistes italophones, et la démarche ultracontemporaine individualiste qui se construit par emprunts aux rites plus ou moins folkloriques vécus dans la jeunesse familiale).
En gros, les petits autels aux statuettes de plastiques évoquant les anciennes divinités latines, aux photographies de défunts, aux santons mariaux, aux pendentifs berbères et aux créations artisanales maladroites et humant la fumée de cannabis, réunies dans un melting-pot à la portée néo-spirituelle, symbolisent davantage une tradition altérée (enrichie), qu'une invention pure et simple grâce à la circulation de l'information sur Internet.

Difficile à admettre dans un pays construit par l'alliance de la tradition catholique, dressée en dragon protecteur face aux assauts mahométans et slaves, et d'un État capitaliste stratège, mercantile puis fasciste puis libéral. Mais cet état de fait, ces petites bougies dans les vieux villages d'Arovaquie ou les maisons basses des bouches de l'Algarbe, en disent long sur les origines "pas très catholiques" de nos populations au prisme d'une déchristianisation galopante.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Sep 08, 2016 7:42 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
L'eco di Miliameni
Giornale dell'economia, della politica, per la provincia e tutta la lega ------------ 60ct ---------- 24/01/2031



Néo-païens : une réalité plus si ubuesque - II

Image
Objets de décoration néo-classiques... et peut-être un peu plus.

En début de semaine dernière, nous tentions non sans difficultés intellectuelles (influençant la construction logique du propos) de montrer comment la Dytolie et sa région périphérique étaient frappés par deux tendances convergentes et de nature différentes : la survivance du paganisme historique, la réhabilitation du paganisme par les élites en pays chrétien.

De ces deux tendances nous montrions, ou évoquions les nuances : l'influence occidentale chrétienne sur la philosophie et les arts des pays païens, et l'influence du passif et lointain passé païens dans les mœurs vernaculaires des populations chrétiennes.

Enfin, nous essayions.

Et il nous semblait maintenant nécessaire de revenir sur le cas du Montalvo. Les territoires de l'actuel Montalvo étaient d'authentiques territoires arabo-berbère, slavo-croate et greco-orthodoxes (à quelques proto- près), jusqu'aux deux à trois siècles après l'an Mil. A ce moment là, des marchands aventureux venus d'Occident italien puis des gestionnaires du trésor de quelques Cité-États de cette même souche s'éparpillent sur les rives du bassin, comme leurs lointains et glorieux ancêtres centurions...
La Nazalie, l'Arovaquie, l'Alilée avaient jusqu'alors des populations touchées, influencées, converties au monothéisme biblique dans sa version chrétienne (catholique ou orthodoxe), et musulmane en Nazalie. Mais les unes comme les autres sortaient tout juste (depuis un à quelques siècles), d'intenses campagnes religieuses (et militaires) contre les immondes païens et leurs tentacules sectaires postérieures, confondues bien souvent en rébellions ethniques.

Non, on ne peut pas vraiment dire que le paganisme s'est maintenu malgré les sédiments lourds du temps, déposés sur l'identité des provinces à mesure de siècles de christianisme, surtout dans un pays à la composante urbaine centrale et fondatrice de ce que l'on pourrait appeler nation, au sens large. Le pays s'est fait par les élites et elles étaient bourgeoises, bourgeoises et chrétiennes ; de même, lorsque les villes d'arrière-pays se vidaient sous les famines et les pestes venues de la campagne, les villes côtières reliées à leurs cousines occidentales survivaient, et plus tard émettaient une population neuve à destination des fronts pionniers.
Et pourtant, aujourd'hui, dans les familles de Nazalie, d'Arovaquie et d'Alilée, il arrive bien souvent que par tradition déformée, par sensationnalisme postmoderne, ou par lubie d'aristocrate, on aménage un petit autel para-religieux au centre de la maison, dans une alcôve ou sur une maie décorée, en l'honneur des dieux domestiques, de figures que l'on veut protectrices : la Vierge, Jésus, Abraham... Mars, Vénus, Pluton, Uranus... parfois Lucifer, dans le sud de la Nazalie, Isis, ou une obscure divinité slave.

Tradition déterrée par les Fascistes ou perversion de notre XXIème siècle individualiste, ou chacun veut y aller de l'originalité de sa spiritualité ?

Parmi l'aristocratie bourgeoise persistante sous les régimes autoritaires du début du XXème siècle, on retrouve déjà cette forme de néo-paganisme, qui se pense avant tout comme un retour culturel à l'Antiquité, censée éclairée de ses fastes les mœurs du siècle de la reconquête latine. Ce n'est pas central de comprendre, à moins d'être historien, d'où nous viennent ces pratiques, et un travail plus proche de celui du journaliste est de comprendre plutôt leurs significations, qu'importent leurs racines.

Si aujourd'hui, une part minoritaire mais non purement anecdotiques des Montalvéens conserve ou entretient un attachement à une spiritualité qui se reposerait sur plusieurs figures, empruntées à diverses mythologies et au centre de celles-là la mythologie latine, c'est aussi bien la démonstration d'un attachement à une façon de se représenter le monde sensible et invisible. Qui peut nous affirmer sans scrupules d'honnêteté que les Antiques ancêtres n'installaient pas des petites statuettes de bronze, de cire ou de glaise, par pure foi de charbonnier envers ces forces structurantes de l'Univers ?

Quand les Montalvéens d'aujourd'hui dévouent une part de leur foyer, fût-ce par intérêt pour l'esthétique de l'objet, à ces symboles et statuettes en l'honneur des ancêtres familiaux, des divinités aux qualités louées ou recherchées, et des divers symboles qui se veulent exciter leur réflexion spirituelle, c'est un acte autant mystique que politique, un acte qui interroge notre rapport au monde et à autrui, aux territoires que nous parcourons (foyer, ville, pays,...).
Et c'est peut-être ça, la religion.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Sep 19, 2016 9:12 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
Cartagina sera
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Giornale della politica nazagliana dal 1948 - Stampato a Cartagina
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
27/02/2031



La révolte populaire en Ardogne inquiète Nazione & Liberta

Le principal parti de gouvernement, Nazione & Liberta, détient la majorité relative en Alilée et la majorité absolue en Nazalie et en Arovaquie (en terme de sièges de sénateurs, depuis les dernières élections). Le mouvement de centre gauche, installé au Montalvo depuis l'après-guerre, a régné les trois quarts du temps en seule force politique et les trois quarts du reste du temps dans les coalitions qui ont mené le pays au travers du processus de démocratisation.

Aujourd'hui dans un centrisme libéral préservant les - quelques - acquis sociaux de la législation montalvéenne (ce serait à un oeil étranger de nous éclairer là-dessus), le parti n'a jamais cherché à faire oublier sa longue histoire antérieure puisque Nazione & Liberta s'appelait, jusqu'en 1952, Fascismo & Liberta et a conservé la plupart de ses cadres, et récupéré de nombreux cadres métropolitains, après l'armistice de 1950.

Ancien parti fondé par les sociaux-réactionnaires donnant naissance au fascisme littoral tout autour du Bassin italophone, aujourd'hui parti de l'établissement capitaliste modéré, il a une longue tradition de politique professionnelle et se trouve menacé à ses marges par les formations telles que Movimento Basta Corruzione (gauche libérale contestataire) en Alilée, mais également les écologistes en Arovaquie.
Les formations traditionnelles autres telles que l'Unione Cristiano-sociale (gauche chrétienne, Arovaquie), ou Popolo degli Citaddini (droite libérale, Nazalie), ne sont pas en meilleure forme dans les sondages à l'heure de la menace d'une vague populiste sur la Dytolie et le Bassin.
Aux franges, les partis folkloriques ou ubuesques confinant au nationalisme local slavo- ou arabo-revivalistes ne menacent la prédominance du duo systémique droite libérale d'opposition et gauche libérale de gouvernement.

La révolte populaire en Ardogne, rejointe ou orchestrée par des membres de l'élite nobiliaire et administrative qui ont permis, sinon un coup d’État, du moins de sévères et mystérieuses agitations au sommet de l’État, n'inquiète pas que les professionnels de l'importation de matières premières (laine, bois) en provenance du pays aux milles puys, mais aussi les politiques jusqu'au sommet du gouvernement, alors que leurs conseillers les plus pessimistes y voient un signe annonciateur d'un futur proche où une partie de l'établissement convergerait avec une foule en colère pour remettre en cause la légitimité de l'ordre post-martial au Montalvo.

"On n'en est loin", déclare le politologue Stefano Pompili, qui analyse un taux d'acceptation populaire de la démocratie montalvéenne bipartite à "75% de satisfaits" permis par la "réussite du capitalisme et de ses rentes naturellement réparties par un corps social de consommateurs important". La plupart des Montalvéens vivant en ville ou en lien avec elle, dans un pays avec peu de producteurs alimentaires (Nazalie aride, Alilée sèche, Arovaquie boisée), profitent pleinement d'une mondialisation qui montre aujourd'hui tous les signes d'une reprise en passe d'être réussie.

"Les populations ou les cadres locaux qui cèdent aux sirènes du populisme, alors que nous résolvons la crise mondiale par une reprise de la confiance en les gouvernements, promettent à leur pays de rester à l'écart du redémarrage qui ne sera possible que par la confiance, la consommation, et l'échange commercial intensif entre les pays." a même déclaré le Ministre de la coordination économique, Maometto Buazizi, en marge d'une rencontre internationale avec des représentants de l'économie et de la Makrovie.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Sep 24, 2016 2:59 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
Cartagina sera
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Giornale della politica nazagliana dal 1948 - Stampato a Cartagina
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
12/03/2031



Dernier printemps pour Carbonico ?

Image
Les puits de charbon du Lajamiglia, un terrain à risque

L'ex-géant montalvéen Carbonico s'apprêterait à mettre la clef sous la porte, et à revendre ses concessions de mines de charbon dans la région lajamiglienne, non loin de la frontière avec l'entroterra occupée par les tribus berbères, touaregs et arabes.

Les réserves de charbon du sous-sol nazalien représentent 50% du volume montalvéen, dont le reste se situe sous les épaisses forêts de l'Arovaquie centrale, là où Carbonicco aimerait déplacer ses capitaux afin de ne plus risquer les attaques des groupes terroristes venus de l'intérieur du continent algarbien. Entre 2026 et 2030, 12 personnes sont mortes en détention ou assassinées lors d'assaut des groupes rebelles, qui connaissent la frontière et dupent régulièrement les forces de frontière afin de venir perturber l'activité économique dans les alentours de Lassuno et Sidibuzi, qui possèdent des gisements de charbon.

Dernièrement, en mai 2030, l'ingénieur brittonien Mark Aedwyn était capturé par des terroristes durant une mission dans le désert, et demeure en détention aujourd'hui. Rien que dans les six derniers mois, les forces de sécurité privées et l'armée ont déjoué trois tentatives d'attaque armées contre des dépôts de minerais à quelques vingt kilomètres de Sidibuzi. Mettre la main sur le charbon montalvéen, pour les habitants du désert, relève autant de la provocation idéologique que d'une ressource pouvant être importante et s'exporter vers le sud, par le marché noir, pour alimenter des pays étrangers. Jusqu'à présent, les faibles moyens techniques de ces groupes ne permettent pas d'envisager une telle hypothèse et leurs actions demeurent une nuisance.

Mais le manque à gagner par le trop plein d'investissements sécuritaires pèse sur le budget de Carbonicco dont les activités pourraient désormais se restreindre à l'Arovaquie. Avis aux repreneurs...


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Sep 24, 2016 6:27 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Nov 23, 2008 6:25 pm
Message(s) : 7943
Cartagina sera
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Giornale della politica nazagliana dal 1948 - Stampato a Cartagina
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
12/03/2031



Le Sénateur Marco Rabaudo Sali préconise une intervention en Ardogne

Image
Ardogne, grand pourvoyeur de matières premières pour le Montalvo

Alors que le pays envoie de nombreux signes de troubles internes, le gouvernement montalvéen est pressé par certains Sénateurs de se saisir du dossier ardognais, qui menace de nombreuses filières de l'agro-alimentaire et plus largement de l'industrie montalvéenne.

"L'Ardogne est prise en otage par des minorités élitistes fortement réactionnaires, et qui menacent la relance de l'économie dytolienne et montalvéenne. Mais les premières victimes sont les Ardognais, à qui l'on refuse le développement au nom de rites religieux médiévaux." explique le Sénateur Marco Rabaudo Sali, de l'Unione Cristiano-sociale.

Les plus grandes entreprises du Montalvo ne sont pas sans liens avec les produits exportés d'Ardogne, par les airs ou par les pays limitrophes côtiers au sud. L'entreprise Paste Minghetti dont les produits transformés sont présents dans 44% du menu journalier du pays, importe du blé et du mouton depuis l'Ardogne. Ramani Corporate, et plus particulièrement son entreprise de mode Taibi, importe de la laine depuis l'Ardogne. La Réaction en cours dans ce pays, outre que de semer les germes d'une guerre civile qui abîmerait le tissu productif, fait planer la crainte de clauses économiques limitant l'exportation et la production au nom de principes religieux.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 183 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 13  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO