SimPolitique - Jeu de Simulation Politique

Incarnez le dirigeant de votre propre nation. La limite est votre imagination !
Nous sommes actuellement le Mar Oct 24, 2017 11:01 am

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Jeu Août 25, 2016 11:21 am 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes

Image
Les puys d'Ardogne, berceau et symbole du royaume. Puy est un terme issus de la Fiemancisation des mots occitans
pue[ch], pech, puch qui désignent un lieu élevé, une hauteur au sommet arrondi.


Vie courante, vie religieuse, fêtes populaires, politique noble et conciliabules dans de sombres ruelles, la réalité des pays Ardognois.

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Jeu Août 25, 2016 3:55 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : le roi dans la tourmente.
15 décembre 2030

Image
Le Château d'En-Haut, résidence des rois depuis dix siècles.


Guillaume XV n'eut d'autre choix que d'accepter l'héritage de son père, il y a 28 ans, en ceignant la couronne des rois Ardognois, en la Cathédrale Notre-Dame des Douleurs. La main-mise bourgeoise sur le royaume n'était pas de son fait, ni celle de Guillaume XIV, mais de son grand-père Jean V qui, lors des États-Généraux de 1950, se laissa berner, dépasser, humilier par les grasses bourses. Depuis, la dynastie, la noblesse d'épée, les clercs et les humbles souffraient, blessés et ignorés par une grande bourgeoisie sûre de son pouvoir et chérisseuse de sa position dominante. En 1960, les nouveaux maîtres avaient déplacé la capitale à Saint-Loup-des-Bois, en plein domaine d’Oïl, au nord. Guillaume XV vivait lui à des centaines de lieux de là, loin du pouvoir, à Domflour, ancienne capitale royale qui perdit de son prestige. Il séjournait au Château d'En-Haut, bâtit sur les hauteurs de la ville haute qui offrait une vue d'ensemble sur les terres d'Ussel, rattachées au domaine royal depuis 688 après Jésus-Christ.

Le monarque se trouvait dans la Grand-Salle éclairée par une simple bougie et réchauffée par un âtre ardent. Sa bannière trônait fièrement sur les murs, en compagnie de plusieurs trophées de chasse et de l'imposante épée royale, Audacieuse, qui gisait sur son support mural. L'homme était entrain d'écrire, cherchant les bons mots, les bonnes stratégies pour revenir en selle. Approchant la cinquantaine, Guillaume XV était fatigué et vieillissant. La situation politique ne lui plaisait guère et le frustrait abondamment. Le premier ministre Guy Feyfeux l'insupportait de ses feintes impérieuses manières et de son caractère plus que fourbe. Il n'avait guère plus de respect pour le maître des espions qui le surveillait constamment, et encore moins pour le reste des ministres, une bande de parvenus méprisables, dépourvus du moindre honneur. Le monarque rêvait du jour où il renversera la table, restaurera son autorité et pendra haut et cour ces traîtres, prenant plaisir à les voir souffrir, suffoquer et crever la gueule ouverte.

Cette rage folle en lui, le souverain ne l'avait pas toujours eu. Au fond, il était un homme triste qui ne s'était jamais remis, n'avait jamais fait le deuil de son épouse Marguerite, morte dix années auparavant en mettant au monde sa fille, Blanche. La reine était son rayon de soleil, l'amour de sa vie, la plus belle fleur de la vallée. Elle le soutenait, le conseillait et l'aidait à s'accomplir. Jamais n'avait-il vu dame si bonne et si dévouée. A son trépas, Guillaume tomba a genoux et éclata en sanglot. Son chagrin inconsolable fit peu à peu place à la colère, qu'il déversa sans retenu sur la sage-femme, la pauvrette, fut chassée à grand fracas. Sa rage se transforma rapidement en haine, et le roi l'a réserva à ce bébé, responsable de la mort de sa mère, en venant au monde, matricide dès le commencement.

Depuis, Guillaume se montrait distant, froid, absent et revêche avec sa fillote. Pourtant, aux rares moments où il lui arrivait de rencontrer Blanche dans les couloirs du château, il se prenait à vouloir l'aimer car tout dans ses traits lui rappelait sa Marguerite. Cependant, la haine revenait aussitôt et en bon cœur de pierre, le roi se durcissait et tournait les talons avec mépris, s'en allant sans lui adresser la parole. Dans les faits, Blanche n'avait ni mère, ni père et c'est sa gouvernante, Pierrette d'Arlet, qui l'éduquait et témoignait toute l'affection qu'une fillette en bas age méritait.

En plus de sa frustration politique, Guillaume XV se faisait du mouron pour la suite de sa dynastie. Son fils Jean était un vaurien de quinze ans, souffreteux, qui passait le plus clair de son temps à jouer aux dés, à chasser et à se battre. Quant à sa fille, cette petite sotte matricide… il ne voulait même pas y penser. En somme, l'Adorgne allait mal entre une grande bourgeoise qui l'étouffait depuis des décennies et un roi cérémoniel, actif en sous main, mais profondément tourmenté et perdu. Un malheur que même la religion ne parvenait pas à soulager : Guillaume XV souffrait d'une profonde sécheresse spirituelle, la messe ne lui apportait rien et il n'avait plus prié depuis des années.

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Sam Août 27, 2016 2:50 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : comment on jacte.
20 décembre 2030

Citer :
Lexique :

Auvergnat = Ardonnais
Berrichon = Acerigeon
Languedocien = Terredocien
Bourbonnais = Mareuillais
Orléanais = Floriannais
Francoprovençal, Arpitan = Ardoprovençal, Arguetan
Vivaro-alpin = Arguien
Français parisien = Fiémans, Fiémançais


Le cœur du royaume se trouve au sein du domaine occitan, parmi le sous ensemble Ardonnais. Au cours du Moyen-Age, les princes successifs étendirent leurs terres vers l'est pour atteindre des pays de langues Terredocienne, Arguetane et Arguienne, avant de fondre vers le nord et intégré des terroirs de langues d’Oïl (Floriannais, Mareuillais et Acerigeon).

Le Fiemans provient de l'ère d’Oïl et fut introduit au XVIIe siècle en Ardogne, pour servir comme langue véhiculaire. De nos jours, il est l'idiome de l'État, des élites économiques et intellectuelles. Dans son immense majorité, la population parle le vernaculaire de sa province qui possède localement un rang officiel avec le Fiémans. Le nom des lieux, la presse, l'administration sont souvent bilingues localement. Outre ces premières différences linguistiques, chaque langue, de l'Ardonnais au Terredocien, possède sa flopée de dialectes et de sous-dialectes usités à la campagne. En somme, l'Ardogne est davantage unifiée par le roy que par l'État-nation, concept étranger à des gens vivant massivement dans les zones rurales.

Locuteurs du Fiémans : 95% de la population (bonne maîtrise : 60%, maîtrise moyenne : 37%, maîtrise mauvaise ou absente : 3%)

Les Occitans se débrouillent avec les locuteurs catalanophones, castillanophones et italophones. En revanche, les sujets de Guillaume XV ne saisissent rien des langues slaves, barbares (germanique et scandinave), anglo-saxonnes, gaéliques etc. Seule une poignée des élites peut se vanter d'être polyglottes.

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Lun Août 29, 2016 12:37 pm 
Hors-ligne
Dirigeant respecté
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun Nov 10, 2014 9:00 pm
Message(s) : 271
Localisation : Händeland
D'une curieuse correspondance : Échange d'un Divin Roy

25 décembre 2030


Un messager ardognois revenait de Terre Sainte après un long périple, souhaitant remettre une lettre cachetée de cire rouge au Roy d'Ardogne.


- en Fiémançoys


-


Image


        Cher cousin,

          C'est avec grande joie que nous avons reçu votre messager en nos Saints Etats, lui offrant tous les honneurs à travers notre légendaire hospitalité.

          C'est cependant avec une profonde tristesse que nous apprenons votre situation de captif en votre Royaume d'Ardogne, prisonnier de cette vile bourgeoisie, et vous portons dans nos plus sincères prières afin que Le Divin Créateur rende à Guillaume ce qui appartient à Guillaume.
          Nous partageons avec vous cette volonté d'unir le monde chrétien dans la lutte contre le Sans-Nom pour le salut du monde. L'Ordre de Saint-Pierre a été chargé, depuis sa création, par le Souverain Pontife et nous-meme de cette lourde tâche qu'est l'unification de la Chrétienté. Nous sommes ainsi disposé à envoyer en vos terres quelques clercs intrigants de cette divine et noble institution afin de vous apporter un sage conseil extérieur visant à renforcer votre assise et celle du Christ dans votre appareil d'Etat.

          S'il plaît à Dieu que le Royaume d'Ardogne reprenne la lutte pour Son triomphe, nos Divins Etats rejoindront bien évidemment le conflit aux côtés du Père ainsi que de nos frères chretiens et ardognois.
          Nous apprécions l'aide que vous souhaiteriez nous apporter, nos Etats connaissant une crise séculière du fait de la présence de mahométans revanchards dans une province désertique où l'autorité de nos vassaux et par là-meme notre propre autorité est remise en cause. Nous avons également un grand besoin d'eau dans les régions les plus reculées de nos Divins Etats.
          Sachez toutefois que nos côtes occidentales ne craignent rien, dominées par des forteresses réputées imprenables depuis plus de sept-cent ans.

          Si la tyrannie bourgeoise vous permet de rejoindre la Terre Sainte le temps d'un pèlerinage, nous serions heureux de vous accueillir en notre palais où vous serez reçu avec tous les honneurs dus au monarque que vous êtes.

        Que le Bon Dieu vous garde et bonne fête de la Nativité de Notre-Seigneur,

      Scellons de rouge en le monastère de Saint-Pierre-sur-mer, le vingt-cinquième jour du dernier mois A.D. MMXXX
      Octave II, rex Divinum

_________________
-Confédération de Valaryan, B3, Jeekim-

Aime tes parents et plus que tes parents ta patrie, et plus que ta patrie aime Dieu seul
De profundis clamavi ad te, Domine


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Mer Août 31, 2016 5:32 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 5:59 pm
Message(s) : 2121
Localisation : Khanat de Gazar-Khün
Le vagabond du Nord : la main tendue de Valdemar

31 décembre 2030

Image


Un vieil homme barbu aux cheveux longs, vêtu d'un pantalon miteux et d'un grand manteau gris pu avoir audience auprès du roi. Entrant dans la salle du trône, il s'agenouilla devant le souverain du Royaume d'Ardogne, et pris la parole lorsqu'on l'y convia. Il parlait avec un fort accent du nord, dans un Ponançais imparfait.

Hartmod af Veiðiættin : Mes respects, Ô roy d'Ardogne. Je vous remercie d'avoir accepter ma requête et de me prendre en audience, ce que j'ai vous dire est important. Je me nomme Hartmod, frère du chef de clan Veiðiættin, j'ai été discrètement envoyé par l'Empereur Valdemar VII du Skogurjördin pour te porter un message, j'ai du traverser les archipels du Dalriada et nombre de terres de Dytolie pour pouvoir te trouver. Ce que j'ai à te dire ne peut-être entendu que par des personnes en qui tu as confiance, puis-je parler?

Hartmod sortit de sa poche un sceau finement décoré représentant un martin-pêcheur, symbole de son clan et le tendit vers le Roy afin de lui prouver sa bonne foi. Le Roy acquièça et le laissa continuer.

Hartmod af Veiðiættin : Valdemar cherche des alliés en Dytolie afin d'établir des liens commerciaux, mais aussi asseoir son pouvoir sur l'Empire du Skogurjördin dans sa totalité; il a été informé de l'inconfort de ta situation en Ardogne et se propose de vous aider. Il se dit prêt à vous prêter des hommes entraînés si vous en ressentiez le besoin, et ne demanderait en échange rien d'autre que votre amitié. J'ai pour mission de lui donner votre réponse, et si vous y êtes favorables, d'escorter discrètement un homme de votre confiance pour préparer depuis le Skogurjördin l'arrivée et la missions que vous souhaiteriez confier à ces guerriers.
Je vous laisse le soin d'y réfléchir, et lorsque vous aurez votre réponse, vous n'aurez qu'à me faire mander. Je réside dans une auberge, dont voici le nom sur ce papier. Lorsque vous le demanderez, je viendrai écouter votre réponse.

Hartmod tendit au roy un morceau de papier, sur lequel était noté le nom de l'auberge où il s'était installé. Il demanda la permission de se retirer, puis quitta la salle d'audience en saluant le roi et les autres membres de l'assemblée.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Jeu Sep 01, 2016 9:05 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : une audience imprévue.
31 décembre 2030

Le roy resta quelques instants immobile sur son trône, trouvant le siège de la reine désespérément vide, attristé soudainement par sa solitude. Ce nouvel allié, cette aide que lui offrait le grand chef nordique, était plus qu'inattendu. Jusqu'au moment d'apercevoir le sceau au martin-pêcheur, il cru à une mauvaise plaisanterie d'un apprenti-bouffon, mais la main tendue semblait plus que jamais sérieuse. Le souverain reprit vite ses esprits et intima à son fidèle second, Ganelon de Naucelles, dit Ganelon Gueule-en-deux pour la profonde cicatrice qui divisait son visage du front à la mâchoire, d'approcher, avant d'y joindre également le capitaine de la Garde, Philippe de Vieillechaise, à la barbe finement taillée et doté de bras musculeux.

« Vous l'avez aussi bien entendu que moi. Que me conseillez-vous ? Lança Guillaume XV.
- Méfiance Majesté, proposa Ganelon, c'est sûrement un piège. Les bourgeois n'ont besoin que d'un faux pas, d'un prétexte, pour abolir la monarchie.
- Ganelon n'a pas tord, continua Philippe, ces bandits peuvent avoir tout organisé. Néanmoins, passer à coté de guerriers aguerris serait un acte de pure folie. Je rappelle à Votre Majesté que la garde est vaillante mais trop peu nombreuse, la noblesse déshéritée et rien ne reste, ou si peu, de l'armée royale. Quant à vos soutiens populaires, ils y mettent du cœur mais ce ne sont que des paysans, des artisans et des humbles de toute sorte. Face aux mercenaires de Saint-Loup-des-Bois, ils ne feront pas long feu, du moins pas s'ils combattent seuls.
- C'est vrai, opina le monarque, quel est le pire au fond ? Mourir dignement en roi ou laisser passer l'opportunité que la Providence nous offre ? Nous répondrons positivement à cet Harnold et nous verrons ce qu'il en est. Si Feyfeux se cache derrière, ma foi, nous emporterons le plus possible de ses semblables, au cours d'un dernier baroud d'honneur, avant de crever.
- Majesté, pensez à la suite de votre dynastie. Si vous veniez à mourir prochainement,...
- Ma décision est prise et irrévocable, Ganelon » coupa le roi.

Il les renvoya. Ganelon alla aussitôt vers le plus proche village afin de prévenir l'ami nordique, tandis que Philippe prit le chemin de la Forêt au Puy, à trois lieux d'ici, dont la clairière servait de terrain d’entraînement aux « camelots du roi »

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Jeu Sep 01, 2016 11:52 pm 
Hors-ligne
Maitre du monde
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Fév 10, 2016 5:59 pm
Message(s) : 2121
Localisation : Khanat de Gazar-Khün
Le vagabond du Nord : Départ de Ganelon pour le Skogurjördin

31 décembre 2030

Image


Hartmod se rafraichissait dans sa chambre, lorsqu'il entendit frapper à la porte. Méfiant, il pris soin de cacher sa dague dans la manche de sa chemise avant d'entrouvrir la porte. De l'autre côté, il reconnu un homme qu'il avait vu près du roi lors de son audience. Il ouvrit la porte et laissa l'homme entrer.


Hartmod af Veiðiættin : Sois le bienvenu. Je te reconnais, tu étais dans l'assemblée tout à l'heure au château du roi? Viens-tu m'apporter sa réponse?

Ganelon se présenta. Il indiqua à Hartmod que le roi acceptait l'offre de Valdemar, et qu'il avait été désigné pour se rendre au Skogurjördin, afin de préparer la venue des soldats de l'Empire.


Hartmod af Veiðiættin : Parfait. Je propose que nous partions tout de suite, nous irons d'abord chez toi pour que tu puisses prendre des affaires pour le voyage, puis nous prendrons la route vers l'ouest. Notre premier objectif est Amaranthe; un bateau nous y attend, de là, nous pourrons effectuer la traversée jusqu'au Skogurjördin. Il nous faudra voyager jusque là discrètement, il ne faut pas que des espions n'aient vent de nos plans. J'ignore de quels côtés sont les Républicains de Ponance, aussi, il faudra nous méfier une fois là bas. Il n'y a qu'une fois en mer que nous pourrons parler librement. Je te remercie de me faire confiance. Tu n'as rien à craindre de moi, par Thor, je t'en donne ma parole!

C'est ainsi que Ganelon de Naucelles et Hartmod af Veiðiættin commencèrent leur voyage vers l'Empire du Skogurjördin.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Sam Sep 03, 2016 12:47 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : Du coté de Saint-Loup-des-Bois...
8 janvier 2031

Image


La pénombre et le froid de janvier enveloppaient la capitale qui à cette heure (20h00) était quasi-déserte. Personne n'osait s'aventurer dehors sans nécessité. Pendant ce temps, au Petit Palais, le Premier Guy Feyfeux dînait en compagnie de ses collègues du gouvernement. Ils dégustaient un savoureux Coq au vin de Chanturge, accompagné d'un verre de vin, pour ne pas dire, d'une orgie de gouleyante vinasse. Étaient présents le Chancelier Philippe Asselin, le Maître des Monnaies Étienne Bronstein, le Grand Prévôt François Beaujour, le Connétable Jean Marie Saint-Just, le Prévôt des maréchaux Barthelemy Renégat et le Haut Préfet Marcel Lagueulle. Alors que l’atmosphère se faisait toujours plus bon vivante et que l'ébriété gagnait une à une les personnes de l'assemblée, le Maître des Espions débarqua sans crier gare et gâcha l'ambiance. Il était un homme d'une bonne quarantaine d'année, joufflue, assez gras, énigmatique et volontiers flagornier face à l'autorité.

Il chuchota à l'oreille du Premier, qui se liquéfia. « - Comment ? LE MAUDIT, pesta le Premier, ce Ganelon est un reitre odieux et dangereux. Il reviendra... vous l'interrogerez et ensuite... ferez le nécessaire. Le temps est sans doute venu de nous débarrasser également du roy. Je vous en reparlerais.»

L'espion s'inclina et quitta la pièce. L'ambiance était retombée, pendant quelques minutes au moins. L'insouciance revint bien assez tôt.

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Dim Sep 04, 2016 5:11 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : « Nous y sommes... »
16 janvier 2031

Ganelon et Hartmod se pressaient à travers le bois de l'Ermite. A l'horizon, recouvert d'une fine couche de neige, se dressait la partie basse de Domflour, surplombée par la ville haute. Le château d'En-Haut gisait près du bord de l'autre versant. Une fois à l'intérieur des murs, ils seraient en sécurité. Presque, encore un effort.

Image

Ganelon et Hartmod levaient les mains en l'air. Trois butors sortit des buissons les menaçaient de leurs fusils-mitrailleurs. D'autres hommes les agrippèrent par les épaules. « Mes chers amis ! S'exclama une voix doucereuse. Vous voilà enfin ! »
Cette voix, ces manières, c'était....

« Eh oui, Robert Buvin, maître des espions pour vous servir, messires. Annonça gaiement le gros.
- Porc puant, je vais t’étriper !!! se débattit Ganelon.
- Allons, allons messire Ganelon, est-ce une manière de traiter un ami ? Demanda tendrement celui-ci.
- Vous n'êtes pas notre ami, ni notre allié, juste un sale fripon. Assena Hartmod.
- Hartmod, je présume ? Enchanté. Ah. Quelle belle journée d'hiver, non ?
- Qu'est-ce que tu veux, bouboule ? Rétorqua Ganelon, crachant l'une de ses dents.
- Oh bouboule, se lamenta le maître des espions, cela m'attriste que vous ayez si peu de considérations pour un ami, un vrai. Je connais exactement vos plans. Si je ne l'avais pas voulu, Hartmod n'aurait jamais remis ce courrier au Roy. Si je n'avais pas fermé les yeux, vous n'auriez jamais posé les pieds au Skogurjördin, Ganelon. Et si j'avais voulu, aujourd'hui, suivre les ordres, vous seriez déjà morts, mes amis ! Vous ne restaurerez pas Sa Majesté dans sa puissance, sans mon aide. »
Les deux compagnons de route se regardèrent, confus. Buvin s’esclaffa.
« Oui, j'aurais été perdu moi aussi. Dit-il affable.
- Mais pour qui travaillez-vous ? Qui servez-vous ? Interrogea le scandinave, y comprenant de moins en moins.
- Dieu et le Royaume. Personne d'autres.
- Alors pourquoi n'as-tu rien entrepris depuis tout ce temps ?
- Je ne suis en place que depuis cinq ans messire, rappela Buvin, entre le volontarisme et la réalité, il y a parfois un écart que l'on ne peut effacer si facilement. Feyfeux et sa clique ne travaillèrent jamais que pour eux-mêmes et par leurs mégalomanies, sont sur le point de plonger l'Ardogne dans la guerre civile, l'émeute et la cohue ! Les peuples de Sa Majesté grondent, messires. Le fruit de la Restauration est mûre.
Les hommes de main ne les retenaient plus. La confiance semblait s'être instaurée.
- Que voulez-vous, en échange ? Plaça Ganelon.
- Peu de choses, fit mièvrement le gros, je désire une place au Conseil et être maintenu dans mon office.
- J'en parlerais au roy, mais ne t'avise pas de nous trahir sinon... Prévint Ganelon.
- Voyons, voyons messire, votre serviteur n'a qu'une parole. Maintenant, allez rejoindre Sa Majesté qui doit s'inquiéter. Suivez vos plans. En attendant, je m'occupe des petits à cotés. Et saluez la princesse Blanche de ma part. Pauvre petite, elle ne mérite pas son sort. »

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Mar Sep 13, 2016 4:02 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : Situation générale.
8 février 2031

Le roi est faiblement nourrit et à l'isolement le plus complet au sein du Petit Palais depuis le 27 janvier 2031 au soir. Guillaume XV ne sait absolument rien des évènements extérieurs et est entrain de perdre peu à peu la notion du temps. La pire de toutes les tortures.

Les villes sont relativement calmes, grâce à la présence de l'Armée [de mercenaires], qui a été récompensée d'une généreuse prime pour son travail récent, par le gouvernement Feyfeux.

A la campagne, la Maréchaussée se confronte à diverses jacqueries touchant l'ensemble des domaines linguistiques. Les soulèvements paysans ne sont pas d'une ampleur phénoménale, mais réguliers et nombreux. Il y en a plusieurs par jour, ce qui a tendance à user les sergents d'arme (unité de base). A ce jour, la Maréchaussée fut touchée par des défections, dont la plus importante a été celle du Maréchal Henri Bellevigne, dans le Duché de Chantelle, le 1er février. Sa face apparait sur les avis de recherche pour trahison.

Sont aussi activement recherchés pour complot, Ganelon de Naucelles, second du roi, Philippe de Vieillechaise, capitaine de la Garde du roi, et Hartmod de Veiðiættin, dont on sait encore peu de choses en Ardogne. Tous n'ont plus donné signe de vie depuis le discours radiophonique, et les autorités pensent qu'ils ont pris le maquis. Le prince Jean et la princesse Blanche ont également disparu mais rien n'indique pour l'heure qu'ils se trouvent avec les trois autres. Ils peuvent parfaitement figurer parmi les pertes collatérales des répressions liées aux jacqueries. La Maréchaussée n'est pas réputée pour sa compassion et il suffit de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment pour finir lourdement blessé ou crevé.

Plusieurs presses clandestines, servant à l'impression du Calvaire, ont subit des raides de la Maréchaussée, saisissant tout le matériel. Le journal dissident est dans l'impossibilité de publier depuis le 30 janvier. Une semaine plus tard, un cocktail Molotov a brûlé une partie des locaux de l'Ardogne éclairé, mais le canard peut malgré tout continuer ses publications.

Ce matin, le Prévôt des maréchaux Barthelemy Renégat a été retrouvé mort, visiblement poignardé, dans son hôtel particulier de Saint-Loups-des-Bois. Pour ses bons et loyaux services, également pour le récompenser d'avoir prévenu le complot des gens du roi, Robert Buvin a été nommé Prévôt des maréchaux et cumule désormais deux offices, avec celui de Maitre des Espions.

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Dim Sep 18, 2016 5:56 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : « Hélas Sire, les circonstances m'ont obligé à rendre justice moi-même en Votre nom. »
24 février 2031

Guillaume XV lisait Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne, depuis sa « prison dorée » du Petit Palais. Même libre, ces murs ne lui seyaient guère et la nostalgie du Château d'En-Haut, sur les collines de Domflour, le gagnait toujours davantage. Son enfermement avait bientôt un mois, mais lui ne savait plus exactement combien de jours cela faisait. Pour la première fois, le roy s'inquiétait du sort de ses enfants : ou sont-ils ? Que font-ils ? Comment se portent-ils ? Étonnamment, sa compassion s'étendait aussi à Blanche, sa matricide de fille, que pourtant il détestait et ne s'était jamais privé de lui suggérer, pauvre petite.

Quelqu'un introduisit les clés dans la serrure. Très probablement un des geôliers avec mon repas, se dit le souverain. En tous cas, les lueurs du dehors témoignaient que l'heure du souper avait plus que sonné ! Néanmoins, et à la grande déception de Guillaume, ce n'était qu'un potentiel traitre, n'apportant aucune victuaille. Le dit individu posa un genoux en terre et courba profondément l'échine.

« Relevez-vous Buvin et donnez moi des nouvelles. Il était plus que temps que vous veniez. Amorça le roi.
- Majesté, vous êtes bel et bien bon. Flatta le Maitre des espions.
- Épargnez-moi, de grâce, vos flagorneries.
- Sire, repris le gros, votre fils le Prince Jean est.... mort. Annonça-t-il affligé. Tué lors d'une répression paysanne près de Cieucroix. »

Le souverain sursauta et se prit la tête entre les mains, son regard vide et perdu. Buvin s'essaya au réconfort mais, à l'inverse, provoqua le courroux du roy qui le plaquait désormais contre le mur et l'étranglait.

« Vous l'avez TUÉ ! Espèce de traitre ! AVOUEZ ! hurla Guillaume.
- Sire, attendez, Sire ! suffoqua l'espion, essayant de dégager les mains du roi.
- Messire Buvin ? Tout va bien ? voulut s'assurer un garde à l'extérieur.
- Oui, Oui. Parfaitement, je maitrise la situation. Répondit le gras, après que son chef n'eu relâché l’étreinte.
- Vraiment Sire, calmez-vous, rien ne sert de s'emporter. Je pleure le Prince autant que vous. Je suis votre allié, autant que celui de Ganelon et de tout vos amis.
- Je veux voir Barthélémy Renégat devant une cour de justice. Cet ours doit payer pour ce crime, ainsi que pour tous les autres.
- Hélas Sire, les circonstances m'ont obligé à rendre justice moi-même en Votre nom. Je suis le nouveau prévôt des Maréchaux. Prévint-il guilleret.
- Comment ?! Mais ?! Où sont mes amis ? Ma fille ?
- En lieu sûr, soyez sans crainte. Vous allez me suivre, Majesté. Feyfeux vous prépare un procès et on vous décollera si vous n'enfilez pas ce froc.
- Un procès ? Grand Dieu. Et que faites-vous de ce garde, devant ?
- Il est avec moi, informa jovialement Buvin. Maintenant venez, je vous emmène auprès de votre douce Blanche. »

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Sam Sep 24, 2016 3:51 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : Situation générale (2).
12 mars 2031

A la suite de son évasion discrète, grâce à Robert Buvin, le roi se cachait depuis dans le palais épiscopal de Saint-Loup-des-Bois, en compagnie de sa fille Blanche, de son fidèle second Ganelon, du capitaine de sa Garde, Philippe, et de son camarade de lutte aux traits scandinaves, Hartmod. Très vite, l'édifice classique était devenu le quartier général de la révolte contre le pouvoir oligarchique. Tout cela s'était organisée avec la bénédiction de l'évêque Thierry II qui s'occupait, depuis, à rallier l'Église catholique. Étant donné la perte d'influence du christianisme sous le régime bourgeois, les prélats n'étaient pas très difficiles à convaincre.

Face à l'évasion de Guillaume XV, le Premier Guy Feyfeux était dans la panade, n'osant pas l'annoncer en public, alors que les rumeurs sur la liberté du roi circulaient et allaient bon train dans tout pays. Avec Robert Buvin comme Prévôt des Maréchaux, la brutalité de la répression des soulèvements paysans avait bien diminué. Les jacqueries doublaient en intensité et se succédaient jour après jour. Face à l'ampleur, des sergents d'armes faisaient défection et on avait grand mal à en recruter de nouveaux. En ville, les mercenaires maintenaient la paix, toutefois, ces ensembles urbains renfermaient au maximum 5% de la population d'un royaume essentiellement rural. Autre signe inquiétant : Monsieur Renaud Gué, préfet de la Chantelle, lieu où les paysans étaient le plus remontés, avait démissionné de son poste le 10 mars, ne voulant pas être le complice d'un gouvernement à la dérive. Sachant que les préfets constituaient la colonne vertébrale de la main-mise du régime sur l'Ardogne, cela n'annonçait rien de bon.

Tic tac tic tac... 81 ans de règne autocratique de la haute bourgeoisie bancaire menaçait-il de prendre fin ? A moins d'une aide inattendue...

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Dim Oct 02, 2016 11:43 am 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : Situation générale (3).
2 avril 2031

« Pourquoi m'écrit-il dans une langue morte cet imbécile ?! » a été la réaction première de Guy Feyfeux en prenant connaissance de la lettre de soutien du président Cailloza de Rioda. Malgré ce désagrément, il accepta de bonne grâce l'aide militaire, providentielle face à la position désastreuse dans laquelle lui et son gouvernement se trouvait alors : défections importantes de maréchaux et de sergents d'arme (maréchaussée), démission de préfêts (colonne vertébrale de la centralisation étatique), jacqueries quotidiennes, refus de l'Église catholique de soutenir la permanence du régime... En mai, il fallait également assurer un nouveau paiement aux mercenaires dont l'action pacifiait les villes. Et de belles manières.

Dû à l'incertitude quant à leur loyauté, les régiments coloniaux furent placés en ville aux cotés des mercenaires. Les autres troupes allèrent à la campagne, en soutien d'une maréchaussée épuisée aux rangs clairsemés. Les opérations musclées des soldats du Rioda permirent de stopper nette les soulèvements paysans, au prix de trois cent morts en deux semaines.

Au 2 avril, le calme est revenu un peu partout en Ardogne. Cependant, la présence de soldats étrangers est perçue comme une occupation par les populations rurales et urbaines, qui n'arrivent pas à s'y faire. Néanmoins, c'est uniquement grâce aux renforts de « reitres castillans » que Guy Feyfeux et son gouvernement tiennent encore débout.

Ce matin, des hommes d'arme du 15ème Régiment d'Infanterie Continentale ont dû se défendre contre plusieurs accrochages avec des villageois, provenant de paroisses situées au sein de l'Ardogne historique...

Stationné dans les pays Arguetans, le 14ème Régiment d'Infanterie Continentale a subit des tirs de carabines, sans retrouver les auteurs...

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Mar Oct 04, 2016 11:39 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : Une encyclique...
14 avril 2031

LUNDI DE PÂQUES

L'encyclique Honorem Dei rendit fou de rage le Premier Guy Feyfeux qui ordonna sa censure immédiate partout dans les bons pays d'Ardogne. Le Maitre des Espions (et Prévôt des Maréchaux) Robert Buvin s’exécuta sur le champs : la lettre du Pape ne sera lu sur aucune radio. Néanmoins... il laissa malicieusement fuiter celle-ci en version papier vers les évêques ardognois acquis à la cause, ainsi que vers les curés de campagne. Les prochains sermons promettent d'être électriques...

95,5% des sujets du Roi Guillaume sont très catholiques.

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: La vie au pays des Ardumes
Message Publié : Mer Oct 12, 2016 9:52 pm 
En ligne
Maitre de l'univers
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar Oct 25, 2005 9:00 am
Message(s) : 7567
Localisation : Jensgård, Thorval
La vie au pays des Ardumes : Bientôt les moissons...
6 mai 2031

Image
Triste spectacle dans la campagne environnante de Saint-Loup-des-Bois, dans le Floriannais :
Quand ce n'est pas la guerre civile, c'est le climat qui s'y met...



Situation dans l'ensemble Occitan : les combats et la répression de la révolte paysanne ont détruit ou endommagé de nombreuses parcelles de blé. Dans l'ensemble, les campagnards ne purent semer activement au printemps à cause de l'insécurité. La moisson s'annonce mauvaise.

Situation dans l'ensemble Oïl : Partie du pays la plus calme du royaume pendant les jacqueries, elle ne connut pas de dommages ou presque. Les semis purent se faire en mars comme à chaque printemps. Toutefois, le climat de la fin avril est venu quelque peu ternir l'optimisme paysan. De fortes pluies ont « inondé » le Floriannais, tandis que des vents inhabituellement violents ont balayé le Mareuillais. De pareils intempéries ont couché au sol (verse) jusqu'à le tiers de certaines parcelles. On redoute des germinations sur pied qui rendraient la farine impropre à la panification. La moisson s'annonce assez bonne ou moyenne.

Au vu de la situation, il parait nécessaire à la Couronne d'importer du blé afin d'éviter la soudure, qui pourrait se montrer dès la mi-mars !

_________________
« Si j'avais fait pour Dieu tout ce que j'ai fait pour le roi, je serais sauvé dix fois. » Colbert


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.
phpBB SEO