SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Jeu Mars 23, 2017 10:35 am

Le fuseau horaire est UTC+2 heures




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Le Soleil Noir
Message Publié : Dim Sep 04, 2016 5:42 pm 
Hors-ligne
Maitre de la galaxie
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam Oct 16, 2010 11:55 pm
Message(s) : 5820
LE SOLEIL NOIR

- Chapitre 1 : Une très mauvaise idée -

Image


La présidente Wagada se tenait derrière son bureau en bois massif importé à grand frais depuis la Bédrétangasie au grand plaisir de la dirigeante dougaï. C'était un des nombreux privilèges de la fonction présidentielle, personne vous regardait par-dessus les épaules quand vous mettiez la main dans le pot de miel. Ce n'était pas légal, mais Wagada considérait mériter ces quelques petits plaisirs.

Devant elle se tenait Osman Taya, le directeur des services secrets. Officiellement, cette rencontre n'avait pas lieu, pour la simple raison qu'il était parfaitement illégal pour la présidente d'engager les services secrets pour espionner ses adversaires politiques. Toutefois, Wagada n'était pas à ce détail près. Elle voulait savoir si Nolond avait des cadavres dans le placard et elle n'en était pas déçue du résultat. Elle tenait entre ses gros doigts un ensemble de rapports et photos prouvant que son très estimé rival possédait quelques plaisirs fort peu recommandables pour un homme de sa stature. La présidente sourit et dit au chef des services secrets.

- Voilà qui est parfait. Et vous dites d'avoir aussi des fichiers vidéo et audio des évènements ?

- Tout à fait, madame. répliqua Taya, se sentant légèrement mal à l'aise d'être obligé de fournir ces services à la Présidente. Ce n'était pas la première fois, mais il n'avait jamais un bon sentiment au sujet de ces opérations.

- Vous semblez inquiet, Taya. remarqua la Présidente

- Disant que ces rapports ne sont pas légaux et donc ne pourront pas utilisés pour un procès, sans parler des implications politiques que cela pourrait avoir pour vous. Avec tout le respect que j’ai pour vous, madame la Présidente, il me semble opportun de souligner cela.


- Ne vous inquiétez pas pour cela. Je n'ai aucune intention de lui faire un procès, bien au contraire. Il suffira de faire fuiter l'information et la presse se chargera du reste. Après cela, cet homme n'aura aucune chance de gagner le second tour et je serais réélue haut la main. Personne ne cherchera à connaître la véritable source de la fuite. N'ai-je pas raison, Taya ? Wagada lui lança un regard inquisiteur.

- Vous pouvez compter avec ma discrétion. Toutefois, ne craignez-vous pas qu'un autre candidat profite de la perte des voix de Nolond suite au scandale à venir ?

- C'est le but de l'opération. Nolond n'aura pas de peine à passer au second tour. Les autres candidats ne sont que des pantins. Nous avons quoi à part de Nolond? Un hippie ? Une feminazi ? Un grand-père ? Personne ne votera pour ces andouilles.
commenta malicieusement Wagada.

La présidente alluma son ordinateur, un appareil de type quantique de dernière génération. La machine avait dû coûter une fortune, sans aucun doute un modèle de l'ère néo-libérale. Le chef des services secrets était toujours surpris par la capacité de la présidente Wagada à mettre la main sur ces objets rares et luxueux. Peut-être devrait-il envisager de s'informer un peu à ce sujet. Il y aurait peut-être même quoi créer une assurance de vie pour ses services en cas où la Présidente commencerait à exiger l'inadmissible.

- Je suppose que vous m'avez envoyé tous les fichiers via l'intranet sur le serveur ? demanda la chef d'Etat.

- Oui, nous ne faisons pas autrement. Depuis la faillite des compagnies de télécoms mondiales, on n'a de toute façon pas d'autre choix que de passer par des réseaux fermés. Il nous arrive même à utiliser le télégraphe pour les messages les plus urgentes.

- Ah bon, vous ne craignez pas les interceptions ?

- Nous les codons, bien évidemment. C'est un système assez rustique, mais qui a fait ses preuves. Nous envoyons les messages dans un dialecte d'une tribu dyan et utilisons en même temps un code de chiffrage de base. Il me semble que les seuls toubab à connaître le dialecte en question sont quelques vieux jésuites du Vatican. Bien évidemment, aucune puissance n’aura l'idée de les interroger et même, je doute que le Saint-Siège les aidera si on leur demandait un coup de main.

- Il me semble que nous avons des agents sur place, n’est-ce pas ? questionna la présidente.

- Oui, nos espions au Vatican nous tiennent assez bien informé sur ce qui se trame au Saint-Siège. Hélas, les cardinaux de Dytolia ne sont plus ce qu'ils avaient coutume d'être. Ce sont pour la plus part des vieux décadents obsédés par un moyen-âge romancé. Ils seraient capables de militer pour une croisade car cela fait moyenâgeux. Je vous le dis, ce continent est en pleine turpitude. Ils ont perdu presque deux siècles de développement intellectuel depuis la Grande Crise.

La présidente écoutait sans entendre. A vrai dire, elle s'enfichait complètement des affaires étrangères. A quoi bon se soucier ce qui avait lieu en dehors du pays? C'était une attitude relativement décadente, mais qui était assez largement répandue dans un monde dominé par les effets de la crise du début du siècle.

C'est alors que le chef des services secrets reprit la parole.

- Je dois vous avertir que vos actions actuelles sont parfaitement illégales. Vous violez ouvertement la Constitution et vous risquez des poursuites si elles devraient être découvertes. Vous êtes bien consciente que je ne pourrais pas mentir devant une commission d'enquête parlementaire à votre sujet ?

Wagada fronça un sourcil et affirma.

- Je m'enfous de la Constitution et des commissions parlementaires. S'il est nécessaire, je mettrais les membres de la commission en prison pour détournement de fonds. Il n'y a pas un seul qui n’a pas détourné des ressources publiques. En somme, je ne crains ni le Parlement ni cette masse de paysans qu'on appelle électeurs.


Le directeur des services secrets se tut, ne voulant pas commenter cette déclaration forte peu aimable de la part de la chef d’État. Celle-ci n'hésita pas une seconde et tapota sur l'ordinateur pour ouvrir les fichiers concernant Nolond. Elle sourit en observant les fichiers audio et vidéo disponibles. Détournant son regard de l'écran, elle dit à Taya.

- Je veux que vous fassiez parvenir ces fichiers à la presse. Idéalement, cherchez les journaux de potins, ceux que personne prend au sérieux mais qui sont lus par le plus grand nombre de crétins. Le scandale doit éclater au plus vite.

- Vous ne pensez pas opportun d'attendre le deuxième tour avant de provoquer un tel choc médiatique ? demanda Taya.

- Pourquoi ? Nolond passera au deuxième tour quoi qu'il arrive mais je veux qu'il soit au plus faible au plus vite. Je n'ai aucune envie de devoir investir du temps pour aller séduire quelques pecnots puants et abrutis de la campagne.

Taya garda à nouveau le silence, préférant laisser la Présidente dire et penser ce qu'elle voulait. Selon-lui, cette femme était entra de s'autodétruire avec des actions pareilles. Sa chute risquait d'être très violente, surtout le jour où elle sera inévitablement chassée du pouvoir soit par un rival soit par la rue. Il ne pouvait pas se douter que Wagada allait faire bien plus que cela en lançant ce scandale.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+2 heures


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO